Récupération post mortem

Par Houari Achouri – Dans son fameux «ni-ni», slogan lancé alors que le FIS ambitionnait de prendre le pouvoir en Algérie, Aït Ahmed rejetait, en même temps que l’Etat policier, l’Etat intégriste. Il est clair que le leader historique du FLN, puis fondateur du FFS, était totalement hostile à l’Etat théocratique et totalitaire, fondé sur la charia, qui était l’objectif proclamé par les fanatiques en Algérie dès la fin des années 1980, puis qui a été le motif des actes terroristes menés contre les «impies» et les «taghouts», dès le début des années 1990 et qui ont causé tant de mal au pays, au point où il ne s’en est pas totalement relevé encore. Il ne faut pas oublier qu’après les élections du 26 décembre 1991, c’est à l’appel d’Aït Ahmed que, le 2 janvier 1992, la population est sortie dans la rue pour clamer son attachement à la démocratie, déclarée kofrpar les dirigeants du FIS, et son rejet de l’intégrisme, qui allait arriver au pouvoir par la voie faussée des urnes. Le FFS a payé cher son engagement pour la démocratie avec la perte de nombreux cadres et militants assassinés par les terroristes. Les divergences qui ont opposé dans le même camp, le FFS et d’autres forces démocratiques, n’ont rien à voir avec la contradiction absolue entre les valeurs défendues par le parti d’Aït Ahmed et les objectifs visés par les islamistes exprimés clairement par le FIS. Entre le FFS et d’autres forces démocratiques, la question litigieuse était celle des moyens à mettre en œuvre pour mettre en échec le plan du FIS : fallait-il suspendre le «processus électoral», comme on l’a appelé à l’époque, ou tenter l’aventure de la «régression féconde», pour reprendre une formule qui a cristallisé le débat pendant un moment ? Aujourd’hui, dans un message de condoléances, Ali Benhadj tente de tromper son monde à travers une de ses ruses de guerre qu’il a érigées, lui et ses semblables, en principe de lutte. Il cherche à faire croire qu’il aurait de la sympathie pour Aït Ahmed et pour le FFS, dans l’espoir, évidemment vain, de gagner des partisans au moment où ses rangs ont été disloqués par la force des événements qui ont ouvert les yeux y compris de ses fidèles.
H. A.

Comment (10)

    Thidhet
    26 décembre 2015 - 6 h 29 min

    Je préfère encore les
    Je préfère encore les tentatives de récupération de la part de gens comme Ali Belhadj car, là au moins, on sait qu’on est en plein dans le délire. Par contre, que certains tentent de semer la confusion en présentant Aït Ahmed comme un ennemi de l’unité nationale, là, franchement, je trouve que c’est plutôt gênant. Surtout quand ça vient d’une certaine clique de mongoliens alcooliques manipulés le premier venu et qui n’arrêtent pas de brailler le nom de ma région à tort et à travers.




    0



    0
    Anonyme
    25 décembre 2015 - 22 h 37 min

    Ait Ahmed et son parti le F F
    Ait Ahmed et son parti le F F S, avait organisé, une marche gigantesque,le 2 janvier 1992,avec pour slogan » Ni État policier ni État intégriste? en raison du faible taux de participation, au scrutin, en Kabylie »cette manifestation a été filmée, a partir d’un hélicoptère de L’À N P,a renforcée la prise de décision des autorités,dans l’annulation du processus électoral.




    0



    0
    VIVE L’ALGÉRIE
    25 décembre 2015 - 20 h 40 min

    la disparition de Ait Ahmed
    la disparition de Ait Ahmed sonne comme un rappel du temps qui s’écoule trop vite! qu’avons nous fait nous de l’Algérie que nous ont léguée nos pères ? un désastre ! un temple de la corruption, de la médiocrité et de la destruction des ressources environnementales et culturelles. pour reprendre les choses en main, regardons vers l’Asie, regardons l’Iran. petit aperçu de la finesse et de la fermeté constructive à l’iranienne!
    http://www.renenaba.com/le-message-subliminal-de-liran-au-monde-arabo-musulman/




    0



    0
    amal
    25 décembre 2015 - 20 h 35 min

    Je me rappelle encore des
    Je me rappelle encore des paroles de ali benhadj et ses complices qui n’ont pas hésité à qualifier hocine ait ahmed en personne de kafir. À moins de se fermer les oreilles, tous les gens qui habitaient dans les quartiers populaires ont été habitués à entendre que les gens du ffs sont des kafir au même titre que ceux du pouvoir. Les vendredi, même aux toilettes on pouvait suivre les khotba en direct et ces dernieres n’étaient autre que des incitations à l vilence. C’est ainsi qu’un beau jour, le siege du ffs à alger dans la rue larbi ben m’hidi a été pillé puis brûlé par cs sauvages copins de benhadj. Lorsqu’on n’a pas de caractère comme lui on fait semblant d’oublier, à moins qu’il ne soit atteint d’amnésie.




    0



    0
    lhadi
    25 décembre 2015 - 17 h 29 min

    La source d’inspiration de ce

    La source d’inspiration de ce dernier des géants dont son nom sera à jamais gravé sur le marbre de l’histoire, a été :
    .
    Courage ! Détermination ! Patriotisme !.
    .
    Ce sont ces trois viatiques dont nous avons tant besoin actuellement pour accéder à la démocratie, au développement et à la dignité.
    .
    j’invite la jeunesse Algérienne à méditer, à s’inspirer de la bonne et exaltante tranche de l’histoire de l’Algérie afin de refuser la confusion et ramener le bon sens pour ne plus être ébranlé dans ses certitudes.
    .
    Courage : pour combattre la société de défiance.
    .
    Détermination : pour changer de comportement.
    .
    Patriotisme : pour porter des valeurs fondamentales à cette société qui se délite et encourager par tous les moyens l’impulsion de cette fraternité active pour faire avancer, tous ensemble l’idéal que tous le pays attend.
    .
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    Anonymesaleh
    25 décembre 2015 - 17 h 28 min

    Il etait contre franca jusqua
    Il etait contre franca jusqua 1962 et contre hizb franca a partir de 1992.




    0



    0
    No Pasaran
    25 décembre 2015 - 16 h 12 min

    Ait Ahmed mérite ton notre
    Ait Ahmed mérite ton notre respect pour son parcours de 1945 a 1992.
    Ensuite il a fait des erreurs grossières.
    Mais qui n’en fait pas?
    .
    A mon sens, la plus grosse erreur de Da El Hocine c’est de s’être accoquiné avec José Garçon, l’égérie du Kitukisme qui sévissait au sein de l’organe officiel de l’internationale socialiste « Bobo » du pays des fromages qui puent…
    C’est grâce a Ait Ahmed que la thèse du Kitukisme est devenue crédible. Sans son soutien, jamais elle n’aurait pris une telle ampleur.
    .
    Il y a eu des bavures pendant la décennie noire, mais pas une politique délibérée de l’ANP visant a massacrer des civils, comme ont voulu le faire croire le Zaim du FFS et ses amis depuis leur exil suisse. C’était un calcul malsain et de courte vue, qui explique grandement la méfiance que suscitait par la suite le FFS dans des pans entiers de la société algérienne.
    .
    Ceci dit Hocine Ait Ahmed a fait beaucoup plus de choses positives que l’inverse. C’était un grand monsieur: ne serait-ce que pour son rôle illustre pendant la guerre de libération, il mérite notre respect.




    0



    0
    Anonyme
    25 décembre 2015 - 15 h 44 min

    C’était un homme souvent seul
    C’était un homme souvent seul sur le plan Politique comme sur le plan individuel, il s’intègre pas trop et se méfier souvent, faisant la marche tout seul il a dit a tout le monde aurevoir en tous cas c’est le sentiment que j’avais en le voyant marcher aussi vite qu’un oiseau…Allah yarhamo




    0



    0
    mohamed el Maadi
    25 décembre 2015 - 13 h 21 min

    Concernant l’arrêt du
    Concernant l’arrêt du processus électoral on n’a bien fait .
    Imaginez un instant que le FIS ai pris le pouvoir ?Ce sont des milliers de cadre algérien qui aurait fui et l’armée aurait été liquidé ne rêvez pas.L’Arabie saoudite aurait jouer le rôle de grand frères et nous aurait envoyé des cadres par milliers et puis des régions aurait fait sécession et boum en l’air l’unité national.Il n’y a rien à regretter vous avez sauvé l’algérie d’un désastre immense .D’ailleurs un sondage sur les personnalités influente en Algérie et plébiscité par le peuple donne l’ANP en deuxième position comme force et légitimité au sein du peuple algérien alors que les parti islamiste ne récoltent plus l’adhésion du peuple.On n’a gagné et cette victoire on ne l’a pas volé et hors de question de réfiler le pays au perdants.Ils ont joué au con ils sont perdu …




    0



    0
    Anonyme
    25 décembre 2015 - 13 h 00 min

    Les apprentis sorciers qui se
    Les apprentis sorciers qui se livrent à des surenchères oscillent tous entre le délire individuel et la dérive collective. »
    « D’aucuns essayent de se mobiliser sur des thèmes à caractère religieux, régionalistes et même ethniques », dit-il, en mettant sur un pied d’égalité ceux qui poussent à une « surenchère régionaliste » en Kabylie et ceux qui « instrumentalisent » l’extrémisme armé à « des fins politiques au Sahel ». « Ni pureté religieuse, ni pureté ethnique et ni pureté idéologique ne peuvent constituer un projet politique viable », tranche-t-il.

    « Ces menées aventureuses, ces politiques de hasard procèdent d’une même approche stratégique qui met en péril l’unité et la cohésion du pays », diagnostique Aït Ahmed




    0



    0

Les commentaires sont fermés.