Sellal chez Mouloud Mammeri

Par Sonia Baker – La visite qu’effectue le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à Tizi Ouzou est un peu particulière, puisqu'elle coïncide avec le premier jour des examens du baccalauréat. Elle est aussi particulière parce qu'elle intervient dans un contexte politique marqué par l'émergence du mouvement séparatiste kabyle, le MAK. Un mouvement qui préoccupe de plus en plus les hautes autorités du pays. Sellal lui-même a eu à répondre aux visées sécessionnistes de ce mouvement dont le meneur, Ferhat Mehenni, vit en France. Le Premier ministre est ainsi attendu sur cette question et celle relative au développement concret et réel de la langue amazighe pour lui donner un vrai statut de langue officielle. Abdelmalek Sellal va se rendre à Ath Yenni, terre natale de Mouloud Mammeri, a-t-on appris d'une source sûre. Un tel déplacement est hautement significatif, en ce sens qu’Abdelmalek Sellal est le premier responsable de son rang à se rendre dans cette commune. Il est également important en raison de la valeur symbolique de cette commune où se trouve Taourirt Mimoun, le village où est enterré Mouloud Mammeri, mort dans un accident de la route en 1989 à Aïn Defla, alors qu'il était de retour d’Oudja, au Maroc, où il avait animé une conférence sur l'amazighité. Abdelmalek Sellal va-t-il se recueillir sur la tombe de ce grand défenseur de l'identité amazighe, universitaire et écrivain de grand renom ? Il pourra accomplir ce geste symbolique pour afficher un certain engagement de son gouvernement pour l'effectivité de l'officialité de tamazight. La consécration de tamazight comme langue officielle a été certes applaudie. Mais beaucoup de spécialistes et de militants réclament des actions concrètes allant vers cette officialisation. Certains dénoncent même une forme d'officialisation de façade pour tenter d'inhiber le mouvement identitaire dans la région. Le Premier ministre sera fortement attendu sur ce dossier et devra apporter des réponses claires et précises, surtout dans ce contexte marqué par la montée de l'extrémisme identitaire, alimenté par le sentiment d'abandon et d'exclusion qu'ont les populations de la Kabylie. En tout cas, la visite d’Abdelmalek Sellal à Tizi Ouzou dans la conjoncture actuelle n'est pas fortuite. Les hautes autorités considèrent qu'il y a péril en la demeure et qu’ils doivent désormais fournir plus d'efforts envers cette wilaya et tant d'autres qui se considèrent comme des «laissées pour compte». Le déplacement de Sellal à Tizi Ouzou constitue un sérieux test pour le gouvernement.
S. B.

Comment (27)

    Anonyme
    1 juin 2016 - 11 h 51 min

    lhadi (non vérifié) | 29. mai
    lhadi (non vérifié) | 29. mai 2016 – 18:53 est il le même lhadi (non vérifié) | 28. mai 2016 – 11:09 ayant un antagonisme idéologique sans précédant. Quand on a des convictions , on doit les assumer, mais on ne change pas de discours d’une heure à une autre.
    lhadi 29 mai 2016 est si optimiste que le soleil qui se lève à l’Ouest, car la faculté de l’analyse sociologique est erronée.
    Moi , j’ai peur pour ce pays, pour l’avenir de nos enfants, j’ai la trouille , car ce système n’a rien fait pour ce faire.

    lhadi
    29 mai 2016 - 17 h 53 min

    .
    Dans notre Algérie, il n’y

    .
    Dans notre Algérie, il n’y a ni berbères ni arabes.
    .
    Il y a que des citoyennes algériennes et des citoyens algériens avec leurs droits et leurs devoirs, résolus à s’affranchir de tout dogme idéologique et à saisir, sans idée préconçue, les formidables opportunités que lui offre, dans tous les domaines, un monde qui n’a jamais paru aussi ouvert, prometteur, même s’il n’a rien perdu en lui même de sa complexité.
    .
    J’ai pleine confiance, quant à moi, dans la capacité des enfants de la république algérienne à relever les défis de tous ordres auxquelles l’Algérie sera confrontée et son aptitude à jouer un rôle de premier plan dans l’évolution du monde.
    .
    J’ai pleine confiance à la génération Algérie qui n’aspire qu’accompagner l’entrée de notre pays dans le troisième millénaire qui s’annonce porteur de bouleversements gigantesque, probablement source d’autant de progrès et d’innovations que de drames, de crises, de conflits et d’instabilité.
    .
    Je m’insurge, donc, contre cet état d’esprit qui voudrait qu’une nation comme la notre, jeune, enthousiaste, prête à libérer le meilleur d’elle même pour peu qu’on lui montre l’horizon, doit s’en remettre à un ordre qui est de nature à balkaniser le pays.
    .
    Fraternellement lhadi
    (lahdi24@yahoo.fr)
    .

Les commentaires sont fermés.