La construction de la mémoire collective

Par Noureddine Benferhat – La grande faute commise dès l’indépendance a été d’ignorer l’importance de la construction de la mémoire collective nationale. Elle est restée en jachère pour être ensuite envahie par la mémoire collective religieuse, laquelle, comme le rappelle le sociologue de la mémoire Maurice Halbwachs, «n’admet aucune autre mémoire».

La mémoire collective est l’élément essentiel de l’identité. Elle est liée à la construction nationale. Elle est le pivot central de l’existence sociale et la seule manière de faire triompher l’esprit sur le néant et, par là, d’établir la chaîne des générations. Elle participe de la construction de l’identité du citoyen. «La mémoire ne cherche à sauver le passé que pour servir au présent et à l’avenir» (Jacques Legoff). Or, chez nous, il y a une multiplication des mémoires (clanique, religieuse), une multiplication des témoignages où les témoins cherchent à légitimer leur propre vision du passé sans être soumis à la critique classique du témoignage. Il me semble qu’il y a urgence à se réapproprier la mémoire nationale au-delà des fidélités et des mémoires particulières, de déterminer la matrice constitutive de l’espace politique nationale et de projeter une nouvelle vision de l’Algérie.

Dans ce processus de réappropriation, le rôle de l’historien est primordial. En effet, il lui appartient d’analyser la façon dont le passé n’a pas réussi à se cristalliser dans le présent. A la fonction critique, il convient d’allier une fonction civique et éthique dans une dialectique passé/présent ; le passé servant à éclairer l’action à entreprendre. L’historien participe à une mission de construction de la conscience nationale, ainsi que de la construction de la mémoire collective, sinon des mythes fondateurs. Mais également le rôle de la commémoration est essentiel, car la commémoration est le moyen de transmission d’un patrimoine qui implique l’idée de quelque chose qui nous a été transmise par ceux qui nous ont précédés, comme le dit l’historien Pierre Nora : «La commémoration c’est l’histoire de la mémoire nationale, de ses rites et de ses mythes.» La commémoration est la reconnaissance d’une grandeur de ceux qui ont produit le patrimoine.

C’est une reconstruction du passé à travers les lieux qui sont constitués des symboles les plus divers, pour citer quelques-uns puisés dans notre histoire, à savoir :
– l’épopée de Massinissa et des rois numides ;
– les figures emblématiques durant la période romaine (Saint Augustin et autres saints, Apulée, etc.) ;
– les étapes glorieuses, quand bien même mythifiées depuis l’avènement de l’islam à la période ottomane ;
– de la résistance à l’occupation coloniale aux hauts faits de la guerre de Libération ;
– mémoriaux et hommages aux grandes figures de la nation ;
– célébration des batailles et des grands événements, particulièrement celui du 1er novembre. 

Enfin, créer les conditions qui favorisent l’engouement pour le passé à travers :
– les livres d’histoire ;
– les musées ; 
– les docu-fictions.
Le terreau existe, il manque seulement la main verte.
N. B.

 

Comment (10)

    MELLO
    7 juillet 2016 - 12 h 52 min

    Je reprendrais, chaque fois,
    Je reprendrais, chaque fois, les déclarations de Hocine AIT AHMED:
    – Par respect pour la mémoire de ceux qui ne sont plus, par devoir envers les nouvelles générations et celles qui sont appelées à venir, il est peut-être vital, essentiel de rappeler le pourquoi et le comment du combat pour l’indépendance algérienne.

    Car il reste encore beaucoup de chemin à faire…

    Pour que l’Etat soit de nouveau l’incarnation des rêves d’un peuple et le garant de la défense de ses intérêts… Pour qu’il ne soit plus ce cauchemar qui fait fuir par milliers nos jeunes. Et les moins jeunes… Il est utile, voire vital de préciser certaines choses. Chaque lutte renvoie au contexte historique et à l’environnement international qui sont les siens. Il s’agit d’être clair sur les combats à mener aujourd’hui.

    L’Etat d’aujourd’hui n’est pas à confondre avec l’Etat colonial. Mais il s’agit également d’avoir la lucidité de voir que l’Etat algérien d’aujourd’hui confisqué par une caste prédatrice ne répond plus aux aspirations du peuple et de la société. Aux attentes de tous les Algériens et de toutes les Algériennes dans la diversité de leurs aspirations à la liberté et à la dignité.
    Libre aux imposteurs de s’entêter à vouloir falsifier le passé pour le transformer en épopées mythiques d’un clan, d’un appareil ou d’un homme providentiel, mais ils ne peuvent gommer pour toujours cette réalité historique : la résurgence de l’Etat algérien est consubstantielle à la souveraineté collective et individuelle des Algériennes et des Algériens. Pour nous, Algériens, l’heure est venue de tirer ensemble les leçons de notre histoire, de nous écouter les uns les autres par-delà les différentes chapelles, de débattre de nos échecs pour rendre une actualité aux idéaux de Novembre et trouver les conditions de leur réalisation.




    0



    0
    algeria
    6 juillet 2016 - 16 h 58 min

    l’Algérie est malade parce qu
    l’Algérie est malade parce qu’il y a un Deni de sa mémoire et une falsification de son histoire .. cela a commencé avec Ben Bella le baathiste nasserien et ça continue avec le wahabisme saoudien et des frères musulmans égyptiens .. Si l’Algérie se constituait courageusement comme nation berbère Amazighia ( cela n’enlève rien à la religion musulmane ni à la langue arabe officielle de l’état ) vous verrez !! l’Algérie va décoller demain et elle ira 10 000 fois beaucoup mieux que ce qu’elle est maintenant avec des menaces mal gérées et un avenir incertain … une fois pour toute les « arabes » et les arabophones algériens doivent comprendre que la Berbérité n’est pas une idéologie ethnique mais une nécessité humaniste et stratégique de stabilité , d’intégration et de libération … la Berbérité est une donnée géographique , démographique et historique naturelle .. elle est incontournable




    0



    0
    benali
    5 juillet 2016 - 22 h 41 min

    il faut consulter les livres
    il faut consulter les livres d’histoire destinés aux élèves de tout les paliers pour faire une analyse. Les responsables algeriens ont une lourde responsabilite. Ils ont introduit un programme scolaire diabolique dans le but de garde le pouvoir .En Algerie on donne facilement la parole à un imam inculte qu’à un historien valable. .D’apres un sondage ,les Algeriens se sentent musulmants avant d’etre citoyen Algeriens.
    La nouvelle generation est devenu apatride et sans memoire collective.Le regrete Youcef Sebti disait:la mentalite de l’homme rural et celle du forgeron sevissent dans toutes les spheres de la societe .Le probleme est dans le systeme de penser et non dans les langues.Pendant la colonisation l’ancienne generation avait une autre concepion de penser qui en fin de compte avec des niveaux scolaires limités des hommes ont reussi à declencher la révoluton.Les dirigeants ont vidé la memoire meme au niveau des masters et doctorats.Il est urgent de mettre fin à l’esprit du douar et changer la methode de penser parce que on est en face d’un probleme de civilisation.




    0



    0
    Ain el berda
    5 juillet 2016 - 18 h 25 min

    MAIS DE QUEL MEMOIRE
    MAIS DE QUEL MEMOIRE COLLECTIF VOUS PARLEZ YA SI MOHAMED? VOUS VOULEZ DIRE LA MEMOIRE COLLECTIF D ALGER ET DES ALGEROIS? CA C SURE CAR IL ME SEMBLE QUE D APRES LES ECRITS ALGER A TOUT FAIT MEME GAGNER LA GUERRE AUX FRANCISSE…ET ALORS NOUS QU A T ON ? WELLOU…ZERO…AUCUNE MEMOIRE…
    A CE MONSIEUR QUI PARLE DE MEMOIRE DE LA NATION, IL FAUT L ECRIRE AVANT DE PARLER DE MEMOIRE. ON A DES MILLIERS DE MEMOIRES MAIS LESQUELLES SONT DES MEMOIRES REELE ET CELLE QUI NE LE SONT PAS.. UNE FOIS QUE LA VERITE EST CONNUE ON PEUT PARLER DE MEMOIRE NATIONAL COMMUNE…..
    Bonne fete du 5 juillet a tout le monde




    0



    0
    Ait Abdelmalek
    4 juillet 2016 - 18 h 25 min

    Je suis très content enfin de
    Je suis très content enfin de lire ce qui sent vraiment notre Algérie et je partage souvent tout ce que je trouve d’intéressant . Bonne continuation ;l’avenir dans cette Algérie appartient à ses authentiques enfants algériens.




    0



    0
    New kid
    4 juillet 2016 - 16 h 24 min

    Cher Algérie patriotique.

    Cher Algérie patriotique.
    Puisque ces jours ci vous êtes constamment dans l’amélioration du journal électronique, Puis je vous demander d’inclure les moyens de corriger les fautes d’orthographes et si possible d’avoir une compilation des contributions pour chacun des internautes.
    c’est toujours avec un grand plaisir de vous lire, par la même occasion je souhaite a toute l’équipe un bon Aid et mes meilleurs vœux de paix et de santé.




    0



    0
    New kid
    4 juillet 2016 - 15 h 47 min

    Lire : kabayale.et non
    Lire : kabayale.et non babayale




    0



    0
    FreeWill
    4 juillet 2016 - 14 h 30 min

    L’histoire, ou son ecriture
    L’histoire, ou son ecriture puis sa reconstitution, est un travail de Colombo, dans leque travail, on est disqualifie’, des qu’on accepte d’etre selectif – ou comme disent les Anglais « cut the corners. »

    Jetez donc un coup d’oeil sur la liste que vous nous avancez comme reference. Vous commencez par citer des noms comme example, puis vous esquivez devant les psychopathes, c.a.d. les conquetes musulmanes ou islamistes, a commencer par l’omission du nom de Dyhia, echantillion des Femmes Nord-Africaines. Oui un echantillon, car des Dyhia qui s’eleverent contre des envahisseurs de toute sorte, il y en a eut a tous les rendez-vous historiques.

    Ceci dit, notre histoire ne remonte pas a 2 ou 3 mille ans seulement, mais bien au-dela. Visible a l’oeil-nu, la coupure brusque entre les continents Africain et Europeen d’il y a quelques 10 000 ans, a cause’ beacoup de deguats, dont notre pratique a construire et habiter aux sommets des montagnes (altitude) plutot que dans les valle’es. Cette pratique s’est perenise’e, par les besoins de defense contre les invasions etrangeres, depuis la faiblesse en termes Humains, consequence de cet evenement majeur – bien reconnu dans l’histoire orale et verife’ par la geologie.
    Bref, notre point de depart, est a trouver dans l’histoire orale ancienne Grecque dont Temoignent aussi bien les Egyptiens que leurs allie’s Grecques. En resume’, l’histoire de la Peninsule dite L’Atlantide(francais) ou Atlantis, et son fondateur mythique Atlas. Je saisi l’opportunite’ de rappeler que ce terme Atlas, est Synonyme d’Altitude et de Savoir. Ce qui se confirme, dans le plus ancien Alphabet(Tifinagh) et une grammaire des plus logique au monde, avec des mutations et autres regles, que Holywood classe dans la Fiction Futuristique – « Stargate », place ainsi, les debuts Humains et leur atterissage sur terre, en plein pays Touaregs. Ainsi, les pyramides Egyptiennes, se retrouve etre un chef-d’oeuvre d’esclavagisme des Egyptiens, mene’ par ces « Supermen » d’Ouest. Dans cette dichotomie Est-West, emerge les Semitiques et les Atlantiens-Occidentaux. Domaine dangereux des lors que, les projets fachistes des Nazisy sont lie’s. Il faut etre averti et savoir guarder les pieds sur terre.

    Dernier bref – Les detournement de 1962 (depart de la france, mais pas independance), n’est pas un debut en lui-meme, mais une continuation, c.a.d. un chapitre d’un scenario qui a commence’ bien avant – plus precisemment, l’interet que porterent les puissances Occidentales a l’alliance avec l’Asie Mineure rebatise’e « le moyen-orient » , pour contrer le Communisme Oriental. La separation Inde/Pakistan est un cas examplaire.L’Arabo-Islamisme est un allie’ ideal des capitaliste, ou l’ennemi du communisme, etc. Le support inconditionnel des occidentaux aux monarches archaiques et esclavagistes moyen-orientaux, en est l’illustration et des mouvances islamistes (Egypte) en est l’illustration de reference, de l’histoire en faisance(actuelle). Les Bouteflikas, Chakib et Co. sont a classer dans ce registre. La delapidation des ressources naturelles/hydrocarbures n’est pas due a la necessite’, mais au desarmement des forces locales de resistance.

    Je conclus que pour poser le point finale, c.a.d. ecrire la conclusion avec la France et toute l’ideologie Coloniale dans laquelle elle s’inscrit, il y a besoin de DEMASQUER LA DEPERSONNALISATION DES POPULATIONS du sous-continent Nord-Africain. En effet, il fut un temps, ou une autre mer separait ce sous-continent de l’Afrique sub-Saharienne, pour en faire une presque-ile, avec 2 points de contact avec l’Europe et l’Asie-mineure.

    Cette depersonnalisation a comme outil, l’Arabo-Islamisme. Cela dit, il n’estpoint question de nous attaquer aux Arabo_Musulmans, eux-meme victimes emprisonne’s dans une culturecaptive de la religieusite’ – mais, en rattachant emotionnellement a nos ailleux, en connaissant leur place dans l’Histoire Humaines, leurs conditions et circonstance et comprendre notre propre cheminnement jusqu’a present.

    Le couteau a la gorge, nos ailleux n’ont su dire non a l’ennemi, mais les circonstances sont differentes maintenant. Dixit Kateb Yacine, « Le Butin de guerre. » Je vis en Amerique, et il faut me payer Cher, pour que j’use du Francais ou Arabe, sinon qu’avec les Francais et Arabes(vrais), auquel je refuse LA CAPACITE’ de sortir de leurs Euilleres. D’ailleurs, je reserve le Salam Alikoom, aux Americains va-en-guerre, a qui j’explique, que les populations locales en Afrique-du-nord comme en Asie, ont bien compris que leurs(Americains) combats contre les islamistes n’ont de raison d’etre, que la validation de ces faux-jihadistes, a l’image des faux royaumes et joomlookias sur-mesure – dont la notre.

    Salutations.




    0



    0
    New kid
    4 juillet 2016 - 13 h 55 min

    La plus grande faute commise
    La plus grande faute commise c’est le fait d’avoir caché les corps de deux colonels de la révolution par : ben Bella et Boumediene!
    De cacher à ce jour la véritable histoire de l’Algérie et d’être entré dans la corruption des biens vacants.
    La civilisation Amazigh remonte à plus de 8000 ans, plus vieille que l’Abrahamique !
    Le fait que l’Afrique du nord a subi invasions après invasions, la plus meurtrière a été celle des arabes (45.000 soldats) sous le couvert de l’islam, viols, boucherie, récoltes brulées, l’impérialisme des plus abjects !
    La relève des turcs avec la chute des arabes chez eux n’a été guère plus douce ! L’histoire de la colonisation par la France est plus connue car plus récente.
    Durant la révolution, il a été rapporté que des arabes des régions de l’Ouest ont été entendu dire ; ouachbikoum yal babayle ma3a franssa.
    L’histoire algérienne est dotée de lacunes et falsifications comme le fait que cet illustre berbère a eu son nom changé à celui de Tariq Ibn Zyad.
    Les peuples amazighs ont été utilisés comme chair à canon par les arabes pour la conquête de l’Espagne.
    L’éducation et l’arabisation ne nous ont mené que les crimes de 90 mené par le wahhabisme yehoudien !
    Alors nous sommes tous pour la vérité et la construction de la véritable mémoire collective etcommune !




    0



    0
      FreeWill
      4 juillet 2016 - 22 h 18 min

      Les massacres des Musulmans
      Les massacres des Musulmans (car il n’y avait pas que des Arabes, mais de tout fraichement soumis a l’Islam) ne sont pas SOU-COUVERT, mais comme aboutissement logique et obligatoire, car sinon les enfants-soldat de l’egypte et le Sudan fraichement conquis connaitront leur sort. Bref, les nord-Africains qui sont alle’s en Europe – essentiellement en pays Catalan, un Peuple Frere entre autre, n’etaient pas des volontaires, mais des prisonniers – sans choix. L’ennemi devant, la mer derriere ! Pris entre le marteau et l’enclume !




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.