Affaire de l’incitation au pèlerinage aux lieux saints chiites révélée par Algeriepatriotique : Mohamed Aïssa réagit

MA.jpg

«L’Algérie ne veut pas être partie prenante de la guerre que se livrent les chiites et les wahhabites, ni être le terrain de ce conflit», a affirmé aujourd’hui mercredi, le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa. «Nous avons un héritage très riche, nous ne voulons être ni partie prenante ni le terrain de ce conflit», a déclaré le ministre dans une interview au quotidien Le Soir d’Algérie. «Nous disons officiellement aux Algériens que nous ne voulons pas être le terrain d’une guerre qui ne nous concerne pas. Nous ne sommes ni wahhabites pour mériter une invasion chiite qui interpelle et exige repentance, ni chiites pour mériter cette invasion wahhabite qui demande également repentance», a expliqué le ministre. M. Aïssa a relevé l’existence d’un «travail chiite qui s’effectue en Algérie dans un contexte de guerre froide entre le chiisme et le wahhabisme». Il a souligné, à ce propos, que «les défenseurs de ces deux mouvances continuent à interpeller les jeunes et à les inciter à y adhérer et c’est pourquoi les services de sécurité font leur travail actuellement pour dresser la liste des personnes qui appartiennent à ces deux mouvances». Pour le ministre, «il ne s’agit pas de punir pour l’appartenance, mais pour éviter la dérive», car, note-t-il, «ces dérives consistent à diviser les Algériens et affaiblir le maillage social de l’Algérie». S’adressant aux prédicateurs étrangers, aux sectes, aux radicaux et aux extrémistes, le ministre a soutenu que «l’Algérie a son propre héritage». A une question relative à l’invitation formulée par les autorités irakiennes pour que des Algériens effectuent le «pèlerinage chiite», révélée par Algeriepatriotique, le ministre a indiqué «avoir convenu d’une rencontre» avec l’ambassadeur irakien en Algérie et de cette rencontre «jailliront la lumière et des positions à adopter». A propos du démantèlement récemment de sectes chiites en Algérie, il a expliqué que «lorsque nous évoquons le chiisme, il s’agit de prosélytisme». S’agissant de la secte ahmadite, il a indiqué que le «ahmadisme est déjà présent en Algérie depuis les années 1970», relevant qu’aujourd’hui, «il a de plus en plus d’adhérents» et qu’il «est aussi davantage organisé». Le ministre a indiqué avoir «constaté que cette tendance a une interdépendance étrangère», expliquant que «les forces de sécurité ont réussi à démanteler une cellule, car elle a osé construire un siège, elle veut s’autoproclamer sans attendre les agréments nécessaires et sans fournir de documents prouvant son existence, ses adhérents, sa raison d’être et son appartenance». Insistant sur «un retour à l’islam ancestral tel que pratiqué par nos aïeux», le ministre a évoqué «un financement occulte» à travers lequel il y a eu des tentatives de faire adhérer de jeunes Algériens à des sectes. «Nous avons la certitude que l’intérêt et le financement occulte prennent le dessus. C’est sur la base de ce financement que s’effectue d’ailleurs l’expansion de ces sectes», a ajouté le ministre.

R. Mahmoudi

Comment (41)

    Lghoul
    25 juin 2016 - 8 h 01 min

    La religion qui doit
    La religion qui doit normalement etre personelle est devenue l’opium des peuples.
    Elle est abusée, violentée et transformée par toute sorte de charlatans et d’analphabete.
    Le but ? Voler ou tromper les autres. En gros un passe partout pour tout bandit et voyou de ce monde.
    Mais comme disait grand philosophe: Quand le savoir est parti, la religion prend le dessus.
    Le concept meme de la religion et de son utilité pour la société sont passés a coté.
    Maintenant pour halaliser, les crimes, les vols et les viols, on utilise la religion.
    Pour vendre sa viande d’ane, on met le saint Coran derriere le comptoir de sa boucherie.
    Pour passer inapercu, un voleur, un violeur de fait pousser une barbe et fait semblant de « lire le Coran ».
    Dites moi chers concitoyens: Qui sont les vrais ennemis de Dieu ?

    UMERI
    23 juin 2016 - 23 h 23 min

    Le problème réside dans l
    Le problème réside dans l’organisation des associations religieuses chargées de la gestion des mosquées. Le ministère, doit être vigilant, sur le terrain, pour superviser, la manière dont les membres sont désignés, parfois secrètement, a l’insu de la majorité des pratiquants. Leurs influence sur la désignation des imams est importante.
    Nul ne connait leur rapports d’activités, ou financier, ni la provenance de leurs ressources ou subventions.

    Faride
    23 juin 2016 - 20 h 41 min

    Le problème n*1 c’est l
    Le problème n*1 c’est l’enseignement. LA démocratie la liberté d’expression et la justice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.