Mesures de grâce du président Bouteflika à l’occasion de la fête de l’indépendance

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a promulgué deux décrets présidentiels portant mesures de grâce et de remises de peine à l’occasion de la célébration du 54ème anniversaire de la fête de l’indépendance de l’Algérie, a indiqué lundi un communiqué de la présidence de la République. «Conformément aux prérogatives qui lui sont conférées par la Constitution, notamment son article 91-7, son excellence monsieur le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a promulgué deux décrets présidentiels portant mesures de grâce et de remises de peine», a précisé la même source. Ces mesures concernant «les personnes détenues et non détenues condamnées définitivement et les personnes détenues condamnées définitivement qui, à l’issue d’une formation durant leur détention, ont subi avec succès des examens scolaires, universitaires ou de formation professionnelle au titre de l’année 2015/2016», a ajouté la même source.

Toutefois, ne sont pas concernées par ces mesures de grâce et de remises de peines, «les personnes condamnées définitivement pour actes terroristes subversifs, assassinat, homicide volontaire, enlèvement, viol, attentats à la pudeur commis sur mineurs avec ou sans violence, détournement de deniers publics ou privés, corruption, contrebande, contrefaçon de monnaie, et trafic de stupéfiants», a expliqué le communiqué de la présidence de la République. «Ne sont pas concernées aussi par ces mesures de grâce les personnes récidivistes condamnées pour vols, et vols qualifiés, ou pour coups et blessures avec port d’arme», a encore ajouté la même source.

Comment (4)

    Anonymous
    5 juillet 2016 - 11 h 46 min

    Le président ne gracie pas
    Le président ne gracie pas par tirage au sort,mais sur proposition du ministère de la justice ,et comme la justice est à disparue, je me demande comment on fait pour désigner les heureux élus à la libération.




    0



    0
    Anonymous
    5 juillet 2016 - 11 h 19 min

    Pour parler d’indépendance et
    Pour parler d’indépendance et gracier,il faut déjà une justice indépendante ,pourquoi ne pas créer un jury de citoyens tiré au sort auprès des tribunaux .Voilà un début d’indépendance pour le peuple et pour la justice.




    0



    0
    Anonymous
    5 juillet 2016 - 11 h 08 min

    J’aimerais que bouteflika
    J’aimerais que bouteflika explique le mot indépendance aux journalistes emprisonné .




    0



    0
    Anonymous
    5 juillet 2016 - 9 h 54 min

    Les 3 personnes arrêté
    Les 3 personnes arrêté récemment ainsi que le général emprisonné doivent être concerné par cette grâce présidentiel. Ils n’ont pas commis de délits cité dans le communiqué.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.