Transport ou transmort ?

Par Kamel Moulfi – La catastrophe ferroviaire qui a eu lieu ce matin aux portes d’Alger, et dont la gravité est attestée par la présence immédiatement sur les lieux du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, n’a malheureusement rien de surprenant quand on connaît l’ambiance délétère, voire d’irresponsabilité, qui a commencé à se répandre depuis quelque temps partout dans le pays. Cet accident vient s’ajouter à une série, marquée de façon spectaculaire par les incidents enregistrés dans le transport aérien, mais dont la constante dramatique est constituée par les accidents de la route avec des bilans qui ne cessent de s’aggraver. Hier, le Premier ministre sommait les Algériens de se «départir du pessimisme ambiant entretenu par des gens qui ne veulent pas le bien de leur pays». Nous devrions clamer à l’unisson que «tout va bien» ? Au lieu de s’en prendre à ceux qui sur le terrain font œuvre de véritable sabotage en étant souvent grassement rémunérés et en tout cas jamais sanctionnés pour leurs fautes, le pouvoir s’attaque à ceux qui déclenchent les alertes par leurs critiques. L’offensive menée par le ministre de la Communication, Hamid Grine, contre la liberté de la presse s’inscrit dans ce sens. Ce serait faire preuve de pessimisme et diffamer en rappelant que des sommes faramineuses ont été données au secteur du transport ferroviaire pour sa modernisation et le renforcement des conditions de sécurité, mais qu’une bonne partie de cet argent est détournée vers l’organisation abusive de séminaires et les voyages, au détriment, on le voit, de la sécurité des voyageurs. Où va l’argent public ? On en a eu une petite idée avec les activités de bas de gamme organisées pour la commémoration du 1er Novembre comme les soirées musicales ou autres activités juste pour remplir les caisses d’une boîte de communication propriété du fils ou de la fille d’un ponte du système ou d’un proche, avec des miettes pour la «clientèle» qui gravite autour du pouvoir. Et la hausse des prix qui touche tout ce qu’il y a dans le marché, avec la pomme de terre qui a atteint 100 DA le kg, qui est responsable de cette situation ? A-t-on cherché à le savoir et à sanctionner ? Qui dans l’Etat, dont les devoirs comportent un volet social dans tous les systèmes, se soucie de ce que vont manger les gens ? Et la curée sur le foncier, partout dans le pays, pour construire des centres commerciaux et des parkings, et non pas pour des activités agricoles et la sécurité alimentaire ou pour des activités industrielles et sortir du tout hydrocarbures (le prix du baril de pétrole s’est approché, dans sa chute, des 80 dollars pendant que le Premier ministre faisait son discours, hier). Le déraillement du train Thenia-Alger suffira-t-il à éveiller les consciences et à redresser la situation ?
K. M.
 

Comment (12)

    kadour
    6 novembre 2014 - 21 h 28 min

    Sévir avec toute la force de
    Sévir avec toute la force de la loi le problème sera grandement réglé




    0



    0
    mellah hocine
    5 novembre 2014 - 22 h 31 min

    Notre pays, l’Algérie, en
    Notre pays, l’Algérie, en entier est un terrain d’accidents, de provocations et de bagarres.
    Sommes nous autant injustes, méchants, diaboliques et alcooliques pour provoquer tout ces massacres ?
    Sommes nous des ennemis de DIEU, lui qui nous guide sur le droit chemin que nous ne respectons pas ?
    Sommes nous des êtres humains avec des facultés mentales animales pour nous lancer les uns contre les autres ?
    Sommes nous autant ennemis les uns les autres pour léguer ce climat de défiance et de méchanceté à nos enfants ?
    Ne Sommes nous pas des êtres humains pour comprendre qu’on est condamné à vivre ensemble et partager les mêmes joies et les mêmes peines ?




    0



    0
    Anonyme
    5 novembre 2014 - 16 h 21 min

    avec un ghoul on s’éloigne de
    avec un ghoul on s’éloigne de l’efficacité et comme il « préside » au secteur des transports ,la sécurité est un domaine pointu qui demande une attention spéciale ;
    mais quand on est braqué sur la « boulitique » du mandat à vie , de la « stabilité » quel qu’en soit le prix, de la distribution de la rente avec son lot d’injustices et de corruption , de la prédation ,,,,,
    les accidents de transports sont de simples accidents qui arrivent fatalement partout et qu’il faut admettre car c’est le mektoub;
    un déraillement en pleine capitale ?
    de toute facon ,ce n’est pas le seul ministre qui « politise » son secteur pour le bien du programme présidentiel :la justice ,l ‘intérieur ;;;;




    0



    0
    Anonyme
    5 novembre 2014 - 15 h 44 min

    Il y a bien eu des trains qui
    Il y a bien eu des trains qui ont deraillé recemment en France et en Allemagne et dans tous les pays du monde.




    0



    0
    Anonyme
    5 novembre 2014 - 12 h 28 min

    Bien sur, et comme toujours,
    Bien sur, et comme toujours, quand on est opposant à un pouvoir, on peut accoler à n’importe quel fait des ingrédients politiques comme arguments pour justifier cette opposition.Comme le déraillement d’un train (un fait rare), où et pourquoi pas l’absence de pluie, ou bien un orage ravageur ou encore le manque d’huile d’olive à Ith yala!
    Ce qui ne veut pas dire que les explications, sur la destination de l’argent publique et la mauvaise gestion ne sont pas justes




    0



    0
    Anonyme
    5 novembre 2014 - 11 h 18 min

    Vivez vous en Algérie ?
    Savez

    Vivez vous en Algérie ?

    Savez vous que notre beau pays ressemble à un camp géant de réfugiés et d’indigents. L’intégrisme, la depersonnlisation , le recul catastrophique de la libération des femmes, la violence quotidienne tous azimuts, la destruction massive du patrimoine colonial laissant des trous béants ou faisant place à des constructions médiocres et laides qui sont une insulte au bon sens et au goût, l’absence totale d’éducation des individus et un peuple qui est déjà dramatiquement sous instruit …

    Pleurez algériens patriotes, pleurez notre Algérie rêvée

    Des catastrophes ferroviaires il y en a partout et des bien plus meurtrières encore . Dans les conditions présentes de vie à Alger, une ambiance littéralement effrayante, je suis même étonné qu’il y ait si peu de victimes…




    0



    0
    Anonyme1
    5 novembre 2014 - 11 h 15 min

    @ Personne (non vérifié) |
    @ Personne (non vérifié) | 5. novembre 2014 – 11:39
    Tu veux dire « CHEPTEL3 (mel bla ra3i)? Dans ce cas tu as raison. Depuis longtemps on dit et redit « y a-t-il un pilote dans l’avion?. Maintenant c’est « y a-t-il un conducteur dans le train »?. Dans les deux cas nous n’avons pas de réponse mais il y a un début de piste: NOUS AVONS GHOUL




    0



    0
    New Kid
    5 novembre 2014 - 10 h 39 min

    Transport ! Transmort ??
    Non,

    Transport ! Transmort ??
    Non, c’est le transfert de devises illicite sur Paris avec le cirque qui cause la faillite entamée par flamby!

    Allah yarham les victimes et bon souhaits de rétablissement aux blessés
    PS
    des avocats volontaires défendront les victimes pour un dédommagement!




    0



    0
    Personne
    5 novembre 2014 - 10 h 39 min

    Et comme disait le dicton
    Et comme disait le dicton populaire  » Pâturage sans berger ».




    0



    0
    mouradalili
    5 novembre 2014 - 10 h 04 min

    L’Algérien ne doit pas être
    L’Algérien ne doit pas être pessimiste devra constamment suivre l’exemple de ses gouvernants et demeurer toujours optimiste.Le prix du pétrole chute vertigineusement,ce n’est rien cela ne nous fait pas peur.Ebola est à nos portes (s’il n’est pas déjà dans nos murs avec l’afflux incessant de migrants africains de toutes nationalité),ce n’est rien l’Algérie est immunisée contre cette maladie.Les terroristes de l’Etat Islamique assassine un ressortissant étranger dans nos montagnes et déclarent leur allégeance à Baghdadi,ce n’est pas grave,l’Algérie ne connait DAECH ni de loin ni de prêt. ALORS SOYEZ OPTIMISTES!!!




    0



    0
    New Kid
    5 novembre 2014 - 9 h 50 min

    Comme le dicton ;
    Les chiens

    Comme le dicton ;
    Les chiens aboient, la caravane passe !
    On peut dire ;
    Le train est déraillé, pendant que les beni amiss youyoutent !

    Lorsqu’on ne fait que saupoudrer le chaab, cache le soleil avec un tamis ou la gouvernance perd sa virginité au Makhzen, les borgnes resteront rois au pays des aveugles.




    0



    0
    Anonyme
    5 novembre 2014 - 9 h 42 min

    Merci pour cet article
    Merci pour cet article




    0



    0

Les commentaires sont fermés.