Un modèle trompeur

Par Kamel Moulfi – L’expérience de l’«islamisme modéré» mis en œuvre en Turquie comme alternative au projet porté par les démocrates et les patriotes dans la région, et qui a induit en erreur pendant un temps jusqu’aux laïcs dans les pays musulmans, intoxiqués par le marketing dont se sont chargés les Occidentaux, est en voie de perdre son rayonnement et d’achever les dernières illusions sur ce modèle trompeur. On sait que les dirigeants islamistes de l’AKP, parti au pouvoir, ont bâti leur audience en Turquie sur une réputation de champions de la lutte contre la corruption dont ils accusaient le régime laïque kémaliste et particulièrement ses forces armées. Ils sont depuis quelques mois fortement éclaboussés par des scandales politico-financiers à répétition qui ont dévoilé à la fois leur hypocrisie et leur soumission totale aux milieux d’affaires. Les commissions qu’ils empochent se comptent en dizaines de millions d’euros et les preuves qui s’accumulent impliquant le fils du Premier ministre, Erdogan, indiquent que la corruption chez les islamistes turcs est une affaire de famille. Sur l’aspect politique, ils accusaient le pouvoir laïque en Turquie d’exercer une dictature et d’être antidémocratique, mais ils sont capables du pire comme le montre leur despotisme qui éclate au grand jour. Le Parlement européen, qui a été longtemps séduit par ce modèle, vient de dénoncer les récentes lois qui menacent l’indépendance des magistrats, engagés dans la lutte contre la corruption. Il a également dénoncé le contrôle exercé par le gouvernement turc sur l’utilisation d’internet. Est-ce le signe d’un lâchage d’Erdogan par ses alliés occidentaux, à commencer par l’Union européenne ? Les manifestations populaires lors des funérailles du jeune Berkin Elvan indiquent que le peuple turc compte d’abord sur ses propres forces. La propagande démagogique de l’AKP aura du mal à passer lors des prochaines consultations électorales, d’abord les municipales, le 30 mars, puis les présidentielles, le 10 août.
K. M.
 

Comment (6)

    Lemdigouti
    14 mars 2014 - 22 h 15 min

    Mais on a chez NOUS des
    Mais on a chez NOUS des exemples vivants…..Des ministres islamistes liés à des scandales : le thon rouge et l’autoroute est-ouest….Et ces mêmes wouzara protégés par le pouvoir.




    0



    0
    Laetizia
    14 mars 2014 - 20 h 46 min

    Les islamistes turcs peuvent
    Les islamistes turcs peuvent fanfaronner en étant au pouvoir après que Mustapha Kemal relayé par des milliers de fonctionnaires engagés et droits, aient construit un Etat fort.
    Ils peuvent se hisser démocratiquement pour gouverner avec des instruments et des institutions qu’ils auraient été incapables de produire sans l’œuvre kémaliste.
    Je vois là une analogie avec notre pays où les gouvernants se révèlent infichus de gouverner depuis plus de 30 ans car les instruments les dépassent. Pourtant la toute jeune République Algérienne portée par ses valeureux enfants, les artisans de l’indépendance, avait vaillamment travaillé.
    Episodes notoires marquant la détérioration de nos institutions : le terrorisme et l’arabisation forcée
    Le terrorisme qui a décimé les meilleurs cadres algériens (par l’assassinat ou la fuite des plus prévoyants) a considérablement entamé la réserve de technocrates sensés soutenir la république algérienne qui aurait dû à cette époque entamer sa phase de consolidation.
    En la quasi absence de personnalités fortes charismatiques, convaincues par la mission qui est la leur et mettant par-dessus tout l’intérêt de l’Etat, la monnaie d’échange est devenue la corruption. La corruption se nourrit de phénomènes conjoncturels propres à chaque pays. Pour ce qui nous concerne: médiocrité, terrorisme comportemental, refus / méconnaissance des règles de fonctionnement administratif (incivisme) et de façon marginale cherté de la vie.
    Quelques répercussions :
    L’Assemblée Nationale où siègent les représentants du peuple sensés porter les droits des populations régionales avec intelligence, clairvoyance et probité ressemble a un congrès de colporteurs. Les représentants du peuple ont été choisis parce qu’ils représentent le « niveau du peuple » (le niveau le plus bas pour que tout le monde se sente représenté…) et non l’élite (comme cela se pratique partout ailleurs dabs le monde) que le pouvoir suprême craint par-dessus tout. Ont été favorisés à ces postes, à l’exception d’une infime minorité, des individus présentant la « qualité » suprême de parler l’arabe académique sans se préoccuper de leurs qualifications en termes de droit, d’expertise dans leurs métiers (…), etc.
    Voir l’incarnation de cette tendance en la personne de M. Belkhadem désormais promu au rand de conseiller personnel du Président de la République.
    Le recul du multilinguisme dans notre pays, au profit d’une langue unique entièrement importée, l’arabe académique (ou machréquin) qui a apporté l’islamisme dans ses bagages, a engendré une première fracture sociale. Les multiples et ininterrompus vagues d’exodes ruraux ont engendré un nouveau déséquilibre social qui génère de l’intolérance et une profonde incompréhension entre individus et une déstructuration préjudiciable aux villes et lieux de vies ruraux. Ajoutez à cela la perte des patrimoines urbains et ruraux qui ne se transmettent plus et ne se renouvellent plus au fil des générations.
    Bref une catastrophe humanitaire qui sévit depuis 30 ans et avec plus d’acuité depuis 1990.
    Rêvons quand même à une République Algérienne réformée accompagnée (ou précédée ?) d’une réforme sociale approfondie menée par l’école, la société civile engagée et tous les lieux stratégiques du travail et de l’interaction sociale.




    0



    0
    elkhayam
    14 mars 2014 - 17 h 08 min

    L’islamisme est une idéologie
    L’islamisme est une idéologie maléfique et pervers insoluble dans la démocratie, malgré ses différents masques et emballages tape à l’œil sa vrai nature finira par refaire surface.




    0



    0
    Etat de droit
    14 mars 2014 - 16 h 03 min

    Il n’y a pas plus d’islamisme
    Il n’y a pas plus d’islamisme modéré que de beurre en broche. Il y a l’islamisme tout court, et cette doctrine n’a de raison d’ètre que par la misère humaine (y compris intellectuelle et mentale)dont elle se nourrit goulument pour exister.




    0



    0
    Abou Stroff
    14 mars 2014 - 13 h 56 min

    l’islamisme est un et il n’y
    l’islamisme est un et il n’y a que les « naïfs » qui croient qu’il y aurait des islamistes modérés aux côtés d’islamistes radicaux, lesquels côtoieraient des islamistes sanguinaires. en effet, derrière cette typologie apparente se cachent la mêmes couches sociales qui visent un seul et même but: la prise du pouvoir politique par ces mêmes couches que le capitalisme triomphant déclasse et marginalise. l’islamisme sert les couches impliquées dans le commerce en général (l’économie de bazar, entre autres) et hissent les commerçants activant dans le commerce formel et informel au rang d’agents économiques incontournables alors que ces couches ne sont que des couches intermédiaires dont le capitalisme triomphant peut aisément se débarrasser (voir les « grandes surfaces » qui « tuent » le petit commerce et les marchands de toute nature). l’islamisme est donc l’idéologie idoine de systèmes pré ou proto-capitalistes, idéologie qui ne fait, en fait, que retarder la décrépitude inéluctable et la déliquescence incontournable de ces systèmes (le système rentier qui domine la formation sociale algérienne, entre autres). moralité de l’histoire: le capitalisme triomphant qui a relégué la religion chrétienne à sa juste place (c’est à dire dans la sphère privée) au sein des formations sociales développées relèguera la religion musulmane dans la sphère privée dès que les conditions objectives, au sein des formations sociales dominées par l’islam se matérialiseront, ces conditions objectives se résumant en l’émergence du travail en tant que activité structurante et au jaillissement inexorable de la société civile séparée de l’Etat et du citoyen qui n’agira qu’en fonction de ses intérêts propres. quant à la spécificité de la religion musulmane que brandissent les idéologues religieux, elle relève d’un appréhension a-historique des phénomènes religieux. en effet, le pape n’est il pas le représentant de Dieu sur terre? et pourtant qui écoute le pape quand il raconte des histoires (l’interdiction de la contraception ou du divorce, par exemple) qui ne cadrent pas avec le vécu de ses ouilles?




    0



    0
    RAMO
    14 mars 2014 - 12 h 20 min

    « FAIT CE QUE JE TE DIT ET NE
    « FAIT CE QUE JE TE DIT ET NE FAIT CE QUE JE FAIT »
    C EST LA DEVISE SECRÈTE DES ISLAMISTES.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.