Cnepgate

Par Meriem Sassi – Un nouveau scandale financier serait-il en train de voir le jour en Algérie après celui de Sonatrach et ses révélations en cascade sur l’ampleur des détournements des deniers de l’Etat ? La mise sous contrôle judiciaire, par le juge d’instruction près le tribunal d’Oran, du staff dirigeant de la Cnep-Banque, dont le président-directeur général, n’augure rien de bon et pourrait se transformer en une énième affaire de corruption et d’utilisation frauduleuse de l’argent public pour l’enrichissement de cercles maffieux. Cette affaire de «dilapidation de deniers publics et association de malfaiteurs» a éclaté à Oran suite à l’octroi d’un crédit pour une société de promotion immobilière, alors que ce même promoteur avait été condamné pour non-remboursement d’anciens crédits octroyés par la BNA et fuite de capitaux vers l’étranger. Les banques publiques qui mettent de l’avant constamment les règles prudentielles pour justifier le manque de crédits octroyés aux PME dont la réputation est pourtant au-dessus de tout soupçon et dont les garanties sont suffisantes, octroient cependant des largesses à des promoteurs immobiliers douteux, voire déjà condamnés par la justice. L’investissement productif privé est ainsi hypothéqué malgré les avantages que pourrait en tirer le pays en termes de création de richesses et d’emplois, dans un contexte où l’injection de milliards sans discernement dans les entreprises publiques n’a en rien redynamisé la production nationale. L’affaire de la Cnep-Banque n’a pas encore révélé tous ses secrets, mais les faits jugés semblent en tout cas assez graves pour que le parquet d’Oran requière la détention provisoire, avant que le juge d'instruction ne place l'ensemble des cadres mis en cause sous contrôle judiciaire. Cela étant dit, les cadres incriminés ne sont probablement, comme dans toutes les affaires de corruption révélées précédemment, que la partie visible de l’iceberg, voire les boucs émissaires qui devront éventuellement payer à la place de commanditaires dont les noms resteront, selon la tournure que prendra l’affaire en cours, inconnus ou tout au plus révélés, mais sans qu’aucun tribunal n’ose les traduire en justice. C’est justement le cas dans l’affaire Sonatrach.
M. S.

Comment (17)

    Anonyme
    18 juin 2014 - 7 h 36 min

    lorsque un musulman accomplit
    lorsque un musulman accomplit le hadj et s’il est agréé,dieu lui pardonnera ses pechés passés (les péchés envers dieu seulement,les autres méfaits envers autrui ne le sont pas car dieu ne peut pardonner à la place d’autrui car il commettrait une injustice et dieu est le juste)les gens ont tendance à confondre,alors si vous etes croyant,preparez vous à la gehenne!!!




    0



    0
    y en a marre
    18 juin 2014 - 5 h 19 min

    @ sélecto
    Il a soutenu le 4

    @ sélecto
    Il a soutenu le 4 ème mandat du bout des lèvres . Il n a que Algérie 1 qui avait donné l’information à l’époque. Même pas ses compagnons de El-Watan .
    Pas folle la guêpe. elle s’est laissée une issue de secours au cas ou le 4 ème mandat n’aurait pas abouti..Si cela n’avait pas abouti il nous aurait fait le coup de la démocratie..
    50 ans qu’il joue à ce jeu et ça lui a pas mal réussi.ça a même accru son appétit vorace et féroce. Il s’est fait les dents avec les veuves puis avec ces copains. le héros national!!!!!!!!!!!!!




    0



    0
    y en a marre
    18 juin 2014 - 5 h 04 min

    @ selecto
    Que l’Etat lui

    @ selecto
    Que l’Etat lui accorde l’immunité sur les biens pris à l’Etat, je ferme les yeux. Après tout il ne sera ni le premier, ni le dernier a avoir tété la mamelle.
    Mais l’État doit protéger les citoyens contre les prédateurs. Je suis l’affaire du Commandant Azzedine de très près, étant en relation avec plusieurs victimes, et je trouve intolérable que la machine judiciaire patine.
    le principal mis en cause, aurait fuit le pays dès le pot au rose connu.Sa première victime est l’épouse de feu son compagnon d’arme Si salah Boubenider dit Sawt el arab. Cette brave femme est malade du fait du lien que ce Commandant entretenait avec ses enfants qui l’appelaient tonton.
    Et cette autre veuve de moudjahed qui depuis 6 ans subie insupportable, la fille du Commandant aidé par lui même , occupant illégalement une partie de la villa aménagée en SPA à Hydra.
    Jusqu’à quand cette hogra? Quand la justice décidera t-elle que tous les citoyens sont justiciables?




    0



    0
    umeri
    17 juin 2014 - 22 h 23 min

    Si cette nouvelle affaire
    Si cette nouvelle affaire n’éclabousse pas le sommet de l’Etat, il y a une forte chance qu’elle aboutisse, par un vrai jugement dans le cas contraire, le juge chargé de l’affaire, connaitra le même chemin que le colonel Tartag,retraite d’ office,pour ingérence, dans les affaires du « clan »




    0



    0
    selecto
    17 juin 2014 - 21 h 52 min

    @Par y en a marre (non
    @Par y en a marre (non vérifié) | 17. juin 2014 – 21:10

    Le commandant Azzedine avait soutenu le quatrième mandat de Bouteflika à partir de là il est immunisé comme beaucoup d’autres.




    0



    0
    SiZineddine
    17 juin 2014 - 21 h 41 min

    J’ai deja écrit au procureur
    J’ai deja écrit au procureur d’Oran à propos de ces agences immobilieres qui ont vendu en euro des terrains qui appartiennent a domaine public à des immigrés. Non seuleument on accorde de l’argent, des credits à des entreprise immobiliere dont la seule competence est de vendre des terrains destinés à des projets publics (ecole, place public, oued ou terrain inondable, terrain protégés par des accords internationaux car en bord de mer) mais aussi on les aide à transferer l’argent en France ou la mafia du foncier d’Oran, alias les Madoffs d’Oran, on acheté des hotels deux et trois étoile dans le sud de la France. Ces predateurs agissent depuis 1962 alors qu’ils sont fils de harki de Sidi BelAbbes, la plus grande garnison formant les harkis pour surveiller les SAS en Algerie. La caserne de la legion etrangere etait leur ecole et ecole de leur pere decoré pour fait de guerre en Algerie. Cet état nous trahit et prefere privilegier les harkis. En plus on a donné à l’un d’eux la direction d’Enor où il a detourné des kg d’or puis un cousin à lui travaillant dans un journal algerien a emis la fausse information qu’il n’y a pas d’or dans la mine. Des kg d’or ont été volé pour qe cette secte harki et sioniste puisse transferer l’argent d’Enor et l’argent du foncier en France por s’offrir des hotels 2 et 3 étoile dont ils sont proprietaires aujourd’hui. Bravo les fils du harki notoire sioniste en plus. Vous nous faites le coups de la Palestine en Algerie en vous octroyant nos terres et notre or, messieurs les Madoffs d’Oran. Il est temps qu’n pole d’excellence judiciaire prospecte dans ce sens. Si de simple citoyens ont trouvé des preuves de leur affiliation à Israel et leur prevarication et participation ax massacre des poplations indigenes avec l’aide de la legion etrangere, pourquoi pas vous messieurs les magistrats. Vous ont-ils acheté avec des sommes d’argent. Si c’est la cas, vous êtes en train de vendre la patrie et toute personne ayant participé à aider les Madoffs d’Oran à acqerir notre terre devrait être accusé d’intelligence avec Israel et les ennemis du pays.




    0



    0
    samiramine
    17 juin 2014 - 21 h 20 min

    l’erreur du dirigeant de la
    l’erreur du dirigeant de la cnep,est d’avoir constitué un Comité de crédit dit »restreint ».Il réuni les membres de son clan.Donc il n’y a pas de débat contradictoire.C’est une règle prudencielle non respectée.A partir de là tout est désormais permis.




    0



    0
    Anonyme
    17 juin 2014 - 20 h 16 min

    des cadres normalement
    des cadres normalement constitués ,d’un certain âge et d’une certaine expérience ne commettront jamais ces imprudences sans des pressions qui ,parfois les mettent dans la situation de feu le consul général de Toulouse (ALLAH YARHAMOU) qui a mis fin à ses jours ;
    le malheur c’est que la justice exige la preuve de ces pressions ,ce qui est impossible pour le cadre mais possible pour la justice qui ne fait rien pour aider le faible innocent ;




    0



    0
    y en a marre
    17 juin 2014 - 20 h 10 min

    moi je voudrais comprendre
    moi je voudrais comprendre pourquoi certains sont rapidement mis en examen et d’autres à l’instar du Commandant Azzedine et de sa famille sont laissés libres . A telle enseigne que , si l’on en croit la presse, le principal accusé a eu largement le temps de « filer » à Paris et que les siens demeurés à Alger continuent à sévir.
    Pourquoi ces 2 poids 2 mesures?
    certains sont-ils plus justiciables que d’autres?




    0



    0
    karimdz
    17 juin 2014 - 19 h 33 min

    La corruption est bien l
    La corruption est bien l ennemi numéro un, l obstacle, le frein à notre développement.




    0



    0
    akildar
    17 juin 2014 - 18 h 10 min

    Il n’y a de Dieu que Dieu.
    Il n’y a de Dieu que Dieu. Ces gens qui volent et s’enrichissent sur le dos du peuple,savent -ils ce qui les attend .Ils le savent et ils savent aussi comment sera précipité leur fin.J’ai vu de mes yeux un ancien responsable dans un hôpital.Je ne pourrai jamais vous décrire son état et sa souffrance.Même le personnel hospitalier l’ignorais et faisait semblant de ne pas le voir.Alors imaginez la suite……




    0



    0
    New kid
    17 juin 2014 - 15 h 44 min

    Quelle est la différence
    Quelle est la différence entre CNEPGATE et MODERAGATE ?




    0



    0
    New kid
    17 juin 2014 - 15 h 41 min

    ANGUILLE SOUS ROCHE !!
    ANGUILLE SOUS ROCHE !!




    0



    0
    New kid
    17 juin 2014 - 13 h 18 min

    Algérie : « The promised
    Algérie : « The promised land| » aux corrupteurs et violeurs de constitution.
    Algérie: Blad mickey ou république bananière ?
    Algerie : Blad khali moh; kool , echrab ou rouh !
    algerie : Koulchi hallal




    0



    0
    Correction
    17 juin 2014 - 12 h 48 min

    Le pays de Ali BABA et les 40

    Le pays de Ali BABA et les 40 voleurs.

    Il faut le lui a accorder: le pouvoir a échoué dans tous les projets sociaux-économiques…mais il a réussi à semer la culture du vol en Algérie….Et ca pousse bien…
    On dirait que sa politique de la rahma aux sanguinaires a fait des acts criminels et de vols des acts HALLAL….

    Je pense qu’il faudrait l’appeler: » La fatwa de Bouteflika à l’égard des criminels et des voleurs ».




    0



    0
    Abou Stroff
    17 juin 2014 - 12 h 39 min

    il n’y a qu’une explication
    il n’y a qu’une explication au fait que les scandales se suivent et se ressemblent sans qu’il y ait la moindre réaction de la part de nos augustes dirigeants: nos augustes dirigeants sont tous, sans exception, impliqués dans les activités de prédation. par conséquent, nos augustes dirigeants se tiennent mutuellement par les barbichettes tandis que fafa (il ne faut jamais oublier fafa qui alimente, habille, soigne, dorlote, cajole, câline, materne, pouponne ses augustes enfants) la mère nourricière, les tient tous, par d’autres appendices. moralité de l’histoire: toutes les conditions sont réunies pour que l’explosion ou l’implosion réduisent l’algérie et les algériens à des curiosités du passé à moins que le peu de patriotes qui observent la scène sans s’impliquer prennent leur responsabilité et neutralisent, d’une manière ou d’une autre la marabunta qui nous gouverne et qui nous a réduit à des moins que rien.




    0



    0
    selecto
    17 juin 2014 - 11 h 56 min

     » Les cadres incriminés ne
     » Les cadres incriminés ne sont probablement, comme dans toutes les affaires de corruption révélées précédemment, que la partie visible de l’iceberg, voire les boucs émissaires qui devront éventuellement payer à la place de commanditaires dont les noms resteront, selon la tournure que prendra l’affaire en cours, inconnus ou tout au plus révélés, mais sans qu’aucun tribunal n’ose les traduire en justice. C’est justement le cas dans l’affaire Sonatrach. »

    Très bonne analyse, merci.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.