Un otage nommé Algérie

Ceux qui ont pris la lourde responsabilité de prendre l'Algérie – Etat, nation et société – en otage, depuis 1999, pour lui faire subir toutes les régressions et humiliations possibles et imaginables, répondront de leurs forfaits, un jour ou l'autre, et ce jour n'est plus lointain, malgré toutes les manœuvres accomplies par le clan présidentiel pour retarder cette échéance, en plongeant l'Algérie dans le chaos avant de prendre la poudre d'escampette. Parmi ces manœuvres, dangereuses pour la paix, la stabilité, la sécurité et l'unité nationales, le recours à la dévalorisation des institutions et des fonctions de la République, comme le fait avec une férocité canine Saïdani, le très contesté secrétaire général du FLN, contre l'ANP et le Premier Ministre, Abdelmalek Sellal. Afin d’imposer son candidat, qui est dans l'incapacité physique, mentale et morale d'assumer ses fonctions depuis des années déjà, le clan présidentiel exerce sur le peuple algérien un chantage odieux, qui exploite la misère physique et morale indescriptible dans laquelle se trouvent de larges couches de la population algérienne, notamment les jeunes livrés à un chômage endémique. Plus de 50% d'entre eux, qui ont atteint l'âge de travailler, sont sans emploi. Contrairement à ce qu'affirme avec une légèreté troublante Amar Saïdani, selon lequel «Bouteflika incarne la paix, la stabilité et le développement», pour l'écrasante majorité des Algériens et les Algériennes Bouteflika = corruption généralisée, scandales financiers dans lesquels ses proches sont directement impliqués, népotisme, régionalisme, régression dans de nombreux domaines, propagation de l'usage de la drogue et la hogra instaurée en mode de gouvernement par le clan d'Oujda et Tlemcen. Que ce clan de prédateurs sans foi ni loi le sache, une fois pour toutes, les patriotes que compte encore notre cher pays, et ils sont plus nombreux que ce clan ne le pense, s'opposeront par tous les moyens pacifiques à la dernière forfaiture que ces aventuriers s'apprêtent à faire subir à notre pays.
Vive l'Algérie !
Ali Bounif
 

Comment (17)

    lagrinche
    20 janvier 2014 - 20 h 43 min

    Otages vous dites? alors faut
    Otages vous dites? alors faut appeler tous les grands spécialistes au chevet de ce peuple pour exorciser le syndrome de Stockholms qui nous hante!Le jour où les Algériens se mettront dans la peau de vrais citoyens alors ils oseront, pacifiquement, brandir l’écriteau DEGAGE! à tous ceux qui ne réspéctent pas les engagements pris devant eux!




    0



    0
    Anonyme
    15 janvier 2014 - 15 h 36 min

    L’Algérie est otage du
    L’Algérie est otage du FLN-gaulistes depuis 1958. Le régime actuel est absolument néocolonialiste le pire de tous !




    0



    0
    Bensaad
    15 janvier 2014 - 9 h 28 min

    Incha Allah, l’Algérie sera
    Incha Allah, l’Algérie sera toujours gardée et sauvée par Dieu et ses Saints.
    Tous ceux qui ont osé voler les deniers publics en abusant de leurs fonctions l’ont payé très cher.
    Je ne souhaiterai pas à mon pire ennemi de se trouver dans la situation pitoyable de Bouteflika, un moribond, dont même la mort ne veut pas.
    Comme Bouteflika, tous ceux qui ont trahi le serment vont payer ici bas en étant exposés sur le pilori, livrés à la vindicte populaire.




    0



    0
    Amcum
    14 janvier 2014 - 21 h 33 min

    @ Par mellah hocine (non
    @ Par mellah hocine (non vérifié) | 14. janvier 2014 – 21:03

    Important: il faut verifier les sources avant d’Ecrire quoi que ce soit. Cette phrase qui a circulé il y a deux ans je crois sur Facebook et qui a été attribuée a Ben Mhidi n’est pas de Ben Mhidi. Sur le net tu peux trouver toute une analyse OBJECTIVE d’un historien ALgerien sur enième manipulation.




    0



    0
    mellah hocine
    14 janvier 2014 - 20 h 03 min

    « Lorsque nous serons libres,
    « Lorsque nous serons libres, il se passera des choses terribles, on oubliera toutes les souffrances de notre peuple pour se disputer les places […] Oui, j’aimerais mourir au combat avant la fin» (1)
    Mohamed Larbi Ben M’hidi , héros de la guerre d’indépendance( 1923-1957)




    0



    0
    mellah hocine
    14 janvier 2014 - 20 h 01 min

    La situation est très grave.
    La situation est très grave. La société algérienne est à la croisée des chemins. Elle peut décider de retourner en arrière pour s’abimer dans des archaïsmes surannés. Elle peut aussi aller de l’avant en donnant aux institutions formellement républicaines de l’Etat un contenu véritablement démocratique. Incapables d’aller de l’avant et de trouver les voies et moyens à même de mener ce combat, certaines forces poussent vers le passé. C’est notamment le cas des islamistes qui se proposent d’en finir avec la république des citoyens pour proclamer une communauté de croyants où l’individu disparaît et ne dispose d’aucun droit au profit des détenteurs du savoir religieux qui confisque ainsi la souveraineté populaire. Les partisans des archs et autre ordres tribaux entendent créer le même type de communautarisme, mais sur une base « laïque ». D’autres encore, à l’image du MAK, se battent pour l’éclatement de l’Algérie sur une base régionale ethniciste donc raciste.




    0



    0
    zyriab
    14 janvier 2014 - 14 h 58 min

    La régression féconde nous a
    La régression féconde nous a été déjà vendu pour justifier le terrorisme et l’intégrisme Après le qui tue qui ils voulaient absolument nous explique r que c’était la seule et unique issue accepter le FIS et tous ses ingrédients Aujourd’hui on vient nous convaincre que les 2 millions de logements sont mal distribués donc il na fallait pas les construire que les 16 km d’autoroute ont introduit la corruptions donc il faut arrêter de construire et de réaliser des routes et autoroutes .Pour la construction des ports et aéroport soi on doit les confier à de véritables entreprise françaises soit on arrête arrêter de construire des hôpitaux à travers le pays car les médecins ne veulent pas aller travailler à l’intérieur du pays La réalisations des 50 universités ne sert à rien de toutes les manières nos étudiants sont nuls mais ils peuvent aller travailler en occident car ils sont brillant .Discussion stérile Pourquoi ne pas poser le vrai problème de fond le débat de société qui est posé à nous ?qu’allons nous laisser à nos enfants quelle société voulons nous vivre? Continuer à vivre que de frustrations ou affronter nos véritables ennemis « toutes les forces rétrogrades  » à l’intérieur en acceptant de revoir notre mode de vie car nous vivons exclusivement par procuration ?




    0



    0
    Amcum
    14 janvier 2014 - 14 h 01 min

    @ Ravah (non vérifié) | 14.
    @ Ravah (non vérifié) | 14. janvier 2014 – 11:47
    Le classement des universités publié sur le net est tout simplement biaisé. Il ne reflète pas du tout la valeur et la qualité de l’enseignement dispensé.
    Je donne un exemple d’un questionnaire en sociologie dont l’une des questions auxquelles on doit répondre avec un OUI ou un NON est :
    « Pour vous, les valeurs religieuses sont importantes »
    La réponse va déterminer si oui ou non vous êtes conservateur ou pas.
    Si en occident cette question peut donner une indication sur la personnalité, elle est tout juste absurde dans un pays musulman comme l’Algérie. Anecdote: J’ai vu un gars ivre mort tomber par terre, dans ses efforts pour se lever, il disait: « Laylah ilalah Mohamed Rassoul Allah, grib tkessert ».
    Le questionnaire doit changer, afin d’espérer trouver l’information recherchée. Dans le cas des ces classements, on ne pose tout simplement pas les bonnes questions.
    NB : Un indicateur simple et efficace si on veut voir vraiment le niveau des universités Algériennes est celui de faire un tour dans les universités aux USA, CANADA et autres pays occidentaux. On y trouve des chercheurs Algériens qui ont fait leurs études en Algérie. Sans parler pas des étudiants qui après une courte formation trouvent facilement une place dans le marché du travail dans ces pays!

    Maintenant, y a deux types de personnes. Ceux avec un esprit critique, qui ne gobent pas tout ce qui vient de l’occident. Et ceux, par faiblesse ou encore par malice, qui ne font qu’être des relais de ces briseurs des peuples et de leurs leviers humains, ici l’université.




    0



    0
    Ravah
    14 janvier 2014 - 10 h 47 min

    Adel, votre approche
    Adel, votre approche quantitative de la situation prévalant en Algérie est simplement ridicule.
    Un seul exemple : lors du classement pour 2013 des universités africaines, la première « université » algérienne arrive à la 60ème place.
    C’est triste de le dire et de le répéter à l’instar de M. Bounif, notre pays a considérablement reculé dans de nombreux domaines, depuis 1999 et ce malgré les énormes moyens financiers que l’augmentation des prix du gaz et du pétrole et leur exploitation massive par la Sonatrach, dont on connait les scandales dus à la gestion de Khelil Chakib et ses partenaires étrangers,lui ont procurés.
    L’Algérie caracole en tête des pays corrompus et se débat dans les abysses des pays mal gouvernés.
    Il faut d’un nationalisme d’un autre temps ou bien profiter du régime en plage pour afficher un optimisme béat pareil au vôtre.




    0



    0
    Adel
    14 janvier 2014 - 9 h 18 min

    Lamentable, qui est-ce ce
    Lamentable, qui est-ce ce triste sir?
    Et vous quel clan vous allez mettre à la place
    Croyez vous qu’un homme seul aussi brillant soit-il peut faire fonctionner un pays comme l’algérie.
    Vous méprisez plus de 2 millions d’algériens qui se dévouent chaque jour pour faire tourner ce pays.
    Oh certes ce n’est pas parfait, mais ce pays tourne, n’en déplaise aux rabats-joie.
    l’algérie à plus d’université que la france, c’est des algériens qui ont travaillé pour cela
    Alors les tous pourris voyez ce qui se passe ailleurs et vous reviendrez. Sauf si vous êtes marabout mais alors dans ce css
    Combien d’emplois avez vous créee? qu’avez vous fait pour l’algérie?




    0



    0
    laz
    14 janvier 2014 - 2 h 25 min

    Qui est ali BOUNIF ?
    Qui est ali BOUNIF ?




    0



    0
    Safiya
    13 janvier 2014 - 19 h 30 min

    Mais qui encore peut se
    Mais qui encore peut se laisser duper par ce sieur mouillé jusqu’au cou dans des affaires de détournement de deniers publics drabki de son état. Au contraire, il rend service à l’ANP et à M. Sellal. Ne dit-on pas que el glayli ma yen’sa hezz k’tafou ?




    0



    0
    Anonyme
    13 janvier 2014 - 16 h 05 min

    retour aux temps des
    retour aux temps des zaouiates ça serait mieux ,d’ailleurs son excellence ghoulam ALLAH l’a déjà proposé,je pense que c’est une bonne idée ,c’est avancé en reculant ,c’est une façon d’attraper le retard chaque fois quand la machine grince de cette faon on a ce laps de temps de bricoler un peu sur la machine pour la refaire démarrer et comme ça personne ne sera mécontent d’avoir raté le train qui roule lentement mais toujours en reculant




    0



    0
    Amcum
    13 janvier 2014 - 14 h 00 min

    Monisuer Ali Bounif
    Monisuer Ali Bounif bonjour,
    Je n’ai aucun doute sur votre nationalisme. Néanmoins, je crois que vos faites une fausse lecture des événements.
    Bouteflika ne veut pas et ne vas pas se présenter.

    Le future président va être élu démocratiquement et en toute transparence. J’ai mon idée sur le rôle qu’on fait faire à Saidani. En deux mot il joue le rôle du House cleaner…

    NB: L’État de santé du président n’enlève rien de l’effort qu’il a déployé durant ces dernières 15 années. Un tour rapide du pays permet de constater qu’avec sa politique sociale/nationale-libérale-contrôlée, la terre Algérienne est de nouveau plantée par l’Algérien et que désormais on peut démarrer sa compagnie. Par planter je fais allusion aux villages et villes de l’intérieur du pays dont l’ecart-socio-economique avec les grandes villes se fait de plus en plus petite. Ne pas oublier l’état des villages en 1999 avec la majorité désertés à cause du terrorisme. Oui il faut vivre en Algérie, et en Algérie profonde aussi pour comprendre la lourde portée humaine d’un village vide.

    En l’Espace de 5 ans, j’ai trouvé mon village avec:
    —————————————————
    – Un hôpital
    – Un Lycée
    – Une école d’enseignement moyen
    – Deux nouvelles écoles primaires.
    – Une bibliothèque municipale.
    – Gaze de ville (Gaze naturelle) partout.
    – Électrification à jour. Même les nouvelles constructions sont électrifiées à 100%

    Important :
    ———–
    Mon village n’est pas le seul a avoir bénéficié de ce rythme de développement, car je l’ai vérifié moi-même dans d’autres villages encore plus reculés que le mien. Aussi je tiens à préciser ici que je ne suis ni de Tlemcen ni proche de la cote, mais de l’Algérie profonde.

    Encore IMPORTANT :
    ——————
    Ne dites surtout pas que c’est l’argent du pétrole, comme si on peut construire l’Algérie avec l’argent de ma famille a moi ! Le nouveau président aura le grand défit de créer un tissu industriel, agricole et de services pour avoir d’autres sources de revenus. Ce point, Bouteflika lui a juste créé les conditions politico-économiques. Le gros travail reste à faire.

    Encore un dernier point IMPORTANT:
    ———————————-
    Monsxieur Ali Bounif, vous avez le droit de ne pas etre d’accord avec Bouteflika, mais de grace proposez nous des solutions car critiquer ne fait pas avancer votre cause ni notre chere pays non plus.




    0



    0
    Abou Stroff
    13 janvier 2014 - 13 h 51 min

    « Ceux qui ont pris la lourde
    « Ceux qui ont pris la lourde responsabilité de prendre l’Algérie – Etat, nation et société – en otage, depuis 1999″ devront effectivement rendre des comptes. comme il n’y a ni classe politique digne de ce nom, ni société civile digne de ce nom et qu’en fin de compte il n’y a qu’une structure relativement moderne pour pousser kouider el mali et la cour qui lui sert de serpillère vers la sortie, et bien que cette structure, c’est à dire l’armée et les services qui lui sont rattachée prenne ses responsabilités historiques et dégomme celui qu’elle a elle-même ramené de son exil doré! il ne s’agit pas, évidemment d’envisager un coup d’état à l' »africaine » mais il y a diverses manières (les unes plus subtiles que les autres) pour dégommer une momie sans que personne ait quoi ce soit à dire. il suffit, par exemple, de clouer le bec à tous les laudateurs (ancien moniteur d’école primaire, derbki, fakakir, …) qui nous agressent, à tout moment, avec leur 3ouyhda rabi3a, par exemple et d’imposer un programme approprié à la télé de boutef pour que cette dernière arrête, une bonne fois pour toutes de nous em…… avec des propos mal placés concernant leur bienaimé fakhamatouhou national.
    PS: au fait, ceux qui nous ont imposé boutef en 1999,, 2004 et en 2009, ne se sentent ils pas responsables de la gadoue dans laquelle nous barbotons? si oui, alors par patriotisme, ils devraient sortir de leur mutisme et rejeter publiquement boutef et la cour qui lui sert de serpillère.




    0



    0
    Mahmoudi
    13 janvier 2014 - 12 h 59 min

    Le comportement mesquin du
    Le comportement mesquin du clan présidentiel me donne la nausée.
    Plus bas, tu meurs !




    0



    0
    Benyoucef
    13 janvier 2014 - 9 h 51 min

    Le peuple algérien humilié et
    Le peuple algérien humilié et méprisé par le clan présidentiel n’acceptera jamais qu’il lui impose le légume que l’Unique lui montre de temps en temps, affalé dans sa chaise roulante, en traficotant honteusement les images, pour continuer le pillage du pays.
    L’ANP que ces aventuriers salissent constamment doit prendre ses responsabilités car c’est elle qui nous l’impose depuis 1999 malgré toutes ses tares et les limites « physiques, mentales et morales », qu’il a largement montrées.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.