Baudoin, Gèze et les bassets

Par M. Aït Amara – A-t-on un jour entendu ou lu dans la profusion de radios, de télévisions et de journaux français ne serait-ce qu’un soupçon de critique contre le sardanapalesque défilé du 14-Juillet, cette exhibition annuelle démesurée de machines de guerre, d’engins de la mort ? Jamais ! A-t-on un jour vu un Français accuser l’armée de son pays de massacrer les populations au Mali, en Syrie, en Libye ou dans n’importe quelle autre région du monde où des soldats français sont directement engagés dans des conflits locaux ? Jamais ! A-t-on un jour entendu parler d’un procès intenté par un citoyen, une organisation ou un parti français contre un haut gradé pour son implication dans la mort de milliers d’innocents en Irak, en Afghanistan ou ailleurs ? Jamais ! A-t-on un jour entendu un Français reprocher au président François Hollande de clamer sa détermination à «éradiquer» le terrorisme ? Jamais ! Qu’avaient-ils donc tous ces adeptes du droit-de-l’hommisme de pacotille à courir à Paris, à Genève et à Londres pour y jouer aux chantres de la démocratie, là où les islamistes du FIS avaient trouvé refuge avant eux, accueillis à bras ouverts par des ONG ténébreuses et récupérés à volonté par les officines secrètes qui en ont fait des bassets pour chasser du «général de l’ANP» ? C’est dans ces mêmes capitales occidentales que les disciples de Djamel Zitouni, l’assassin des moines de Tibhirine, récoltaient des fonds qui allaient servir à massacrer les Algériens. Tous ces néoharkis repartent la queue entre les jambes après l’humiliant verdict rendu par un tribunal français dans l’affaire des deux vaillants frères Abdelkader et Hocine Mohamed, anciens membres des groupes de légitime défense qui ont pris les armes contre les hordes sauvages durant la décennie de sang et de larmes. La partie de chasse s’est terminée sans prise et la meute de leveurs de gibier, lâchée par ses maîtres François Gèze et Patrick Baudoin, n’aboiera plus que pour quémander des restes de table en attendant d’être dressée à flairer une nouvelle proie qu’ils lui auront choisie.
M. A.-A.

Comment (22)

    saghour
    22 janvier 2016 - 10 h 52 min

    BAUDOUIN et GEZE des chiens
    BAUDOUIN et GEZE des chiens de guerre. Au nom des droits de l’homme ils poussent leur gouvernant a faire la guerre a des pays les plus laiques (parce que la laicité est devenue a la mode), plus libre. La guerre en Syrie par HOllande celle de la Libye par SARKOZY et la preuve que ces v…… n’ont pas le droit de gouberner la France.

    Il faut ajouter à la liste de ces deux chiens qui aboyaient le nom du sinistre maire de Beziers, Robert Menard pseudo ex. patron de journalistes sans frontieres alors que c’est le plus raciste antisémite nazzi etc…




    0



    0
    @Thidhet
    21 janvier 2016 - 21 h 27 min

    Aux soi-disant kabyles qui ne
    Aux soi-disant kabyles qui ne ratent jamais une occasion de mêler la Kabylie à tout et à n’importe quoi: mettez-la un peu en veilleuse et foutez la paix à cette région. La Kabylie est simple, humble, pudique, fière. Vous êtes arrogants, bêtes, vulgaires, complexés. Conclusion, allez voir ailleurs si la Kabylie y est. Ca vous fera prendre un peu d’air et ça vous fera passer un peu de votre haine maladive.




    0



    0
    amal
    21 janvier 2016 - 21 h 03 min

    Comparés à lounis a3aggoune,
    Comparés à lounis a3aggoune, se sont des anges, ces types.
    e me rappelle encore ce que disait ce tdc: le pouvoir francais a donné aux algérien leur aval pour tuer ali mecili et een contre partie, l’algérie s’engage à arrêter les attentats de paris!!! Il le dit sans sourciller des ses yeux balala et sans changer de rictus!!!
    pour lui, la france a tellement eu peur « que lalgérie continue de faire des attentats en france » qu’elle lui livre la tête de mecili et accuse ibrahim abdallah qui, assure encore ce nominé au prix nobel de tighyouyith, n’a rien fait.




    0



    0
    Yacine8694
    21 janvier 2016 - 18 h 06 min

    J’espère que les plumitifs de
    J’espère que les plumitifs de la presse des caniveaux celle qui, actuellement, s’attaque à deux grandes figures de la révolution de novembre, s’inspireront de cet édito pour élever le niveau des débats et, pourquoi pas, apprendront ce que veut dire « INTERÊT NATIONAL ». Pendant que j’y suis, j’informe ces mercenaires de l’ « aplaventrisme », ces serviteurs des contrebandiers d’affaires, et des fossoyeurs de l’histoire que durant la guerre de libération et dans les lieux où des vrais moudjahidines combattaient les troupes coloniales, à savoir le constantinois, les Aurès, la Kabylie, la zone autonome d’Alger et l’Ouarsenis (Wilaya historique I, II, III et IV), les instructions de la direction de révolution étaient, pour ceux qui se faisaient attraper, de tenir 48 heures avant de passer aux aveux, pour permettre à leurs frères d’armes de changer de caches. L’histoire a retenu que les deux moudjahidines attaqués par la presse des caniveaux ont été arrêtés en septembre et que la cache d’Ali la pointe et ses compagnons a été découverte le 08 ou le 10 octobre. Le calcul est très simple à faire. Ceux qui aujourd’hui s’attaquent à ces deux symboles de la révolution n’ont qu’à s’approcher de M. Melouk, un vrai patriote, il leur fournira avec plaisir le dossier des magistrats faussaires, lequel dossier aurait évolué et devenu, fort probablement, des ministres faussaires.

    Merci monsieur Ait Amara de défendre l’intérêt du pays.




    0



    0
    racines
    21 janvier 2016 - 17 h 59 min

    Il faut ajouter à la liste de
    Il faut ajouter à la liste de ces deux chien qui aboyaient le nom du sinistre maire de Beziers, Robert Menard.




    0



    0
    Yacine8694
    21 janvier 2016 - 16 h 13 min

    Ya si Ait Amara, mon
    Ya si Ait Amara, mon commentaire est Chapeau bas




    0



    0
    Anonyme
    21 janvier 2016 - 16 h 13 min

    Malika azul. Peux-tu nous
    Malika azul. Peux-tu nous dire honnêtement quels ont été les tentatives d’approche du pouvoir pour camoufler l’assassinat de ton frère et quels ont été les émissaires qui ont tenté de vous amadouer? Aussi n’y a-t il pas de relations entre ce meurtre et deux autres « personnalités Kabyles » qui sont les fils de feu Amirouche et feu Mira..??

    Malika Matoub : Je n’ai pas compris quand tu dits «les tentatives d’approche pour camoufler l’assassinat». Les tentatives d’approche avec qui ? Si c’est les tentatives de camouflage de l’assassinat de mon frère, elles sont nombreuses et elles ont commencé à l’instant même où il a été assassiné. Rappelez-vous du coup de téléphone que j’ai reçu quelques minutes après le crime, venant d’un de ceux que je croyais mon allié et ami de mon frère. Le même individu est intervenu dans les journaux télévisés français pour annoncer le forfait mais surtout pour annoncer les auteurs au lieu de rassembler les patriotes armés et encercler la région. Des intox, il y en a eu de toutes parts. Rappelez-vous aussi de ce tract distribué à des milliers d’exemplaires par le RCD, le jour même, incriminant les GIA, avec mon nom en bas de page sans qu’on m’est consultée. Pour les émissaires du pouvoir qui m’auraient approchée pour m’amadouer, il n’y en a qu’un, je l’ai dénoncé en 2001 à travers la presse.




    0



    0
    citoyen karim
    21 janvier 2016 - 15 h 05 min

    Si la décennie que nous avons
    Si la décennie que nous avons connu est dite noire, cela ne veut pas dire qu’elle est d’une obscurité totale, non, elle est juste d’une clarté si faible qu’il est très difficile, pour des yeux distrait, de distinguer les nuances.




    0



    0
    Anonyme
    21 janvier 2016 - 14 h 49 min

    Le 25 juin 1998, Lounès
    Le 25 juin 1998, Lounès Matoub est assassiné dans des circonstances non encore élucidées à Tala Bounane sur la route de retour à son village natal Taourirt Moussa.

    Alors que des responsables de partis politiques exigent que « toute la lumière soit faite sur cet acte criminel et que les auteurs soient identifiés et jugés avec toute la rigueur de la loi», les dirigeants du RCD ( Nordine Aït Hamouda, Saïd Sadi, Khalida Messaoudi, Amara Benyounès,…), quelques minutes après le drame pour certains, sans enquête et sans preuves, déclarent que « ce sont les Groupes Islamiques Armés (GIA) qui ont éliminé physiquement » Lounès avec la responsabilité indirecte du Pouvoir « incapable de protéger Matoub » et de « nombreuses complicités et collusions avec l’islamisme» en Kabylie.
    Dans une conférence de presse, le lundi 29 juin 1998, Saïd Sadi persiste, signe et apporte des précisions, pour lui, il ne fait pas l’ombre d’un doute, les auteurs de l’assassinat de Matoub sont des éléments de Hattab donc du GIA, et ceci bien avant la « revendication » de Hattab faxée au bureau AFP de Londres.
    La gendarmerie de Béni Douala, dans un rapport établi quinze jours après les faits, attribuait l’assassinat à un « groupe terroriste non identifié ».
    Lundi 20 juillet 1998, dans une interview au Soir d’Algérie, Nadia Matoub (épouse de Lounès et témoin oculaire du drame), à la question : « L’assassinat de Lounès a été revendiqué… » répond : « Que voulez-vous que je dise…Un coup comme cela, en plein jour…Mon cœur est en proie aux doutes… ». Cette réponse n’a pas plu à certains militants du RCD. Ces derniers lui présentaient Malika Matoub, la soeur du chanteur, comme un exemple à suivre. « Regarde Malika comment elle se comporte. Elle ne cesse de dire que ceux qui tuent sont connus », lui disaient-ils.




    0



    0
    Anonyme
    21 janvier 2016 - 14 h 20 min

    Fondamentalement, il faudrait
    Fondamentalement, il faudrait revenir aux origines de ces méandres politiciennes. C’était au nom de l’Islam qu’on nous fera admettre le fumeux socialisme spécifique et les avatars de la révolution agraire. Islam et nationalisme se transformeront en instruments de légitimation d’un pouvoir acquis par les armes.
    Ce diwan restreint de colonels décidera de l’avenir politique et économique de la Nation. Ce que les citoyennes et citoyens lucides voyaient déjà comme une dérive qui se dessinait lentement mais sûrement à cette époque «d’euphorie révolutionnaire », était considérée par la faune d’opportunistes et d’aventuriers qui s’étaient accaparés des commandes du pouvoir comme étant la «grandiose Révolution socialiste triomphante ». Et ceux qui osaient dénoncer cette aventure qui mettait tout un peuple sur la touche et les fondements de la Nation en danger, étaient taxés de «réactionnaires » et de «contre-révolutionnaires ». On importait de la quincaillerie et de la ferraille clés en main et on nous parlait de «révolution industrielle ». On assassinait l’agriculture et on nous parlait de «révolution agraire ». On démobilisait les travailleurs et on nous parlait de «masses laborieuses ». Des centaines d’unités de production, minées par la gabegie et la désillusion des ouvriers, plongeaient dans les abysses de la faillite et voilà que des membres du diwan distribuaient des «bénéfices » aux travailleurs sous les caméras de l’organe télévisuel de propagande ! C’était «l’Algérie des miracles » et «l’âge d’or» de l’imposture. Les zélés et autres thuriféraires jouisseurs du système parlaient alors d’«acquis de la révolution ». Et trente années plus tard, les «miracles » de l’Algérie socialiste s’avéreront être des mirages.Tout observateur politique honnête se rendra compte quelques années après la libération du pays, que les mêmes pratiques et mœurs politiques coloniales avaient été reconduites par ceux qui se sont accaparés du pouvoir. Nous pouvons dire et sans hésiter que l’indépendance chèrement acquise et tant attendue par un peuple assoiffé de liberté et de justice s’était transformée malheureusement en une simple algérianisation de la politique coloniale de la part des gouvernants autochtones. Il n’y a pas eu de libération autre que territoriale car il n’y a jamais eu de rupture réelle avec le modèle imposé par la colonisation. Pour paraphraser et de manière provocatrice, Clausewitz, nous dirons tout simplement que l’indépendance a été la continuation de la colonisation par les mêmes moyens et des hommes différents.




    0



    0
    Anonyme
    21 janvier 2016 - 14 h 04 min

    M. Aït Amara,Il faut de
    M. Aït Amara,Il faut de longues années avant que les valeurs s’appuyant sur la vérité et l’authenticité morales s’imposent et l’emportent sur le cynisme politique ; mais à la fin, elles sortent victorieuses, toujours.Vaclav Have
    La classe politique suppose une réflexion sur les années de braises traversées par notre pays sous la responsabilité de politiciens sans foi ni loi pour ce pauvre peuple resté mineur depuis bien avant 1962. Les décideurs décident en lieu et place de ce peuple jugé mineur, sans capacité intellectuelle, sans responsabilité. Toute l’opacité de la crise algérienne vient aujourd’hui de ce que les communicateurs du régime ont réussi à faire confisquer la représentation de la société toute entière par ses deux marges idéologiques extrêmes, toutes deux étant de surcroît plus ou moins manipulées par lui.
    Ces gouvernants nous ont guidé,nous ont mené à la baguette jusqu’à vouloir nous entre-tuer.
    Les sociétés Européennes en général et Françaises en particulier, ont eu cette possibilité à décider elles mêmes de leur VIE, de leur mode de vie, de leurs élus. Ces élus, évoluent avec un sens de responsabilité accordé par leurs électeurs, n’ont point le droit de décevoir.




    0



    0
    mohamed el Maad
    21 janvier 2016 - 12 h 42 min

    Tout est dit ! Vous savez
    Tout est dit ! Vous savez quand cela concerne l’Algerie les pires insanité sont proféré. Voyez vous il parle encore de terrorisme algérien pendant la guerre d’Algérie alors que c’était un mouvement de libération comme au Vietnam mais ne dise jamais le terrorisme vietnamien ! La décennie noire également on parle de terrorisme algérien mais à l’heure actuelle on ne parle pas du terrorisme marocain voir Saoudiens !
    On n’aura compris que rien n’est objective quand on parle de l’Algérie ! Quand au patriote c’est une Bonne-Nouvelle.




    0



    0
    Anonyme
    21 janvier 2016 - 10 h 54 min

    @ Buck john
    Que l’armée

    @ Buck john

    Que l’armée française protège tous les ressortissants qui vivent en France et dans ses DOM Tom ,rien de plus normal . Mais que pourrais-tu me dire de valable quand ta même armée s’en va tuer ,violer ,voler à l’étranger ? Que faisait-elle en Afghanistan ? que fait-elle en Syrie ,en Centrafrique ,au Mali ?




    0



    0
    New kid
    21 janvier 2016 - 10 h 37 min

    Les medias français,
    Les medias français, occidentaux, hypocrites qu’ils sont, ne savent ce qu’ils répètent comme un refrain malpropre. Depuis le début des frappes aériennes russes, ils ne cessent de critiquer cette dernière. Car ce sont ceux qu’ils arment et entrainent avec la délinquante Turquie à détruire la nation syrienne qui sont touchés !
    Lorsque l’OTAN frappait l’Iraq et a assassiné, « tortured &butchered » de plus d’un million de civils, leurs becs restaient cloués !




    0



    0
    Adel
    21 janvier 2016 - 10 h 30 min

    Accord total avec vous, je
    Accord total avec vous, je dirai que l’algérie avec nos héros et à leur tête le clairvoyant Général Nezzar, vont être en paix pour toujours. Je réclamme qu’un juge algérien ouvre pluisieurs enquêtes sur les circonstances de la mort de plusieurs algériens, en janvier et en novembre 2015.
    C’est la réponse que l’algérie doit rendre aux chiens de gardes qui cherchent par tous les moyens à vomir et encore vomir sur ce grand pays qu’est l’algérie.
    Finalement l’algérie a une vision largement en avance sur les salopards.




    0



    0
    Samir
    21 janvier 2016 - 10 h 14 min

    Merci pour cet excellent
    Merci pour cet excellent article. Il fallait juste preciser que ce sinistre François Geze est le directeur des Edititions « La decouverte » en France et chantre du « qui tue qui » en Algerie sans oublier cette José Garçon journaliste au quotidien français « Liberation » grande manipulatrice à la solde du makhnez marocain des relais Algériens du « qui tue qui » durant toute la decenie noire.




    0



    0
    raselkhit
    21 janvier 2016 - 10 h 04 min

    Oui effectivement car le
    Oui effectivement car le français moyen est d’abord citoyen malgré les discussions du « café du commerce reste convaincu que l’état français le gouvernement sont tous là pour le protéger et quels que soient les crimes en son nom il accepte adhère et applaudi car il a compris que beaucoup de chose lui échappe et seuls les gouvernants ont toutes les données .Bien mieux le peuple français comme du reste tous les peuples occidentaux seul le prix du litre d’essence les intéresse le reste est à la charge du pouvoir On les a élu à eux de régler tous les problèmes Rien qu’à écouter les médias .Tous sont exactement d’accord avec la vision du pouvoir pas un ne dépasse d’un poil On persiste à intoxiquer le peuple un peu de désinformation et c’est ça la liberté d’expression.




    0



    0
    fatigué
    21 janvier 2016 - 9 h 20 min

    maintenant que les tangos
    maintenant que les tangos frappent la bas chez eux , les français, y compris les juges de Nîmes, ont compris que le terrorisme ce n’est pas seulement des images à la télé et que face à ça il faut que des hommes se dressent pour crever la bête , d’où ce verdict.




    0



    0
    Lahcen
    21 janvier 2016 - 9 h 06 min

    Que dire de plus ??? Merçi
    Que dire de plus ??? Merçi




    0



    0
    AISSA
    21 janvier 2016 - 8 h 50 min

    Salem,
    Arriver au pouvoir en

    Salem,
    Arriver au pouvoir en Algérie, cela n’a pas l’air très difficile, c’est une fois aux commandes que tout se complique, ce peuple est tel un tigre, il se laisse chauvaucher q’un temps, quand à un autre moment il doit cheminer seul en conscience et toujours bien observé. …
    Le drame de cette décennie meurtrière est unique au monde, ça fait encore très mal, quand on sait que deux ennemis pouvaient partager la même table, pouvaient être frères. …On a toujours cru dans ce pays que la mort, le combat physique étaient nécessaires pour être reconnu. …comme pendant la guerre d’Algérie. …trahison, crime, une recette qui ne marche plus…
    Aujourd’hui, hélas, on ne reconnaît pas l’idée que nous ne sommes pas en guerre entre frères et que tant que cela dure, l’ennemi potentiel à le champ libre. Il faut toujours être actuel. Franchement, je trouve que le chef d’état major fait du très bon boulot, j’en dirait pas autant de certains ministres, mais censures obligent, je ne denoncerai plus d’aberrations aussi flagrantes soient elles, vous le faites mieux. …
    Salem.




    0



    0
    Buck John.
    21 janvier 2016 - 7 h 48 min

    Sur ce site on fait longueur
    Sur ce site on fait longueur de semaines l’apologie de la vaillante ANP ,mais le défilé du 14 juillet en France derange les bi-nationaux et les algériens immigrés en France ? Quand on choisit en toute âme et conscience un pays pour s’y établir ,éduquer ses enfants ,se faire soigner ,béneficier d’un niveau de vie que l’on n’a pas eu sur sa terre natale on ne remet pas en question les célébrations du pays hôte !Cette armée qui defile protège tous les citoyens et résidents de France quelque soit leurs origines .




    0



    0
    Kouidri Saadeddine
    21 janvier 2016 - 7 h 26 min

    Bravo et bonne journée.
    Bravo et bonne journée.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.