Il se mord les lèvres

Par Karim Bouali – Dans son communiqué diffusé hier, Abdeslam Bouchouareb, le directeur de la communication du candidat Abdelaziz Bouteflika, accuse nommément, en le citant huit fois, Ali Benflis dont les représentants seraient, selon les propos du clan présidentiel, les auteurs de «comportements violents» durant cette campagne électorale qui sera clôturée dans quelques heures. Dans leurs premiers commentaires, les observateurs ont vu dans cette réaction inattendue et plutôt surprenante, du clan présidentiel, une manifestation de panique à l’idée que le président-candidat à un quatrième mandat perdrait l’élection face à son rival Ali Benflis. C’est le signe que la confrontation ouverte a commencé. Cela n'augure rien de bon pour le jour du scrutin et préfigure même le climat, pour le moins exempt de toute sérénité, dans lequel pourrait se dérouler le vote. Les accusations graves, qui se réfèrent à des dépassements qui ont marqué certains meetings tenus dans le cadre de la campagne présidentielle, non seulement ne reposent sur aucune preuve précise impliquant Ali Benflis, mais, surtout, ne résistent pas à la comparaison avec le parcours politique que les Algériens ont retenu de ce dernier, à savoir son attachement à la stabilité du pays et à l’unité du peuple. Sans attendre la réponse d’Ali Benflis au communiqué accusateur émanant du clan présidentiel, il suffit de rappeler que, dans l’interview accordée à notre site, il fixait «une ligne rouge, une ligne à ne jamais dépasser : la violence», estimant que «ceux qui réclament la violence et qui la pratiquent s’excluent du champ politique». Dernièrement, dans un entretien à Al-Jazeera, Ali Benflis déclarait : «Rien ne peut se substituer à la démocratie pour opérer le changement». En fait, le communiqué de Bouchouareb traduit l’échec lamentable de la stratégie électorale privilégiée, chez nous, par ceux qui détiennent le pouvoir. Cette stratégie, créée par le système du parti unique et mise en œuvre dans les élections présidentielles, repose sur deux éléments : occupation exclusive de l’espace public et usage abusif et illégitime des moyens de l’Etat. Ce n’est pas suffisant, l’aveu de Bouchouareb à travers son communiqué le prouve. Les temps ont changé.
K. B.

Comment (17)

    Anonyme
    14 avril 2014 - 7 h 07 min

    Mon commentaire aurait -il
    Mon commentaire aurait -il été censuré ? Dans ce cas , sans commentaire !!




    0



    0
    Anonyme
    14 avril 2014 - 4 h 05 min

    Vous avez suivi
    Vous avez suivi l’intervention de Benflis à la TV ? Si oui , pourquoi vous acharnez-vous à nier ce que des millions d’ Algériens ont entendu de lui , ces propos qui ne concèdent rien à ceux des dirigeants du FIS de la pire époque ?

    En fait , votre publication s’est mue en support de la campagne de Benflis . Vous vous décuplez pour faire de l’ancien Directeur de campagne de l’autocrate une alternative cependant que son programme heurte frontalement ce qui avait été votre crédo et ce pourquoi nous vous lisions et vous encouragions : Une Algérie moderne et démocratique à jamais débarrassée du système géniteur de Benflis , du clan Boutef et du spectre de l’ Etat théocratique dont votre champion veut réparer les instruments . C’est affligeant et ça ne manque pas de d’intriguer …..Pour le moins .




    0



    0
    Sawt
    13 avril 2014 - 22 h 18 min

    – « D’où vient qu’un boiteux
    – « D’où vient qu’un boiteux ne nous irrite pas et qu’un esprit boiteux nous irrite ? A cause qu’un boiteux reconnaît que nous allons droit et qu’un esprit boiteux dit que c’est nous qui boitons. »
    – « La vérité est si obscurcie en ces temps et le mensonge si établi, qu’à moins d’aimer la vérité, on ne saurait la reconnaître.  » (Blaise Pascal




    0



    0
    Anonyme
    13 avril 2014 - 21 h 50 min

    Boutef a toujours été comme
    Boutef a toujours été comme ca .La panique gagne le systeme .Ils veulent faire peur aux citoyens .Ils ont accentué les evenements de Ghardaia ,conflit qu’ils ont déclenché pour le presenter aux autres regions pour les dissuader de toute velleité de protestation .Le choix des mozabites ,gens de foi et de paix , est calculé car selon eux maitrisable après avoir servi .C’EST DE LA DISSUASION .




    0



    0
    amal
    13 avril 2014 - 21 h 19 min

    Aprés m’être intensément
    Aprés m’être intensément renseignée sur benflis, vu les vidéos de sa famille, je ne peux plus qu’espérer de toutes mes forces qu’il devienne le président de l’algérie le 17 avril prochain.
    J’ai vu sa famille, ses soeurs qui ressemblent à n’importe quelles algériennes de famille modeste, malgré que benflis a longtemps eu des fonctions dans le pouvoir.
    Lui-même a changé et muri d’une manière surprenante en comparaison à 2004. Il a aussi muri d’une manière spectaculaire par Rapport au début de sa campagne!!!
    Benflis est un homme du devoir. Il a sûrement été élevé par quelqu’un de trés autoritaire de sorte qu’il a toujours obéi à ses supérieurs. Cependant quelque chose s’est passée qui l’a convaincu qu’il ne doit plus se contenter d’obéir mais qu’il faut prendre des initiatives. Il respire mieux depuis qu’il a endossé la démocratie, qu’il l’a acceptée comme on se décide à plonger dans l’eau et je crois comprendre qu’il se sent investi d’une mission.
    Pour moi il est l’espoir des algériens en ce moment difficile.
    Vive l’algérie! Gloire et éternité à nos chouhada!




    0



    0
    Anonyme
    13 avril 2014 - 17 h 06 min

    PANIQUE EXTREME A BORD.
    PANIQUE EXTREME A BORD.




    0



    0
    sabrina
    13 avril 2014 - 16 h 59 min

    on assiste a l execution
    on assiste a l execution chirurgicale d un plan bien ficelé avec la victimisation du suspect en prenant a temoins les ordonnateurs d outre mer pour faire passer la pillule de la repression intra muros a venir (tolerance zero)




    0



    0
    Anonyme
    13 avril 2014 - 16 h 11 min

    la violence est à trouver
    la violence est à trouver dans :
    *le viol de la constitution en 2008 pour sauter le verrou de la limitation du nombre de mandats présidentiels
    *le maintien de la candidature d’un homme malade handicapé par procuration et contre tout bon sens
    *la mise en marche des dispositifs habituels de la fraude et leur « protection » par les hommes du clan et les soutiens onéreux et criminels étrangers au détriment des interets superieurs de la nation;
    DRABNI OU BKA OU SBAQNI OU CHKA




    0



    0
    mellah hocine
    13 avril 2014 - 15 h 56 min

    Nous voilà devant l’échéance
    Nous voilà devant l’échéance présidentielle qui semble surexciter  » les castes politiques  » qui s’acharnent à noyer les vrais problèmes et les vraies solutions dans un verre d’eau. Une montée aux extrêmes qui, du coup, ouvrira la voie à la généralisation des tueries à l’ensemble du pays.
    Alors, j’avais pensé à une seule position , celle d’une Dissidence Citoyenne Electorale Pacifique et Nationale : participer ou boycotter n’a effectivement aucun sens.
    Il faut d’abord être citoyen ou citoyenne pour donner du sens à la participation ou au boycott .
    Depuis les élections à l’Algérienne inaugurées par le Gouverneur Général Naegelen, les Algériens n’ont pas connu une seule opération électorale libre. Quelles mascarades successives ! Réduire le suffrage universel au simple dépôt du bulletin dans l’urne ; sans se soucier de la présence des citoyens dans l’exercice du pouvoir et par l’exercice de leurs libertés d’information, d’expression, et d’organisation. Et alors que le droit, la justice sont en totale déshérence et que toutes les catégories des droits de l’homme sont refusées aux citoyens. L’Unique droit qui leur est concédé est, une fois de plus, de se rendre complice en toute connaissance de cause, d’abord avec un vote falsifié et ensuite à la désignation d’un appareil enregistreur de domination .
    Cet acte de dissidence électorale s’inscrit dans la dynamique citoyenne. Il doit faire l’objet d’une déclaration très forte avec le rappel des exigences principales avancées pour la reconquête du peuple algérien du premier et du plus fondamental des droits de l’homme : son droit à l’autodétermination.
    C’était un message de H. AIT AHMED en 2002




    0



    0
    Anonyme
    13 avril 2014 - 15 h 24 min

    ALERTE INFO …ALERTE INFO…
    ALERTE INFO …ALERTE INFO… Sidi Aich petit village dans la wilaya de Bejaia vient de recevoir un important renfort de gendarmes. Au moins 5 bus viennent de décharger au niveau de l’escadron de sécurité routière.




    0



    0
    Anonyme
    13 avril 2014 - 15 h 06 min

    Suite à la rencontre du
    Suite à la rencontre du président candidat avec le MAE espagnol, et contrairement à ce que répète «ahmara» benyounès, c’est surtout le cerveau de boutesrika qui ne fonctionne plus.
    La peur a changé de camps.
    Surveillez les avions qui vont décoller de nos aéroports.




    0



    0
    Abou Stroff
    13 avril 2014 - 13 h 22 min

    un « Bouchouareb » qui se mord
    un « Bouchouareb » qui se mord les lèvres! quoi de plus banal si, effectivement, il porte bien son nom. quant à sa diatribe à l’encontre de benflis, elle n’émeut personne. en effet, l’algérien lambda sait que tous les atouts (en terme de fraude électorale, en particulier) sont aux mains de notre bienaimé fakhamatouhou national et de la cour qui lui sert de serpillère. par voie de conséquence (expression fétiche de notre bienaimé fakhamatouhou national), la seule explication à la volte-face de la marabunta qui nous gouverne et dont le parrain s’est plaint au ministre espagnol des ZAE, est que la marabunta panique et c’est un bon signe pour l’Algérie des algériens.




    0



    0
    lamine
    13 avril 2014 - 13 h 09 min

    Bouteflika qui croyait
    Bouteflika qui croyait rempiler les doigts dans le nez, se trouve confronté à une fronde mené par la populace qu’il a toujours méprisé, Bouteflika a chargé ses lieutenants de faire la campagne électorale à sa place,là où ils se présentent en son nom ils sont conspués, insultés puis finalement exfiltrés pour échapper à la vindicte populaire.Boutef a senti le vent tourner et accuse de violence son adversaire principal qui lui est reçu en héros partout où il tient meeting;




    0



    0
    Jelloul El Fehaimi
    13 avril 2014 - 12 h 47 min

    DRABNI OUA BAKA, OUA SBAKNI
    DRABNI OUA BAKA, OUA SBAKNI OUA CHTAKA; cela à un nom: TAYHOUDITE.
    Les fils d’Israël ont fait des émules chez nous. En terre de Palestine, un peuple est spolié de sa terre, il erre dans des camps de réfugiés des pays voisins, la sauvagerie des Sionistes n’épargne ni femmes, ni enfants, ni les bêtes et même l’olivier et le citronnier sont rasée par les bulldozers. Pour une roche jetée sur Tsahal, celle ci réplique à coup de mitrailleuse et crie pour dénoncer le terrorisme du Palestinien!!!!
    En terre d’Algérie, la fratrie des Bouteflika, leurs comparses, les laudateurs, les bénéficiaires des prébendes pratiquent sous une autre forme la politique de la terre brûlée pour l’écrasante majorité de notre peuple vivant dans la précarité et le dénuement dans nos mechtas, douars, lieux-dits et même les agglomérations de misère ceinturant nos grandes villes. La vie ressemble étrangement à ces jours maudits sous l’ère coloniale:
    1) Routes défoncées sans bitume, bouseuses en hiver et poussiéreuse en été.
    2) Aucune commodité de la vie moderne dans ces cités faites de taudis en taule ondulée ou celles plus dangereuses en fibro-ciment, pas d’eau potable, pas d’égouts, réseau électrique absent ou défaillant, ne parlant pas de gaz de ville, la bouteille est cherchée à des Km.
    3) L’école, très souvent est à des km à la ronde et les petits enfants y vont à pied sur des pistes peu sécuritaires, un petit gosses Chaoui a été tué par une hyène qui lui a complétement déformé le visage, il allait à l’école, il faisait 10 km pour rejoindre les bancs de classe.
    4) Pas de structure de soins de base, si la femme accouche, va falloir faire des Kms pour aller à la plus proche clinique, puisque les routes sont défoncées, les clandestins taxieurs vont charger des prix prohibitifs car leur véhicules ne résistent pas longtemps à ces pistes crevassées.
    5) Inutile ici de dire que ces millions de damnés de la terre n’ont aucune structure de loisirs et culture, inutile de dire que faute d’investissement productifs, ces jeunes et moins jeunes tiennent les murs à longueur de journée et d’année.
    D’OÙ SORT CE TABLEAU? de la tête d’un anti-Bouteflika têtu?
    NON, CELA RESSORT DANS LE BULLETIN D’INFORMATION DE LA TV ECHOROUK, SON NOM GÉNÉRIQUE « ANNACHRA AL MAHALIA ».
    Oui, j’avais des préjugés à l’égard de cette chaine de TV, je me disais qu’elle serait à l’image du journal éponyme.
    I WAS WRONG. Cette chaine privée et j’incite les patriotes sincères à regarder cette émission d’info locales, elle montre ce que ne vous montrera jamais l’ENTV des menteurs.
    À la fin de chaque flash d’info de Jijel, Tebessa, Djelfa, Batna….Je me pose l’éternelle question:
    OÙ SONT PARTIS LES 70 MILLIARDS DE $ DÉPENSÉS PAR LE MINISTÈRE DES TRAVAUX PUBLICS? d’où sort ce chiffre? l’ai-je inventé moi l’anti-Bouteflikiste têtu? non c’est le chiffre annoncé par le sieur Chiali ministre actuel des travaux publics de Bouteflika. Il est là le véritable bilan du plus minable chef d’état depuis Caligula, lui a nommé son cheval sénateur par mépris pour le sénat, le notre a nommé Medelci au conseil constit alors qu’il devrait être en taule pour avoir été « moins intelligent que Abdelmouméne », il nomme Belaiz sinistre de l’intérieur .
    Durant la campagne électorale on a entendu toutes sortes d’insultes et de menaces:
    – Zoukh, wali d’Alger déclare à des millions d’Algériens: pas de vote pas de relogement pour les ZAWALIS de la banlieue d’Alger et le vote c’est pour la momie;
    – L’innommable Bensalah menaça les opposants à la 4ème TBAHDILA des foudres du roi le 18 avril;
    – Benyounes hurla « IN’AL BOU LI MAYHABNACH » à l’encontre des concitoyens qui s’opposent à Boutef;
    – Sellal au nom de l’État promet à Boumerdes à nos concitoyens des logements et de l’argent à condition d’aller voter et surtout de savoir voter…;
    – Tout le staff de l’impotant utilise les moyens de l’État qui appartient à l’ensemble des Algériens, ils utilisent les moyens frauduleux des Tliba, Tahkouk, Haddad…. Voyous sans le sou en 98, devenus les milliardaires de la chipa par proximité avec le clan, et tout cela ce n’est pas de la violence contre la volonté des Algériens.
    Non c’est Benflis qui prône la violence.
    pourtant Sellal le menteur et le président nous avaient dit que le malade ne s’est représenté à la 4ème harda que sur insistance des millions d’Algériens.
    Où sont-ils ces millions d’Algériens ? Sellal et autres comparses nous ont dit que Bouhef a ramassé 4 millions de signatures en 3 ou 4 jours; où sont ces millions de signataires? on ne le voie nulle part; on a vu des centaines de milliers de citoyens en colère cracher à la face de 7 mercenaires aussi bien en Algérie qu’outre mer.
    Si ces millions de citoyens en colère vous ont signifié votre insignifiance sont tous des hommes de Benflis, qu’ils lui obéissent comme une armée disciplinée, restera l’éternelle question: OÙ SONT LES MILLIONS DE CITOYENS ÉPLORÉS QUI SUPPLIENT À GENOUX UN MALADE POUR QU’IL REMPILE; OÙ SONT PASSÉS CES MILLIONS DE SIGNATAIRES DU FORMULAIRE DE CANDIDATURE??
    La nième incartade du président consiste à aller pleurnicher chez Moratinos : Benflis prône la violence!!!!
    Discours pour discours, pourquoi l’innommable n’intervient pas à la télé pour nous parler? non sa majesté ne peut parler qu’aux étrangers aux cheveux blonds et aux yeux bleus. Il est convaincu que ce sont eux les vrais électeurs qui le maintiendront au palais contre promesse de leur donner marchés et autres bonbons.
    TAHYA EL JAZAYER, ALLAH YARHAM ECHOUHADAS,




    0



    0
    Anonyme
    13 avril 2014 - 9 h 15 min

    Rien n’est plus comme
    Rien n’est plus comme avant.
    Même pour Bouteflika qui a montré hier qu’il ne jouit plus de toutes ses facultés mentales quand il est allé étalé en public avec le ministre espagnol des affaires étrangères des affaires graves algéro-algériennes.
    Le diplomate étranger en est resté bouche bée.
    Le cerveau de Bouteflika, Mr Benyounès, fonctionne-t-il encore normalement ?




    0



    0
    Sidahmed
    13 avril 2014 - 9 h 08 min

    Attention au
    Attention au derrapage,l’Algerie silencieuse refuse une autre decennie noire et elle le fera savoir a sa maniere et en temps utile a tous ces candidats dont la moyenne d’age depasse les 65 ans alors 70% de la population algerienne a moins de 30 ans.




    0



    0
    Mahmoudi
    13 avril 2014 - 6 h 53 min

    Les propos pitoyables d’un
    Les propos pitoyables d’un Bouteflika en décomposition physique et mentale, qui fait le bonheur de tous les voyeurs du monde, devant le MAE espagnol, confirme cet affolement et la panique qui se sont emparés des aventuriers du clan présidentiel en raison de la perspective que Benflis va gagner haut la main l’élection présidentielle, s’ils ne recourent à la fraude.

    Effectivement, pour leur échec annoncé, ces voyous ne doivent en vouloir qu’à leurs tares, leur incompétence et à leur stratégie catastrophique essentiellement fondée sur l’insulte, la haine et la menace contre le peuple algérien et les institutions de la République qui n’approuvent pas leur fuite en avant suicidaire.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.