Les opposants à Ouyahia appellent les militants à ne pas céder aux pressions

Ahmed Ouyahia. New Press

Des cadres et des militants du Rassemblement national démocratique (RND) des régions ouest, centre, est et sud du pays, se sont réunis pour protester contre les résultats du dernier congrès extraordinaire du parti. Ces militants contestataires dénoncent une politique d’exclusion et de marginalisation menée par l’actuelle direction du RND qui «écarte systématiquement les véritables militants porteurs des idées authentiques du parti». Les frondeurs qui reviennent ainsi à la charge après quelques mois d’accalmie pointent du doigt le secrétaire général du RND qui s’entoure de membres «dont le seul critère» consiste en la loyauté envers Ahmed Ouyahia. Ces militants frondeurs dénoncent également le principe de la cooptation qui a été substitué au vote au niveau des bases militantes et accusent l’actuelle direction du RND de «pratiques dictatoriales qui ont atteint un degré d’ignominie tel que les badges des militants contestataires leur ont été retirés subrepticement la veille de la tenue du congrès extraordinaire». Pour les frondeurs, cette opération a eu pour conséquence d’«écarter les fondateurs et les militants probes et fidèles à la ligne politique authentique du parti au profit de la féodalité, de la médiocrité et de la puissance de l’argent». Ces militants affirment qu’Ahmed Ouyahia vise à travers une action «savamment planifiée» à «vider le RND de tous ses cadres sincères» et à «éloigner le parti du débat politique sur les questions importantes à l’intérieur des instances du RND». Pour ces militants qui contestent la légitimité d’Ouyahia et des membres du conseil national issu du dernier congrès extraordinaire, «le RND est l’otage d’une catégorie liée par des intérêts personnels étroits et imposée à la base militante dans le but d’en faire un parti éloigné de la société, sans vision politique et sans perspective d’avenir». Les frondeurs estiment que l’exclusion des figures de proue du RND, «membres de la famille révolutionnaire et des organisations de masse», est une suite logique de l’exclusion, avant eux, des membres des groupes de légitime défense (GLD), des présidents des Délégations exécutives communales (DEC) et des Patriotes qui ont combattu pour la sauvegarde de la République. «Ouyahia veut, à travers cette action, éloigner le parti de son histoire et de sa mémoire», s’insurgent ces militants. Ces derniers vont jusqu’à accuser Ahmed Ouyahia d’avoir usé de la fraude pour se faire élire à la tête du RND «à des fins politiciennes connues de tous». Ces cadres et militants frondeurs lancent un appel à «toutes les militantes et à tous les militants victimes de pressions à résister à l’intérieur du parti et à ne pas en démissionner». L’installation des commissions de discipline à travers les wilayas «ne nous fera pas peur», assurent ces opposants qui se disent «déterminés à faire face à toutes les dérives».

Karim Bouali 

Comment (35)

    Anonymous
    2 juillet 2016 - 18 h 27 min

    Malheureusement Mr. Ahmed
    Malheureusement Mr. Ahmed Ouyahia est bien connu du peuple algérien
    Il est capable d’affamer le peuple algérien, pour chercher appuis, et des soutiens des oligarchies, des influents, et des puissants groupes de l’argent, et des affaires dans l’état et le gouvernement, et appliquer avec zèle les recommandations des maitres du FMI : licenciments, fermetures d’usines, chomages, libéralisations des prix, compression de la demande, baisse sensible de la valeur de la monnaie, libéralisation du commerce extérieur
    arret de la planche à billets pour juguler l’inflation, et à la fin….. un appauvrissement général du peuple algérien qui payera chèrement l’insouciance, et le laxisme totales 1999 -2015, et à un enrichissement démesurée, et ostentatoire d’une bourgoisie algérienne affairiste,compradore, corrompue, égoiste, inculte, incompétente
    à la chilienne du général Augusto Pinochet (1973-1994)
    c’est un « chicago boy » algérien de la doctrine ultra-libérale
    du fameux économiste américain, le monétariste Milton FRIEDMAN prix Nobel d’économie
    le 10 décembre 1976 à Stockholm en Suède

    الله يحفظ و الله يستر

    festi2016
    27 juin 2016 - 18 h 48 min

    ah oui attention !! il faut
    ah oui attention !! il faut suivre les directives d’ouyahia , nous somme une bonnes familles a club des pins ,
    il faut pas cédé au préssion de la main étrangére du peuple !!!!

    Boudrahem
    27 juin 2016 - 4 h 28 min

    Il est temps de se réunir en
    Il est temps de se réunir en rassemblement régional et déloger Mr Ouyahia le destructeur des fondateur du parti et que tout les fondateur reviennent à la maison mère qui est le RND

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.