La France a de plus en plus de mal à payer ses dettes

Economie en stagnation, taux de croissance proche de zéro, courbe du chômage toujours à la hausse, appareil industriel en difficulté, investissements bloqués… Le tableau de bord de l’économie française affiche des voyants qui virent au rouge. Mais un autre paramètre vient noircir davantage une situation des plus exécrables, rarement vécue par l’économie française. Il s’agit du poids de l’endettement public qui commence à peser lourdement sur les finances d’un pays encore sous l’emprise du choc monétaire mondial. Le montant de la dette publique française renvoie à une réalité implacable : 2 000 milliards d'euros en 2013, soit 95% du PIB. D’après les experts, la France doit trouver quotidiennement pas moins de 800 millions d'euros pour répondre aux impératifs de financement (salaires des fonctionnaires, allocations chômage, pensions de retraite…). Sur ces 800 millions d'euros, 200 millions proviennent de prêteurs français est le reste est emprunté auprès des marchés financiers extérieurs. Dès lors, la dépendance de la France à ces marchés est évidente, car sans le soutien de ces derniers, le pays ne pourrait pas faire face à ses engagements financiers et continuer à vivre au-dessus de ses moyens comme elle le fait depuis maintenant environ 35 ans. Le dernier incident d’ordre financier qui confirme les grandes difficultés de l’Hexagone à faire face au remboursement de ses emprunts et autres obligations, c’est la tension née entre ce pays et la Suisse. La France qui doit quelque 500 millions d’euros à la Suisse devait rembourser en juin dernier 224 millions au titre de l’année 2012. Mais les difficultés financières ont contraint le gouvernement français à retarder ce paiement, ce qui a eu pour effet de déclencher l’ire des autorités suisses qui n’ont pas hésité à le faire savoir. La France n’a finalement pu s’acquitter de la facture que ces derniers jours. «Paris a bien payé les 276 millions de francs suisses (224 millions d'euros) dus au titre de l'année 2012», a déclaré un porte-parole du secrétariat d'État suisse aux Affaires financières, tout en tentant de détendre l’atmosphère entre les deux pays en mettant le retard en question sur le compte de considérations purement techniques. «Il y a eu du retard, qui était dû à des raisons techniques», a-t-il indiqué à ce sujet.
Amine Sadek
 

Comment (8)

    Béatrice
    23 décembre 2013 - 11 h 31 min

    François Hollande n’a aucune
    François Hollande n’a aucune personnalité. Il n’invente rien, ne propose rien de nouveau, n’a aucune vision. Il a mis ses pieds dans les pantoufles de François Mitterrand et reprend en boucle les thèmes de campagne de la gauche en 1981. A cela, il ajoute également les postures de l’ancien chef de l’État francais .




    0



    0
    qu'importe
    23 décembre 2013 - 9 h 36 min

    c’est la démonstration que
    c’est la démonstration que les dirigeants algériens,tous incompétent et corrompus, sont devenus de bons gestionnaires contrairement à leurs homologues français.




    0



    0
    MACIZEL
    21 décembre 2013 - 17 h 15 min

    La visite de la délégation
    La visite de la délégation Française a couté à l’Algérie 10 milliards d’euros, donc l’Algérie est un DAB de la France.

    Dés le retour de la délégation en France, on a entendu comme quoi les budgets sont équilibrés, c’est la qu’il faut cherché la vérité pas dans les 2000 milliards, qui est une dette certes mais qui est utilisé dans la construction, c’est un faux débat, la France a les moyens de rembourser sa dette jusqu’au dernier centimes, ne vous inquiétez pas.

    le problème c’est notre pays, 2013 déjà la balance s’est penché vers le négatif, et si demain, on aura plus de pétrole, on fera quoi? C’est là qu’il faut creuser Monsieur le journaliste.




    0



    0
    algerienmeskine
    21 décembre 2013 - 17 h 13 min

    ils ne leur reste qu’un petit
    ils ne leur reste qu’un petit coup d’éventail et le tour est joué!
    peut etre que c’est déja fait!!manuel vals est parti tres faché d’alger et holland a dit qu’il est sain et sauf!!!!!




    0



    0
    keskes
    21 décembre 2013 - 15 h 05 min

    @amine sadek
    faites nous la

    @amine sadek
    faites nous la meme analyse de l’économie algérienne en faisant abstraction sur les recettes liées à la vente du pétrole et du gaz, une analyse basée sur l’économie réelle productive , un tableau de la balance de payments en dehors du pétrole et du gaz vous trouverez un zéro pointé.l’économie francaise passe par une conjoncture difficile parcequ’elle est intégrée à l’économie mondiale qui est en crise , la répércussion est automatique.
    chez nous il n’ya pas de notion d’économie , chez nous c vendre les hydrocarbures , distibuer la rente à la clientèle et acheter la paix socilale en augmentant les salaires et en soutenant les produits de première nécéssité jusqu’a quand ??




    0



    0
    Lyes48
    21 décembre 2013 - 14 h 47 min

    Que la France se demerde,
    Que la France se demerde, hachakoum !




    0



    0
    Arezki
    21 décembre 2013 - 14 h 14 min

    Quand tu évoques le nom de la
    Quand tu évoques le nom de la France en Suisse, il te dit, “Ah la grande nation“ avec une aire chambreur…
    Tous les experts de la finance le disent, sans l’Afrique, la France est une Somalie au coeur de l’Europe!
    Vous croyez que les interventions militaires en Libye, au Mali, en Centrafrique, en Côte-d’Ivoire, en Angola, au Congo, c’est pour rétablir l’ordre comme ils le disent sans hante ?
    Maintenant ils ont recours à d’autres méthodes pour tremper la vigilance des nouveaux décideurs africains, puisque l’ancienne génération avec l’laquelle la France-Afrique est construite sont quasiment tous morts, et la nouvelle génération qui gouvernent en Afrique, est plus vorace que la précédente, d’où l’introduction du loup chinois dans la bergerie africaine qui paye le double, voir le triple de ce que payait les Français avant pour avoir les projets ..
    Maintenant c’est les marocain et les Libanais qui partent aux charbons sous les ordres du CAC40 biensûr, parce que l’homme blanc n’as plus la cote aux prés de ces nouveaux golden boys africains qu’on peut pas acheter (….) !!




    0



    0
    vrirouche
    21 décembre 2013 - 14 h 04 min

    Prêtez-leur de l’argent à un
    Prêtez-leur de l’argent à un très bas taux ! Ils méritent ça puisqu’on y soigne les « Gouvernants d’aujourd’hui » et que tout l’argent volé au peuple algérien transite ou y est placé (caché) !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.