A quel saint se vouer ?

Par Meriem Sassi – L’appel à des rassemblements de dé-jeûneurs ce jeudi et le 5 juillet à Tizi Ouzou, suscite des réactions contradictoires des autorités religieuses. Si Mohamed Aïssa, le ministre des Affaires religieuses, fraîchement nommé, appelle les initiateurs de l’action à la raison, jugeant que le jeûne est une affaire privée, d’autres voix s’élèvent pour jeter l’huile sur le feu et décréter qu’il faut une réponse musclée de l’Etat face à ce genre de comportement. Le nouveau ministre a adopté ainsi un ton apaisé lors de sa première sortie médiatique au forum du journal Liberté, estimant que si «le jeûne est d’ordre privé et ne doit pas se manifester en société, l’inverse est aussi vrai. Il appellera ainsi à la discrétion pour les uns et pour les autres, et au respect des «lois de la République défendant la liberté de conscience». «Nous n’allons pas décréter contre eux de fatwas ni solliciter les forces de l’ordre pour les arrêter !» affirme-t-il en parlant de l’appel aux rassemblements de non-jeûneurs. Une tolérance affichée sans complexe par le ministre des Affaires religieuses qui n’est pas du tout partagée, comme il fallait s’y attendre, par d’autres «oulémas». Ainsi, le cheikh Mohamed Cherif Kaher, président de la commission des fatwas du Haut-Conseil islamique (HCI) estime qu’il ne faut manifester aucun sentiment de compassion envers ceux qui «violent la sacralité du Ramadhan et offensent l’islam, et la patrie des martyrs et des moudjahidine un 5 juillet, date hautement symbolique». Pour le cheikh, les actions menées à Tizi Ouzou sont carrément une violation de la Constitution, qui stipule que «l'islam est la religion de l'Etat» et nécessitant que soient employés tous les moyens répressifs de l’Etat pour les contrer. Des points de vue totalement contradictoires entre deux autorités religieuses qui mettent encore une fois la pratique de la religion musulmane au centre de tiraillements et alimentent l’intégrisme qui a fait tant de mal à notre pays. Les appels à la répression pourfendent clairement les principes de démocratie, de tolérance et de pratique religieuse apaisée et sereine qui ont fait la particularité des Algériens sur des générations. Il faut renouer avec les valeurs réelles de l’islam. Le nouveau ministre a fait un premier pas dans ce sens. Il reste à savoir s’il sera soutenu.
M. S.
 

Comment (19)

    Hassiba Ben Bouali
    4 juillet 2014 - 14 h 59 min

    Ils nous mal ces
    Ils nous mal ces « non-jeûneurs » ! C’est pareil à chaque Ramadhan. Ils font mal aussi à leurs parents, qui jeûnent comme moi. A croire que la démocratie, c’est provoquer ses compatriotes par une rupture alimentaire sur la place publique. A Tizi-Ouzou. Un 5 juillet. C’est la fin du monde, ya latif




    0



    0
    00213
    4 juillet 2014 - 8 h 28 min

    Ces non-jeuneurs ont eu une
    Ces non-jeuneurs ont eu une attitude provocante et irrespectueuse qui prouvent leur bas degré d’intelligence.
    Notre ministre a eu des paroles sages en totale adéquation avec l’Islam qui stipule qu’il n y a nul contrainte dans l’adoration de Dieu.
    Il faut clore le sujet car 39 zigotos sur 39 millions d’algériens cela ne représente rien, comme eux.




    0



    0
    Khenchela
    4 juillet 2014 - 4 h 33 min

    Bonjour,
    lorsque peste et

    Bonjour,
    lorsque peste et choléra se rencontrent il ne naît rien de bon pour le lieu où ils se confrontent. Oui le jeûne est une affaire privée et chacun doit le pratiquer librement chez lui que disaient nos Anciens mille fois plus musulmans que les islamistes qui ont colonisé l’Algérie depuis l’arrivée de chadli : Dieu n’a pas créé de clergé en Islam et Dieu voit tout donc à chacun sa conscience celui qui veut aller à la taverne c’est son problème et celui qui veut aller à la mosquée c’est la même chose!!!
    Lorsque la Constitution est discutée par les intégristes qui ont ravagé le pays et son peuple voilà le résultat.
    Lorsque le « printemps arabe » (oui arabo-américain ») n’a pas réussi en Algérie il faut bien que les relais du mak se montrent et provoquent. Car il y a bien plus de jeûneurs par choix personnel comme par obligation médicale qui ne vont pas provoquer les imbéciles intégristes que ces quelques relais du mak : peste et choléra en Algérie!




    0



    0
    MégaPatriotDZ
    4 juillet 2014 - 0 h 21 min

    Sages propos de la part du
    Sages propos de la part du nouveau ministre Si Mohamed Aïssa, qui ne sont en définitive qu’une confirmation de la liberté de culte et de conscience garantie en théorie par notre constitution. Car n’en déplaise aux islamistes, c’est encore la loi républicaine qui prime en Algérie. Désolé mais nous ne sommes pas dans l’EIIL, ou en Arabie Saoudite.
    En tout cas grâce à cette affaire j’ai découvert (moi qui habite pourtant en Algérie) qu’il existait chez nous une commission des fatwas du Haut-Conseil islamique (HCI). Je croyais que ce genre d’organisation parasite ne pouvais exister qu’en Arabie Saoudite. Je me demande avec quel argent est financée cette commission (pas celui du trésor public j’espère), et ce que peuvent bien faire ses membres toute l’année.
    Quant à son président il ferait bien de demander pardon à dieu, pour ses paroles intolérantes qui contredisent même le coran qui préconise la liberté de conscience : « Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. » (Sourate 2, Al-Baqarah, verset 256).
    Je préfère l’islam de nos grand-parents, plus sincère, plus tolérant, et moins prosélyte.




    0



    0
    Ahmed/Anonyme
    3 juillet 2014 - 21 h 30 min

    « L’appel à des rassemblements
    « L’appel à des rassemblements de dé-jeûneurs aujourd’hui, et le 5 juillet prochain à Tizi Ouzou »
    __

    Il s’agit d’une autre provocation, en abusant de l’Islam, de ce MAK qui est un mouvement ant-islam, anti arabe; pro-sioniste que dirige le raté Ferhat Mehenni qui s’encanaille à Tel-Aviv.
    .
    Ferhat Mehenni est aidé de façon active par le marocain nommé Farid Mnebhi. Kabylie.net, le site du MAK, lui a réservé une tribune dans laquelle il déverse son fiel ses mensonges et contre-vérités sur l’Algérie comme le fait le site sioniste « Israël-flash » qui lui a consacré aussi une tribune pour publier les mêmes articles sur l’Algérie. Donc deux sites – relais. Mehenni le harki algérien et Mnebhi le Kaouad marocain sont tous deux de vulgaires traitres qui ne cessent de proposer leurs capacités et leur disposition à servir bassement le sionisme international.
    .
    Au sujet de notre raté converti en catastrophe en politicien de contrebande, un type qui exploite la mort de son propre fils pour faire du mal à son pays, qui s’assoie avec le diable, qui fréquente les nostalgiques de « l’Algérie française » et les milieux sionistes, qui n’a aucun ancrage ni aura en Kabylie a du – par cet « extrémisme » stupide, absurde, désespéré et son ambition aveugle d’être « Président » – estimer frapper ‘juste ou il faut’ en s’accoquinant avec ces sociétés funestes. Il a en effet ‘frapper juste où il faut’ pour se désintégrer plus vite lui et son association de malfaiteurs. Il faut les voir, surtout en France, comment ils expliquent qu’ils sont ‘’kabyles’’ et non ‘’arabes’’ à des vis-à-vis qui font air de voir la différence ! En fait c’est pour les pousser à entretenir la haine de leurs frères. Pour ces milieux là un ‘bougnoule’ est un ‘bougnoule’ qu’il soit kabyle, chaoui, mozabite, arabe ou targui. Pour eux c’est le même peuple qui les a chassé d’une terre, d’un paradis au moyen d’une guerre d’indépendance farouche.
    .
    Ce ‘plouc’, avec ses tarés, de ‘fafa’ qui avait été reçu à l’ambassade de l’entité sioniste à Paris en 2009, pour être ‘formaté’, aura sans aucun doute la réponse appropriée de ces fiers kabyles, nationaliste enragés, jamais traitres. Bien-sûr que Mehenni n’en a cure car il veut son « royaume » comme Ubu, mais il payera tôt ou tard lui et ses galopins leur félonie.




    0



    0
    New Kid
    3 juillet 2014 - 19 h 30 min

    La descendance d’Abraham a
    La descendance d’Abraham a retraversé le Nile avec l’aide de Moise qui a repoussé les vagues.
    Les fatwas du HCI ne sont que des pets dans la soie !
    Dieu a créer le paradis et l’enfer le choix est aux peuplades, ceux qui aboient comme des chiens appartiennent a Lucifer ; le gardien des Hadès.




    0



    0
    New Kid
    3 juillet 2014 - 19 h 22 min

    Horrible Comite Interarabe
    Au

    Horrible Comite Interarabe
    Au lieu de condamner les assassins du peuple ouvertement, ils veulent prêcher comme des pasteurs, « faite ce je vous dis non pas ce que je fais » !
    Au lieu d envoyer nos braves soldats dans les montagnes nous devrions mettre cette association fataliste non élue en première ligne pour raisonner leurs « frères » à déposer les armes, pour ensuite couper les mains de ces assassins avec le « cif » de Médine comme au bon vieux temps.
    Que peut ce HCI (horrible comité interarabe) sinon implorer Dieu de leur remplir leur sac ?
    Les prêches des politiciens sont lettres mortes. Ces chioukhs feront-ils mieux ? Le temps des miracles est révolu, La ou l’on se trompe cette affaire n’est pas religieuse mais plutôt de bourdes politiques.
    Quand les politiciens abandonnent le peuple que reste-t-il ? Faire appel aux sorciers pour quelques fatwas !




    0



    0
    Djaffar
    3 juillet 2014 - 18 h 14 min

    @Par anonyme (non vérifié) |
    @Par anonyme (non vérifié) | 3. juillet 2014 – 17:53

    Arrête de parler au nom des Berbères tu ne présente que toi même.




    0



    0
    Mère-patrie
    3 juillet 2014 - 17 h 53 min

    C’est une honteuse et
    C’est une honteuse et dangereuse manipulation au nom d’une certaine liberté de culte qui entre dans le cadre général de la déstabilisation de la sérénité et de la cohésion des algériens. Elle s’ajoute à une multitude de faits démoniaques qui annoncent un avenir à la syrienne en Algérie. Les ennemis de l’Algérie planifient de longue date ce genre d’actions pour allumer petit à petit le feu qui brulera ensuite tout le pays.
    Cheikh Mohamed Cherif Kaher, président de la commission des fatwas du Haut-Conseil islamique (HCI) se soucie beaucoup plus de la sécurité et de la stabilité du pays que le ministre fraichement nommé qui s’égare plutôt entre le politique et le religieux et semble adopter une position neutre par rapport à ceux qui déclare ouvertement la guerre à Dieu . S’il y a une loi en Algérie qui protège le peuple algérien musulman, celle-ci doit être appliquée sans commune mesure quand il s’agit de faire respecter à quelques égarés malgré eux les sentiments des millions d’algériens.
    Les français d’à côté fortement blindés juridiquement par rapport à nous et surtout respectueux des sentiments de la majorité de leurs concitoyens, lorsqu’ils ont décidé un jour d’interdire le voile dans leur pays laïc – sionisé – ils se sont arrangés d’abord pour s’octroyer le temps qu’il faut, enquêter auprès de divers théologiens musulmans dans le monde, mener une campagne de sensibilisation puis après décréter une loi l’interdisant obligatoirement.
    La responsabilité et l’évaluation de la sécurité intérieure de la France étant ainsi assumées et partagées par tous les acteurs concernés de la république la loi de l’interdiction du voile en France n’a-t-elle pas été prise et appliquée sans aucune ambiguïté malgré les contestations des uns et des autres.
    Ce qui est malheureux en Algérie est : chaque fois qu’un nouveau ministre » de la république » est nommé, celui-ci se fait bénévolement le porte-parole du peuple et s’exprime en son nom tout en inventant ou en prenant des décisions malheureuses méprisant toue règle déontologique, ou loi fondamentale. La prévention étant reléguée aux calandres grecques.
    Lui-même ne peut-il pas être considéré comme un responsable certes avéré mais évoluant dans une sphère qu’il occupe malheureusement pour lui d’une manière aussi provisoire que les engagements officiels partiaux et parfois aventureux qu’ils prennent.
    Chez nous, le responsable, à quelque niveau que ce soit, se considère lui-même la loi dans son domaine publique qu’il croit être privé. Il prend sans aucune impunité, voire même souci de consultation ou de partage avec les concernés des décisions généralement intempestives, sans calcul ni évaluation de leurs portées avenir voire dangereuses qui deviendront malheureusement ensuite sacrées mais heureusement exposées sans aucun doute aux autres improvisations de ses successeurs qui viendront plus tard le remplacer pour les bafouer non sans gêne, etc…Conformément à l’adage populaire (خلط ملعبناش)…
    Ainsi va l’Algérie du 21éme siècle.




    0



    0
    anonyme du monde
    3 juillet 2014 - 17 h 00 min

    Notre pauvre ministre du
    Notre pauvre ministre du culte courageux, ils vont le manger tout cru les intégristes fondamentalistes !

    Ouah, c est sacré ya el khaoua, il ne faut pas manger le ramadhan sinon on va en enfer et on va perdre les milles vierges qui nous attendent !!




    0



    0
    mellah hocine
    3 juillet 2014 - 17 h 00 min

    «l’islam est la religion de
    «l’islam est la religion de l’Etat»
    Partant de ce postulat, l’état Algérien a une religion, mais la nation a t elle une religion ?
    Dans un pays à ton dogmatique, il n’est pas necessaire de comprendre que son peuple peut s’élèver contre une imposition dictée par l’état.
    Le RAMADHAN est spirituel,c’est l’ un des liens avec la religion musulmane. La religion, on est libre d’y croire ou de ne pas croire.
    La manifestation de ces jeuneurs s’explique par le fait du dogme étatique,ils expriment leur scepticisme de la même manière que tous ces gens qui jetent leur poubelle partout, sur tout ce qui appartient à l’état .
    On salit l’état, parce que cet état ne me reconnait pas.




    0



    0
    anonyme
    3 juillet 2014 - 16 h 53 min

    Si l’islam et le Coran sont
    Si l’islam et le Coran sont sacrés et bien nous les berbères on décrète une fetwaa disant que tamazigh est sacrée !




    0



    0
    qu'importe
    3 juillet 2014 - 15 h 05 min

    La solution ,sortir la
    La solution ,sortir la religion de la sphère publique pour la faire rentrer dans la sphère privée par la modification de la constitution . Rappel aux religieux fanatiques , l’Islam n’est pas une production locale c’est de l’importation donc , on peu y renoncer ou importer autre chose ,d’ailleurs c’est notre spécialité , l’importation .




    0



    0
    Amokrane
    3 juillet 2014 - 14 h 59 min

    il faut simplement les
    il faut simplement les ignorer,

    la première fois (2013) ils ont fait le buzz car c’était nouveau, après ça intéressera de moins en moins.

    et ils finiront par disparaitre.

    mais mener une action musclée contre eux c’est le meilleur moyen de faire un buzz mondial.

    il faut savoir que dans les années 70 on mangeait normal dans la rue pendant le Ramadan, et personne n’en parlait.




    0



    0
    selecto
    3 juillet 2014 - 14 h 41 min

    Si ces personnes veulent
    Si ces personnes veulent jeuner ou non c’est leur problème mais se rassembler et l’annoncer c’est une provocation, qu’ils mangent chez eux où est le problème.




    0



    0
    Anonyme
    3 juillet 2014 - 14 h 36 min

    Encourageons ce nouveau
    Encourageons ce nouveau ministre et soyons à ces côtés, chacun doit être libre de pratiquer ou non le jeune.
    Ceux qui ont décrété l islam religion d état n etaient que les vendus à Gamel Abdenasser.
    la composante de la population est diverse et variée et aucune personne ne peut exiger de l autre de le faire ou pas.
    Quand à ce Cherif kaher qu il aille se voir ailleurs




    0



    0
    Abou Stroff
    3 juillet 2014 - 14 h 30 min

    l’avenir de l’Algérie sera
    l’avenir de l’Algérie sera laïc ou ne sera pas. en effet, il n’y a que les sociétés arriérées qui continuent à utiliser la religion comme référence. dans le cas qui nous préoccupe (le jeûne, en l’occurrence), que ceux qui ont la foi jeûne mais qu’il ne se prenne pas pour les avocats du Bon Dieu. quant à ceux qui «violent la sacralité du Ramadhan et offensent l’islam, et la patrie des martyrs et des moudjahidine un 5 juillet, date hautement symbolique», il ne sont pas du tout là où le « cheikh » (quel est son CV?) croient qu’ils sont. en effet, le « cheikh » a t il dénoncé les agissements de notre bienaimé fakhamatouhou national et de la clique de vautours qui lui sert de serpillère? que non, n’est ce pas?




    0



    0
    Anonyme
    3 juillet 2014 - 14 h 24 min

    la position du ministre est
    la position du ministre est très sage ;c’est un politique qui répond politiquement à des citoyens qui mènent une action politique qui ,même mêlée à la religion et à l’indépendance du pays , n’en demeure pas moins une position fondamentalement politique ;
    quand le déni de droit et le BESSIF et LE DRA3E s’impose partout et pour tout ,ce genre de réaction sont mises en avant pour bien attirer l’attention et prévenir les autorités ;
    de toute facon ,les algériens sont majoritairement musulmans et pratiquants et l ‘islam est préservé ;
    les responsables des forces doivent apprendre à taire leurs convictions et participer à l’intérêt général qui est lié à la sérénité et à l’ordre public ;
    attention ,les TIC et moyens de communication modernes sont là
    et le peuple a appris à aider à la manifestation de la vérité .




    0



    0
    Anonyme
    3 juillet 2014 - 14 h 06 min

    D’un côté, vous optez pour la

    D’un côté, vous optez pour la réouverture des synagogues (voir article sur Algérie Focus), et d’un autre côté vous voulez tabasser les non jeûneurs…Instabilité mentale…Ou bien vous voulez juste avoir un alibi pour tuer encore quelques kabyles.

    On jeûne pour ALLAH et non pour faire plaisir aux êtres humains…Que chacun prépare sa tombe à sa facon…

    HADITH DINI : » LA IKRAHA FI DIN » SRSS.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.