La mise au ban du Makhzen

Par R. Mahmoudi – Les premiers échos qui nous parviennent de la visite du secrétaire général de l’ONU dans la région préfigurent la sentence, la énième, qui attend le royaume du Maroc sur la question sahraouie. Le voyage que Ban Ki-moon a programmé d’effectuer dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf va confirmer l’inanité des thèses relayées par les porte-voix du Makhzen dans la région. Il y a encore les rapports, plus accablants les uns que les autres, sur la situation des détenus sahraouis dans les geôles marocaines et, plus généralement, celle des atteintes aux droits de l’Homme. Reste à savoir si cette visite historique de Ban Ki-moon peut accélérer le processus de décolonisation du Sahara Occidental, tel que préconisé dans les résolutions onusiennes adoptées par le Conseil de sécurité, dont, principalement, celle qui prévoit l’organisation d’un référendum d’autodétermination dans les territoires occupés. Car Rabat peut toujours compter sur l’appui de ses protecteurs européens, France en tête, pour faire encore pression sur la «communauté internationale» pour surseoir aux décisions prises par les Nations unies. Anticipant les événements, le royaume chérifien s’est déjà précipité à aplanir ses différends, provoqués à des fins de négociation, avec l’Union européenne à propos du fameux accord agricole. Entretemps, les instruments de propagande médiatiques et diplomatiques du Makhzen n’arrêtent pas de semer la confusion et de focaliser le débat sur les relations algéro-marocaines et l’impératif de la réouverture des frontières, pour mieux éluder le vrai et unique problème auquel le voisin de l’ouest est confronté, à savoir l’occupation du Sahara Occidental.
R. M.

Comment (11)

    Anonyme
    6 mars 2016 - 14 h 05 min

    Par raselkhit (non vérifié) |
    Par raselkhit (non vérifié) | 6. mars 2016 – 8:26
    Vas y aboyer ailleurs espèce d’inculte minable marocain, qui délire sur ce site certainement sous l’effet de la drogue seule nourriture des marocains, une nourriture qui leur donne l’illusion que leur bordel à ciel ouvert est «importante» dans la région, alors que nous algériens enfants de Massinissa nous savons d’où est-ce que vous provenez vous les mokokos esclaves sans aucune histoire digne de ce nom, au point où vous jalousez l’histoire millénaires de l’Algérie alors que le Maroc n’est fabrication de la France, il n’est rien du tout, aucune existence millénaire, aucune histoire révolutionnaire, aucune dignité, rien. Vous êtes vous les marocains une race bâtarde issue de nulle part, c’est ce qui explique votre état d’esclavage et votre soumission à une narcomonarchie, l’histoire que vous vous êtes inventés pour envahir vos voisins n’est que fabulations que la France vous a inventée. Les algériens savent d’où ils sortent et ils sont fiers, mais savent aussi qui sont ces pov marocains




    1



    0
    Algérien Le Grand
    6 mars 2016 - 7 h 56 min

    Le journal LE MONDE fait une
    Le journal LE MONDE fait une critique qui détruit le MAKHZEN sur un éditorial qui parle de l’accord entre rabat et Paris contre la torture.

    “ TRAHISON DE LA JUSTICE FRANCAISE “
    Sous le prétexte officiel mais fallacieux d’une amélioration de la coopération judiciaire entre les deux pays, ce protocole n’a en réalité d’autre objet que de tordre le bras de la justice française et de favoriser l’impunité des dignitaires marocains même soupçonnés de graves violations des droits humains, notamment en leur permettant d’échapper à toutes poursuites engagées sur le territoire français.

    En signant ce protocole avec le Maroc, la France sacrifie une partie de sa souveraineté, de l’indépendance de sa justice et des droits fondamentaux de ses citoyens. Il est d’autant plus fondamental de rejeter ce texte que celui-ci établirait un précédent.

    Signé près d’un an après la convocation par une juge d’instruction française du chef du contre-espionnage marocain Abdellatif Hammouchi (visé par plusieurs plaintes pour torture), cet accord apparaît en réalité comme une réponse diplomatique sur mesure pour assurer l’impunité de ce dignitaire : une fois en vigueur, ce protocole constituera une pression politique forte sur la magistrate française pour qu’elle se dessaisisse au profit d’un magistrat marocain.

    D’abord, il entrave l’accès des victimes à la justice française en imposant aux magistrats français de renvoyer prioritairement aux juges marocains les plaintes concernant des crimes commis au Maroc par des Marocains, même si la victime est Française quand bien même le crime en question serait aussi grave que la torture

    Une abdication judiciaire qui s’opère au détriment des victimes qui se sont justement tournées vers la justice française car elles n’ont pas obtenu gain de cause au Maroc.Plus encore, les conséquences désastreuses de ce texte ne se limiteront pas aux seules affaires de torture.Au-delà du message humain désastreux, il s’agit d’une violation patente de notre Constitution qui impose de ne pas faire de différence entre les Français selon leur religion, leur ethnie ou leur origine.
    L’idée simple selon laquelle il ne saurait y avoir de refuge pour les auteurs des crimes les plus graves – fondement de la justice internationale- est aujourd’hui en péril . Nous ne pouvons l’accepter.




    0



    1
    raselkhit
    6 mars 2016 - 7 h 26 min

    Ce n’est pas par des
    Ce n’est pas par des mensonges et des contrevérités historiques que l’on peut défendre son point de vue .Parler de Massinissa c’est d’abord aller s’instruire et d’étudier l’Histoire et non raconter n’importe quoi! Un peu de sérieux .!Il est vrai que nos journalistes ne nous ont pas habitué à un travail sérieux mais à des information ayant comme source soit face book soit radio trottoir Dans le meilleur des cas provenance café du souk du coin .




    0



    1
    Anonyme
    6 mars 2016 - 4 h 57 min

    le processus de
    le processus de décolonisation des territoires et des peuples trouvent toujours des opposants au sein de l’ONU et en particulier les au seins des membres permanents de cette assemblée.

    Algérie a toujours été pour la décolonisation et j’espère qu’elle changera pas sa position.




    1



    0
    Anonyme
    6 mars 2016 - 2 h 17 min

    Par Anonyme (non vérifié) |
    Par Anonyme (non vérifié) | 6. mars 2016 – 0:12

    Il ne faut surtout pas trop rêver …. Ban Kimoon cherche à laisser une empreinte à son fin de mandat … en tout cas pas ici …..
    —————–

    Ru vas dégager de ce site espèce de sujet soumis à mommo6 qui a force de grossir il éclatera comme une grenouille..




    0



    0
    Chaoui ou zien
    6 mars 2016 - 0 h 07 min

    A part constater et peut etre
    A part constater et peut etre condamner, Ben “Kemoun” ne va certainement pas leur ramener l’independance. Cette situation dure depuis les annees 70 (presque 50 ans maintenant) et il est temps que leurs fusils servent a autre chose qu’aux fetes de marriage dans les camps de Tindouf. Cette narco- monarchie n’a nullement l’intention de quitter leur territoire. Il est donc clair ce qu’ils doivent faire pour le recouvrer. A part les supporter, l’Algerie ne peut faire la guerre a leur place a un voisin qui refuse d’entendre la voix de la raison. Il est temps qu’ils se comportent comme des hommes et femmes qui meritent leur propre chez soi. S’ils croient pouvoir acquerir cette independance “beregda” qu’ils le disent clairement et qu’on en finisse. Je suis desole mais “bezaff aalikoum” ya nos freres sahraoui. Reveillez vous et faites quelque chose.




    0



    1
    Anonyme
    5 mars 2016 - 23 h 12 min

    Il ne faut surtout pas trop
    Il ne faut surtout pas trop rêver …. Ban Kimoon cherche à laisser une empreinte à son fin de mandat … en tout cas pas ici …..




    0



    0
    Anonyme
    5 mars 2016 - 22 h 28 min

    Les mokokos vivent dans
    Les mokokos vivent dans l’ignorance et se gavent de propagande mensongère que leur ingurgite leur mekhzène, c’est pour cela qu’ils prétendent que «Tindouf est un camp de séquestrés» pour les sahraouis, ils ne savent même pas que le camp de réfugié de Tindouf est administré par les Nations Unies, la preuve que l’Onu est bien implantée à Tindouf et que son secrétaire général va s’y rendre, cela les mokoko qui se nourrissent de mensonges dans tous les domaines, ne peuvent pas le nier, la gravité de la chose c’est qu’ils croient que le Sahara Occidental et une partie de l’Algérie leur appartiennent, c’est ce que leur a dit le fils du Glaoui, alors que le Maroc est une fabrication de la France, et qu’il n’a aucun droit de revendiquer 1 mm des terres de ses voisins, le Maroc nous a volé tout le fleuve Moulouya appartenant à l’Algérie depuis l’antiquité, c’était la frontière entre les territoires maures éparpillés sans aucune unité territoriale et la Numidie Algérie d’aujourd’hui, unifiée depuis des millénaires par le Roi Massinissa. Les marocains sont pris au piège de leur ignorance crasse et leur arrogance, une narmonarchie dont les origines sont arabes ne peut jamais revendiquer un seul milimètres des terres voisines, cette narcomonarchie n’a pas le droit d’être dans cette région d’Afrique du Nord comment ose t elle revendiquer les territoires de ses voisins?




    1



    0
    amal
    5 mars 2016 - 22 h 25 min

    Sans compter de rappeler que
    Sans compter de rappeler que le maroc doit d’abord détruire le mur de la honte truffé de mines antipersonnelle qui ne cesse de faire des victimes depuis 40 ans, surtout que les mines se déplacent ….
    Celui qui veux être pris au sérieux doit s’habituer à parler franc.




    1



    0
    amal
    5 mars 2016 - 22 h 20 min

    Comment et qui pourrait
    Comment et qui pourrait forcer l’algérie à ouvrir la frontière alors que des instances internationales viennent de prouver que le maroc est le plus grand proucteur de drogue avec presque la moitié de toute la production mondiale?
    Faut pas hésiter à le rappeler, hein!
    Le maroc doit faire le ménage et prouver qu’il a réussi à brider ses trafiquants; c’est à ce moment que les dossiers de la frontière sortiront des placards.




    1



    0
    Anonyme
    5 mars 2016 - 20 h 57 min

    Reste à savoir si cette
    Reste à savoir si cette visite historique de Ban Ki-moon peut accélérer le processus de décolonisation du Sahara Occidental, tel que préconisé dans les résolutions onusiennes adoptées par le Conseil de sécurité,
    ___

    Il ne faut trop croire ce Ban ki-noom qui change d’avis et de couleur chaque semaine!




    0



    0

Les commentaires sont fermés.