Flagrant délit de mensonge

Par Houari Achouri – Face à une presse qui refuse la mise au pas et à des journalistes qui ignorent les «lignes rouges», en tout cas ne les respectent pas, le pouvoir n’a pas la partie facile pour faire passer sa propagande. Le survol rapide de ce qu’ont publié les médias, tous supports confondus, dont «Algeriepatriotique», ces derniers mois, fait ressortir plein d’exemples qui prouvent que la fonction de 4e pouvoir, qui est celle de la presse, est convenablement remplie sur des faits qui présentent aux yeux de l’opinion publique une importance capitale. Citons, pour limiter le sujet à deux grands problèmes qui préoccupent réellement les gens et ne pas s’égarer dans le méandre politique qui crée la diversion : la crise du logement, dans ses volets AADL et social, et le mouvement de résistance à l’exploration du gaz de schiste à In Salah. Deux affaires pour lesquelles le discours officiel a été pris en flagrant délit de mensonge et vite rattrapé par les faits. Sur ces deux thèmes, la presse n’a rien inventé, elle ne fait que rapporter, c’est son métier, la vérité exprimée par les populations concernées, à savoir concernant le logement, que rien n’est réglé et que les chiffres en centaines de milliers sont de la poudre aux yeux, et sur le gaz de schiste, que la zone envisagée pour l’exploitation de cet hydrocarbure non conventionnel, et où a commencé l’exploration, n’est pas un «désert», sauf si ses habitants ne comptent pas. Pour traiter des affaires de corruption et de dilapidation de deniers publics, les journalistes qui se sont spécialisés dans ce créneau semblent avoir appris à «slalomer» entre les sources censées tirer les ficelles de la manipulation. Ils réussissent souvent à aménager des marges d’autonomie qui leur permettent de glisser les informations les plus délicates au grand bonheur du public. Tout le reste, et particulièrement les incantations du ministre de la Communication, «en charge du secteur», sur «la presse vertueuse et qui doit aimer son pays», prend des dimensions dérisoires, négligeables. Périmé, comme on dit.
H. A.
 

Comment (14)

    anonyme
    3 mai 2015 - 21 h 36 min

    il y a presse et « presse »: la
    il y a presse et « presse »: la presse des vrais journalistes, qui écrivent bien, pensent bien , ont fait des études de journalisme, n’outrepassent pas leurs droits, savent ce que c’est que la déontologie de leur profession, savent ce que signifie sourcer son information, savent ce que c’est que l’intérêt suprême du pays, la loyauté et toutes les belles valeurs qui font que les bonnes personnes ont envie de la lire, parce qu’il y a une relation entre l’éducation fondamentale d’un individu, son vécu et la manière dont il envisage son travail vis à vis de la société.
    Et puis il y a malheureusement la « presse » majoritaire qu’on pourrait appeler presse de l’informel, tellement elle n’a aucune base, aucune réflexion, elle colporte la rumeur, la violence, le terrorisme, la bêtise, les mots d’ordre venus d’ailleurs (france et qatar). c’est cette « presse » qui colle le mieux à l’image de notre pauvre pays aujourd’hui.




    0



    0
    Ahmed/rais/anonyme
    3 mai 2015 - 19 h 25 min

    Citoyenne (non vérifié) | 3.
    Citoyenne (non vérifié) | 3. mai 2015 – 16:01
    .
    ATTENTION ATTENTION, On veut corrompre les journalistes.
    __

    Et pourtant on ne cesse d’affirmer ici que les journalistes algériens sont « du système ». Comment corrompre les leurs?
    Vous avez du dire la même chose sur ces journalistes!
    Quant à moi, j’ai toujours soutenu qu’une bonne majorité est corrompue par des « prix » offert par des d’organisations étrangères souvent américaines qui bossent pour le grand capital que domine les sionistes, mais aussi europeennes. On peut citer El Watan, Echourouk, El khabar en plus d’une dizaine de médias électroniques algériens, qui poussent au désordre et qui ne peuvent fonctionner sans argent!! Et d’où peut-il venir? Mehenni du MAK est financé par le Makhzen selon l’ancien « ministre » des finances de ce mouvement. Le directeur d’El Watan est devenu milliardaire etc…
    Beaucoup de journalistes algériens sont des « lèches-bottes » par contrainte car risquant de perdre leur emploi. La majorité des titres sont privés!!!




    0



    0
    Abou Stroff
    3 mai 2015 - 15 h 11 min

    aaaaaaaaaaaah, si tous les
    aaaaaaaaaaaah, si tous les journalistes ressemblaient et se comportaient comme un certain ghani gedoui (bizarre que le gus n’écrit plus rien depuis qu’il a été nommé, ministe de la ripou-blik, par son bienaimé fakhamatouhou national!) qui, il y a quelque temps, présentait et développait sa fabuleuse, éblouissante, étourdissante et prodigieuse prose, au niveau d’un site concurrent à AP, à la gloire que son bienaimé fakhamatouhou national.
    que la vie aurait été vivable si ghani gedoui avait continué, toute honte bue, à lécher les ………………. bottes de son bienaimé fakhamatouhou national, n’est ce pas?




    0



    0
    DZDZ
    3 mai 2015 - 15 h 02 min

    Les louanges se mérite.

    Les louanges se mérite.




    0



    0
    Citoyenne
    3 mai 2015 - 15 h 01 min

    La dernière blague:
    Selon

    La dernière blague:

    Selon El-Khabar, il y’aura création d’un prix Bouteflika qui sera octroyé au journaliste le plus Professionnel.
    À mon avis le journaliste le plus professionnel sera désigné selon son degré de chita pour Bouteflika.

    ATTENTION ATTENTION, On veut corrompre les journalistes.




    0



    0
    Walid
    3 mai 2015 - 14 h 58 min

    Ajoutant le ministre de la
    Ajoutant le ministre de la pêche, comme son prédécesseur, a déclaré mercredi dernier à la radio nationale que le poisson sur les 1200 KM en réalité 1600 KM) se fait rare alors que la pêcherie d’Oran avait en 2014 exportée plus de 300 000 tonnes de poisson vers l’Union Européenne. Un ministre qui soit qu’en lui fournis des faux rapports soit qu’il verse dans l’ignorance soit qu’il ment.




    0



    0
    kahina
    3 mai 2015 - 14 h 51 min

    Ils veulent avoir plusieurs

    Ils veulent avoir plusieurs journaux pour dire que nous sommes pour la diversité des journaux ( mais pas d’opinion), mais des journaux styles: Tout va bien, tout marche, vive tout le monde, nous n’avons aucun problème. Bouteflika est en très bonne santé, il parle, il bouge, il nous écrit des lettre,…Nous sommes contents et heureux. Vive la maffia!!!!Vive les voleurs!!! Vive BELHAMAR!!! Longue vie aux charlatants!!! Vive l’ignorance!!! Vive les corrompus innocents!!! Vive la rahma pour les Salafistes sanguinaires!!

    VIVE LA MARMITA!!!!




    0



    0
    Ahmed/rais/anonyme
    3 mai 2015 - 14 h 43 min

    OBSERVEZ si ce n’est pas une
    OBSERVEZ si ce n’est pas une conspiration!
    UN MOUVEMENT anti-Algérien nommé « Mouvement des activistes algériens pour le changement (MAAC) » avait décidé d’organiser un rassemblement il y a quelques mois devant le consulat général d’Algérie à Paris pour faire pression sur l’Algérie afin de l’empêcher d’exploiter le gaz de schiste
    ….Car il se préoccupe de notre….santé ! Oui depuis Paris !




    0



    0
    karimdjazair
    3 mai 2015 - 14 h 16 min

    La liberté de la presse est
    La liberté de la presse est primordiale, pourvu que celle ci, ne fasse pas le jeu du sionisme et de ses sbyres qui est de diviser.

    Sur les questions du logement de l emploi de l extraction du gaz de schiste, les journalistes sont tout à fait dans leur rôle, n en déplaise au ministre de la communication.

    Pour ce qui est de la question du gaz de schiste, non seulement l extraction par la fracturation de la roche en l espece est dangeureuse, mais coute qui plus est, cher. ET avec un baril de pétrole qui s est effondré, ce projet n a plus rien de rentable, ce serait meme un gouffre financier.




    0



    0
    anonyme
    3 mai 2015 - 14 h 00 min

    Garantir la liberté des
    Garantir la liberté des médias dans le monde entier est une priorité.
    – Des médias indépendants, libres et pluralistes sont le pivot de la bonne gouvernance dans les jeunes démocraties comme dans les plus anciennes.
    – Des médias libres sont des garants de la transparence, la responsabilisation et l’État de droit. Ils favorisent la participation au débat public et politique, ils contribuent à lutter contre la pauvreté.
    Un secteur des médias indépendant tire son pouvoir de la communauté qu’il sert et confère en retour à cette même communauté le pouvoir d’être un partenaire à part entière dans le processus démocratique.
    Le 3 mai est la journée mondiale de la presse.




    0



    0
    qu'importe
    3 mai 2015 - 13 h 55 min

    Vous êtes de mauvaise foie ,
    Vous êtes de mauvaise foie , le ministre n’a rien reproché de ce que vous égrenez mais bien de la diffamation ,de l’insulte et l’injure . quelques fois sur certains sites (TSA par exemple ) la manip et le mensonge quand ce n’est pas la menace sont énormes . vous englobez tous les médias alors que beaucoup sont radicalement opposés , d’autres différents ; que vous soyez anti-pouvoir rien à dire à cela ,que vous prétendiez que tous les médias le sont ,là vous fabulez .




    0



    0
    Anonyme
    3 mai 2015 - 13 h 52 min

    Mesquins, pathétiques et
    Mesquins, pathétiques et surtout insupportables les sermons et incantations de notre sinistre de la propagande, vous ne trouvez pas! Il eût aimé que tous les journalistes et hommes de presse du pays ressemblassent à un certain ex-chroniqueur de TSA. Ce laudateur éhonté de la politique – s’il en est – de fakhamatouhou, quand il m’arrive, malgré moi, de lire ou d’entendre ses jérémiades à l’encontre de la presse indépendante, je tire…mon mouchoir pour pleurer le malheureux destin de ma divine Algérie et pouffer au nez de ce bouffon de Sitting Rat.




    0



    0
    Ahmed/rais/anonyme
    3 mai 2015 - 13 h 31 min

    Oui mais il y des dizaines
    Oui mais il y des dizaines d’autres exemples où une certaine presse algérienne ne fait que de la manipulation, du mensonge et de la subversion (presse électronique et papier!) Nous les avons cité sur ce site!!
    Pour le gaz de schiste, ce n’est peut-être pas tout a fait le désert, mais le problème qui était posé par la presse , par lequel elle manipulait les populations du sud , est la faisabilité et les conséquences écologiques que l’on disait grave!
    C’est bien prouvé que ces supposés conséquences ne concernaient que l’Algérie; pas les américains qui l’exploite ainsi que les pays à technologie avancée!!
    La vérité est que l’on ne voulait pas que l’Algérie devienne concurrente aux grands groupes internationaux ou engrange de nouveaux gros revenus qui assureraient sa stabilité ce que ne souhaitaient pas nos politicards qui s’attendaient à une crise (avec la chute factice du prix du pétrole) qui leur assurerait la prise du pouvoir!!




    0



    0
    elkhayam
    3 mai 2015 - 13 h 14 min

    Il faut que ceux qui
    Il faut que ceux qui gouvernent l’Algérie l’aiment pour qu’ensuite ils nous demandent nous le peuple de l’aimer. Ou bien pour eux c’est  » Fais ce que je te dis et ne fait pas ce que je fais « 




    0



    0

Les commentaires sont fermés.