Alger colle les morceaux

Par Kamel Moulfi – L’Algérie s’attelle à recoller les morceaux de la Libye voisine complètement désarticulée après l’intervention occidentale qui a conduit, en 2011, à l’assassinat de son dirigeant Mouammar Kadhafi. La diplomatie algérienne a réussi un coup de maître en réunissant à Alger, autour d'une table, pour la première fois, les représentants de différentes tendances libyennes, responsables de partis et personnalités politiques, avec pour objectif d’arriver à un accord consensuel sur une démarche visant à rendre à leur pays sa stabilité. Ce résultat est la partie visible d’efforts qui ont été menés en grande partie dans la discrétion la plus totale pour aider les belligérants libyens à rapprocher leurs points de vue. L'Algérie reste ainsi attachée à sa position initiale qui consiste à privilégier, depuis le début du conflit en 2011, la solution politique consensuelle à même de préserver l'unité et la cohésion du peuple libyen et l'intégrité de son territoire. L'envoyé spécial des Nations unies pour la Libye, Bernardino Leon, a salué cette initiative en qualifiant la rencontre d'Alger de «pas fondamental dans la construction de la paix en Libye». La partie n’est pas facile pour la diplomatie algérienne. La Libye comprend actuellement deux parlements : le Congrès général national (CGN), soutenu par les islamistes, installé à Tripoli, et la Chambre des représentants, plutôt laïque, basée à Tobrouk, dans l'est du pays. Cette rivalité est envenimée par un climat de guerre permanente que se livrent milices et forces armées, et qui crée et renforce les conditions propices aux activités des groupes terroristes et à la circulation des armes qui leur sont destinées, comme l’attestent les découvertes de caches d’armes et d’explosifs au sud-est de la Tunisie près de la frontière avec la Libye. Il y a, toutefois, des petits signes qui incitent à un optimisme, certes encore mesuré. Exemple : hier, cinq Tunisiens enlevés par des inconnus, et qui étaient détenus en Libye depuis trois jours, ont été libérés. Ce fait prouve que la médiation et le dialogue sont possibles et donne des arguments supplémentaires à l’Algérie pour faire valoir la solution politique et négociée dans ce pays voisin.
K. M.
 

Comment (9)

    Anonyme
    13 mars 2015 - 9 h 13 min

    La Horde Sauvage s organise
    La Horde Sauvage s organise et s arme pendant que que nous palabrons à Alger et après qui va prendre les armes pour défendre l invasion … Ces palabres sont conseillé par les occidentaux pour gagner du temps et permettre à leurs mercenaires de se préparer ,de recruter et d acquérir des armes plus shistiques …….il faut de suite déclarer la guerre à ces monstres et les jetter à la mer …




    0



    0
    New kid
    12 mars 2015 - 18 h 48 min

    C’est bien dommage que le
    C’est bien dommage que le pouvoir en Algérie n’est pas de tendance consensuelle a l’égard de son propre peuple tabassé comme le faisait Mouammar le Tyran a son propre peuple.
    Le peuple libyen avait raison de liquider le pédophile /violeur de Mouammar Kadhafi. Ses enfants et femmes se sont envolées avec des tonnes d’or et de diamants a l’étranger.
    Good bye les khaimas et les chameaux et les body- guard féminin qui l’entourait de Paris a New York pour ce césar ignoble.




    0



    0
    New kid
    12 mars 2015 - 18 h 46 min

    Le rafistolage, rien que du
    Le rafistolage, rien que du festi, le miroir brisé, vous divise le visage à tout jamais !
    La course au Koursi, qui prendra la place de Mouammar shkara, ne peut être décidé par des amoureux du siège qui eux-mêmes sont despotiques. Les bédouins ne sont bons qu’à être manipules par leurs demi-frères d’Abraham.




    0



    0
    anonyme
    12 mars 2015 - 17 h 57 min

    Et dire que lorsque le FFS
    Et dire que lorsque le FFS parle d’un consensus en ALGERIE, certains prennent cette initiative de déboussolé.
    Meme chez nous on a besoin de ce consensus




    0



    0
    fatigué
    12 mars 2015 - 14 h 12 min

    à @ raselkhit (non vérifié)
    à @ raselkhit (non vérifié) | 12. mars 2015 – 11:06
    permettez moi de vous précisez que:
    après le démantèlement de l’empire ottoman, c’est à Versailles et non à Berlin et après 1918, donc au 20 eme siècle et non au 19 eme,que les accords Sikes picot ont eu lieu pour dépecer le moyen en ce qu’il est aujourd’hui.
    sans paternalisme aucun.
    cordialement
    Fatigué




    0



    0
    New kid
    12 mars 2015 - 11 h 42 min

    (…)
    C’est bien dommage que

    (…)
    C’est bien dommage que le peuple libyen a une courte vue de son problème et continue à s’entretuer malgré la démise de leur despote Mouammar shkahra. Ces islamistes qui veulent vendre l’or noir à leur demi-frère a moins de dix dollars le baril ne veulent que du mal à tout le Maghreb en le poussant sous le joug des yehoudiens ou des sangliers Qataris.
    Ce pouvoir se conduit comme un curé : « faites ce que je vous dis, ne faites pas ce que je fais ! »




    0



    0
    raselkhit
    12 mars 2015 - 10 h 06 min

    Actuellement l’Occident veut
    Actuellement l’Occident veut reconfigurer le MENA comme il l’a déjà fait à la fin du 19ème siècle à la conférence de Berlin après le démantèlement de l’empire ottoman Aujourd’hui c’est la suite logique apes la chute du mur de Berlin et l’éclatement de l’URSS On le voit très bien destruction de l’Irak suite logique de la clé du moyen Orient effacement des frontières de la Syrie mettre en place un nouveau pouvoir pour justifier l’existence de l’Etat théologique d’Israël.
    Il était tout naturel pour l’Algérie conformément aux idéaux de novembre de combattre ce nouveau colonialisme et de vouloir stabiliser ses voisins .Après la Tunisie le Mali nous avons besoin d’une Lybie stable




    0



    0
    elkhayam
    12 mars 2015 - 10 h 00 min

    Il faut aider la chambre des
    Il faut aider la chambre des représentants laïque basée à Tobrouk et combattre les islamistes de Tripoli.




    0



    0
    selecto
    12 mars 2015 - 9 h 44 min

    Bravo à Ramtane Lamara.
    Honte

    Bravo à Ramtane Lamara.

    Honte à Medelci qui répondait à la moindre convocation des députés Français comme un toutou, honte à Belkhadem le parrain de la députée du FLN Asma Benkada l’ex du criminel El Qaradaoui.

    Depuis Benyahia et Ahmed Attaf enfin on a un troisième minsistre des affaires étrangères qui nous fait honneur.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.