Retrait de permis : la DGSN met en garde contre les «interventions»

La direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) vient d’envoyer une note interne à tous ses services à travers le pays sous forme de mise en garde contre toutes les formes d’intervention visant à aider les contrevenants à récupérer le permis de conduire avant le passage devant la commission instituée à cet effet au niveau des daïras. La DGSN insiste sur la nécessité de lutter contre ce phénomène qui tend à se généraliser après dix ans d’application de la mesure, et spécifie que le recours à ce subterfuge pour éviter les sanctions doit être interdit quel que soit l’identité du concerné, sa fonction ou son grade. La direction de la police veut mettre ainsi un terme à ces pratiques qui encouragent dans la majorité des cas les contrevenants et les pousse à commettre de plus en plus de fautes, parfois très graves, sans se soucier du retrait du document de conduite puisqu’ils sont assurés de le récupérer rapidement grâce aux parents et amis bien placés. La direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a, par ailleurs, déjà plaidé pour la mise en place du système du permis de conduire à points et la révision des mesures de sanction du Code de la route qui représentent des conditions sine qua non pour la réduction des facteurs de risque des accidents de la route. Ainsi, le durcissement des conditions d'accès au permis de conduire, l'actualisation de l'arrêté ministériel de 1984 qui définit les maladies incompatibles avec la conduite et la mise en place d'un fichier national du permis de conduire pour recenser les conducteurs récidivistes sont quelques propositions, parmi d'autres, déjà émises par la DGSN. Il est à rappeler que le système actuel de sanction des mauvais conducteurs est basé, notamment, sur le retrait immédiat du permis de conduire et le payement d'amendes forfaitaires. En matière de chiffres, la moyenne du nombre de décès causés par les accidents de la route enregistrés en 2014 était de 4 540, et le facteur humain représentait une des principales causes des accidents.
Meriem Sassi

 

Comment (2)

    DJAMEL EDDINE 5
    1 décembre 2016 - 14 h 32 min

    Rien n’est claire, déjà il
    Rien n’est claire, déjà il faut éliminer les permis de ceux qui ont cause des morts d’accident, (passif) chose que la DGSN ne pourra réussir a le faire, quel donne l’exemple, sans parler de la transparence des commissions et leur fonctionnement, en plus le code de la route ne s’adapte pas a nos route c’est comme les trottoirs et les stationnement privées (avec des chaises et pierre) chose que la DGSN n’a jamais réussit a éliminer, pour y croire c’est parking payant anarchique devant même des commissariat , c’est obligatoire pour notre bien être le respect de l’ensembles des lois. j’ai fait objet de retrait de permis a 130 km/h dans une voix ou je pouvais rouler a 200 km/h, certain condition nous permettent de rouler a une moyenne de 140 km/h et d’autre a 40 km/h , certain route de 120 km/h dont seulement une voiture de luxe pourrait l’atteindre alors qu’elle devait être limite a 100km/h conclusion celui qui a implanter ces plaques de la route et comme celui qui a permis la construction des trottoir.




    0



    0
      Jil
      3 mai 2017 - 9 h 48 min

      Je suis avec toi

      Je suis avec toi
      Les simples citoyens qui respectent le code de la rousse internationnalement connu. Il n y a pas d autre codes.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.