Démissions en cascade dans les rangs du MPA

Le parti d’Amara Benyounès traverse sa plus grave crise depuis sa création, en 2012. Selon nos informations, des vagues de défection sont enregistrées chaque jour, au niveau des structures locales de cette formation. Une véritable saignée qui prend ainsi au dépourvu la direction du parti, un mois après l’université d’été qui a été organisée à Mostaganem. Les militants de base reprochent à leur président, Amara Benyounès, de trop s’éloigner du parti et de ne plus se préoccuper des problèmes qui s’y posent depuis sa nomination au gouvernement, d’abord comme ministre de l’Environnement et de la Ville, puis du Développement industriel. Les cadres de ce parti craignent une ruée vers les partis «les mieux placés», comme cela se passe dans toutes les autres formations à la veille de chaque échéance électorale. Le MPA paierait aussi le prix du manque de lisibilité des événements politiques qui s’accélèrent, à l’approche de l’élection présidentielle d’avril 2014. Pour nombre de militants, la direction du parti donne l’air de tergiverser toujours sur le cap à prendre, même si son leader a été l’un des premiers à déclarer solennellement son soutien à la candidature de Bouteflika pour un quatrième mandat. Mais, curieusement, à l’approche de cette échéance, et au moment où les alliés politiques du chef de l’Etat – le FLN, TAJ et le RND – se démènent pour vendre le projet d’un quatrième mandat pour le président sortant, le MPA choisit de se mettre sur le carreau pour se retrouver hors circuit. En effet, depuis quelques semaines, au moins depuis son université d’été, où il a prononcé un discours, le président du MPA a brillé par son absence sur la scène politique. Arrivé en troisième position lors des locales de novembre 2012, le MPA a vite réussi à supplanter les anciens partis démocrates au niveau des institutions élues, mais ses rivaux crient que ces performances sont moins le reflet d’un ancrage dans la société que le résultat d’un dopage artificiel.
R. Mahmoudi
 

Comment (16)

    Anonyme
    30 octobre 2013 - 17 h 08 min

    la politique ne permet pas le
    la politique ne permet pas le pousse toi que je m y mette ni de brossage a en perdre ses valeur ,Mr le président vous a redonner confiance par cette nomination soyez a la hauteur des algériens qui ont besoin de gens de terrain qui ne se blottisse pas au club des pins loin de tout information concrète la chance que vous avez Mr le ministre c est que vous avez des amis qui dans d’autre pays forme des lobby primordiaux pour une meilleur assise prenez exemple sur des gens accessible vous avez la chance d’être a la tête d’un parti qui par sa présence sur le territoire national peut vous mettre au courant de tout les maux de nos industriels ne tournez pas la tête au gens car sans eux vous n’êtes rien ces grâce a vos électeurs que Mr le président de la république vous a fait confiance pour traiter au plus profond les problèmes drastique que vie chaque investisseur dans notre pays stopper l’ hémorragie de l’industrie industrialisante l’État n a jamais été un bon gestionnaire et vous le savez la roue tourne laisser de belle trace derrière vous au moins pour vos enfants et n’oublier pas Mr Amara Ministre c’est pas pour la vie.




    0



    0
    Anonyme
    30 octobre 2013 - 15 h 57 min

    Faire de l’opposition pour
    Faire de l’opposition pour l’opposition est un acte suicidaire pour un parti politique, il doit faire prévaloir les idées de son parti par tous les moyens dont il dispose y compris la participation au sein du gouvernement. Je salue le courage de Mr Benyounes pour sa franchise et son courage d’adhérer au gouvernement pour faire prévaloir les intérêts de son parti et porter ses idées au summum de l’état. Bravo Mr Benyounes et usez de votre courage et de votre patriotisme pour le bien du parti et votre participation active pour la construction de l’état.




    0



    0
    AIT MOKHTAR
    30 octobre 2013 - 14 h 18 min

    Ce parti cocotte minutes n’a
    Ce parti cocotte minutes n’a pas de militants ! Il en a eu des clients de circonstance payés ! Il ont donné pour cet argent et puis maintenant il faut renouveler le contrat! il faut payer! à savoir si Amara qui a obtenu ce qu’il cherche s’il va le faire! pas sûr!




    0



    0
    Anonyme
    30 octobre 2013 - 13 h 55 min

    Ils sont combien dans le
    Ils sont combien dans le partie ?
    Ils sont combien à démissionner
    et Combien reste il dans le partie ?

    En gros Amara ben younes est le partie




    0



    0
    krimo
    30 octobre 2013 - 11 h 51 min

    Inna yiwen umusnaw af
    Inna yiwen umusnaw af Aɛraven-agi n Tmazgha : « Aɛrav yuḥel duṛu lak d leqran-is », am umdan i yḥemmlen snat n tlawin : tikelt ul-is ad yemmill ar yiwet, tikelt ad yemmil ar tayedh ».




    0



    0
    krimo
    30 octobre 2013 - 11 h 50 min

    , faites la différence entre
    , faites la différence entre un parti politique et un appareil étatique, zaama ils se considèrent comme un parti, alors que ce n’est qu’un conglomérat de parasites sous les mamelons de l’’état providence….Ayez un peu de dignité et procédez à la dissolution du fln et autres rnd !!




    0



    0
    soiane
    30 octobre 2013 - 9 h 18 min

    MR Ammara Benyounes n’a pas
    MR Ammara Benyounes n’a pas trailli ses convictions .Il reste un démocrate convaincu.Cependant il prie ce que l’environnent politiqu du moment lui permetter .ilfaut mieux agir de l’interieur du pouvoir que de l’exterieur. un peu de confiance aos jeunes politiciens.




    0



    0
    chentouf
    29 octobre 2013 - 21 h 01 min

    il a repris le role joué par
    il a repris le role joué par un autre kabyle , un valet du pouvoir capable de tout ecraser pour se faire accepter par ses parrains y compris les missions les plus basse, le système s’est servi de lui pour réitérer le trio ( alliance présidentiel) amara à la place de ouyahia ( pole kabyle ) ammar ghoul à la place de boujerra ( pole islamiste ) et saidani à la place de belkhadem ( fln ).ce benyounes comme khalida était un opposant farouche du pouvoir du temps du RCD et le MCB ils s’est fait retourné par les puissants et rentrer dans les rangs au moindre cout ( une p’tite affaire d’importation et s’en va ) vive l’algérie




    0



    0
    Ferhat D
    29 octobre 2013 - 20 h 43 min

    Vos positions politiques ne
    Vos positions politiques ne sont pas conformes à l’esprit et à la lettre du parti …d’ailleurs ça fait plusieurs mois que j’ai démissionné avec le cœur serré Mr Mr. AMARA .




    0



    0
    Aguelidh modeste
    29 octobre 2013 - 20 h 19 min

    Je ne lis que la critique
    Je ne lis que la critique dans les commentaires de mes compatriotes; si nous voulons la démocratie il faut accepter les idées des autres et défendre les siennes pour justement élever le niveau politique des citoyens. Amara Benyounes est libre de faire sa politique et de supporter qui il veut sans violer les conscience collectives et individuelles. fraternellement.




    0



    0
    SALHI AHMED BECHAR
    29 octobre 2013 - 19 h 02 min

    Demissions en cascade ? C’est
    Demissions en cascade ? C’est une information qui passe tout à fait à côté Les militants du MPA et pour leur majorité absolue ne démissionneront jamais et sont engagés pour les fondements du parti. TOUTES ET TOUS ALIGNES DERRIERE LE SECRETAIRE GENERAL Mr. AMARA BENYOUNES…..VIVE LE MOUVEMENT POPULAIRE ALGERIEN




    0



    0
    Leila Aitballah
    29 octobre 2013 - 18 h 49 min

    Ils ont compris que c’étaient
    Ils ont compris que c’étaient de moutons et que ce Benyounes est un grand escroc et spécialiste du brossage!




    0



    0
    Mohand Lebghel
    29 octobre 2013 - 16 h 40 min

    99% des Algeriens, qui
    99% des Algeriens, qui pratique la politique, cherche uniquement a s’enrichir et s’en foutes du pays, ils ont aucune conscience envers la stabilité ou du développement du pays. Je vous jure si on été colonisé toute cette (…)




    0



    0
    Anonyme
    29 octobre 2013 - 16 h 29 min

    C’est ainsi que finissent les
    C’est ainsi que finissent les traitres comme cet Amara qui fait honte au peuple algérien et à ses valeurs. Ces traitres finissent dans les poubelles après avoir été usés et essorés comme des malpropres par leurs maitres du moment. Je dis honte à ce Amara qui a troqué son âme au diable pour un poste de ministre, et pour se remplir les poches sur le dos du peuple algérien.




    0



    0
    Benyoucef
    29 octobre 2013 - 16 h 12 min

    Je parie que tous les partis
    Je parie que tous les partis dits de soutien tragi-comique à Bouteflika, y compris le FLN d’Ammar Saadani, vont connaitre, les uns après les autres, des turbulences extrêmes.

    On ne mise pas sur un canasson, qui a aussi perdu la raison.




    0



    0
    vrirouche
    29 octobre 2013 - 16 h 02 min

    Titre d’un grand succés de la
    Titre d’un grand succés de la chanson Kabyle :

    Yenza nif yenza séwak a louisa ou a Lamara !!!!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.