Ce qui attend Abdelmalek Sellal à Chlef

Conscient que les responsables locaux ne montreront pas au Premier ministre, Abdelmalek Sellal, en visite ce jeudi à Chlef, le véritable visage de la wilaya comme ils ont l’habitude de le faire en pareille circonstance, le bureau local de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme vient d’adresser à l’hôte de la wilaya un long rapport qui constitue plutôt un réquisitoire sur les problématiques de développement et les conditions de vie difficiles des populations. Ce rapport en question, censé récapituler les différentes formes d’atteinte aux droits de l’Homme dans la wilaya pour l’année 2013, décrit une situation «dégradante» dans une région «qui n’a pas eu sa part de développement, comme cela a été le cas pour les autres wilayas du pays». Le bureau local de la LADDH y dénonce, notamment, «des pratiques scandaleuses de la corruption et de tous les agents vecteurs de prolifération de maux sociaux et fléaux attentant aux bonnes mœurs et menaçant de dépravation les jeunes générations montantes de notre wilaya en peine de reconstruction». Tout en réitérant sa condamnation ferme de la violence qui est devenue «courante» dans le milieu social et sa solidarité «agissante» avec les victimes, la LADDH tient à rappeler que Chlef a enregistré, durant cette année, «des contestations populaires récurrentes de citoyens en divers points de la wilaya, exprimant leur ras-le-bol de leurs conditions de vie misérables qui ne cessent d’empirer». La Ligue estime, à ce sujet, que le citoyen des zones rurales «a très peu bénéficié des atouts du développement de la wilaya pour ne pas dire qu’il n’a rien vu venir du tout de toutes ces sommes faramineuses qui ont été dépensées dans des projets qui se sont limités à l’édification d’équipements d’embellissement». Parmi les dossiers douteux sur lesquels la Ligue tient à interpeller le Premier ministre, figure celui d’un parc d’attraction public en cours de réalisation et dont le montant a atteint, d’après elle, «le coût astronomique dépassant celui de 1 000 logements». Un autre dossier, devenu récurrent celui-là, est également sur la table. Il s’agit des constructions en préfabriqué (baraques) destinées, dans un premier temps, à reloger les sinistrés du séisme du 10 octobre 1980. Plus de trente ans plus tard, constate la Ligue, les Chélifiens sont «de plus en plus dépités par l’incapacité à régler définitivement la question de ces baraquements et que les méandres d’une bureaucratie figée aggravent». La LADDH tente, par ailleurs, d’attirer l’attention des autorités sur un phénomène qui suscite, d’après elle, beaucoup d’interrogations parmi la population locale. Il s’agit de la prolifération des constructions anarchiques sur des terrains publics squattés, et ce, dans l’indifférence totale de l’administration. Sur le plan sécuritaire, le bureau de Chlef attire l’attention sur la criminalité croissante dans la région qui assiste à une hausse inquiétante des crimes meurtriers et des vols qui se sont multipliés de façon terrifiante dans les diverses zones de la wilaya. La Ligue relève que «les citoyens de la wilaya de Chlef subissent continuellement une marginalisation et une exclusion des postes de haute responsabilité, pratiquement depuis 1962 jusqu’à nos jours» et note «l’absence totale, jusqu’à ce jour, de langue d’enseignement amazighe dans la wilaya qui compte pourtant plus de 20% d’habitants s’exprimant en tamazight». La LADDH recommande, enfin, aux autorités d’«entreprendre des mesures urgentes et des initiatives appropriées à même de réduire cet écart socioéconomique profond et liquider les différentes formes de pauvreté, de marginalisation et d’exclusion».
Amine Sadek

Comment (8)

    AnonymeAMOURA
    24 novembre 2013 - 19 h 59 min

    sellal n apporte rien de
    sellal n apporte rien de nouveau a chlef.il est venu juste pour preparer le terrain electoral a bouteflika qui soupconne une desertion aux urnes des chelifiens qui boudent l inaction du president pour la reconstruction de la ville,la creation d emploi pour les jeunes,l elargissement et desengorgement des liaisons routieres.pourtant,il suffisait d 1 milliard de dollar=120 milliards de dinar pour resoudre le probleme des chalets qui tombent en lambeaux.




    0



    0
    AnonymeAMOURA
    24 novembre 2013 - 19 h 59 min

    sellal n apporte rien de
    sellal n apporte rien de nouveau a chlef.il est venu juste pour preparer le terrain electoral a bouteflika qui soupconne une desertion aux urnes des chelifiens qui boudent l inaction du president pour la reconstruction de la ville,la creation d emploi pour les jeunes,l elargissement et desengorgement des liaisons routieres.pourtant,il suffisait d 1 milliard de dollar=120 milliards de dinar pour resoudre le probleme des chalets qui tombent en lambeaux.




    0



    0
    X man
    21 novembre 2013 - 22 h 21 min

    Dites lui aussi que l Algérie
    Dites lui aussi que l Algérie ne compte plus 48 wilaya mais 47 puisque Chlef n en a pas l air du tout.

    Combien de dollars ont été dégagé par l état pour le développement de cette ex wilaya ( Jadis , ville très structurée et belle ) depuis 2000 pour la Kondahariser MAINTENANT? beaucoup , très trop beaucoup .




    0



    0
    Inspektor TAHAR
    21 novembre 2013 - 12 h 15 min

    Ce qui attend Abdelmalek
    Ce qui attend Abdelmalek Sellal à Chlef…Ce n est pas a cause de sa location dans une zone sismique que l on doit negliger le developpement economique de Chlef….




    0



    0
    baden baden
    21 novembre 2013 - 10 h 12 min

    SALAM ALIKOUM,
    Je suis né

    SALAM ALIKOUM,

    Je suis né dans cette région(ouled-farès) et j’en garde que de bons souvenirs, warnier, zeboudj et les batailles à bocca sahnoun avec les marchands de sardines fin des années 60.

    Des amis disent que cette région est le parent pauvre économiquement et socialement.
    Et pourtant c’est une région stratégique géographiquement.

    Au Nord, TENES avec la possibilitée d’un grand port et d’une
    grande station balnéaire, CHLEFF pôle logistique et de transport et réduire cette satanée distance entre la belle ville de TIARET, CHLEFF qui ne doit pas excéder 50′, distance
    qui peut générer une opportunitée économique.

    Souhaitons que la lumière éclaire enfin cette horde d’incompétents.

    TAHYA EL DJAZAIR !




    0



    0
    Anamanesmahch
    20 novembre 2013 - 23 h 11 min

    les ralentisseurs incommode
    les ralentisseurs incommode les ministres quand aux ghachis comme nous…….Helas il n’ya pas que cela dite au pr ministre d’aller faire un tour dans les sites il sera scandalisé par l’etat des routes pauvre EL ASNAM,HISBONA ALLAH WA NI3M EL WAKIL.




    0



    0
    Benyoucef
    20 novembre 2013 - 20 h 48 min

    Il n’a qu’à se tenir
    Il n’a qu’à se tenir tranquille sinon c’est le caillassage de son convoi par les chômeurs de Chlef.




    0



    0
    Rachid
    20 novembre 2013 - 20 h 12 min

    Déjà qu’on a supprimé tous
    Déjà qu’on a supprimé tous les dos d’ânes qui se trouvent sur le parcours du premier ministre de Chlef à Ouled Fares en passant par Chettia alors imaginer combien ça coûte cette opération et après sa visite on va les reconstruire ah la belle affaire




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.