Quand l’immoralité règne

Par Kamel Moulfi – Le communiqué du ministère de l’Education publié hier soir à la fin des épreuves du bac reconnaît deux faits négatifs : l’examen ne s’est pas déroulé dans des conditions normales et le dispositif anti-fraude massive a été inefficace. L’euphorie du premier jour du bac 2016 marqué par un discours triomphaliste sur une «année scolaire réussie» a laissé place, dès le soir, à la panique créée par les informations sur les fuites massives de sujets. Empêcher, avec un excès de zèle suspect, les candidats retardataires d’accéder à la salle d’examen et procéder à des fouilles indécentes en pareille circonstance n’ont finalement servi à rien d’autre qu’à provoquer un traumatisme chez… les futurs candidats qui commencent dès maintenant à faire des cauchemars en pensant à la prochaine session où ce sera leur tour. Certains témoignages à partir des salles d’examen font état de «copiage» et autres formes de triche traditionnelle, carrément tolérées… pour l’équité «puisque certains ont eu les sujets avant». Le communiqué ne rend pas compte de toute la réalité qui jette un énorme discrédit sur le bac 2016. Plus grave, une frange importante de la société semble avoir adopté une position neutre dans cette affaire, considérant que la fraude permet de compenser les injustices du système éducatif. Une curieuse façon d’interpréter le principe de «l’égalité des chances», qui s’explique peut-être par le tapage médiatique qui a précédé le bac à propos des cas de corruption. La ministre, Nouria Benghebrit, ses cadres et hauts fonctionnaires se sont focalisés sur les techniques utilisées pour la fraude au bac, mais ont oublié l'essentiel, car le problème ne se limite, hélas !, pas à l’école : l'immoralité qui règne en maîtresse absolue. Le mauvais exemple a été donné par les dirigeants dont les noms sont constamment cités dans des scandales de corruption, de fraude fiscale, de fuite des capitaux, de détournements des deniers publics, d'enrichissement illicite, de cupidité, de soif du pouvoir, etc. Il y a donc un gravissime problème de société. Le bac 2016 ne pouvait échapper à cette ambiance. Il restera dans l’histoire non seulement comme celui de la fraude, mais également comme une grande injustice à l’égard des candidats que le dispositif mis en place a culpabilisés, en considérant qu’ils sont des fraudeurs en puissance. Sont-ils les seuls ?
K. M.

Comment (17)

    boulba
    4 juin 2016 - 11 h 37 min

    les chacals ,les hyenes les
    les chacals ,les hyenes les batards les f’roukha en auraient fait mieux.




    0



    0
    Anonyme
    4 juin 2016 - 1 h 07 min

    l’article fait dans la
    l’article fait dans la politique anti-Bouteflika!
    L’école est donc bien sinistrée depuis l’école fondamentale que défendent les islamistes,les baathistes et les opportunistes depuis 1978.
    Benghebrit a hérité de cela. Elle n’est ministre que depuis 2014 (même pas 3 ans!)
    Qui en sont les responsables?
    Tous ceux qui avaient dirigé avec Chadli jusqu’en 1999!




    0



    0
    Anonyme
    3 juin 2016 - 20 h 46 min

    il faut savoir quitter la
    il faut savoir quitter la table ,,,
    les pouvoirs publics devraient faire ce sacrifice de se séparer de cette ministre malgré ses effotrs et malgré le fait qu’elle soit un membre du clan;
    il lui est impossible de poursuivre sa mission dans l’espoir d’une autre amélioration du secteur ;
    un ou une autre prendra le relais dans le meme objectif ;
    A l’impossible nul n’est tenu ;




    0



    0
    amal
    3 juin 2016 - 20 h 15 min

    Avec des responsables voleurs
    Avec des responsables voleurs qui donnent l’impression que pour réussir dans ce bled il faut tricher, je suis bien surprise que ce ne soit pas tout le monde qui l’a fait.
    Dans le passé nous disions:
    من غشنا ليس منا
    aujours’hui on entend souvent:
    من نقل انتقل و من اعتمد على نفسه بقي في محله




    0



    0
    Anonyme
    3 juin 2016 - 16 h 45 min

    SI on sanctionne les
    SI on sanctionne les fraudeurs , il faut commencer par le plus grand des fraudeurs Abdekka Bamako




    0



    0
    Un autre patriote
    3 juin 2016 - 15 h 48 min

    @ patriote (non vérifié) |
    @ patriote (non vérifié) | 3. juin 2016 – 15:01
    Tu as raison de localiser la source de cette . Le proverbe chinois a encore une fois raison et est de circonstance:
    LE POISSON COMMENCE À POURRIR PARTANT DE LA TÊTE.




    0



    0
    salim
    3 juin 2016 - 15 h 44 min

    Par patriote (non vérifié) |
    Par patriote (non vérifié) | 3. juin 2016 – 15:01

    Du temps de Hassan II, il était fait interdiction aux militaires d’être en sa présence en arme et avec munitions dans le chargeur ou la chambre de feu..

    D’où tenez vous cette information, la source, et merci.




    0



    0
    BRADAGE
    3 juin 2016 - 15 h 24 min

    Madame courage seule contre
    Madame courage seule contre la meute de loups.Ne vous décourager pas nous sommes tous derrière la dame de fer algérienne pour débusquer les tricheurs et les saboteurs de tout bord.l’ Algérie restera debout et ils seront chassés et poursuivis jusqu’au fin fond de leur tanière.Vive l’ Algérie.




    0



    0
    Anonyme
    3 juin 2016 - 15 h 01 min

    Moralité, immoralité !
    Tout

    Moralité, immoralité !
    Tout est subjectif, tout est muable!
    La moralité d’aujourd’hui ne l’etait pas forcément hier! Et l’immoralité d’aujourd’hui le serait-elle encore dans le future!
    L’immoralité n’est pas nécessairement l’inverse ou la la négation de la moralité !
    Souvent l’immoralité est prémices d’une moralité en devenir qui ne s’assume pas encore! timide, voire honteuse, elle cherches des excuses et des adeptes!!
    Souvent on parle d’immoralité quand on y a pas accès ! Comme les raisins du chacal, acides par le seul fait qu’ils ne sont pas a sa porté!!
    Moralité de l’histoire ou de l’immoralité :
    La moralité ne justifie plus tandis que l’immoralité si!
    Philosophie à deux balles de Bison,




    0



    0
    TheBraiN
    3 juin 2016 - 14 h 44 min

    2 mesures à prendre en toute
    2 mesures à prendre en toute urgence :

    1-Limoger la ministre concernée .

    2-Annuler les épreuves en cause et « rappeler » les élèves concernés pour de nouvelles épreuves en Septembre .

    Sur le long terme , en plus de sécuriser les examens , il faudrait , peut-être avoir le courage de sortir de la politique du chiffre et passer à celle de la qualité .




    0



    0
    lhadi
    3 juin 2016 - 13 h 53 min

    .
    L’idée qui consiste à faire

    .
    L’idée qui consiste à faire croire que c’est les puces des chiens qui font miauler les chats m’est étrangère.
    .
    Il importe, à mon sens, de se focaliser sur le programme de cette ministre de l’éducation nationale.
    .
    Que vois je si ce n’est qu’elle met un peu de baumes sur les plaies et des pansements sur une jambe de bois.
    .
    L’éducation nationale, la recherche, les activités culturelles de toutes natures acquièrent une dimension nationale en raison des transformations sociales et des progrès des sciences et des techniques.
    .
    Ainsi la politique de l’éducation nationale doit tendre à satisfaire les besoins économiques, sociaux et culturels du pays et garantir le droit de chacun à l’éducation initiale et permanente.
    .
    L’école a la triple mission de former le travailleur, le citoyen et l’homme. Rejetant toutes ségrégation sociale, combattant toutes les inégalités culturelles, elle s’assignera pour objectif de former et de développer chez tous toutes les capacités possibles ; elle donnera à chacun toutes les chances d’entreprendre ou de reprendre des études et de changer d’activité au cours de sa vie.
    .
    La noble mission d’un ministre de l’éducation nationale est de définir, dès le début, les objectifs généraux et les étapes transitoires en même temps qu’il proposera des lois de programme pluri-annuelles.
    .
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    Anonyme
    3 juin 2016 - 12 h 30 min

    Le vers est dans le
    Le vers est dans le fruit,partout c la triche,tout est faux: faux moudjahidines,faux députés faux sénateurs . faux ministres…faux militants du FLN RND taj..! Pourquoi c jeunes s’en priveraient? Les fuites ne peuvent venir que des enseignants impliqués dans la préparation des sujets et les surveillants!! C une preuve supplémentaire que notre système éducatif est miné par des gens sans scrupules sans aucune qualification d’éducateurs!! C du saadani résident à Neuilly mais sg du FLN,c la chaîne de la fitna ennahar qui déverse des mensonges en public sous le silence de la justice,c l’exemple d’un khelil sous mandat d’arrêt annulé sous ouvrir son dossier….!




    0



    0
    Anonyme
    3 juin 2016 - 12 h 18 min

    Tout a fait d’accord avec
    Tout a fait d’accord avec Slam, la vérité toute crue.




    0



    0
    Lemdigouti
    3 juin 2016 - 11 h 08 min

    Comme quoi ….l’exemple est
    Comme quoi ….l’exemple est donné par le haut.
    Tricheries partout. Dans le bidouillage des urnes. Dans la proclamation des résultats des consultations populaires tous les chiffres sont maquillés.
    C’est ce qui s’appelle le « GHICH » ces manœuvres frauduleuses devenues monnaie courante du bas au plus haut de la hiérarchie.
    Détourner des fonds publics, percevoir la dîme, favoriser sa smala, ses connaissances, ses sbires est le sport national auquel se greffe les footeux de toutes les divisions pour traficoter un résultat de match.
    En tous les cas le pays n’a jamais connu pareille situation avant un certain mois d’avril 1999.




    0



    0
    slam
    3 juin 2016 - 11 h 00 min

    Jamais la triche, la
    Jamais la triche, la corruption à tous les étages, les vols en bande maffieuse et le pillage de tous genres n’ont autant prospéré que depuis l’avènement de ces discours moralisateurs axés essentiellement sur la pratique ostentatoire de la religion , la fixation sur la femme et son hijab, le halal et le haram, bref une moralisation superficielle de la société alors que les vices les plus tordus sont carrément commis en plein jour.

    Y a t il un lien de cause à effet ?

    Où sont ces islamistes, ces imams et tous les autres charlatans de la morale quand un scandale financier éclate au grand jour ??? A-t-on vu des islamistes descendre dans la rue pour manifester contre des ministres et des dirigeants truands qui ont amassé des fortunes sur le dos du peuple ??

    NON ! ils sortent manifester pour soutenir zaama leurs frères palestiniens du Hamas, ils manifestent contre les bars et l’alcool, contre les filles non voilées… mais JAMAIS contre la corruption !

    Au contraire on a bien vu des religieux réserver un accueil chaleureux et intéressé à l’icône du vol et de la corruption qui symbolise l’Algérie actuelle : Chakib Khelil.




    0



    0
    Abou Stroff
    3 juin 2016 - 10 h 23 min

    dans une société ou le
    dans une société ou le mensonge, le vol, l’hypocrisie, les tartufferies, le culte du paraitre (qui permet de cacher l’essence minable de l’être), etc… sont les valeurs dominantes, pourquoi voudrait on que les énergumènes qui portent et défendent ses valeurs ne soient pas portés aux nues? pourquoi voudrait on que le bac et son déroulement soient porteurs de valeurs autres que celles que je viens d’énumérer?
    le système éducatif, dans son ensemble est une partie intégrante du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation. par conséquent, le premier ne peut être qu’un appareil idéologique au service du second.
    moralité de l’histoire: dès que le système basé sur le distribution de la rente et sur la prédation aura été détruit pour être remplacé par un système basé sur le travail et la production, les hurluberlus porteurs des valeurs cités plus haut ne seront plus considérés et traités que comme les déchets qu’ils sont.
    PS: au fait, pourquoi se focaliser sur un vulgaire diplôme quand on remarque que beaucoup de nos augustes dirigeants (notre bienaimé fakhamatouhou, entre autres) n’ont pas le bac et n’ont guère usé leurs pantalons sur les bancs des lycée?




    0



    0
    Bekaddour Mohammed
    3 juin 2016 - 10 h 11 min

    @ »Le communiqué ne rend pas
    @ »Le communiqué ne rend pas compte de toute la réalité qui jette un énorme discrédit sur le bac 2016″
    ______________________________________________
    Soyons précis : Ne s’agit-il pas de TOUTE L’Algérie 2016 !!!




    0



    0

Les commentaires sont fermés.