Les députés FFS votent contre le projet de loi relatif au «devoir de réserve»

Les projets de lois ont été votés par un hémicycle à moitié vide. New Press

Les députés du FFS se sont opposés à cinq projets de lois soumis au vote, aujourd’hui, lors d’une séance plénière. S’agissant des deux projets de loi relatifs aux officiers de réserve et aux fonctionnaires militaires, les députés du Front des forces socialistes dénoncent «un spasme autoritaire qui vise la judiciarisation du politique», affirme le groupe parlementaire dans un communiqué rendu public. «Les députés du FFS rappellent que le régime politique actuellement en vigueur dans le pays est censé être fondé sur le pluralisme. C’est tout le cadre juridique qu’encadrent le fonctionnement et les missions de l’armée qui devraient faire l’objet du débat et de la réflexion», ajoute le communiqué. Plus clairement, les députés du FFS considèrent que le devoir de réserve et la retenue «ne devraient concerner que les violations du secret militaire dûment établi». Par ailleurs, les députés du FFS se sont opposés avec la même véhémence au projet de loi sur la promotion de l’investissement, en disant non à l’«infitah» (ouverture) comme nouveau modèle de développement économique. Ils considèrent que compter sur le capital international à travers l’endettement extérieur et les investissements directs étrangers «revient à se dessaisir du pouvoir économique, à brader les ressources nationales sans perspective d’un développement autocentré ; en un mot, hypothéquer la souveraineté nationale sans espoir de changement». Autres projets de loi rejeté avec force par les députés du FFS, celui fixant l’organisation de l’APN et du Conseil de la nation, leur fonctionnement et leurs relations et celles avec le gouvernement, et celui portant règlement budgétaire pour l’exercice 2013.

R. Mahmoudi

Comment (12)

    Kahina
    29 juin 2016 - 14 h 00 min

    MERCI ET BRAVO FFS!!!!!!!!!

    MERCI ET BRAVO FFS!!!!!!!!!!!!

    L’algérie est mise en enchères par des idiots qui manquent de stratégie et de vision économique.

    à part ouvrir les bureaux et les clubs, Ils n’ont rien à proposer.




    0



    0
    moha
    28 juin 2016 - 17 h 47 min

    de toutes les façons, le
    de toutes les façons, le pouvoir archaïque ne quitte pas les règnes de pouvoirs, ni pacifiquement ni par dialogue, la seule solution pour sauver l’Algérie c’est l’union de toutes la classes politique, pour un mot d’ordre greve générale




    0



    0
    Mohamed el maadi
    28 juin 2016 - 17 h 24 min

    Je remercie le FFS pour s
    Je remercie le FFS pour s’être engager résolument contre le lynchage de l’ANP.




    0



    0
    anonyme
    28 juin 2016 - 13 h 10 min

    Le FFS fait -il le poids au
    Le FFS fait -il le poids au parlement?déja la loi sur le fonctionnement de l’APN estadoptée!!!




    0



    0
    Caramel
    28 juin 2016 - 12 h 29 min

    Répondre à ceux qui ont
    Répondre à ceux qui ont approuver cette loi me donne envie de vomir sur leurs sales gueules




    0



    0
    Anonymous
    28 juin 2016 - 10 h 09 min

    CRITIQUER LES AUTRES PAYS C
    CRITIQUER LES AUTRES PAYS C’EST FACILE MAIS AVEC CES LOIS ILS VOUS RESTENT PLUS QU’A BAISSER LE PANTALON FINI LA FIERTÉ




    0



    0
    anonyme
    28 juin 2016 - 7 h 24 min

    La deuxième révolution
    La deuxième révolution Algérienne est en marche pour chasser ce clan au pouvoir qui a ruiné le pays et qui a semé le CHAOS.
    Le pouvoir en place refuse tout dialogue, réconciliation,et…donc il doit partir …

    Vive la deuxième révolution!




    0



    0
    Un avis
    27 juin 2016 - 22 h 13 min

    Ce qui ne manque pas d
    Ce qui ne manque pas d’éprouver sérieusement le pouvoir de toutes les peurs qu’il inspirait jusque là sont ces personnalités politiques non corruptibles (elles existent) et qui lui sont opposées et ayant visiblement les bonnes compétences personnelles ce qui ne manquera pas de faire d’eux de bons leaders… pour peu qu’elles s’entrainent à mieux débloquer leurs talents.




    0



    0
    Amazighkan
    27 juin 2016 - 19 h 06 min

    Bravo le FFS!! On attend la
    Bravo le FFS!! On attend la même réaction des autres partis d’opposition et de la société civile avant que l’échec et mat en faveur du clan d’oujda ne soit prononcé.




    0



    0
    Anonymous
    27 juin 2016 - 19 h 04 min

    Mais, que faut-il faire ?
    Mais, que faut-il faire ? Pour être à la hauteur des événements, le parti qui veut ouvrir sa bouche doit avoir eu dans ses rangs un homme d’une grande probité, à l’instar de Hocine Ait Ahmed. En fait, considérant que le peuple algérien est la première victime de ces règlements de compte, le FFS appelle tous les acteurs politiques à « assumer pleinement leur responsabilité devant l’histoire. » Dans le même temps, il demande au pouvoir politique d’ouvrir un dialogue franc et transparent avec toutes les forces politiques pour réaliser le consensus politique et social le plus large possible autour d’une issue politique, pacifique et globale de la crise. L’état des lieux est effrayant, la dégradation s’aggrave dans tous les domaines de la vie quotidienne des citoyens. Sans qu’ aucune perspective crédible de sortie de crise ne soit proposée  » ni globalement ni dans le détail « . Le système militaro-policier qui domine la société est totalement bloqué et en plus déboussolé. Le FFS reprendra, surement, le flambeau d’une opposition radicale et pacifique pour la restitution aux Algériens en tant que peuple et en tant qu’individus, de leur droit à l’autodétermination qui est le premier et le plus fondamental des droits de la personne humaine . Ceci est le socle sur le quel le reste pourra être construit.Les Algériens doivent être unis sur cela pour pouvoir diverger démocratiquement sur le reste.




    0



    0
      MELLO
      29 juin 2016 - 11 h 49 min

      Ce pouvoir ne sait pas, ne
      Ce pouvoir ne sait pas, ne veut pas dialoguer. Il est le seul maître des lieux. Sauf que le FFS , parti respectable à plus d’un titre, est là, bien présent et ne laisse jamais ces charognards s’attaquer à cette Algérie, bien qu’il ne reste pas grand chose. La présence politique politique de ce parti perturbe, un temps soit peu, les visées apocalyptiques de ce pouvoir.




      0



      0
      MELLO
      29 juin 2016 - 11 h 49 min

      Ce pouvoir ne sait pas, ne
      Ce pouvoir ne sait pas, ne veut pas dialoguer. Il est le seul maître des lieux. Sauf que le FFS , parti respectable à plus d’un titre, est là, bien présent et ne laisse jamais ces charognards s’attaquer à cette Algérie, bien qu’il ne reste pas grand chose. La présence politique politique de ce parti perturbe, un temps soit peu, les visées apocalyptiques de ce pouvoir.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.