Retraite : des travailleurs de Sonatrach protestent à Hassi R’mel

Des travailleurs de la division production de Sonatrach à Hassi R’mel ont adressé une lettre au Premier ministre au sujet de l’annulation du droit à la retraite anticipée et proportionnelle. Ces travailleurs, qui ont organisé un mouvement de protestation sur place, contestent le choix fait par la Centrale syndicale de cautionner cette décision lors de la dernière tripartite. «Réunis indépendamment de la structure syndicale officielle (…) nous, travailleurs, toutes catégories confondues, contestons la politique du fait accompli ayant généré cette décision qui symbolise une atteinte aux acquis socio-professionnels des travailleurs». Les protestataires accusent l’UGTA de «complicité» avec le patronat et lui reprochent de ne pas avoir «représenté dignement et légitimement les travailleurs». Selon eux, la Centrale syndicale «ignore la nature des métiers et l’ampleur des risques qui leur sont liées» et que «subissent quotidiennement les travailleurs de ce secteur sensible à plus d’un titre». Ces travailleurs du groupe pétrolier national révèlent que des rapports des services de santé «enregistrent un taux vertigineux de mortalité dû au cancer». «En somme, écrivent-ils dans leur lettre au Premier ministre, la carrière professionnelle du travailleur est usante, stressante, dure, pénible et affligeante.» Ces travailleurs pointent du doigt les résolutions de la dernière tripartite qui a «sacrifié injustement les travailleurs d’un secteur qui génère 98% des rentrées en devises pour le pays». Ils «dénoncent énergiquement» ce qu’ils qualifient de «mascarade» et mettent le gouvernement en garde «de vouloir faire valider la loi sur le travail». Ces travailleurs ont décidé de déclencher des actions de protestation, tout en prenant le soin de préciser que celles-ci seront «pacifiques, légitimes et légales». Un message clair au pouvoir si jamais il tentait de les faire plier par la force, ces travailleurs ayant vécu l’expérience de la répression des manifestations contre l’exploitation du gaz de schiste dans le Sud. Ils appellent à l’annulation et l’invalidation pure et simple de cette décision «injuste» et appellent les «forces vives du pays» à agir pour la «préservation et la protection des droits socio-professionnels acquis».
Lina S.

Voir la vidéo

Comment (2)

    AZZEDINE HASSI MESSAOUD
    30 août 2016 - 9 h 06 min

    NOUS LES TRAVAILLEURS DE
    NOUS LES TRAVAILLEURS DE SONATRACH IL NE FOUT PAR QU’ON RENTRE DANS LEUR ENGRENAGE DE PARLER ET PARLER ET DU BLA BLA C’EST LEUR FORCE ET LEUR MÉTIER ILS SONT PAYER POUR SA.

    ILS SONT AU COURENT DE TOUT C’EST pas BESOIN QU’ON FASSE UN DESSIN .

    MAIS NOTRE FORCE C L’UNION ET LE COURAGE DE DIRE AVEC UNE SEULE VOIX NON A HOUGRA .




    0



    0
    LARBI
    13 juin 2016 - 17 h 11 min

    DÉVELOPPE L ECONOMIE C EST
    DÉVELOPPE L ECONOMIE C EST BIEN CRÉES L ECONOMIE NUMÉRIQUE C EST ENCORE TRÈS BIEN LORS-QU ON PARLE D ECONOMIE C EST PARLE DE PRODUCTION ET PRODUCTIVITÉ DONT L OPÉRATEUR C EST LA MASSE TRAVAILLEURS ET LA NOUS ÉTIONS SURPRIS PAR PROJET DE LOI RETRAITE A 60 ANS QUI VAS FAIRE PERDRE CETTE MASSE CES ACQUIS LOI 83 12 MODIFIER ET COMPLÉTER PAR LOI 97 13 DÉVELOPPE L ECONOMIE ET CRÉES UNE ECONOMIE NUMÉRIQUE SENS POSITIF MODIFIER LOI DE RETRAITE SENS NÉGATIF ALORS UNE RÉSULTANTE NÉGATIF DONC FAIRE MARCHE ARRIÈRE




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.