Non, ce sont des terroristes !

Par Kamel Moulfi – Parlant de personnes détenues en Algérie dans le cadre de la lutte antiterroriste, Madani Mezrag, qui, faut-il le souligner, n’a aucune compétence juridique, les traite, dans un article paru dans le quotidien arabophone Echorouk, comme s’il s’agissait de prisonniers politiques. Ainsi, il affirme que «le dossier des prisonniers politiques sera réglé avant la fin de l'année». Depuis quand les terroristes sont-ils des prisonniers politiques ? Cette véritable imposture est tentée sous le couvert de la mise en œuvre de l’ordonnance portant mise en œuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale. Or, ce texte de loi qualifie avec la plus grande précision les motifs pour lesquels les personnes détenues ont été condamnées par la justice algérienne. L’article 2 de l’ordonnance, qui définit son champ d’application, renvoie à la série des articles 87 bis, onze au total, du Code pénal algérien, qui prévoient et punissent les faits commis par ces personnes ou dont elles ont été complices. Toute cette série d’articles du Code pénal fait partie d’une section au titre sans équivoque : «des crimes qualifiés d’actes terroristes ou subversifs». Ils ont été introduits dans le Code pénal par l’ordonnance du 25 février 1995, spécialement pour renforcer l’assise juridique de la lutte antiterroriste. Nulle part dans les dispositions de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, il n’est question de «prisonniers politiques». A chaque fois que les personnes concernées sont mentionnées, il est fait référence à l’article 2 et à la série des articles 87 bis du Code pénal. Certes, l’article 47 de l’ordonnance du 27 février 2006 donne au président de la République le pouvoir de prendre des mesures complémentaires en faveur des personnes détenues concernées par Charte pour la Paix et la réconciliation nationale, mais sans modifier la qualification des crimes considérés comme des «actes terroristes ou subversifs». Que des mesures de clémence soient décidées par la justice algérienne est une chose, que les faits soient requalifiés par des personnes qui n’ont aucune compétence en la matière et en dehors des procédures consacrées, c’est hors de question. Mezrag prend ses désirs pour des réalités.
K. M.
 

Comment (10)

    JUGURTHA
    26 août 2014 - 7 h 33 min

    CE SONT DES TERRORISTES AUSSI
    CE SONT DES TERRORISTES AUSSI MONSTRUEUX QUE LA FRANCE COLONIALE.
    CE SERAIT BIEN QU’AP , SI ELLE DISPOSE D’HISTORIENS PUISSE CHAQUE JOUR COMMÉMORER LES PERSONNES MASSACRÉES PAR CES SAUVAGES ET CEUX AUSSI EXÉCUTÉES ( massacres ou guillotinés ) PAR L’ARMÉE COLONIALE.
    UN ENCART HISTORIQUE SUR LE SITE SERAIT VRAIMENT UTILE POUR QUE LA GÉNÉRATION D’APRÈS 1962, PUISSE CONNAÎTRE NOTRE HISTOIRE ET NE PAS SE LIMITER AU FOOT!!!
    365 jours DANS L’ANNÉE , PAS UN JOUR SANS UN MARTYR , SOIT MASSACRE PAR LA FRANCE COLONIALE SOIT PAR LES TERRORISTES ISLAMISTES QUI MAINTENANT SE SONT ALLIÉS AU POUVOIR À SA DEMANDE.
    HISTOIRE ET IDENTITÉ EST UNE OBLIGATION POUR CHAQUE ÊTRE HUMAIN…
    SURTOUT QUE NOS JEUNES NE RISQUENT QUE DE CONNAÎTRE ET COMMÉMORER LES DATES FIXÉES PAR PONCE PILATE HOLLANDE : plus de 8 mai, plus de 5 juillet, plus de 20 août , et demain plus de 8 novembre…
    DE PLUS LES ISLAMO-SALAFISTES ONT DÉFORMÉS L’HISTOIRE DE LEURS MASSACRES DANS LES MOSQUÉES EN LES ATTRIBUANT À L’ANP.




    0



    0
    Ben m'hidi
    25 août 2014 - 18 h 30 min

    @ZERYAB…detrompes toi..la
    @ZERYAB…detrompes toi..la parole de ce sinistre personnage ex chauffeur dans un chantier de SONAGTHER a djidjel,inculte,brute et sanguinaire,usurpateur de l’Islam..vaut plus chez les decideurs de l’Etat Algerien actuel..que celle de Sellal ou de Gaid salah..car lui,il croient,qu’il a la capacité de les empêcher de continuer a manger l’Algérie,a la dépecer c’est leur acolyte..leur complice dans le muselement des democrates Algerien…peuple reveille toi..tu te vide de ton sang..des vampires comme ce terroriste et ses complices dans le pouvoir sucent ton sang et le sang des GENERATIONS FUTURES!




    0



    0
    elkhayam
    25 août 2014 - 18 h 28 min

    La réconciliation nationale
    La réconciliation nationale est le pacte de la honte et de la lâcheté avec les terroristes assassins des algériens, le Vichy algérien.Ce triste individu dont le nom ne mérite même pas d’être mentionné tellement il pue l’odeur de la mort et la désolation. Lui et ses acolytes qu’il qualifient de détenus politiques ne sont que des assassins de la plus pire des espèces, leur véritables place est en enfer. les cris d’horreur et les plaintes d’agonie de leurs victimes résonnent encore dans le ciel algérien et il ose ouvrir sa bouche infecte d’hyène . Comme les israéliens ont traqué les anciens nazis à travers le monde, les familles des victimes traqueront un jour ces ignobles assassins.




    0



    0
    zyriab
    25 août 2014 - 15 h 54 min

    Faire tout un article sur les
    Faire tout un article sur les élucubrations d’un triste personnage c’est lui accorder plus d’importance qu’il n’en a et en même temps c’est une véritable réhabilitation par cette désinformation. Ce type de mercenaire ne mérite même pas que l’on cite son noms dans aucune information le meilleur moyen c’est de l’oublier et de l’ignorer comme on devrait oublier les autres Ali Belhadj et autre Djeddi




    0



    0
    qu'importe
    25 août 2014 - 15 h 49 min

    Rien d’étonnant à ça , Mezrag
    Rien d’étonnant à ça , Mezrag est un religieux ennemi des lois et de la république. Pas étonnant, de la part de Mezrag, vu ce que ce permet le sinistre Ali Belhadj ; le pouvoir actuel devrait penser que c’est avec ce genre de calcul à courte vue que Chadli et Hamrouch ont déchainé l’enfer sur le pays .




    0



    0
    Mohamed el Maadi
    25 août 2014 - 14 h 55 min

    Madani Mezrag se fout de
    Madani Mezrag se fout de nous.La réconciliation nationale a été une erreur fondamentale un acte de faiblesse qui nous coûtera chère Qu’il soit plutôt heureux de bénéficier d’une large couverture médiatique et je lui rappelle qu’ils ont tous été indemniser a hauteur pour certain de 5 millions d’euros. C’était le deal prenait l’argent et effacez-vous.
    Dans la jurisprudence musulmane a un État musulman doit veiller a certaine chose.L’appel de la prière , permettre au gens de se rassembler pour l’office ,une armée qui garde les frontières ,et la récolte de la zakat . Donc Madani Mezrag n’aucune légitimité pour se revendiquer ou de revendiquer une action politique, car si les critères cités en haut sont permis et légitimer ces revendications sont nulle et non avenue. Madani Mezrag sait très bien qu’un président ou autre dirigeant musulman qui accomplit la prière la rébellion armée est interdit ce qui ne l’interdit pas de demander plus de justices sociales, mais ces revendications religieuses sont une usurpation. Dans l’islam les brigands ou les coupeurs de route comme il l’a été ne devrait plus être de ce monde alors qu’il cesse de gémir car il est encore vivant.

    Pour ma part je boycott tout les journaux arabe en Algérie non par détestation(je soutiens Bachard El Assad) mais par refuse de me soumettre a un nouvel impérialisme ou les têtes pensante se trouve soit a Riyad ou a Doha.




    0



    0
    Abou Stroff
    25 août 2014 - 14 h 23 min

    « Mezrag prend ses désirs pour
    « Mezrag prend ses désirs pour des réalités. » dixit K. M.. ne nous leurrons pas monsieur, les désirs des tangos, particulièrement des tangos se vantant ou s’étant vanté publiquement d’avoir assassiné des soldats de l’armée nationale populaire, ont tous les droits de prendre leurs désirs pour des réalités. en effet, l’assassin madani mezrag n’est il pas devenu, après avoir été un assassin notoire, une personnalité nationale qu' »on » invite à diskiter de la future constitution de notre bienaimé fakhamatouhou national, lequel fakhamatouhou a, grâce à sa « judicieuse » politique d’amnésie nationale, transformé une victoire sur la vermine islamiste en défaite de la république? moralité de l’histoire: si les patriotes algériens ne se mobilisent pas pour neutraliser la marabunta qui nous gouverne, la vermine islamiste sera bientôt aux postes de commande de l’émirat islamique ……
    PS: des militants purs et durs du FIS dissous jurent, par tous les saints, que le sieur mezrag est un agent des « services » algériens. ces militants prennent ils leurs désirs pour la réalité?




    0



    0
    Anonyme
    25 août 2014 - 13 h 56 min

    el harbou khidaa( tactique et
    el harbou khidaa( tactique et ruses),cet adage est devenu chez ces criminels la fin justifie les moyens(trahison et rupture des traités et conventions)!!!




    0



    0
    kahina
    25 août 2014 - 13 h 30 min

    Comme le journal Abou-Djahl (

    Comme le journal Abou-Djahl ( Echorouk, synonyme de « ténèbres et obscurantisme ») est un défenseur et avocat assidu de la secte wahhabite,il considère ses adeptes terroristes comme prisonniers politiques. Qui s’assemble se ressemble!!!

    Nous n’avons pas de prisonniers politiques, nous avons des égorgeurs du peuple et de l’Algérie pendant la décennie noires… Et ils doivent être sévèrement punis ( prison à perpétuité ou la condamnation à mort)…Il faut éradiquer la racine du mal pour retrouver enfin la paix…




    0



    0
    mAnonyme
    25 août 2014 - 12 h 15 min

    Restons vigilents! Pas de
    Restons vigilents! Pas de rêve à ces vipères.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.