Sovac-Algérie aurait vendu des véhicules utilitaires accidentés

De jeunes bénéficiaires de crédits Ansej se plaignent de gros problèmes détectés dans leurs véhicules utilitaires achetés auprès du concessionnaire automobile Sovac-Algérie, qui représente plusieurs marques allemandes (Volkswagen, Seat, Skoda, Audi…). Selon le quotidien francophone La Nouvelle République, le concessionnaire automobile en question aurait vendu des véhicules utilitaires accidentés à ces bénéficiaires du programme de l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes. Se référant aux déclarations d’un délégué de ces plaignants, qui aurait exhibé des «contrats dûment certifiés de vente de fourgons Wolkswagen de type Crafter», le quotidien fait état d’anomalies dans la crémaillère au bout d’une année d’utilisation. Une pièce maîtresse du véhicule qui est censée être inoxydable. Il cite les normes appliquées par le constructeur allemand Volkswagen selon lesquelles «la carrosserie est en acier embouti, garanti durant 12 années». Ce gros problème aurait été étrangement détecté dans les fourgons Crafter, vendus via les crédits Ansej, toujours selon La Nouvelle République qui fait état de témoignages recueillis auprès de certaines victimes. Autre défaut signalé, celui du turbo qui n’aurait pas fonctionné dans certains fourgons. Saisi par les plaignants, le PDG de Sovac-Algérie, Mourad Oulmi, aurait attribué ce problème à la maison mère, souligne encore ce quotidien. Les victimes demandent ainsi à ce concessionnaire, en tant que représentant de cette marque allemande de respecter «l’homologation du produit vendu». Pour les plaignants, c’est un véritable coup dur, eux qui espéraient sortir pour de bon d’un chômage endémique. Ils affirment avoir saisi par courrier la direction générale de l’Ansej, le ministère du Commerce, celui du Travail, le Fonds national de garantie et bien d’autres institutions. Mais c’est le silence radio. Aucune autorité n’a daigné leur répondre. Pourquoi ce silence ? Y a-t-il anguille sous roche ? Qu’est-ce qui aurait pu être à l’origine de ces défauts détectés dans un type de véhicules fabriqué par le deuxième plus grand constructeur automobile au monde ? Une marque qui a forgé une grande réputation mondiale grâce à la qualité supérieure de ses produits. Qui est responsable des préjudices occasionnés à des bénéficiaires du dispositif Ansej ? Ces véhicules importés par Sovac-Algérie sont-ils les seuls à présenter des défauts cachés ? Seule une enquête sérieuse pourrait apporter des réponses à ces questions. Cela, surtout que ces défauts ont été signalés uniquement sur ce type de fourgon de Volkswagen qui dispose d’une large offre en matière de véhicules utilitaires.
Rafik Meddour

Commentaires

    yaakoub ouaghlane
    6 novembre 2016 - 11 h 49 min

    j ais acheter les voitur
    j ais acheter les voitur accidenté donne ton maison




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.