Polémique en France sur la date de la fin de la guerre d’Algérie

Dix ans après l’instauration par Jacques Chirac de la date du 5 décembre pour les commémorations officielles de la fin de la guerre d’Algérie, les anciens combattants de l’armée coloniale continuent de diverger sur la date de cette célébration. Si certaines associations qui les représentent ont fait le choix de respecter la décision du président Chirac, d’autres, comme la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (FNACA), ne cessent de considérer le 19 mars, qui coïncide avec l’entrée en vigueur le 19 mars 1962 du cessez-le-feu qui a mis fin à la guerre, comme la date référence. Les partisans d’une commémoration le 5 décembre se sont donc, comme chaque année, recueillis jeudi dernier pour se souvenir de leurs camarades morts dans les combats en Algérie. Ceux-là continuent de considérer d’ailleurs que la guerre ne s’est pas terminée avec le cessez-le-feu, première résultante des Accords d’Evian signés entre les représentants de la France et ceux du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA). «Ce 5 décembre correspond à l'inauguration du mémorial national en faveur des victimes des conflits en Afrique du Nord, du quai Branly à Paris et à laquelle j'ai participé. Il faut savoir qu'après le 19 mars il y a eu encore beaucoup de morts», explique d’ailleurs l’un d’entre eux, farouche défenseur de cette date instaurée par le président Chirac au journal régional L’Aisne Nouvelle. «Le 19 mars n'existe pas. Il y a eu encore plus de 10 000 morts après cette date. L'UNC maintient la date du 5 décembre», renchérit, à travers le même canal, René Cochepin, président d’une de ces associations. Un avis que ne semblent pas partager les activistes de la toujours influente FNACA qui défendent leur point de vue de manière plutôt intransigeante. «La FNACA a toujours revendiqué la date du 19 mars car le 19 mars 1962 correspond au cessez-le-feu officiel en Algérie. Le 5 décembre ne correspond à rien. Aujourd'hui, chacune des fédérations campe sur sa position et chacune a sa date, comme ça le problème est résolu et c'est conforme à l'esprit des anciens combattants», explique, en effet, Jean Husson, président de l'Amicale des anciens d'Afrique du Nord qui estime, cependant, que «seule la date du 19 mars est cohérente et légitime». Entre les deux dates, les anciens combattants de l’armée coloniale n’arrivent pas à trancher. Mais le dossier est désormais entre les mains du Conseil constitutionnel français qui doit examiner un recours déposé, le mois dernier, et trancher définitivement la question de la légitimité de la date officielle, selon le journal en question.
Amine Sadek
 

Comment (2)

    citoyen
    11 décembre 2013 - 17 h 14 min

    annonyme !!! tu pisse non pas
    annonyme !!! tu pisse non pas dans le sable mais dans l’océn. le 19 mars 1962, est véritablement la date de la fin des hotilités entre l’ALN et l’armée coloniale. ceci est le témoignage des hetres vivants à cet époque. oui, il y a eu pleusieurs morts après le 19 mars et jusqu’en juin de la meme année et c’était les salopards qui constituaient l’oas. c’étaient ceux là qui n’ont pas arreter de plastiquer les fonds de conmmerce et mitrailler les passants algériens dans les rues. bien sur beaucoups on payé quand ils se font attrapés mais malheureusement beaucoups ont échappé. la date du 5 decembre on connait pas. c’est ça la vérité. maintenant si le FLN te gène, tu n’as qu’à faire partie des harragas et je te dirais BON DEBARAS. bonne soirèe !!!!!




    0



    0
    Anonyme
    10 décembre 2013 - 19 h 49 min

    Ce n’est pas facile de
    Ce n’est pas facile de laisser les gens s’exprimer débattre et oui ! ce sont toutes ces ( ses ) certitudes qui s’écroulent face à des arguments implacables ! Jusqu’à quand on essayera à tout les niveau, d’empêcher les vérité de abattre et balayer l’océan de mensonge sur lequel le régime en place a tout bâti ? On peut tromper tout le monde quelques temps, on peut tromper quelques hommes tout le temps mais on ne peut pas tromper tout le monde et tout le temps. le régime FLNesque est apparu à l’occasion de la mort de Mandéla ( la grande réussite Africaine, une véritable reconstruction de Cartage) alors que le régime FLNesque est apparu comme l’échec absolu et ce sur tout les plans.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.