Nouvelle session du bac : la crédibilité de l’Etat en jeu

Newpress_3cff8e6cde4b5c40f89aced3769e6215.jpg

C’est demain, dimanche, que 550 000 candidats vont se présenter pour refaire certaines épreuves du baccalauréat. Des épreuves touchées par la vaste fuite organisée des sujets à la veille des examens qui se sont déroulés du 30 mai au 2 juin. Des moyens exceptionnels ont été mobilisés pour éviter de nouvelles fuites qui porteraient atteinte à la crédibilité de l’Etat. Tout l’appareil sécuritaire national (police, gendarmerie, armée) a été impliqué dans cette opération qui vise à éviter la moindre fuite de sujets et garantir un déroulement normal des épreuves qui auront lieu dans 2 000 centres d’examens implantés à travers le territoire national. 18 centres de regroupement et codage et 70 centres de correction sont également réquisitionnés. Les sujets d’examens vont être imprimés le jour même du déroulement des épreuves au niveau de l’imprimerie de l’armée. Ils seront acheminés par la Gendarmerie nationale au niveau des centres d’examens. Les épreuves partielles concernent 7 matières pour les «sciences expérimentales», 4 pour les filières «mathématiques», «Maths-technique» et «gestion-économie» et une seule matière pour la filière «Langues étrangères». D’autres mesures préventives ont été prises, comme par exemple l’interdiction du téléphone portable dans les centres d’examens. Mais pas seulement. Tout appareil électronique connecté à Internet est également interdit dans les centres d’examens. Le département de Nouria Benghebrit a appelé les candidats à «se concentrer sur leurs révisions et à ne pas se laisser perturber par les réseaux sociaux qui diffusent de faux sujets». Le gouvernement veut aller vers la suspension de l’accès aux réseaux sociaux durant la période des examens. Une demande a été effectuée dans ce sens à l’Autorité de régulation de la téléphonie mobile. Le ministère de l’Education a assuré dans ce sillage que «toutes les mesures pour assurer le bon déroulement de l’examen ont été prises grâce à la conjugaison des efforts du ministère et des autres secteurs concernés que sont la Sûreté nationale, la Gendarmerie nationale, la Protection civile et la Santé». Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait qualifié ces fuites organisées d’une déclaration de guerre à l’Etat, assurant que la justice «sera intransigeante» envers toutes les personnes impliquées dans ces fuites. De son côté, le directeur du cabinet de la Présidence de la République, Ahmed Ouyahia, avait accusé le courant islamo-conservateur d’avoir été derrière ces fuites organisées des sujets du bac. L’enquête de la Gendarmerie a abouti à l’arrestation d’une quarantaine de personnes impliquées dans ces fuites. Parmi elles, 3 employés dans l’imprimerie de l’Office national des examens et concours (Onec).
Sonia Baker

Comment (8)

    brobro
    19 juin 2016 - 18 h 54 min

    le système èducatif national
    le système èducatif national me fait penser à notre système de santè publique qui a ètè cassè ,avec la complicitè des professionnels du secteur,en vue de le privatiser. je crains que le système educatif ne subisse le même sort.




    0



    0
      anonyme
      20 juin 2016 - 0 h 14 min

      c’est déjà en marche…
      c’est déjà en marche…




      0



      0
    Wallace
    19 juin 2016 - 15 h 24 min

    Rien que les noms t,as peur o
    Rien que les noms t,as peur o n a c, o n a t, sonaco, sonacotra, sonacome, lalldh, sonatrach, sonelgaz, etc…
    Pourquoi reprendre à chaque fois les initiales d,offices,entreprises,société,administration,association,etc….
    Cela dénote d,un manque cruel de créativité mais de bcp de « médiocrité ».
    Je Sais Suis Hors Sujet(J.S.S.H.S)…lol




    0



    0
    Anonymous
    19 juin 2016 - 11 h 33 min

    Boumediene est il de retour?l
    Boumediene est il de retour?l Algerie est isolé à cause du BAC ou l ancien putschiste qui veut reprendre son koursi un 19 juin ?




    0



    0
    mahdi
    19 juin 2016 - 2 h 14 min

    Ni credibilite ni homa
    Ni credibilite ni homa yahzanou les reseaux sociaux marchent a merveille presentement 3h10 par vnp. Debilite oui




    0



    0
    momo
    18 juin 2016 - 18 h 53 min

    onec amateur
    onec amateur




    0



    0
    el djayeh
    18 juin 2016 - 18 h 11 min

    Dans tous les cas de figures
    Dans tous les cas de figures le baccalauréat de cette année est décrédibilisé et aurait gagné à être entièrement refait! S’il y a encore des fuites ce sera tout l’appareil de l’Etat qui sera touché; dans le cas contraire cela prouvera que Mme Benghebrit, dont on clame haut et fort la compétence, n’avait pas pris toutes les dispositions nécessaires pour assurer un déroulement serein de l’examen, d’autant que c’est elle même qui nous a ramené le directeur de l’ONEC directement de Tlemcen, alors qu’il n’avait aucune expérience pour la gestion de cette immense machine. Et lorsqu’on sait par ailleurs que les fuites’ d’après les premiers éléments de l’enquête, sont parties de l’ONEC, qu’on ne vienne pas nous sortir le refrain du complot contre Benghebrit, dont le seul palmarès à ma connaissance aura été d’écourter l’année scolaire de tout un mois, en consacrant tout le mois de mai aux examens au prétexte que les élèves ne peuvent pas composer le ventre creux!!! Pour info, les examens ont déjà été organisé en plein mois de Ramadhan sans aucune fuite et sans complotisme suggérée! Enfin, notre système éducatif se portera beaucoup mieux lorsque nous aurons une véritable politique éducative qui ne dépendra ni de x ni de y, ni de tel ou tel courant! Merci.




    0



    0
    lhadi
    18 juin 2016 - 17 h 49 min

    Dans notre Algérie adamantine
    Dans notre Algérie adamantine sous tutelle des tailleurs de pierres, le bricolage permanent est considéré comme une valeur suprême.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.