Le grand gagnant

Par Kamel Moulfi – De nombreux faits confirment le pronostic de l’échec des consultations sur la révision constitutionnelle, un échec prévisible pour des raisons maintenant évidentes qui ont conduit à l’isolement du pouvoir (voir Algeriepatriotique du 10 mai 2014). La personnalité d’Ahmed Ouyahia, qui ne fait pas consensus, n’est pas faite pour éviter à l’initiative présidentielle de déboucher sur une impasse alors qu’elle est censée aboutir, au contraire, sur un texte consensuel, c'est-à-dire susceptible d’avoir l’assentiment de la majorité et de ne pas susciter de conflits. Or, l’approche, elle-même, est l’objet d’un conflit entre le pouvoir et l’opposition qui s’en tient à l’idée de «transition démocratique» telle qu’elle a été proposée par des personnalités politiques qui n’ont, d’ailleurs, pas hésité à franchir le Rubicon en associant à leur projet l’ex-FIS, à travers les contacts pris avec deux de ses anciens dirigeants. Le parti dissous fait ainsi un retour sur la scène politique et il reste à savoir si ses représentants ne figureront pas parmi les «personnalités» qui seront destinataires des propositions d'amendements dégagées par la commission d'experts chargée de l'élaboration de la Constitution, ce qui voudra dire qu’ils feront également partie du consensus recherché par le pouvoir pour sa Constitution. Si cette hypothèse se produit, il ne fera alors aucun doute que le FIS dissous, déjà sollicité dans l’Alliance nationale pour le changement, aura été le grand gagnant de l’après-17 avril. On comprend la prudence d’Ali Benflis à s’engager dans les préparatifs de la conférence de l’opposition additionnée à son refus de participer aux consultations qui seront menées par Ouyahia. Si le projet de révision de la Constitution est soumis à référendum comme le prévoient nombre d’observateurs, il restera au peuple, par son vote, si la consultation est véritablement caractérisée par la transparence et la sincérité, de dire ce qu’il pense à la fois de la démarche du pouvoir et du texte auquel elle a abouti.
K. M.
 

Comment (7)

    Adel
    12 mai 2014 - 8 h 13 min

    Je ne vois vraiment pas ou
    Je ne vois vraiment pas ou est l’échec, il s’agit de groupuscule, des maquignons, qui ne représentent qu’eux mêmes.
    Qu’ils aillent au diable, ils s’imaginent peut-être arréter la marche triomphale de l’algérie. Ils se mettent le doigt dans l’oeil. Comme toujours tous ses chefaillons vont se retrouver dans la poubelle de l’histoire, les centaines de milliers d’ingénieurs algériens vont relever tous les défis.




    0



    0
    qu'importe
    11 mai 2014 - 22 h 05 min

    Cette consultation du pouvoir
    Cette consultation du pouvoir ( si tant est qu’il veuille la consulter )avec l’opposition , qui a boycotté la présidentielle ,va lui servir à l’enfoncer un peu plus ; à sa décharge ( du pouvoir ) j’admets que ladite opposition pour la transition n’est vraiment pas très futé ; Benflis a tout intérêt à s’éloigner d’elle .




    0



    0
    mellah hocine
    11 mai 2014 - 20 h 36 min

    Le système politique en place
    Le système politique en place a montré pour la énième fois qu’il n’a pas une volonté politique d’engager une véritable transition démocratique.
    Le pouvoir est plutôt en train de gagner du temps en instaurant de faux débats.
    Le problème en Algérie ne réside pas dans les textes de lois. Le grand problème se trouve dans les institutions illégitimes et contrôlées par les décideurs.
    La Constitution, dans sa formule actuelle, consacre la séparation des pouvoirs et beaucoup d’autres droits fondamentaux. Mais les textes ne sont pas appliqués.
    Alors pourquoi une autre constitution ?




    0



    0
    lamine
    11 mai 2014 - 19 h 00 min

    « …si la consultation est
    « …si la consultation est véritablement caractérisée par la transparence et la sincérité… » : Vous voulez rire! vous croyez qu’après le carnaval fil dechra auquel nous venons d’assister avec ces élections présidentielles, personne ne se déplacera pour quoique ce soit avec ces gens là! Ils manipulerons les chiffres à leur convenance pour ne pas à avoir à avouer leu échec!




    0



    0
    boumi
    11 mai 2014 - 16 h 47 min

    AP roulez vous pour
    AP roulez vous pour benflis??? ce dernier n’a pas décidé de ne pas faire parti de ce projet de transition démocratique car le FIS en est sollicité!! loin de là!! n’oubliez pas que benflis a proposé sa réhabilitation lors de la derniere élection!!




    0



    0
    Laetizia
    11 mai 2014 - 14 h 28 min

    Arrêtez cette posture stupide
    Arrêtez cette posture stupide de gamin fâché !
    Tout le monde doit participer à cette discussion, les pours et les contre, les satisfaits et les frustrés, tout le monde sauf nos ennemis : les ultra-libéraux et leur gourou Benf-i-s accoquinés aux islamistes, fidèles hommes de mains de la grande puissance du mal. Tous donc à l’exception de ceux qui sont à la solde de l’impérialisme se doivent de répondre « présent »!
    Notre but à nous patriotes souverainistes algériens est d’oeuvrer pour notre pays, de travailler pour les nôtres malgré nos dissensions, nos différences. Il faut aller au-delà de tout ça, c’est l’intérêt de la Nation qui prime.
    Ceux qui tiennent le pays ne sont pas les plus compétents, ni les plus intègres soit, mais ils sauvegardent la souveraineté de notre immense territoire et la paix civile et cela est au dessus de toutes considérations en l’état actuel des choses. Car la menace est bien présente et elle continue de guetter le moindre de nos faux pas !
    Ce débat devrait être le lieu d’expression de notre opposition à ce qui nous révolte, à ce qui nous donne envie d’espérer, à ce qui nous chagrine, à tous les projets fous et généreux que nous avons en tête et qu’il est sûrement possible de réaliser. Ne privez pas vos compatriotes de votre savoir, de votre intelligence, de vos rêves, partagez les !
    Alors restons unis pour incarner enfin le rêve d’une Algérie meilleure !
    Patriotes souverainistes algériens et même ultra-nationalistes, Tahya El Djazaïr !




    0



    0
    No Pasaran
    11 mai 2014 - 13 h 28 min

    La vérité c’est que Ouyahia a

    La vérité c’est que Ouyahia a été choisi pour le mettre en selle en prévision de la prochaine présidentielle.

    Si Ouyahia réussit a mener cette reforme, cela passera par instaurer un dialogue constructif avec l’ensemble des clowns qui font de la politique en Algérie, ce qui le rendra indéboulonnable de la présidence, et fera de lui le candidat du consensus au terme de la mandature de Bouteflika.

    Si Ouyahia est en échec, un autre se positionnera pour faire cette reforme.

    Le personnage qui arrivera a concilier les animaux de foire de notre classe politique et a les mettre d’accord sur une constitution reformée sera le PROCHAIN PRÉSIDENT.

    Tout le reste c’est de la poudre aux yeux.

    Une nouvelle constitution ne change pas la culture politique d’un pays, et se se substitue pas a l’inculture de la majorité de sa classe politique. Ni en Algérie ni ailleurs.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.