Le fils d’Aït Ahmed refuse de serrer la main à Ferhat Mehenni

Venu à Lausanne pour se recueillir, aujourd’hui mardi, une dernière fois sur la dépouille de Hocine Aït Ahmed, Ferhat Mehenni n’a assurément pas eu l’accueil qu’il souhaitait. Selon ce qu’a rapporté le chef du groupe parlementaire du Front des forces socialistes (FFS), Chafaâ Bouaiche, sur sa page Facebook, le chef et fondateur du Mouvement de l’autonomie de la Kabylie n’a pas pu serrer la main, comme il l’aurait voulu, au fils de Hocine Aït Ahmed, Jugurtha, qui l’a gentiment évité. Ferhat Mehenni n’a pas non plus réussi à prendre la parole lors de ce recueillement organisé au Centre funéraire de Montoie, à Lausane, afin que les personnalités et les amis de Da l’Hocine vivant à l’étranger puissent jeter un dernier regard sur la dépouille mortelle avant son transfert en Algérie pour qu’il soit enterré dans son village natal en Kabylie. «Le fils de Hocine Aït Ahmed, Jugurtha, a empêché Ferhat Mehenni, ce matin, de prendre la parole à l'occasion du recueillement à la mémoire de notre héros», a écrit Chafaâ Bouaiche. Le geste de Jugurtha Aït Ahmed vise, selon toute vraisemblance, à éviter toute mauvaise interprétation qui porterait préjudice à la mémoire de Si l’Hocine qui a toujours milité pour l’algérianité en prenant ses distances avec les «identitaristes» ou ceux qui placent l’identité au cœur de leur combat politique. Si Chafaâ Bouaïche a mis ce fait sur la place publique, c’est une manière visiblement pour le FFS de recadrer les choses et de rappeler les «lignes rouges» du parti fixées par le défunt Aït Ahmed lui-même, très attaché à l’unité nationale. C’est aussi assurément une manière pour l’actuelle direction du FFS de se démarquer de ce personnage sulfureux et qui divise à cause de son militantisme pour l’indépendance de la Kabylie. Après la mort de Si l’Hocine, Ferhat Mehenni a longuement parlé de Hocine Aït Ahmed en assurant qu’il avait toujours eu de bons rapports avec lui. Il avait même dit qu’il le conseillait de temps à autre, notamment d’arrêter la campagne pour la présidentielle de 1999. Ce qui paraît invraisemblable pour ceux qui connaissaient bien Hocine Aït Ahmed.
Sonia Baker
 

Comment (3)

    Sofiane
    31 janvier 2017 - 14 h 07 min

    Exactement, le traître de
    Exactement, le traître de ferhat, qui veut plonger l’Algérie dans les mains de l’OTAN et des sionistes, le KO comme en iraq , lybie, Syrie. Je lui souhaite….. à lui et a BHL.




    0



    0
    Mourad Dali
    22 octobre 2016 - 6 h 36 min

    Bien fait pour sa gueule à ce
    Bien fait pour sa gueule à ce suceur de sioniste et président autoproclamé , n’importe quoi !




    0



    0
    Mourad
    22 octobre 2016 - 6 h 32 min

    Bien fait pour sa gueule
    Bien fait pour sa gueule ,ferhat suceur de sions et président autoproclamé ,n’importe quoi !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.