Décès du grand dramaturge algérien M’hamed Benguettaf

Le directeur du Théâtre national algérien (TNA) et célèbre dramaturge M’hamed Benguettaf est décédé ce dimanche soir à Alger, à l’âge de soixante-quinze ans, des suites d’une longue maladie. Né le 20 décembre 1939 à Hussein Dey (Alger), M’hamed Benguettaf a étudié à la medersa de Constantine. Il intègre la Radio algérienne en 1963 avant de se lancer dans le 4e art en tant qu’auteur et adaptateur au Théâtre national algérien entre 1966 et 1989. En 1990, il fonde la compagnie Masrah El-Kalâa (Théâtre de la citadelle) avec le dramaturge Ziani Cherif Ayad, avant de diriger le Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi à partir de 2003. Auteur d’une quinzaine de pièces de théâtre, comme «Djeha et les gens» (1980), «Arrêt fixe» (1995) ou encore «Fatma, le bruit des autres» (1998), M’hamed Benguettaf s’était également illustré en tant que comédien en interprétant des rôles dans des œuvres de dramaturges algériens, à l’instar de Kateb Yacine, Ould Abderrahmane Kaki et d’autres encore, ou du répertoire universel comme Shakespeare, Molière ou Brecht. Le défunt sera enterré aujourd’hui lundi au cimetière d’El-Alia à Alger.
R. C.

Comment (4)

    Si Meziane
    6 janvier 2014 - 21 h 50 min

    Allah yarahmou w yarzak
    Allah yarahmou w yarzak 3ayalto essbar.
    C’était un Grand Artiste,Le théatre algérien lui doit beaucoup, il l’a toujours servi Avec Talent et modestie.
    Allah yarahmak Monsieur Benguettaf.




    0



    0
    Anonyme
    6 janvier 2014 - 11 h 44 min

    Allah yarahmou wa issaber
    Allah yarahmou wa issaber 3ayaltou, c’était un grand dramaturge et un très bon directeur du TNA. Ses pièces théâtrales gagneront à être mieux connues, et comme toujours ce n’est qu’après leurs départs qu’on reconnaît la valeur des grands artistes.




    0



    0
    R.tounani
    6 janvier 2014 - 10 h 39 min

    inna lillah wqa ilayhi
    inna lillah wqa ilayhi radji3oun :in challah maqamak fi Djanet el ferdaous amine amine ya rabi alamine
    c’est un tres grand monsieur ,dans et en dehors de sa vie artistique.
    l’algerie et particulièrement « champs manœuvre »place du 1ér mai ont perdu un grand radjel bi ma3na el kalima




    0



    0
    Safiya
    6 janvier 2014 - 6 h 31 min

    Inna LiLleh wa inna Illayhi
    Inna LiLleh wa inna Illayhi raji3oun. Rabbi Ira7mou wi wessa3lih ! Et comme l’on dit : elli khala ma mèt…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.