Rituels libyens

Par R. Mahmoudi – La situation en Libye connaît une dangereuse régression depuis le départ précipité de l’ancien envoyé spécial de l’ONU, Bernardino Leon, qui a été remplacé au pied levé par l'Allemand Martin Kobler pour cette mission impossible. Du coup, la violence a repris le dessus et le règne des milices est venu combler à nouveau l’absence d’autorité dans ce pays, en commençant, comme dans un rituel qui n’émeut plus personne, par séquestrer un ministre, celui de la Planification, au siège même de son département. Il y a quelques semaines, c’est tout un Conseil des ministres qui a été pris en otage par des hommes armés. Bernardino Leon a cru pouvoir imposer sa vision des choses, en choisissant même le futur Premier ministre qui devrait présider un gouvernement d’union nationale et conduire ainsi la Libye vers la paix et la stabilité tant rêvées. Les pourparlers marathoniens de Skhirat au Maroc n’auront finalement servi qu’à entretenir les rivalités entre les deux camps qui se disputent le pouvoir pendant que les organisations extrémistes, Al-Qaïda et Daech en tête, profitent du chaos qui règne dans ce vaste pays pour continuer à avancer et gagner du terrain. A ce rythme, il est à craindre que ces organisations deviennent incontournables dans tout dialogue politique dans le futur proche. Pour essayer de sortir de ce guêpier, la communauté internationale, représentée par l’ONU et son nouvel émissaire, va encore tenter de raccorder ses fils pour reprendre le processus de dialogue en tâchant cette fois-ci de sensibiliser davantage les pays voisins – qui sont aussi touchés par cette crise –, et d’amener surtout l’Egypte et ses alliés arabes à cesser de jouer aux trouble-fête en Libye. Les Nations unies doivent surtout compter davantage sur l’Algérie pour espérer des progrès sur cette question au lieu de perdre leur temps à départager le dialogue entre Alger et Skhirat, histoire de susciter de nouvelles jalousies entre deux voisins.
R. M.

Comment (6)

    Le fouineur
    5 novembre 2015 - 16 h 41 min

    Il n y a qu un seul diplomate
    Il n y a qu un seul diplomate qui peut contribuer a regler la catastrophe en Lybie,c est l ancien ministre des affaires etrangeres de Tunisie,celui qui a reussi a regler globalement le Mali.Mr Mongi Hamdi connait tres bien les belligerants en Lybie,il est un fin diplomate aguerri a resoudre les conflits les plus difficiles.La designation de l Allemand est une pure catastrophe et le plus mauvais choix possible.




    0



    0
    karimdjazair
    5 novembre 2015 - 14 h 10 min

    synonyme sioniste, ne vous en
    synonyme sioniste, ne vous en déplaise 😉

    Pas de ma faute, vous etes partout, la preuve !




    0



    0
    Synonyme
    5 novembre 2015 - 1 h 58 min

    @karimdjazair: Vous ne cessez
    @karimdjazair: Vous ne cessez de nous importer les maladies orientales, encore et encore et encore… Les Sionistes en Afrique, c’est vous !!!!




    0



    0
    RAMO
    5 novembre 2015 - 0 h 35 min

    Ou il y a trop d’intervenants
    Ou il y a trop d’intervenants c’est la catastrophe,et cela va empiré de plus en plus,les seuls perdants c’est les libyens si ils ne se concentres pas entres eux, dieu seul le sait car ce qui arrivera a ce pays,
    ont leurs as promis le paradis au lieu de cela ils vivent l’enfer ( les mauvais conseillés c’est pas les bon payeurs Sarko Bhl et les traîtres de l intérieure.




    0



    0
    Ziad Alami
    4 novembre 2015 - 19 h 06 min

    « Les pourparlers marathoniens
    « Les pourparlers marathoniens de Skhirat au Maroc n’auront finalement servi qu’à entretenir les rivalités entre les deux camps…. »
    CETTE PHRASE RESUME TOUT VOTRE ARTICLE YA SI MAHMOUDI




    0



    0
    karimdjazair
    4 novembre 2015 - 18 h 48 min

    Le chaos est voulu,
    Le chaos est voulu, programmé, orchestré, cela arrange, contrairement aux apparences hypocrites, certains dirigeants occidentaux, la france, l amérique et l angleterre pour ne pas les citer, avec la complicité bien entendu de l arabie yahoudite, du qatarsrael et de la turquie du sioniste erdogan.

    Alors le role des nations unies, il ne faut pas s en étonner, il est le reflet de ces gouvernants à la solde du sionisme. Quand cela les arange, l onu est actif et déterminé, on l a vu en irak, en afghanistan en lybie, mais quand il s agit de résoudre, de reconcilier de faire appliquer les résolutions des nations unies, particulièrement en Palestine occupé, ce meme ONU est impuissant, quand il ne prend pas partie pour les criminels.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.