Soigner l’image

Par Kamel Moulfi – L’été est la haute saison pour les compagnies aériennes, avec son flot de touristes qui voyagent à travers le monde. C’est, pour elles, l’occasion à ne pas rater : drainer le maximum de passagers, accroître bien sûr le chiffre d’affaires et faire des bénéfices. L’arme absolue pour y arriver, c’est la publicité pour soigner l’image auprès de la clientèle et, de plus en plus, grâce aux nouvelles technologies, la communication pour la fidéliser. C’est valable pour toutes les compagnies… sauf une : Air Algérie. Notre compagnie nationale a eu le malheur, cette année, d’affréter auprès de sociétés étrangères des avions qui ont porté un grand tort à sa réputation. Il y a eu le crash du vol Ouagadougou-Alger, qui a tué tous les passagers, et sur lequel travaillent les experts pour en connaître les causes, puis, juste hier, une sortie de piste d’un avion d’Air Algérie, sur l’aéroport de Lille, un incident sans gravité, mais qui a pris, dans le contexte d’une véritable campagne hostile au pavillon national, les allures de catastrophe. Dans les deux cas, les avions étaient étrangers ainsi que les équipages. Mais la «propagande» médiatique ne s’embarrasse pas de la rigueur indispensable pour restituer les faits dans leurs moindres détails. Evidemment, la réputation d’Air Algérie, qui n’était déjà pas très reluisante, en prend un coup. Il y a incontestablement un déficit de communication à combler le plus rapidement possible vers les passagers et vers le public en général. Les plus âgés se demandent comment Air Algérie, de grande compagnie qu’elle était dans les premières décennies de l’indépendance, en est arrivée à offrir une piètre image au point où quasiment personne ne peut la défendre contre les opérations de désinformation et de dénigrement dont elle est l’objet et dont profite la concurrence. Les dirigeants d’Air Algérie doivent casser la routine créée par la position de monopole occupée pendant longtemps par la compagnie et qui a encouragé une forme de mépris envers les passagers. On retrouve ce même comportement partout là où la notion de service public a été balayée par le monopole qui se traduit par «c’est à prendre ou à laisser !», comme dans la distribution de l’eau potable ou de l’électricité. A tout cela, il faut ajouter les interventions extérieures qui conduisent à la pratique non commerciale du favoritisme dans le traitement de la clientèle.
K. M.
 

Comment (8)

    JUGURTHA
    14 août 2014 - 7 h 34 min

    Un prince saoudien amoureux
    Un prince saoudien amoureux de l’art ancestral de la fauconnerie a tué près de 2 000 oiseaux menacés d’extinction en une seule partie de chasse au Pakistan, ont déploré jeudi des responsables locaux.

    J’ESPÈRE QU’IL N’AURA PAS ENVIE DE VENIR CHEZ NOUS CHASSER LES GAZELLES OU NOS PETITS SINGES DES MONTAGNES QUI RISQUENT D’ÊTRE EXTERMINÉS AVEC LA BÉNÉDICTION DU POUVOIR ???




    0



    0
    Anonyme
    14 août 2014 - 0 h 58 min

    anonyme 15h02
    un potentiel

    anonyme 15h02

    un potentiel jihadiste libanais …un potentiel jihadiste lybien …en recrutant un algérien … une proportion non négligeable d’émigrés …

    Finalement ,tout le monde est vilain ,sauf toi ! J’ai juste ?

    PS / bizarrement , tu as omis , dans ta liste à la Prévert ,nos voisins de l’ouest . Ah ,c’est vrai ,j’ai oublié . Ceux-là sont gentils comme tout . Des anges à qui on donnerait le Bon dieu en confession .

    Tu n’es qu’un bouffon sous-payé ! Des comme toi ,j’en fais tous les matins .




    0



    0
    Anonyme
    13 août 2014 - 21 h 14 min

    A mohamed el maadi,
    dommage

    A mohamed el maadi,
    dommage pour les generations actuelles qui n ont jamais connu cette algerie.
    qu a t on fait pour arriver à cette déchéance ?
    L école a formé des zombies qui mélangent tout avec l introduction de l education religieuse enseigné par des islamistes.




    0



    0
    Anonyme
    13 août 2014 - 20 h 12 min

    la solution réside dans le
    la solution réside dans le retrait des interférences extérieures à la compagnies
    interventions pour les recrutements ,les promotions ,les affectations à l’étranger
    interventions pour les billets gratuits ,les réservations de dernière minute
    les passe droits spéciaux doivent cesser :par exemple prendre la place d’un passager qui est en règle avec son billet ,son ok ,,,
    cesser de mentir quand on avance des informations au public car plus rien ne se cache
    la dac doit cesser de défendre subjectivement le pavillon national :le meilleur soutien à lui apporter c’est de le pousser à affronter la concurrence sans s’impliquer dans sa gestion ;il est capable d’exploit comme celui d’oum dourman ;




    0



    0
    Anonyme
    13 août 2014 - 14 h 02 min

    Ces incidents sont la goutte
    Ces incidents sont la goutte qui a fait déborder le vase.
    On ne peut pas faire abstraction de plusieurs années de gestion à la limite de la trisomie.
    Air Algérois vient de se prendre une raclée et il est clair que la Royale Air Maroc est entrain de se servir de nos bras cassés pour augmenter intelligemment son avance en Afrique qui sera d’ici 10 ans l’un des marchés les plus prometteurs au monde.
    .
    Il faut comprendre que nous sommes entrés depuis quelques années dans l’ultra-connectivité mondiale.
    L’actualité autour d’un feu de foret au Bangladesh, d’une manifestation en Somalie ou de la découverte d’un virus au Guatemala peut faire rapidement le tour de la planète en entrainant des débats tumultueux ou souvent des manipulations.
    D’un point de vue théorique, les impérialistes ont horreur du vide (médiatique) et de la communication bricolée, c’est d’ailleurs aujourd’hui un domaine dans lequel nous avons d’immenses lacunes à force de mettre les « enfants de » aux postes qu’ils ne méritent pas.
    Ils utilisent donc la moindre erreur que nous faisons contre nous-même et nous les accumulons inconsciemment.
    .
    D’un point de vue pratique de cette exploitation perverse, je remarque par exemple ces temps-ci une résurgence de la propagande contre les institutions sécuritaires algériennes sur le web jihadiste proportionnellement à cette idée de grand califat, comme si nous étions le domino à faire tomber.
    Le problème est que de plus en plus de cibles sont attirées et surtout que tout cela est orchestré depuis l’étranger.
    Les discours sont bien ficelés et je dois dire qu’ils peuvent convaincre n’importe quel algérien n’ayant pas un minimum d’esprit critique car les faits sont réels et la hogra est subi par 45 millions d’algériens.
    Ils se servent parfaitement de ce type de situation ou d’autres nombreux exemples de mauvaises gouvernance pour prouver que seul un combat armée et sans pitié peut destituer un système qui a anéanti le pays et accessoirement « l’islam ».
    On recrutera un potentiel jihadiste libanais en lui parlant d’abord de conflit sunnite-chiite.
    On recrutera aussi un potentiel jihadiste libyen en lui parlant d’abord de la préservation de la révolution anti-khadafi.
    Tout comme on recrutera un algérien en lui parlant d’abord de la traitrise de nos responsables envers la guerre d’indépendance.
    A partir de cette amorce, ils dévient le sujet sur la cause islamiste puis sur la violence comme seul moyen.
    On peut remarquer une proportion non-négligeable d’émigrés parmi les adeptes de ce type de discours qui assureront à coup sure le gros des contingents jihadistes qui combattront au moment T voulu par l’OTAN.
    .
    A notre stade il ne s’agit plus de soigner l’image mais de changer et pas seulement l’image.




    0



    0
    JUGURTHA
    13 août 2014 - 13 h 56 min

    EST-CELA L’IMAGE DE L’ALGÉRIE
    EST-CELA L’IMAGE DE L’ALGÉRIE ALORS QUE TOUT LE PEUPLE MANIFESTE CONTRE L’ÉTAT SATANIQUE ???
    A première vue, l’information a de quoi surprendre. Mais elle émane du très sérieux Observatoire italien, « La lettre confidentielle de l’Adriatique et de la Baltique ». Autant dire une source sûre, car ce genre de publication économique – dont l’abonnement ou le prix à l’article est conséquent- est avant tout destiné aux experts et aux investisseurs. Les informations qui y sont publiées relèvent en effet de « l’intelligence économique » et, à ce titre, sont passées au crible de la vérification avant d’être diffusées.
    De quoi s’agit-il donc ? D’après un article publié le 31 juillet dernier par l’Observatoire italien, l’Algérie commencerait à livrer du gaz à Israël à compter du 1er août. Bien sûr, pas directement, mais via l’Égypte dont les gazoducs d’Al-Arish, dans le nord-Sinaï, alimentent Israël. Le contrat prévoit l’importation par l’Égypte d’environ 500 millions de m3 de gaz algérien par jour, grâce à un financement des Émirats Arabes Unis.

    http://www.amazighs.fr/lalgerie-le-gaz-et-israel/
    VOILÀ DONC LA VISITE DE SISSI ENVOYÉ PAR L’ÉTAT SATANIQUE..
    MAIS QUE FAIT L’ANP ????????????? IL FAUT INTERVENIR….




    0



    0
    Mohamed el Maadi
    13 août 2014 - 13 h 01 min

    Tout est en ruine et rien
    Tout est en ruine et rien n’est fait pour améliorez les choses. Je me souviens dans les années 80 étant gosse que nous prenions le bateau et bien vraiment en 30 ans la situation a complètement changer. Nous avions dans le bateau des cabines personnelles, une boite de nuit, un bar, et le matin service petit déjeuner avec steward qui nous servait a table.Le seul inconvénient a l’epoque était la douane où nous y restions pendant des heures. Une fois sortis, nous nous dirigions vers des restaurants ou nous mangions des brochettes de viande et les morceaux qui les accompagnaient était plus grosse qu’un poing. Nous devions faire encore 100 kilomètres alors Papa pour se reposer sur mettait sur une air d’autoroute et nous dormions à la belle étoile. Arrivé au village tout le monde accourait pour nous dire bonjour.
    Je me souviens d’un cousin qui chaque week-end sortait avec des copains et copines et un autre qui chaque soir devant la porte jouait de la guitare. C’était la belle époque et je tiens à signaler que les jeunes filles a Alger pas une seule portait le voile, tout habillé en jean serré et chemisette, mais le respect était là. Aujourd’hui, tout le monde porte le voile, mais mon dieu ce qu’elles font derrière est tout simplement indigne. La religiosité hypocrite tuera notre pays




    0



    0
    Abou Stroff
    13 août 2014 - 9 h 55 min

    le sonatrach est la vache à
    le sonatrach est la vache à lait qui permet à la marabunta qui nous gouverne de pratiquer son activité essentielle: la prédation sous toutes ses formes alliée à l’impunité totale puisque tout soubresaut de la part de la plèbe est contrecarré par une distribution de miettes de rente. la plèbe est ainsi réduite et se réduit, souvent, à un ensemble de tubes digestifs ambulants. quant à air algérie, elle n’est qu’un joujou aux mains de la marabunta qui nous gouverne. en effet, pour assoir son « prestige », la marabunta qui nous gouverne a besoin, entre autres babioles (du genre, la grandiose mosquée avec son minaret de 300 mètres et des poussières de boutef) et d’un « pavillon national » pour occuper les airs. moralité de l’histoire: tant que la rente permet de camoufler les tares d’un système qui se mord la queue et tourne en rond en attendant de s’effondrer, les algériens peuvent même s’enorgueillir d’avoir des abrutis confirmés comme augustes responsables.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.