Dans l’ombre de Bouteflika

Par Meriem Sassi – Le peu d’efficacité des pouvoirs publics dans la gestion des crises et des contestations démocratiques des différentes composantes du peuple est illustré, ces jours-ci, par la prise en charge lamentable du ras-le-bol des éléments de la Sûreté nationale. On assiste, ainsi, à un véritable déni de la contestation des policiers, une fuite en avant et une volonté de rabaisser des hommes dignes et courageux, à travers une communication exclusivement axée sur les revendications socioprofessionnelles des éléments de la police. Salaires, primes, demande de logements sont des mots repris en boucle par le ministre de l’Intérieur et le Premier ministre à Alger et à Ghardaïa, foyer de la contestation. Au lieu de traiter cette action en question éminemment politique et de lui trouver une réponse politique, le pouvoir en pleine crise de succession, et empêtré dans des problèmes liés à la préparation du prochain mandat, choisit sciemment de dévier le débat pour le transformer en un simple débrayage social qui sera réglé, selon lui, encore une fois, par le recours au Trésor public. Les policiers n‘en ont cure et maintiennent leur mobilisation pour la seconde journée consécutive, leurs pancartes expliquant leurs revendications bien en vue. Sellal fait pourtant mine de ne rien voir de cette réalité, se contentant de faire la promesse de discuter ce dimanche avec le gouvernement de douze points socioprofessionnels en vue de répondre aux contestataires. L’action des policiers est pourtant un indice politique fort sur l’exaspération des Algériens qui ne veulent pas uniquement, comme veut le faire croire le pouvoir, du pain et un toit, mais surtout une véritable sortie démocratique à la crise actuelle et la fin des passe-droits et de l’enrichissement insolent des parvenus en tout genre qui squattent l’ombre de Bouteflika pour narguer le peuple et prendre l’avenir de ses enfants en otage.
M. S.

Comment (18)

    Ahmed/RAIS/Anonyme
    17 octobre 2014 - 12 h 52 min

    LU: »La liste de leurs
    LU:« La liste de leurs revendications et les «confessions» qu’ils ont faites à leurs concitoyens, dont les journalistes »
    __

    Les « confessions »?? Elles ne sont donc pas dans leur plateforme de revendications!
    . Il y a donc de l’hypocrisie et de la manipulation des policiers agents par leurs officiers!
    – Les « confessions » (qui vont dans le sens de ce que veulent les Algériens) c’est pour les citoyens afin de gagner leur sympathie
    – les revendications (l’officiel) salaires, logements et autres avantages que le citoyen ne doit pas connaitre car contre ou réticent!
    .
    POURQUOI ALORS « Hamel dégage »? C’est cela en fait la principale revendication!
    Parce que Hamel veut changer de fond en comble les choses dans le sens de l’amélioration des méthodes et procédures,l’élimination des abus et de la médiocrité, mettre un terme à la corruption et au trafic etc etc. (revendication des citoyens)
    Cela les officiers manipulateurs du mouvement n’en veulent pas!!
    .
    L’ÉTAT doit sévir au plus vite en mettant fin à la carrière de certains officiers!!!




    0



    0
    Lemdigouti
    17 octobre 2014 - 8 h 37 min

    Je fais comme le prophète
    Je fais comme le prophète Ayoub et sa légendaire patience face aux maux qui accablaient son existence. El Hamdou LILLAH car j’imagine notre cher pays entre les mains du revanchard Boutesrika juste après la mort de Boukharouba. J’imagine aussi 35 ans de règne de ce personnage, un ou deux mandats à la tête du pays ne pouvant satisfaire ce intrigant.




    0



    0
    qu'importe
    17 octobre 2014 - 8 h 01 min

    Zerrouk , la barricade de
    Zerrouk , la barricade de toles à la place des martyrs c’est l’enceinte du chantier du métro dont l’ouverture est prévue pour début 2016 . tu vis en Algérie ?




    0



    0
    Anonyme
    17 octobre 2014 - 6 h 45 min

    Ou ESt l opposition car ce
    Ou ESt l opposition car ce qui se passe est grave avant qu’il ne soit trop tard ou est le rcd le parti hamas
    Ou est benbitour ou est benflis SAUVONS notre pays . Faisons des marches improvisons une issue
    Car ça pet être fatal …et voilà la zoubia de Ghoul benyounes Said zamar s’aidant l agent français
    Vous êtes des traitres et vous allez payé … Vous n irez nulle part car vous serez rattrappe . Tôt ou tard
    L algérien de souche à du nif …




    0



    0
    Ahmed/RAIS/Anonyme
    16 octobre 2014 - 23 h 09 min

    C’est parce qu’il a procédé
    C’est parce qu’il a procédé aux recrutements des compétences qu’il y a eu réaction négative des anciens incompétents qui faisaient la plus et le beau temps du temps de Chadli. Hamel était chargé justement de donner un nouveau souffle à la police qui se prélassait dans la médiocrité et le trafic!!!
    Il doit liquider une bonne partie des officiers derrière cette « protesta » qui n’arrangeait que les intérêts des officiers incompétents qui sévissent dans la police!!
    Hamel a pris beaucoup d’initiatives pour améliorer la police. Il a pris aussi beaucoup de décisions. Il demande beaucoup de comptes aux officiers.
    Comme l’incompétence a toujours régné en Algérie et dans la police cela n’a pas arrangé des officiers incompétents et leurs affaires.
    Hamel leur a barré la route. Il veulent un autre chef qui les laisse dans leur médiocrité habituelle.Il veulent faire ce qu’ils veulent sinon ils foutent la pagaille.
    C’est la lecture que l’on fait de cette « protesta » qui ne peut se faire sans l’assentiment,l’encouragement et l’incitation d’officiers supérieurs de la police.




    0



    0
    mellah hocine
    16 octobre 2014 - 19 h 12 min

    Dans l’ombre de BOUTEFLIKA ?
    Dans l’ombre de BOUTEFLIKA ? mais il y’ a SAID qui apparaît dans le reflet du miroir accroché au mur cette salle silencieuse tout comme ses occupants qui essaient de convaincre sans parler , sans communiquer.
    Dans l’ombre de BOUTEFLIKA ? Il y’a Sellal avec ses « sellalates » et autres « fakakir » pour soudoyer un corps de police qui a vu et entendu en chargeant toutes ces marches pacifiques citoyennes.
    Dans l’ombre de BOUTEFLIKA ? il y a HAMEL qui, d’un corps militaire qu’est la gendarmerie, il est parachuté dans un corps qui a appris depuis des décennies à dire « DEGAGE » ou « DIGAGE » selon le cas.




    0



    0
    00213
    16 octobre 2014 - 18 h 42 min

    Que reste t il d’un serpent
    Que reste t il d’un serpent qui s’est entièrement mordu la queue ?




    0



    0
    AnonymeSPOTLESSE MIND
    16 octobre 2014 - 17 h 20 min

    recourir au tiroir caisse
    recourir au tiroir caisse pour calmer le jeu … jusqu’à quand ?




    0



    0
    zyriab
    16 octobre 2014 - 17 h 15 min

    L’analphabétisme et
    L’analphabétisme et l’incompétence présentent un tel déficit de compréhension que l’on devient autiste Vouloir encore en 2014 ,au moment ou l’Algérie subit un encerclement terroriste ,réinstaller le printemps arabe relève non plus d’ignorance mais carrément de haute trahison .NON l’Algérie ne tombera pas et ne sera jamais l’Irak ou la Lybie .Pour faire plaisir à des séides installés au delà de la méditerranée on est prêt à tout pourvu de faire plonger l’Algérie dans le chaos




    0



    0
    Zerrouk
    16 octobre 2014 - 17 h 14 min

    Cette protestation de
    Cette protestation de policiers me rappelle celle menée par les patriotes et les groupes de légitime défense (GLD) qui se sont rassemblés au niveau de la place des martyrs, à Alger en 2011, des promesses puis rien, cette place a été barricadée par des toles, pour empêcher leurs redéploiement et casser leurs protestation, on le voit aujourd’hui le déploiement des éléments de la Garde républicaine, un corps voué à la protection de l’institution présidentielle, à El-Mouradia, dès le départ des policiers protestataires.
    Ce pouvoir ne recule devant rien, le mensonge et le trésor public, ce bien des citoyens, et sa seule réponse aux contestataires.
    D’ou la fuite en avant et une volonté de rabaisser des hommes dignes et courageux, à travers une communication exclusivement axée sur les revendications socioprofessionnelles des éléments de la police. Salaires, primes, demande de logements, comme vous dites Mme Sassi.




    0



    0
    Anonyme
    16 octobre 2014 - 16 h 51 min

    ce genre de problème se règle
    ce genre de problème se règle avec fakhamatouhou qui n’est pas disponible ;il faut donc patienter ;
    la 1ère réponse c’est le renforcement de la garde républicaine (que dirigeait hamel avant la dgsn) autour de la présidence ;
    la suite ,il faut espérer qu’elle aille dans le sens de l’apaisement
    pas de sanctions des policiers ,
    désignation de responsables issus d’autres douars aux postes sensibles ,
    concessions relatives à la succession devenue urgente;;;




    0



    0
    Mère-patrie
    16 octobre 2014 - 16 h 46 min

    Le temps est-il encore,
    Le temps est-il encore, franchement, aux atermoiements et aux autopsies ?




    0



    0
    Anonyme
    16 octobre 2014 - 16 h 45 min

    C’est seul responsable
    C’est seul responsable bouteflika et les gens de son douar ( mafia) qui sont entrain de mener l algerie dans le ravin. A3adjaba 700 milliards de dollars depuis 99 dequoi acheter des pays nier avec leur ressources et êtres humains et nous revoilà bientot sur la paille … Ça sera irrécupérable alors qu’ils ont entrain dE faire des calculs pour qu’ils restent pour l éternité …




    0



    0
    New kid
    16 octobre 2014 - 16 h 34 min

    Dans les ténèbres, les
    Dans les ténèbres, les affairistes remplissent leurs « shkaras » en douce. Les flics demandent du fric ? Le régime leur remplira les poches, sous conditions de rester dans leurs casernes. Hamel est ancré dans les abysses du clan ou personne ne peut l’atteindre ou le toucher. La garde « républicaine » au service de la nomenklatura veille au grain. Les sièges de première classe sont complets ces jours ci chez Air Algérie surtout en destination de Genève ! La valse des « valises diplomatiques » bat son plein sous l’orchestre d’un inconnu au bataillon. Le trésor se vide au profit des banques judéo-chrétiennes qui ne finissent de jouir ! !




    0



    0
    Anonyme
    16 octobre 2014 - 16 h 33 min

    Je ne sais pas où vous avez
    Je ne sais pas où vous avez vu que leurs revendications etaient autres que materielles avec le renvoi de leur chef?
    On aurait tellemeht voulu que se soit plus politique et plus nationaliste, demain ils vont reprendre leurs boulots et casser du citoyen à chaque revendication democratique.




    0



    0
    New kid
    16 octobre 2014 - 15 h 27 min

    Dans les ténèbres, les
    Dans les ténèbres, les affairistes remplissent leurs « shkaras » en douce.
    Les flics demandent du fric ? Le régime leur remplira les poches, sous conditions de rester dans leurs casernes.
    Hamel est ancré dans les abysses du clan ou personne ne peut l’atteindre ou le toucher.
    La garde « républicaine » au service de la nomenklatura veille au grain.
    Les sièges de première classe sont complets ces jours ci chez Air Algérie surtout en destination de Genève !
    La valse des « valises diplomatiques » bat son plein sous l’orchestre d’un inconnu au bataillon. Le trésor se vide au profit des banques judéo-chrétiennes qui ne finissent de jouir ! !




    0



    0
    Abou Stroff
    16 octobre 2014 - 15 h 15 min

    je l’ai dit et je le répète:
    je l’ai dit et je le répète: la protestation des policiers peut être le prélude à une remise en cause radicale du système dont boutef n’est que le parrain du moment. que les patriotes et en particulier ceux qui possèdent la moindre parcelle de pouvoir ou le moindre once d’autorité se mobilisent pour synthétiser les « aspirations justes » des policiers et en faire le fer de lance du début de la fin d’un système qui nous a réduit à de simples tubes digestifs ambulants et rien d’autres.
    PS: j’ai regardé et entendu le fakakir, hier, sur la télé de boutef. à l’heure où l’image et le son s’imposent comme les deux critères incontournables pour juger un homme politique, j’ai été complètement abasourdi de voir et d’entendre un véritable guignol qui était incapable de construire la moindre phrase correcte. et certains veulent nous faire que nos augustes dirigeants sont bien à leur place!!!!!




    0



    0
    tahia el djazair
    16 octobre 2014 - 15 h 04 min

    les algériens ne veulent pas
    les algériens ne veulent pas d’une sortie « démocratique » qui ne fera qu’aggraver la crise vers la guerre civile larvée et la somalisation de l’Algérie …les algériens dans leur grande majorité ne veulent pas de cette démocratie dégénérée de voyous en tous genres , de ces partis d’intrigants , de ploucs et d’opportunistes et de ce président absent et malade entouré de voyous et de clientèles arriérées …les algériens veulent des chefs nationalistes debout ,un président fort et rassembleur et un état puissant et sans concession envers les voyous et les terroristes wahabistes et qui saura mettre au travail le pays et saura être capable de protéger tous les algériens et imposer la rigueur de la loi républicaine et nationale …




    0



    0

Les commentaires sont fermés.