Show politique

Par Meriem Sassi – S’il y avait un mince espoir de voir la conjoncture économique difficile que traverse le pays pousser le pouvoir à revoir sa stratégie en s’ouvrant au changement et à la démocratisation du pays, il vient d’être définitivement anéanti par Amar Saïdani. Le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN) a affirmé, hier à Alger, que l'initiative de son parti visait à «créer un nouveau front d'action pour soutenir le programme du président de la République, en tant que moyen de règlement de nos différends et de resserrement de nos liens nationaux». Il a précisé que cette initiative «sera ouverte à tous les partis politiques agréés, aux organisations syndicales et professionnelles, au patronat, au mouvement associatif, aux médias, à la société civile et aux personnalités nationales indépendantes». Pour peu, on se croirait dans les années fastes du parti unique avec ses grands rassemblements de soutien au pouvoir. Les douloureux événements du 5 octobre 1988, dont on célèbre le vingt-septième anniversaire aujourd’hui, n’auront finalement servi à rien et la décennie de sang et de larmes vécue par le peuple sert encore une fois d’alibi au pouvoir pour refuser tout changement. Le nouveau show politique orchestré par Saïdani vient encore une fois brouiller les pistes et recentrer le débat, à la faveur de l’anniversaire de la réconciliation nationale, sur les «bienfaits» de l’ère Bouteflika. Saïdani veut ainsi mettre fin à toutes les spéculations sur la possibilité d’organisation d’élections présidentielles, en insistant sur la légitimité du 4e mandat qui ira jusqu’à son terme, en 2019. Pourquoi, donc, Bouteflika aurait-il besoin, en tant que président dûment élu et fort de ses réalisations, égrenées hier par Saïdani, d’un front pour le protéger et d’une allégeance qu’il est censé avoir obtenue tout au long de ses mandats ?
M. S.
 

Comment (9)

    Moh62
    5 octobre 2015 - 21 h 05 min

    Un résident VIP à Paris qui
    Un résident VIP à Paris qui parle au nom du glorieux FLN,honte à nous hommes d’Algérie! Le fce est en train de mettre en place ses antennes régionales dans tout le pays pour former la masse des larbins bien payés pour soutenir cette campagne!! Aux citoyens conscients de rejoindre les partis dans l’opposition de leur choix sinon c foutu!!




    0



    0
    Anonyme
    5 octobre 2015 - 18 h 55 min

    le peuple, et sa classe
    le peuple, et sa classe politique représentée par l’opposition ne sont pas unis pour une stratégie, et programme de sortie de crise




    0



    0
    Anonyme
    5 octobre 2015 - 17 h 37 min

    Je pense au contraire que
    Je pense au contraire que c’est un combat d’arriere garde .L’Algerie leur suvivra tous et ils finiront dans les poubelles de l’histoire.Seuls les grands Hommes ne mourront pas dans la conscience collective! Regardez Zeroual, Nezzar, Boudiaf et surtout Boumedienne! Quant a cette racaille qui se souviendra d’elle…personne,




    0



    0
    Anonyme
    5 octobre 2015 - 17 h 27 min

    Dans Relations et solitudes,
    Dans Relations et solitudes, Ichnitzer écrit : «Il y a trois sortes d’hommes politiques, ceux qui troublent l’eau, ceux qui pêchent en eau trouble, et ceux, plus doués, qui troublent l’eau pour pêcher en eau trouble.»
    La corruption qui a atteint la cote d’alerte, a un rôle politique, car elle est l’instrument majeur pour garder le pouvoir. Un clan prédateur pille en toute impunité le pays. Le pouvoir, qui a inscrit la lutte contre la corruption parmi ses priorités, est le havre des dirigeants corrompus qui ne peuvent plus rien cacher de ce qu’ils sont, ni de ce qu’ils font. La justice minée par la corruption, cède à l’interventionnisme des puissants qui exigent l’impunité totale pour l’un des leurs poursuivi ou susceptible d’être poursuivi en justice pour corruption. Du magistrat corrompu, c’est la robe qu’on salue.




    0



    0
    Anonyme
    5 octobre 2015 - 17 h 08 min

    Me concernant, je vois la
    Me concernant, je vois la situation de Boutef comme une punition pour peche d’orgueil. J’en connais un qui une fois mort, ne sera ni pleure, ni remercie. L’indifference et le degout seront ses couronnes. Il n’est pas des notres et ne l’a jamais ete. Bouteflika n’est pas un Algerien.




    0



    0
    anis
    5 octobre 2015 - 16 h 30 min

    Le coup de grâce a été assené
    Le coup de grâce a été assené au pays. L’Algérie ne se relèvera pas de si tôt comme son président




    0



    0
    keze
    5 octobre 2015 - 15 h 10 min

    C’est révoltant tout ce qui
    C’est révoltant tout ce qui se passe dans « mon pays ».
    Ils prennent les algériens pour des idiots pour nous faire berner par le plus corrompus du FLN et le FCE transformé en parti politique ouvrant ses bureaux un peu partout pour servir Saîd B
    le moment venu.
    le président Bouteflika n’a pas besoin que l’on soutienne son programme, d’abord il n’en a pas mais en même temps ses jours sont comptés.
    Il est urgent que les algériens patriotes crée un front unique pour barrer la route au projet de ces vautours et sauver l’Algérie de cette nouvelle tragédie qui se prépare. Le temps coure et il n’y a pas de temps à perdre pour nous mobiliser contre.




    0



    0
    Anonyme
    5 octobre 2015 - 13 h 27 min

    C’est un jeu machiavélique du
    C’est un jeu machiavélique du régime Bouteflika aux abois qui veut imposer au peuple algérien un parti unique sans aucune opposition, autrement dit si vous n’êtes pas avec nous, vous êtes contre l’Algérie ou vous êtes contre nous, c’est une manière vicieuse de réinstaurer le parti unique pour faire taire toute opposition ou voix discordante, y a t-il encore des hommes et des femmes pour faire arrêter toute cette pourriture qui veut s’imposer et imposer Saïd Bouteflika. Le 4e mandat était déjà de trop et le peuple l’a refusé, mais il a été imposé par la France, les traitres mafieux qui gravitent autour de la présidence, il a été imposé pour faire taire et anéantir la justice pour les dossiers de corruption, de pillage, de traitrise, dont est coupable le régime Bouteflika. Il faut chasser Saïd Bouteflika au plus vite lui et toute sa smala ce qu’il faut est très dangereux et de la plus haute trahison, un mépris du peuple, une insulte à l’intelligence. Il faut arrêter tout ce clan au plus vite.




    0



    0
    Anonyme
    5 octobre 2015 - 12 h 56 min

    « Pourquoi, donc, Bouteflika
    « Pourquoi, donc, Bouteflika aurait-il besoin, en tant que président dûment élu et fort de ses réalisations, égrenées hier par Saïdani, d’un front pour le protéger et d’une allégeance qu’il est censé avoir obtenue tout au long de ses mandats? » s’interroge M. S..
    et bien, M. S. semble confondre kouider et $aïd. en effet, la danseuse du ventre est en service commandé pour $aïd qui se prépare à succéder à son frère. d’ailleurs, les citoyens lambda ont remarqué qu’une certaine « association nationale » est en train de mailler toutes les villes et villages d’algérie pour, le jour venu, imposer la transformation de la ripou-blik de kouider en émirat de $aId.
    en effet, les affairistes du genre haddad et tliba sont au commande de l’économie tandis que le politique sera représenté par les rentiers traditionnels du genre si amar el fenène, si amar el ghoul, si h’mimed, si tartempion, etc.
    PS: au fait, quelqu’un a t il des informations sur le programme du président dont je n’ai aucune idée?




    0



    0

Les commentaires sont fermés.