Liberté de ton et d’initiative

Par Kamel Moulfi – Depuis peu, l’agence de presse officielle APS montre une liberté de ton dans le traitement de l’information qui a de quoi surprendre quand on sait que ses traditions ont plutôt été marquées par une «discipline» sans faille. Ceux qui consultent ses dépêches n’ont certainement pas manqué d’être frappés par celle qui a rapporté, hier, une réunion du Parti des travailleurs. Le titre d’abord : «Mme Hanoune fustige la manière de débattre des lois importantes au Parlement». Le journaliste a cité texto la secrétaire générale du PT et a repris ses termes qui critiquent «violemment», selon lui – c’est le sens du verbe «fustiger» –, la démarche «expéditive» adoptée par le pouvoir pour faire passer certaines lois à l’APN. Le journaliste a eu l’honnêteté, dictée par la déontologie du métier, de ne pas déformer le discours de Louisa Hanoune qui a parlé de «tentatives d’écarter l’opposition de la scène politique» et de «déviation des principes fondamentaux de la démocratie et des libertés consacrés dans la Constitution amendée». Cette liberté de ton du journaliste de l’agence officielle méritait d’être signalée. Bien sûr, il s’agit d’un fait lié à une activité politique «routinière», qui n’a pas de caractère sensible particulier, mais l’APS est la principale source d’informations des journalistes et fournit à de nombreux médias l’essentiel et, parfois, quasiment tout leur contenu. Dans ce cas, en se libérant de l’autocensure, le journaliste de l’APS donne une «couverture» aux médias qui le reprennent. On sait comment cela se passait à l’APS, il y a quelque temps, pour la moindre information qui sortait de l’ordinaire, un scoop sur un fait économique national par exemple, il fallait remonter jusqu’à la plus haute autorité dans la tutelle, alors que les seules contraintes qu’il faut lever concernent la vérification du fait et la citation de la source. Autre institution publique à saluer : l’Entreprise nationale d’édition et de publicité (Anep), notamment pour s’être distinguée par l’utilisation de tamazight en tant que langue officielle, dans ses communiqués (voir article d’Algeriepatriotique du 21 juin 2016). A l’APS et à l’Anep, il y a des responsables et des journalistes qui prennent les libertés et les initiatives que leur métier exige. Nous leur disons bravo !

K. M.

Comment (7)

    amal
    26 juin 2016 - 18 h 58 min

    parfois on a l’impression d
    parfois on a l’impression d’être dans un pays qu respecte ses citoyens, pourvu que celà dure cette fos-ci et ne se dévoile pas comme un mirage, ou une récréation des responsables, occupés à e dorer au soleil.. Ou, pourvu que ca dure!




    0



    0
    ap_dz
    25 juin 2016 - 16 h 27 min

    A l’attention de tirage bizarre

    L’article sur le tirage au sort des éliminatoires du Mondial 2018 a été donné hier vendredi juste après la cérémonie, voir rubrique sport.

    Cordialement AP




    0



    0
      anonyme
      25 juin 2016 - 22 h 28 min

      merci
      merci je n’avais pas vu , franchement avant c’était plus simple on voyait tout du premier regard




      0



      0
    anonyme
    25 juin 2016 - 13 h 33 min

    tirage bizarre
    pourquoi ap n’a pas fait d’article sur le tirage des éliminatoires de la coupe du monde de foot en egypte ? le groupe de l’en est vraiment bizarre c’est le pire qui soit , tout a été fait pour que l’algerie ne participe pas au mondial ou alors si elle y arrive, l’equipe sera crevée et ne pourra pas passer le premier tour? pour quoi vous ne cherchez pas ce qu’il y a derrière , les egypchiens nous haïssent de jalousie, il y a anguille sous roche … en plus pourquoi le tirage se fait chez eux et jamais chez nous ? pourquoi leur groupe est facile et pas le nôtre ? il faut aussi s’occuper du cas de amar un journaliste sportif de la chaine 3 qui n’arrête pas de parler des marochiens là où il faut parler de l’algérie ?? soit il est con soit il est corrompu! franchement je ne comprends pas, l’enjeu est colossal c’est une question de présence de notre pays sur le plan international alors qu’on se fait piller et insulter de toutes parts ! faîtes votre enquête svp!




    0



    0
      nono
      26 juin 2016 - 5 h 41 min

      footeux
      du pain et des jeux.actuel opium des peuples.un savant montre la lune et l idiot regarde le doigt.allez les verts.




      0



      0
    lhadi
    25 juin 2016 - 13 h 11 min

    droit et justice
    La Nation algérienne, et à travers elle la presse, ne peut survivre mi-libre mi-esclave. Aussi la question n’est-elle pas de savoir si nous voulons être des citoyens libres mais de quelle liberté nous voulons avoir ?. Ainsi, l’urgence du moment n’est-il pas le besoin d’un puissant antidote sous forme d’action pour combattre la maladie de l’oppression ?
    En mesurant les revendications profondes et les espoirs passionnés des citoyennes algériennes et des citoyens algériens, j’ai la lucidité de voir que seule une action vigoureuse, passionnante, déterminée peut déraciner les ambactes afin que le droit jaillisse comme l’eau et la justice comme un torrent intarissable.
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    Amrani
    25 juin 2016 - 10 h 10 min

    Avec cet article, ils seront
    Avec cet article, ils seront à coup sur débarqués dans les heures qui suivent .




    0



    0

Les commentaires sont fermés.