Djelfa efface Washington

Par Kamel Moulfi – La visite officielle d’Abdelmalek Sellal à Washington, aux Etats-Unis, a été complètement étouffée par la virée spirituelle de Chakib Khelil à Djelfa. C’est la preuve que l’actualité ne fait pas dans le protocole. Elle a d’autres critères et classe les événements selon leur importance médiatique. Entre Bennahar, à Djelfa, où se trouve la zaouïa (confrérie) de Si M’hamed Ben Merzoug, dont les adeptes recevaient avec tous les honneurs Chakib Khelil, et la Maison-Blanche, à Washington, où Abdelmalek Sellal s’est rendu pour la rencontre au sommet d’une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement autour de Barack Obama, sur la sécurité nucléaire, c’est la petite bourgade des Hauts-Plateaux, chez nous, qui a eu le privilège de figurer à la Une. L’ancien ministre de l’Energie aurait pu se rendre à la Coupole du 5-Juillet pour se voir gratifier d’une ovation-réhabilitation en profitant du rassemblement organisé par son avocat, Amar Saïdani. Mais le risque de faire de l’ombre au président Bouteflika auquel était dédié ce meeting l’en a peut-être dissuadé. C’est donc Djelfa que Chakib Khelil a choisi pour quitter sa traversée du désert et revenir à la case départ. Pourquoi Djelfa ? Quel symbole se cache derrière cette ville ? Quelle sera l’étape suivante ? Tout le monde le sait, Khelil n’est pas en odeur de sainteté partout dans les villes d’Algérie, contrairement à Djelfa où il a bénéficié de l’hospitalité des notables, mais en l’absence de la population locale dont on ne sait pas ce qu’elle pense de cette visite inattendue. Saïdani a fait l’éloge de l’ancien ministre de l’Energie, mais beaucoup d’indices laissent penser qu’il n’a pas réussi à convaincre l’opinion publique. On peut considérer, sans risque de se tromper, que son discours-forcing sur un ton péremptoire favorable à Chakib Khelil et menaçant pour ses adversaires, n’est pas passé chez les jeunes qui en sont encore à attendre – naïvement ? – que la justice fasse son travail. Mais il faudra s’y habituer : Chakib Khelil est au centre du paysage médiatique pour longtemps encore.
K. M.

Comment (42)

    Anonyme
    3 avril 2016 - 7 h 31 min

    zaouia tbehdila…culture du
    zaouia tbehdila…culture du za3imisme…ouled lharka wel mgharba…hizb franssa wel mna du traître messali….n’en jetez plus! Ce régime a réussi à conjuguer toutes les malédictions!
    Tout ça parce qu’un petit homme connu pour sa mentalité tordue depuis toujours et sa famille de tarés hystériques puissent prendre le pouvoir et s’installer à vie!

    sahraoui
    3 avril 2016 - 6 h 41 min

    le feu et respecté ait Ahmed
    le feu et respecté ait Ahmed a dit il y a quelques années l’Algérie est entre les main des ses enfants et l’Algérie n’est pas une république bananière ou l’ont nous amène un président dans le coffre pour nous gouverner .nous avons un potentiel d’enfants de l’Algérie pour nous gouverner .la ils sont entrain de fabriquer un président qui est arrivé dans un coffre .

    ou êtes vous Mr ouYahia Mr belkhadem et a tous les généraux pour vous laisser guider comme des moutons .c’est la honte pour les algériens et les algériennes

    Haoui Torkia
    3 avril 2016 - 0 h 06 min

    Quand j’entend parler de
    Quand j’entend parler de Chakib Khlil en tant que futur Président de la République Algérienne, je me dis que ceux qui tiennent ce discours ou ils sont fous ou ils font dans l’intox et la provocation pour faire sortir les jeunes dans la rue, ce qui complètement irresponsable.

    RAYESELBAHRIYA
    2 avril 2016 - 20 h 55 min

    Par Kahina (non vérifié) | 2.

    Par Kahina (non vérifié) | 2. avril 2016 – 14:19
    @Par RAYESELBAHRIYA (non vérifié) | 2. avril 2016 – 14:04
    y a une concurrence entre 2 clans au somment de l’état.
    il faut etre aveugle et naif pour ne pas comprendre la valse qui
    se joue, ces dernieres semaines.
    une chose est sure notre pays risque de plonger dans une sombre
    et tellurique situation, incontrolable.
    ……………
    Deux clans:
    Un clan qui veut sauver ce qui reste.
    Un clan qui veut détruire ce qui reste

    ——

    qui veux sauver ce qui reste des restes ?

    qui veux détruire ? c deja connu et largement entamé

    Anonyme
    2 avril 2016 - 20 h 42 min

    Qu’il soit « béni » par la
    Qu’il soit « béni » par la Zouia, qu’il soit l’intime de Bouteflika, qu’il jure sur sa tête ou celle de Saidani,rien n’effacera les graves soupçons, qui pèse sur lui. Si par malheur il devient le futur président,il dirigera non pas un peuple de vrais citoyens, mais des moutons qu’il devra tondre.

    Anonyme
    2 avril 2016 - 19 h 44 min

    @ Par Trinita mon nom est
    @ Par Trinita mon nom est personne (non vérifié) | 2. avril 2016 – 20:29

    : ne pas oublier que M. Chakib Khelil est le frère véritable du Président et non pas Said.

    ^^^^^^^^^^^^

    au sens propre ou figuré? son frère dans la secte?

    C’est quoi cette nouvelle encore.

    Explique nous, nous sommes perdus.

    Trinita mon nom est personne
    2 avril 2016 - 19 h 29 min

    L’article est fort pertinent
    L’article est fort pertinent et il y a de quoi. Entre un « présidentiable » de taille et un bouffon chauffe-strapontin, le choix des médias est vite fait. Donc pleins feux sur Djelfa, laquelle a réussi à éclipser Washington.

    De plus, l’objet des deux visites n’est pas le même. A Djelfa, c’est « le Revenant », le « Retour de l’Enfant prodigue » et un scénario ressemblant au retour de Napoléon de l’île d’Elbe.

    A Washington, rien de tout ça mis à part une discussion ennuyeuse et ennuyante sur un sujet aussi ésotérique que la sécurité nucléaire…Sellal avait un papier élaboré par des grattes-papiers pour lire avec difficulté. Rien de plus.

    Ce qui c’est passé à Djelfa est très important. Sur le plan symbolique d’abord puisque c’est les Zaouias, pierre angulaire du drôle de régime féminazi des Bouteflika. Puis par la qualité de l’homme: ne pas oublier que M. Chakib Khelil est le frère véritable du Président et non pas Said.

    Ceci dit le conflit autour de la succession semble scellé.

    Kenza
    2 avril 2016 - 19 h 00 min

    Boutef a envoyé Sellal à
    Boutef a envoyé Sellal à Washington où il va trouver Barack, et Chakib Khallil à Djelfa où il espère trouver la baraka!

    sami
    2 avril 2016 - 17 h 17 min

    Quelle hypocrisie,quelle
    Quelle hypocrisie,quelle malhonneteté.Il choisit la religion pour sec refaire une virginité dans une zaouia qui ne sont ni plus ni moins que des parasites dépositaires de l’obscurantisme ambiant dans notre pays.Son mentor boutef est un adepte des zaouias par lesquelles il commençaient ses visites dans ses déplacements.
    Il aurait pu demander à Hammadache de lancer une fétoua de réhabilitation en sa faveur.
    On n’est pas encore sorti de l’auberge.

    Anonyme
    2 avril 2016 - 17 h 03 min

    Par Blamengoul (non vérifié)
    Par Blamengoul (non vérifié) | 2. avril 2016 – 16:39

    Qu’on dénonce la malfaisance des uns et des autres est une chose mais verser dans le régionalisme et l’ostracisme anti-marocain le plus stupide et alimenter les haines d’un autre âge, cela vole très bas.
    —————

    Je vais en ajouter une de «anti marocain» très justifiée, vas y te faire voir ailleurs espèce d’esclave marocain. La racaille marocaine infiltrée en 1962 en Algérie par des traitres locaux, est responsable de la gestion catastrophique et le génocide culturel en Algérie par des traitres marocains rentrés en Algérie à son indépendance, il faut faire en Algérie le grand nettoyage de toute cette vermine marocaine qui est au pouvoir en Algérie pour la détruire

    Anonyme
    2 avril 2016 - 17 h 01 min

    Par Anonyme (non vérifié) |
    Par Anonyme (non vérifié) | 2. avril 2016 – 17:44

    Par Anonyme (non vérifié) | 2. avril 2016 – 16:19

    Ce qui est plus grave dans cette affaire, le régime bouteflikien pour réhabiliter un criminel notoire et grand ami de la famille Bouteflika, joue sur le sentiment religieux en se servant d’une zawiya pour blanchir l’un des plus grand criminel qui a pillé l’Algérie avec l’aide des Bouteflika
    =============
    La coupe de champagne qu’il avait sur sa photo et sa cravate de noeud de papillon etait… du champomy, il fallait nous le dire Khellil est le descendant d’un des compagnons du Prophete (que Dieu me pardonne), on n’aura qu’a le faire roi d’Algerie. Dieu nous preserve des fils traitres, ils ne se cachent meme plus, ils pavoisent.
    ……………

    Le clan CHAKIB le pilleur vacille entre le dieu du champagne et le Dieu de la zaouïa.

    Anonyme
    2 avril 2016 - 16 h 44 min

    Par Anonyme (non vérifié) |
    Par Anonyme (non vérifié) | 2. avril 2016 – 16:19

    Ce qui est plus grave dans cette affaire, le régime bouteflikien pour réhabiliter un criminel notoire et grand ami de la famille Bouteflika, joue sur le sentiment religieux en se servant d’une zawiya pour blanchir l’un des plus grand criminel qui a pillé l’Algérie avec l’aide des Bouteflika
    =============
    La coupe de champagne qu’il avait sur sa photo et sa cravate de noeud de papillon etait… du champomy, il fallait nous le dire Khellil est le descendant d’un des compagnons du Prophete (que Dieu me pardonne), on n’aura qu’a le faire roi d’Algerie. Dieu nous preserve des fils traitres, ils ne se cachent meme plus, ils pavoisent.

    Anonyme
    2 avril 2016 - 16 h 19 min

    La zaouïa satanique au

    La zaouïa satanique au service du clan.
    Qui a dit que le satanisme ne gère pas le pays.

    Anonyme
    2 avril 2016 - 16 h 08 min

    CHAKIB est en mission

    CHAKIB est en mission spéciale pour détruire le pays.
    Il a eu sa prière satanique chez la zaouia des harkis, il ne lui reste que à exécuter son plan diabolique sous les applaudissements du tunisien drebki et ses maitres.

    Blamengoul
    2 avril 2016 - 15 h 39 min

    Qu’on dénonce la malfaisance
    Qu’on dénonce la malfaisance des uns et des autres est une chose mais verser dans le régionalisme et l’ostracisme anti-marocain le plus stupide et alimenter les haines d’un autre âge, cela vole très bas.

    Anonyme
    2 avril 2016 - 15 h 21 min

    Rappelons que les zawiya ont
    Rappelons que les zawiya ont soutenu et aidé le colonialisme français en Algérie, elles étaient son alliés au même titre que les harkis.

    Anonyme
    2 avril 2016 - 15 h 19 min

    Ce qui est plus grave dans
    Ce qui est plus grave dans cette affaire, le régime bouteflikien pour réhabiliter un criminel notoire et grand ami de la famille Bouteflika, joue sur le sentiment religieux en se servant d’une zawiya pour blanchir l’un des plus grand criminel qui a pillé l’Algérie avec l’aide des Bouteflika. Ce retour du voleur bandit Khellil qui n’a pas une seule goutte de sang algérien qui coule dans ses veines, n’a qu’un seule explication, le protéger des accusations dans un procès en cours en Italie, pour crimes et corruptions qui pèsent sur lui, son rapatriement vers l’Algérie le confirme. Le peuple sait que le régime Bouteflika en est un de mafieux, Bouteflika lui même a été accusé pour détournement de fonds algérien alors qu’il occupait les fonctions de MAE. C’est le clan mafieux au pouvoir qui tente de protéger l’un des leur parce que ce clan Bouteflika est impliqué jusqu’au cou dans cette affaire de corruption de vol de l’argent du peuple algérien.

Les commentaires sont fermés.