Le Brexit : une dramatisation médiatique et politique

Par Anaaf – Le référendum britannique sur le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, qui s’est déroulé le 23 juin 2016, a fait l’objet de dramatisation politique et médiatique de grande envergure. On a présenté le succès du «leave» des Britanniques aux opinions publiques européennes et mondiales comme un choc d’importance mondiale qui menace non seulement le projet d’intégration européenne, mais également la paix et la prospérité dans le monde ! La réalité est en vérité tout autre. Beaucoup de commentaires relèvent de la manipulation généralisée, tellement ils sont absurdes et non objectivement étayés. Il s’agit en effet d’intimider, par tous les moyens, les citoyens qui, dans les différents pays membres de l’UE, critiquent le modèle d’intégration européen actuel et ses contradictions économiques et sociales. Une autre vérité mérite d’être soulignée : le Premier ministre britannique David Cameron a toujours laissé entendre qu’il était eurosceptique pour justifier l’organisation d’un référendum sur le maintien ou la sortie de son pays de l’Union européenne. En réalité, son but inavoué était d’organiser une opération électorale purement politicienne pour faire taire les voix discordantes, devenues de plus en plus nombreuses, dans l’opposition interne de son parti et «doubler» le parti de l’UKIP de Nigel Farage, qui a toujours affiché une position tranchée pour le Brexit. Il a décidé de quitter le pouvoir au mois d’octobre prochain parce qu’il a échoué dans sa manipulation qui ne manquera pas d’aggraver le choc psychologique pour l’élite dirigeante politique et économique de son pays. Pour autant, le départ de la Grande-Bretagne de l’UE ne provoquera pas les changements annoncés à grand renfort de propagande médiatique, car il fera indubitablement l’objet de longues négociations dont le but serait de maintenir au maximum le statu quo. La Grande-Bretagne restera, sans doute, membre de l’espace économique européen comme le sont la Norvège ou la Suisse. Hormis les réactions de panique sur les marchés financiers qui finiront par se calmer assez rapidement, la véritable leçon à tirer du référendum de David Cameron est que l’on ne manipule pas impunément la puissance de la voix d’un peuple libre, fortement attaché à ses longues traditions démocratiques. En effet, sans démocratie, fondée sur la libre volonté exprimée par les citoyens, aucun pouvoir dans le monde ne peut avoir de consistance et encore moins de sens. Quand un peuple se réveille, il n’est pas possible de le manipuler, de le tromper et encore moins de l’arrêter. Pour toutes ces raisons, l’honnêteté en politique est importante quand il s’agit de gérer les affaires publiques et d’agir dans le respect des choix du peuple souverain. Il ne peut y avoir de lien de confiance entre les gouvernants et leurs concitoyens sans intégrité de la parole politique. Dans une véritable démocratie, les dirigeants légalement investis de pouvoirs ont l’obligation de ne pas voler ou tromper leurs concitoyens, le devoir de leur dire la vérité, de leur rendre compte de l’usage républicain des pouvoirs qu’ils leur ont confiés. Oui, les citoyens détestent être bernés par des «coups politiques», les promesses non tenues ou les mensonges arrogants de certains responsables politiques qui utilisent des stratagèmes pour éviter de rendre des comptes sur des «affaires» d’intérêt public dont ils sont à tort ou à raison accusés. Si le Brexit a été voté c’est aussi et peut-être surtout parce que David Cameron, comme d’autres dirigeants dans le monde le font, a fait passer l’intérêt de sa propre carrière politique avant l’intérêt général de son peuple qui n’a pas supporté de ne pas être respecté et écouté avec considération. Moralité de cet événement électoral : ne jamais mépriser la volonté et l’intelligence d’un peuple !

Alliance nationale des Algériens de France

Ndlr : Les idées et opinions exprimées dans cet espace n’engagent que leurs auteurs et n’expriment pas forcément la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

 

 

Comment (6)

    Hmida
    27 juin 2016 - 21 h 46 min

    C’est le brexit même en
    C’est le brexit même en football, comme quoi les anglais ne font pas dans la demi mesure.




    0



    0
    lol
    26 juin 2016 - 20 h 22 min

    L’Angleterre va désormais
    L’Angleterre va désormais devenir un nouveau paradis fiscaux comme la Suisse, je sents que la (…) s et vallets de la France d’Algérie vont vites courrire pour y déposer leurs argents mal aquis dans les banques d’Angletterre ! A SURVEILLER !!




    0



    0
    FreeWill
    26 juin 2016 - 17 h 03 min

    Tous ces cris aux loups, ne
    Tous ces cris aux loups, ne sont que de la manipulation en effet. En effet, davantage d’implication du Royaume dans une Union domine’e par 2 pays socialistes, se traduirait en une reduction des Pouvoirs Souverains de la famille royale et de tous les privileges et droits de veto dont elle dispose. A titre d’example, les « Paradis Fiscaux », ne sont rien d’autres que des « Protectorats » de l’Arme’e Royale. Les deguats ne concernent que les Mega-Banques et leur clientelle distingue’e les Multi-Nationales et Fortunes, qu’une integration plus prononce’e aurait force’s a plus de transparance. Avec l’Exit, meme si l’Angleterre continue a etre un paradis fiscal et plateforme d’operation aux fortunes et multinaltionales etrangeres a operer en Europe, les operations de celles-ci dans l’Union Europenne les exposera a la veritable fiscalite’ et reglementation de ce vaste marche’.
    Quand aux Britaniques qui proclament la reprise de leur Souverainete’ Nationale, helas, celle-ci se trouve entre les mains d’une vieille Dame et sa famille. Leur prochain Souverain et son heriter son deja connus – tous comme dans les joomlookia Arabes, que seuls les Anglais savent cotoyer. D’ailleurs, il n’y a qu’a consulter youtube, pour y voir les monarques Saoudiens et Koweitiens, etc. arriver a la celebration de la Reine, SANS FEMMES, et baisser la tete, alors que chez eux, les femmes sont decapite’es en publique.




    0



    0
    RAYES EL BAHRIYA
    25 juin 2016 - 20 h 14 min

    C’est L’euro , et non le
    C’est L’euro , et non le Brexit , qui nous tueras. certes quitter l’UE. risque de nuire a l’économie britannique déjà affaiblie par le squat en emplois par les autres étrangers , mais il y a un problème plus important encore : la monnaie unique. l’expérience de l’échec de la monnaie unique est pire que l’inflation. la zone Euro est incapable d’avancer que de reculer , A SUIVRE,,,




    0



    0
    TZAGATE
    25 juin 2016 - 18 h 05 min

    Se sont les lobbies pro
    Se sont les lobbies pro Europe qui sont pour contre la souveraineté des Etats, qui sont pour la « concurrence libre et non faussée » consacrée dans la Constitution Européenne, qui sont pour l’économie financière à outrance, qui sont pour la liberté des capitaux sans contrôle, qui sont pour la dérégulation économique totale etc… etc.. , ce sont tous ces lobbies là qui sont entrain de faire croire que l’économie mondiale va s’écrouler avec la décision du peuple anglais de sortir de l’Europe !

    En fait vous constaterez dans quelques jours que les relations économiques et financière entre l’Angleterre ne seront pas aussi perturbée que çà car la sortie de l’Angleterre des décisions du Conseil Européen va profiter aux anglais contrairement à ce qui se dit ! Les anglais ont tout a fait raison de ne pas se plier à la mafia technocratique européenne qui ne travaille que pour la finance internationale !Ce n’est pas un loigan c’est une vérité !




    0



    0
      Dounia
      26 juin 2016 - 14 h 36 min

      La France a cru qu’en donnant
      La France a cru qu’en donnant l’ai d’être affolée par ces média populiste, simpliste, c’est juste pour la loi du travail, losque je revoie l’image durant le vote à l’assemblée, Mr Vales avait fait la bise à Mme Komri à se demander poru quoi… ? Comme s’ils venaient de gagner au loto???
      Comme le jour concidait avec le granf J de l’immence regroupement de la CGT, les médias ayant cru pouvoir détouner notre préoccupation, est-ce plus important la sortie de l’ue où la loi du travail, dont je suis de prêt, voire que Mr Hollande sois courageux, en soutenant le peuple. alors médias et yeap, lahama, hata j’ai eu des vetiges à croire que c’est la fin du monde…Ya tab tab. Et puis. Un tremblement de terre le Brexit . Ce qui me fait rire et, soulager, je ne crois plus aucuns médias en particulier depuis les dites REVOLUTION . C’est fou, un président socialiste qui est contre la classe ouvriére??? C’est fou, fou. La France a perdu tt sens politique. A commencer par constater le racisme qui prend de l’empleur envers des pays africains qui ont été volé par qui???




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.