Opposition ou conspiration ?

Par Kamel Moulfi – Un méli-mélo d’aigris – inutile de les citer –, qui ont la particularité de livrer leurs opinions à partir de l’étranger où ils vivent, confondent opposition à un pouvoir moribond, comme ils le prétendent, avec conspiration contre l’Algérie, et ils ne semblent pas l’ignorer, puisque leur «moteur» est alimenté régulièrement par des personnalités et médias français, tels BHL et France 24, qui n’ont aucune sympathie pour notre pays et rêvent éveillés de le voir sous une coupe néocoloniale. Il y a quelque chose de malsain dans l’agitation de ces aigris qui ont perdu leurs positions en Algérie, pour des raisons différentes les unes des autres, et se retrouvent à tramer ensemble on ne sait quoi. La cible qui leur paraît, à tort, évidemment, la plus vulnérable, autrement dit le «maillon faible» à leurs yeux, est la Kabylie. Ils pensent avoir la partie facile parce que le pouvoir montre des signes évidents d’incompétence dans la gestion du pays, mais ils ignorent que le peuple, lui, est suffisamment instruit en matière d’opération de déstabilisation, qui vise ses intérêts en premier lieu, pour ne pas se laisser abuser, et il le prouve par de multiples marques de résistance aussi bien face aux appels des «conspirateurs» qu’à l’endroit de ceux qui, dans le pouvoir, leur prêtent complaisamment le flanc (voir article d’Algeriepatriotique: Célébration du Printemps berbère : qui veut pousser à l’embrasement de la Kabylie ?). Il est indéniable qu’en Kabylie, la population est dotée d’un réflexe de vigilance bien plus élevée que dans d’autres régions du pays, du fait de l’expérience acquise en réaction aux provocations qui ont revêtu au cours du temps toutes les formes connues. Mais elle doit être encore plus vigilante dans ce contexte où des faits convergents indiquent une volonté de mettre le pays dans des conditions de pourrissement. En témoigne la brutalité avec laquelle ont été réprimés les enseignants contractuels, des porteurs de savoir, dont les revendications sont reconnues légitimes par tous, sauf par le gouvernement et la ministre de l’Education.
K. M.

Comment (27)

    TheBraiN
    21 avril 2016 - 12 h 02 min

    VIVE L’ALGÉRIE!Par
    VIVE L’ALGÉRIE!Par TheBraiN
    Je n’ai jamais été anti……Marocain (comprenez par ça que vous ne m’emmenerez pas sur le terrain de l’insulte envers un peuple frère)
    ———————–
    bravo le mekhnez va t’envoyer une invitation au nom de ton « peuple frère » et te proposera la nationalité mokoko et une peripat.. en prime! mets ton plus beau costume faux frère!
    —————————————–
    Etre traité d’anti et de pro en même temps ne me fait ni chaud ni chaud ni froid !
    Vous savez pourquoi ?
    Et bien je vais vous le dire !
    Moi j’ai la conscience tranquille , je dis ce que je pense et personne ne me paye !
    Le peuple Marocain est un peuple voisin et frère !
    Je dis bien le peuple !
    A moins que vous ne prouviez le contraire!
    J’espère que vous avez compris , enfin j’espère que vous voulez bien comprendre et lire ….entre les lignes !
    PS : J’attends une réplique des pro-makhzen , comme ça , plus on est de fous …

    Anonyme
    21 avril 2016 - 10 h 12 min

    « En témoigne la brutalité
    « En témoigne la brutalité avec laquelle ont été réprimés les enseignants contractuels, des porteurs de savoir, dont les revendications sont reconnues légitimes par tous, sauf par le gouvernement et la ministre de l’Education ».

    Ce message subliminal est Hors sujet!
    Toutefois: Il n’y a pas eu de « brutalité avec laquelle ont été réprimés les enseignants contractuels » Leur revendication est peut-être légitime, mais sûrement illégale!
    La loi exige que tout recrutement passe par un concours! Clair et net!
    Parions que si l’État les avaient recruté « automatiquement », il se trouvera des bavards (les mêmes) qui lui reprocheront de bafouer la loi!

Les commentaires sont fermés.