Rencontre d’affaires algéro-française lundi prochain à Alger

Le Forum des chefs d’entreprises (FCE) a annoncé sur son portail électronique qu’il tiendra le 16 décembre prochain, à Alger, une rencontre d'affaires algéro-française en coordination avec l’organisation patronale française Medef. Cette rencontre économique réunira les chefs d'entreprise algériens et français pour «permettre la mise en relation entre les communautés d'affaires des deux pays», selon le FCE qui précise que cet évènement, organisé de manière conjointe entre le FCE et le Medef-international, entre dans le cadre de la réunion du Comité intergouvernemental de haut niveau co-présidé par les Premiers ministres algérien et français, Abdelmalek Sellal et Jean-Marc Ayrault. L’organisation patronale algérienne estime que ce rendez-vous «constituera une opportunité de contacts et de discussions pour les chefs d'entreprise, autour notamment des thématiques sectorielles de l'agro-alimentaire, les infrastructures, l'énergie, la santé, les médicaments, le transport, le bâtiment, les travaux publics, l'habitat et les technologies de l'information et de la communication». Plusieurs ministres algériens et français interviendront lors des travaux en séance plénière pour évoquer la situation des relations économiques entre les deux pays et les moyens de les booster. Du côté algérien, il y aura, en effet, les ministres du Développement industriel, Amara Benyounès, et du Commerce, Mustapha Benbada, alors que la France sera représentée par Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, et Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif.
Amine Sadek
 

Comment (4)

    00213
    12 décembre 2013 - 10 h 33 min

    Affaire, avez vous dit ?
    Oui

    Affaire, avez vous dit ?
    Oui certes pour eux, mais pour nous c’est l’arnaque assuré.
    .
    Je dirais plutôt rencontre d’achats, car c’est la seule chose que l’on sait faire : Acheter.
    Une économie limitée par des cerveaux limités par un enseignement de piètre qualité ne peut avoir les outils nécessaire à des négociations commerciales équilibrées et de surcroit internationales.
    Cela me fait rappeler les amérindiens à l’époque de Christophe Colomb : Les espagnoles débarqués avec des bijoux et des vêtements de pacotilles et les chefs de tribus impressionnés donnaient tous l’or qu’ils possédaient.
    Eh oui un peu de poudre de perlimpinpin, une touche de rechwa et le tour est joué.
    .
    Le gouvernement devrait plutôt importer le summum des universités clés en main avec profs, infrastructures, programmes d’enseignement, logements et bourse, puis laissait le bébé pousser tout seul.
    Dans quelques années, ils se diront à quel point ils ont été ridicules en allant mendier un peu de savoir-aire à prix fort.




    0



    0
    Safiya
    11 décembre 2013 - 19 h 41 min

    Ce monsieur Hamiani
    Ce monsieur Hamiani s’imagine-t-il un instant ce qu’il adviendrait de lui si notre économie n’est pas protégée ? Si on ouvre grand les portes aux prédateurs que sont les multinationales ? Si l’accord de partenariat transatlantique qui se trame en secret voit le jour, il dégringolera très vite de son piedestal, le Medef et consort ne lui permettraient jamais de trop se développer autant « industriel » qu’il est. Qu’opposera-t-il face à des TRUST animés par leurs seuls intérêts. Il goûtera alors les fruits amers d’une vie bien moyenne.

    Quant à nos gouvernants, ils jouent dangereusement avec le feu, un jeu mortel et pour nos enfants, le peuple d’Algérie de demain, un avenir d’esclaves modernes asservis jusqu’à la moelle par les multinationales. Ou lekhbar idjibouh ettwala !




    0



    0
    X man
    10 décembre 2013 - 22 h 36 min

    Le MEDEF S invite en Algérie
    Le MEDEF S invite en Algérie par lui même .Entendre par lui même Hamiani et consort.

    Pourquoi ce timing ?
    A t-il un rapport avec les présidentielles ?
    Ont-ils senti que la France est entrain de perdre des carreaux en Algérie?




    0



    0
    Fennec Blanc
    10 décembre 2013 - 12 h 45 min

    Depuis que ce monsieur est là
    Depuis que ce monsieur est là les affaires de l’Algerie vont male,on l’a jamais a la tete d’un projet ou a la bas du’un projet qui redonne confiance et es^poir




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.