Choix des sites AADL : l’opération électronique s’avère un fiasco

De nombreux inscrits au programme location-vente de l’Agence de l’amélioration et du développement du logement (AADL) se sont plaints aujourd’hui de l’inaccessibilité du site dédié à la préaffectation. Comme lors de l’opération de l’inscription au programme AADL 2, effectuée en 2013, les concernés se trouvent confrontés à divers problèmes. «Pour accéder au site, il faut vraiment s’armer de patience. Et une fois c’est fait, on rencontre d’autres soucis : code erroné, vous n’êtes pas inscrit ou encore vous n’êtes pas admis à choisir le site», témoigne l’un des nombreux inscrits au programme AADL à Alger. Un autre souscripteur de 2002 affirme que ses maintes tentatives d’effectuer un choix se sont avérées vaines. «A chaque fois, je reçois des réponses négatives : nom utilisateur ou mot de passe incorrect ou bien vous serez programmé ultérieurement», dénonce-t-il, déçu et très remonté contre les responsables du secteur. Erreur ou manque d’anticipation ? Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune, a, invité tous les souscripteurs de 2001-2002 à choisir par Internet les sites de leur futur logement. Cela alors que l’offre reste limitée. Du moins à Alger où se concentre le gros de la demande. Plus de la moitié des 104 000 demandeurs inscrits au programme 2001-2002 est à Alger où il n’y a que 5 sites disponibles (Ouled Fayet, Aïn El Malha, Sidi Abdallah, Bouinan, Kraouche). Des sites qui totalisent environ 25 000 logements. Autrement dit, beaucoup moins que le nombre de souscripteurs. Ce que ne semblent pas ignorer les gestionnaires de l’AADL, ni le ministre de l’Habitat. Pourquoi donner de faux espoirs à tous les souscripteurs alors qu’il y a seulement une tranche qui est programmée ? Pourquoi n’a-t-on pas convoqué les concernés comme pour le paiement de la première tranche ? Le ministre de l’Habitat n’est pas à sa première promesse non tenue. Il a déjà annoncé que tous les souscripteurs auront leur logement au plus tard en 2016. «Les souscripteurs d’AADL 2 seront relogés fin 2015 et début 2016», avait-il déclaré en novembre 2014. On est en septembre 2015 et les demandeurs de 2001 n’ont pas encore eu leur logement. Comment va-t-il faire pour reloger les souscripteurs de 2013 dont le nombre dépasse allègrement les 400 000 ? Il faudra bien un miracle, surtout quand on sait que les souscripteurs au programme LSP qui remonte à 2009-2010 attendent toujours leur logement.
Rafik Meddour
 

Comment (2)

    HAMDAOUI
    26 décembre 2016 - 20 h 06 min

    pas de commentaire
    pas de commentaire




    0



    0
    radouane
    26 décembre 2016 - 18 h 18 min

    bensaad
    bensaad




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.