Relâchez la sardine !

Par Kamel Moulfi – Croire que la justice chôme dans notre pays, c’est prendre l’apparence des choses pour la réalité. Une information provenant de Skikda prouve que l’appareil judiciaire fonctionne, puisque le tribunal de cette ville a condamné un président d’Assemblée populaire communale à une peine de prison ferme et à une amende non pas pour un simple fait divers, mais pour un acte qui relève de la corruption sonnante et trébuchante, l’acte le plus basique en la matière : de l’argent en dinars (une somme de 600 000 DA pour être précis) en échange d’une intervention pour l’octroi à un entrepreneur d’un marché dans les travaux publics au niveau local. Les choses sont allées certainement très vite : dépôt de plainte par l’entrepreneur, souricière tendue par les services concernés, arrestation de l’élu la main dans le sac. La même célérité sera sans doute mise en œuvre pour répondre aux actions en justice que l'Office national des droits d'auteur et droits voisins (Onda) va introduire contre des chaînes de télévision privées pour «exploitation illégale», souligne-t-on, de contenus artistiques. Motif : l'exploitation illégale de contenus artistiques par les chaînes privées porte préjudice aux auteurs et à l'Onda qui déplore des pertes estimées à «500 millions de DA», la précision est de son directeur général. Le scénario est d’une plus grande rapidité dans le cas des grèves de travailleurs dont les revendications sont, pourtant, souvent perçues comme légitimes par presque tout le monde. Illico presto, ces grèves sont déclarées illégales et les grévistes sommés d’arrêter leur mouvement. Le réseau des fraudeurs au bac pourrait, lui aussi, avoir très vite maille à partir avec la justice, si le cas se présentait et l’impression qui se dégage des déclarations des responsables du secteur de l’éducation est que le risque est gros pour les candidats qui s’y hasarderaient. Ces «petites affaires» et bien d’autres, de la même dimension, ne font pas la Une des médias et sont même carrément ignorées par l’opinion publique au vu de leurs dimensions très localisées. Les gens n’accordent que peu d’attention aux sardines qui sont retenues dans les filets, ils attendent les requins.
K. M.

Comment (16)

    Aherbebou
    24 mai 2016 - 22 h 40 min

    Puisque ca parle de
    Puisque ca parle de « justice ». Je vous raconte une vraie-fausse histoire s’y afférent.
    -Un vieil homme qui marchait á la rue « Abane Ramdane » (Alger) á la recherche du « Palais de justice ».en scrutant les immeubles, il vit un policier en faction en haut des escaliers d’un « immeuble » (le vieux illettré) se dirigeat vers cet agent pour mettre fin á ses vaines recherches,qui le mettaient á mal. »IL LUI DIT  » DIS-MOI MON FILS, PEUX-TU ME DIRE OÚ SE TROUVE LE PALAIS DE JUSTICE »? ET L’AGENT LUI RÉPONDIT:  » ô PÉRE,LE PALAIS C’EST CELUI-LÁ, MAIS LA « JUSTICE » JE NE SAIS PAS OÚ ELLE EST.Comprendra qui voudra (Elfahem yefhem)

    karimdjazairi
    24 mai 2016 - 20 h 26 min

    C est bon signe, on commence
    C est bon signe, on commence par les sardines et on finit par les baleines.

    Une nouvelle génération se démarque des anciens, aussi corrompus à la base qu au sommet, et c est tant mieux.

    amal
    24 mai 2016 - 17 h 42 min

    J’adores le titre!
    et le

    J’adores le titre!
    et le reste me va droit au coeur.

    fatigué
    24 mai 2016 - 17 h 22 min

    La justice a encore signifié
    La justice a encore signifié un niet catégorique à la demande de libération provisoire du général Hocine Benhadid. L’avocat de l’ex-officier supérieur, Me Bachir Mecheri, a déclaré ne plus faire confiance à la justice algérienne.

    L’avocat du général Hocine Benhadid s’est, en effet, montré dubitatif quant à l’impartialité de l’institution judiciaire algérienne. Dans une déclaration au quotidien El-khabar, il a déclaré sans ambages : «Nous n’avons plus confiance en la justice». Cette affaire renseigne sur l’ampleur la partialité de la justice surtout que «tous les éléments permettant une liberté conditionnelle sont réunis» pour son client.

    L’affaire opposant le ministère public au général Benhadid entre dans son huitième mois dans un climat général marqué par une totale soumission de l’appareil justicière à l’exécutif. “Ce quatrième refus de la demande remise en liberté du général à la retraite Hocine Benhadid nous fait dire que le discours sur le respect de la loi est devenu une mascarade en Algérie», a également déclaré Me Mecheri, ajoutant que «l’état de santé de son client se dégrade, principalement du fait de son hernie discale».

    Rappelons que le général à la retraite avait été arrêté en septembre 2015, et mis sous mandat de dépôt à la prison d’El Harrach, suite à deux entretiens accordés à Radio M et à la chaîne de télévision El Magharibya. Le chef d’accusation retenu contre lui est le “démoralisation de l’armée”. Le 11 mars dernier, il avait mis fin à une grève de la faim entamée le 16 février 2016 pour réclamer le droit d’être jugé et d’être transféré dans un établissement hospitalier.

    M.M.

    Anonyme
    24 mai 2016 - 17 h 14 min

    Titre trompeur. ton
    Titre trompeur. ton (in)justice est rapide quand il s’ait de petites gens. Khelil est libre comme l’air

    fatigué
    24 mai 2016 - 16 h 54 min

    oui, la justice fait son
    oui, la justice fait son boulot quand il s’agit de gens normaux n’ayant aucun lien avec la nomenklatura.
    non, la justice ne fait pas son boulot quand il s’agit du contraire.
    la preuve ?
    chakib
    panama
    autoroute est ouest
    sonatrach 1 et 2 et peut être même 3
    affaire khalifa
    etc…etc…

    Bekaddour Mohammed
    24 mai 2016 - 16 h 44 min

    On aimerait bien la suite
    On aimerait bien la suite logique du fameux « Qui vole un oeuf vole un boeuf »… Soit : L’arrestation des voleurs de boeufs.
    Là, nous serons passés à une ère prospère, celui qui aujourd’hui ne peut se payer que des oeufs mangera enfin chaque jour du boeuf, et plus de… « Boucherie » à craindre, l’avenir sera rose. Et, peut-être, que le prix de la sardine ne volera plus, puisqu’en Algérie les sardines ont des ailes…

    Anonyme
    24 mai 2016 - 15 h 49 min

    Cette affaire a été
    Cette affaire a été médiatisée pour faire oublier les actes criminels contre l’économie algérienne, par le pillage en règle de l’argent du peuple algérien, venant de la rente pétrolière devenue proprié exclusive de la mafia au pouvoir et ses relais de la mangeoire ces crimes économiques avérés commis par des mercenaires n’ayant pas une seule goutte de sang algérien qui coule dans leurs veines tels que les marocains Chakib Khellil, le tunisien Saidani tous les membres du clan d’Oujda et à leur tête les frères Bouteflika qui ne sont pas algérien d’origine. Emprisonner une sardine alors que les requins à l’image de Chakib Khellil demeurent impunis et font dans la provocation insupportable.

    Djamel el Motard
    24 mai 2016 - 15 h 47 min

    Je parierais qu’il va y avoir
    Je parierais qu’il va y avoir queques imams qui seront condamnés pour pratique de la rokkia dans les mosquées.

    mohamed El Maadi
    24 mai 2016 - 15 h 32 min

    Il faudrait que ces sardines
    Il faudrait que ces sardines servent d’appât pour les requins mais pour cela il faut des pécheurs qui aiment les grosses prise et n’ayant pas peur de taquiner les gros poisson.

    lhadi
    24 mai 2016 - 15 h 30 min

    .
    L’Algérie adamantine, sous

    .
    L’Algérie adamantine, sous tutelle des tailleurs de pierres, est devenue une mare à canard où l’honneur est jeté aux orties.
    .
    Par voie de conséquence, nombreuses les citoyennes algériennes et nombreux les citoyens algériens qui, comme moi, ne veulent plus de cette république des copains et de coquins qui tient, sans aucun doute, de cette culture de fermer les yeux sur les faiblesses humaines de nos hommes politiques en opposition à l’éthique de responsabilité plus incline à dénoncer les compromissions des uns vis à vis des autres.
    .
    Fraternellement lhadi
    ([email protected];fr)

    Anonyme
    24 mai 2016 - 15 h 02 min

    Pour Mlle Rym SELLAL, la
    Pour Mlle Rym SELLAL, la belle vie.

    Anonyme
    24 mai 2016 - 14 h 46 min

    Bedoui le ministre de
    Bedoui le ministre de l’intérieur a passé 1 jour dans une wilaya délaissée comme khenchela…Le wali sur place ne fout rien et s’en fout de tout.
    Oran capitale de ce clan d’escrocs au pouvoir ( hélas pour les oranais patriotes ) reçoit tous les jours un ministre même pour inaugurer un kiosque…Tous les jours un ministre vient.
    Bedoui depuis 1 ans et demi est ministre de l’intérieur…Il s’est rendu récemment à Khenchela pour la première fois et n’est resté qu’un seul jour… Il en est à 8 visites pour oran durant la même période.

    RAMO
    24 mai 2016 - 14 h 44 min

    Pour le moment les grands
    Pour le moment les grands exemples sont aux abonnés absents

    Bison
    24 mai 2016 - 14 h 14 min

    C’est connu, la toile
    C’est connu, la toile d’araignée arrête ou plutôt piège toujours les mouches, les moustiques et les petits insectes et laisse passer les gros scarabées ! Cela dit, c’est pas une raison ou une excuse pour laisser libres les moustiques nuisibles! Ne serait ce que pour dormir tranquilQLTRXle et profiter de la brise et de belles etoiles les chaudes nuit d’été sans avoir besoin a fermer portes et fenêtre ou recourir aux moustiquaires ! L’une ne doit pas empêcher ou excuser l’autre! Un petit voleur ou petit criminel n’a rien a envier au gros! C’est juste une question de moyen, d’opportunité, d’am ition ou tout ca a la fous! Qui vole une auguile risque de voler un boeuf! C’est mon point de vue Jean pierre!

    Abou Stroff
    24 mai 2016 - 13 h 43 min

    dès que je lirai qu’un wali
    dès que je lirai qu’un wali vient d’être mis en prison pour corruption avérée (et des walis corrompus, il y en a des masses comme chacun le sait), je commencerai à soutenir la « justice » et ses annexes.
    PS: je ne puis évidemment pas imaginer que la « justice » se mette à traquer les ministres-voleurs (et il y en a des masses du côté des appartements parisiens et dans les paradis fiscaux) car, dans ce cas, on pourrait facilement imaginer que, pour atteindre les ministres, il faudrait neutraliser celui qui les a nommés, à savoir kouider el mali qui , lui même, est un voleur avéré (rappelons nous le siphonnage des reliquats des ambassades dans les années 60 et 70).
    moralité de l’histoire: tout ce beau (moche?) monde se tient par la barbichette.

Les commentaires sont fermés.