Etats complices

Par Kamel Moulfi – L’argent détourné d’Algérie arrive en France «par des canaux de transfert qui sont connus, notamment via la Suisse». «Ces réseaux sont jugés acceptables par les autorités françaises.» Ces affirmations qu’il faut relire deux fois pour en croire ses yeux sont de Nicolas Beau – le «lanceur d’alerte» sur les biens d’Amar Saïdani en France – qui les livre à un confrère algérien de la presse écrite. Les deux pays cités, la Suisse et la France, seraient donc complices d’actes de corruption. A quelle place sont-ils dans le classement de Transparency International ? Pour l’année 2013, la Suisse est à la 7e place avec un score de 85, c'est-à-dire proche du 100, considéré comme indice d’un pays «très vertueux» en la matière, et la France, à la 22e position, avec, elle aussi, une bonne note, 71/100. Ou Nicolas Beau se trompe, malgré tous les éléments d’informations qu’il fournit, ou l’organisation internationale qui lutte contre la corruption donne des notes de complaisance à ces deux pays, et on est en droit de se demander pourquoi. D’autres pays occidentaux sont également cités par les médias algériens dans les affaires de corruption et de détournement de fonds. Tout le monde a compris que, pour l’affaire Sonatrach, les déclarations plus ou moins officielles de responsables américains ont suggéré qu’une partie de l’argent détourné pourrait se trouver dans des banques ou avoir servi à l’achat de biens aux Etats-Unis. Singapour et Hong Kong sont souvent cités aussi, de façon plus affirmative puisque c’est là que se trouverait la fortune mal acquise de Farid Bedjaoui, mis en cause dans l'affaire des pots-de-vin impliquant la compagnie pétrolière Saipem et Sonatrach. On dit de Farid Bedjaoui qu’il est détenteur de trois nationalités (algérienne, canadienne, française). Finalement, les pays qui ne cessent de nous donner des leçons de bonne conduite dans les affaires économiques ne sont pas exempts de reproches. Au lieu de leurs conseils, les Algériens ont besoin de leur coopération pour combattre le fléau de la corruption qui mine notre pays.
K. M.
 

Comment (11)

    Anonyme
    6 mai 2014 - 8 h 50 min

    @ Par Anonyme (non vérifié) |
    @ Par Anonyme (non vérifié) | 5. mai 2014 – 17:36

    La suisse sert de « proxy » ou « mandataire ». D’apres vous qui est le vrai donneur d’ordre ? celui qui tire les ficelles et surtout qui encaisse en monnaie sonnante et trébuchante ? et je ne parle pas des « algériens » car eux se ne sont que des « valets cupides ».

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Contrat_de_mandat




    0



    0
    le Clou Algérien.
    5 mai 2014 - 21 h 35 min

    Si l’Eau de la Mer était
    Si l’Eau de la Mer était Argent , Ils se noyerai dedans , les Corrompus ne voient et ne comprennent ce que les gens normaux savent . De Pharaon , il ne reste plus que le Squelette le même que celui de Rockfeleer ou Bejaoui , Saadani et Autres Avares . Que reste t’il apres la Vie sur terre ? Si ce n’est les actes .




    0



    0
    selecto
    5 mai 2014 - 19 h 18 min

    @Par AlgérienPATRIOT (non
    @Par AlgérienPATRIOT (non vérifié) | 5. mai 2014 – 19:36

    Jean Ziegler qui avait beaucoup de sympathie pour la Révolution algérienne avait dit un jour » J’ai été très déçu le jour où j’ai appris que certaines rue de Genève appartiennent à des responsables Algériens. »




    0



    0
    Anonyme
    5 mai 2014 - 18 h 56 min

    @Par Anonyme (non vérifié) |
    @Par Anonyme (non vérifié) | 5. mai 2014 – 17:36

    Ce systeme de pillage financier et de blanchiment d’argent ne sort pas des cerveaux des algériens mais de cerveaux cartésiens européens. Les algériens qui sont complices ne sont que des exécutants zélés et jetables.




    0



    0
    AlgérienPATRIOT
    5 mai 2014 - 18 h 36 min

    Jean Ziegler avait raison
    Jean Ziegler avait raison d’écrire « LA SUISSE LAVE PLUS BLANC »




    0



    0
    Anonyme
    5 mai 2014 - 16 h 36 min

    la suisse et fafa ont tout
    la suisse et fafa ont tout intérêt à coopérer avec l’Algérie dans la lutte contre les transferts illicites ,leur intérêt bien compris est avec les peuples et non avec la partie maffieuse de leurs dirigeants;
    ces 2 pays sont de toute manière ceux qui drainent l’épargne
    honnêtement constituée par les algériens




    0



    0
    Anonyme
    5 mai 2014 - 16 h 08 min

    Certains vivent toujours dans
    Certains vivent toujours dans le 18e et 19e siècles du 2e millénaire, hors on est dans le 3e millénaire en 2014. Avons nous affaire a un blocage spatio-temporel ? on se demande se qu’il y a dans la partie secrete des accords d’Évian ?

    Le saviez-vous ? 14 pays africains contraints par la France à payer l’impôt colonial pour les “avantages” de l’esclavage et de la colonisation.

    http://www.legrandsoir.info/le-saviez-vous-14-pays-africains-contraints-par-la-france-a-payer-l-impot-colonial-pour-les-avantages-de-l-esclavage-et-de-la.html

     » L’Etat français vit des extorsions de fonds, effectuées au détriment des pays conquis en s’appuyant sur les réseaux financiers douteux et sur les camarillas militaires. »

    http://www.marianne.net/Comment-le-franc-sauve-la-France_a225359.html




    0



    0
    Anonyme
    5 mai 2014 - 15 h 01 min

    normal se qui se passe en
    normal se qui se passe en Algérie ,nous nous sommes habitués à ces déboires ,corruption ,escroquerie,vol ,détournement,abus d’autorité,abus de pouvoir ,ben amiss,piston ,my countryman ,mon ami ma maîtresse,tout cet amas de mots est le lexique vocabulaire à l’usage des algeriens




    0



    0
    selecto
    5 mai 2014 - 14 h 23 min

    Et les 300.000 € du
    Et les 300.000 € du financement des procès de leur repris de justice Mohamed Khalifati dit Cheb Mami comment ils ont été tranférér en France ?
    Les cancers ! Même leurs voyous vivent accrocher au trésor public.




    0



    0
    Abou Stroff
    5 mai 2014 - 12 h 14 min

    parlant de certains pays, K.
    parlant de certains pays, K. M. avance: « Au lieu de leurs conseils, les Algériens ont besoin de leur coopération pour combattre le fléau de la corruption qui mine notre pays. ». voila exactement l’attitude à éviter. les algériens et plus particulièrement les patriotes algériens n’ont pas à attendre que des étrangers nous aident à combattre un fléau qui sévit chez nous. nous, les patriotes, devons prendre nos responsabilités. en particulier, les patriotes qui ont un quelconque pouvoir, DOIVENT se démarquer de la marabunta qui nous gouverne et proposer des pistes à même d’emmener les pourris qui nous gouvernent devant la justice, dans une première étape et puis devant le peloton d’exécution dans une deuxième et ultime étape. ne devons nous pas prendre exemple sur les USA qui traquent ceux qui les « embêtent » et les exécutent, sans aucun remord (rappelons nous l’exécution de ben laden, par exemple). alors de discours! notre avenir dépend de nous et uniquement de nous. soit, nous bombons le torse et défions la pourriture qui nous gouverne, soit nous continuons à nous comporter comme de vulgaires tubes digestifs ambulants et acceptons d’être traités comme les moins que rien que nous avons été jusqu’à présent.




    0



    0
    Mouloudeen
    5 mai 2014 - 11 h 53 min

    Le Dossier de la lutte contre
    Le Dossier de la lutte contre la corruption en Algerie passe imperativement par le dossier de l’assassinat de Boudiaf .

    A ce moment on comprendra pourquoi tous les chemins passent par la France, Republique des Commissions de retrocommissione dont El Keddafi en est la 2eme Victime.

    Comprendrait qui voudra.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.