Interview – Brahim Senouci : «L’Algérie n’a introduit aucune demande officielle pour la restitution des crânes»

Le chercheur Brahim Senouci. D. R.

Algeriepatriotique : Selon les derniers échos, les crânes des résistants algériens exposés au Musée de l’Homme à Paris devraient être restitués. Vrai ou faux ?  

Brahim Senouci : Ce n’est ni vrai ni faux. A vrai dire, nous n’en savons rien, mais nous menons le combat sans relâche en vue de rapatrier ces crânes. Il va falloir jouer serré. Vous le savez sans doute, le gouvernement a réagi, par la bouche du ministre des Moudjahidine, probablement sous l’impulsion de l’association Mechâal Echahid. Une avocate, maître Benbraham, dont on ignore si elle a été chargée de défendre la position du gouvernement, s’est exprimée récemment pour annoncer qu’elle allait demander aux autorités françaises de rendre ces crânes aux «descendants et aux petits-enfants de ces résistants, ainsi qu’à la société civile». C’est une erreur stratégique. Les dirigeants du Musée de l’Homme ne demandent pas mieux ! En effet, ils sont en droit d’exiger que les descendants en question soient identifiés, soumis à des tests ADN… Ils savent que ce n’est pas possible. Le massacre des Zâatcha a eu lieu il y a près de deux siècles. De plus, de l’aveu du général Herbillon qui l’a orchestré, il n’y a eu comme survivants qu’un aveugle et quelques femmes. Il y a donc un gros doute sur l’éventualité même de l’existence de survivants. Quant à la praticabilité de tests ADN… J’ai tenté de l’alerter via les journaux qui ont reproduit ses déclarations, mais ils n’ont pas cru bon de publier les correctifs que je proposais.

Dans une réponse qui vous a été adressée par le directeur du Musée de l’Homme, il est noté que c’est l’Etat algérien qui doit entreprendre une telle démarche. Est-ce à dire que l’Algérie n’a pas introduit une demande officielle ?

L’Algérie n’a, en effet, introduit aucune demande officielle. Cela paraît surprenant mais c’est ainsi. S’embarquer dans des tentatives d’explication me paraît assez vain. Il vaut mieux renforcer la pétition pour que cette question devienne indépassable. Elle est en train de le devenir. Il faut juste coordonner nos efforts, rechercher des synergies, garder à l’esprit le but suprême qui n’est pas la litanie incantatoire mais la concrétisation du retour d’une partie de notre patrimoine symbolique.

Vous venez de lancer une pétition pour que soient restitués justement ces restes de résistants et qui a récolté un nombre impressionnant de signatures. Cette pétition s’adresse-t-elle en définitive à l’Etat algérien ou à l’Etat français ?

Cette pétition est le fruit d’une approche citoyenne. Les crânes sont au Musée de l’Homme, qui dépend lui-même du Musée national d’histoire naturelle. C’est à eux que nous nous adressons. C’est à eux de s’organiser, en relation, j’imagine, avec leur gouvernement. Je sais qu’il y a en ce moment des discussions sur ce sujet. Nous savons bien sûr, qu’in fine, des échanges devront avoir lieu entre les deux Etats. Nous savons aussi, instruits par des expériences précédentes, notamment celle de la restitution de la Vénus Hottentote, qu’il faudra peut-être un  passage par l’adoption d’une loi. Ces crânes, détail morbide, font partie de collections dites inaliénables. Cela veut dire que leur restitution est théoriquement impossible tant qu’une loi n’aura pas levé cette inaliénation.

Hormis ces crânes, existe-t-il d’autres restes qui seraient détenus en France ?

C’est probable. Il y a eu tant de massacres en Algérie…  Il y a eu tant de «collectionneurs» avides de têtes, de fœtus, d’oreilles… Mais les malheureux concernés sont restés anonymes et le resteront sans doute, hélas, pour l’éternité. Mais pourquoi ne pas songer à une cérémonie symbolique d’hommage de la nation à ces «enfumés», ces «emmurés», ces essorillés, éventrés, décapités…

Selon les éléments d’information dont vous disposez, pensez-vous qu’il y aura un accord imminent entre les deux Etats pour le règlement de cette affaire ?

Je n’ose me prononcer à ce sujet. Je demeure convaincu que la proximité d’un accord, qui ne peut porter sur le principe même de la restitution qui doit être considérée comme un préalable, mais sur les détails politiques et techniques, dépend de notre mobilisation. Si on ne comptait que sur le bon vouloir des autorités politiques, nous pourrions attendre très longtemps. 

Interview réalisée par Mohamed El-Ghazi 

Comment (15)

    massinissa
    12 juillet 2016 - 9 h 47 min

    Avec l’arrivée de la
    Avec l’arrivée de la glorieuse armée du Général GIAP, les troupes américaines quittérent Saigon dans un chaos indescriptible emportant avec eux quelques résidus de traitres vietnamiens. Avant toute chose, le nouveau pouvoir pris trois décisions historiques: ouverture de centres « de rééducation politique » pour les anciens dignitaires et soldats viétnamiens ayant combattus du coté américain et qui n’ont pas pu quitter le pays. La seconde était de reconnaitre tous les enfants nés de viols commis par les soldats américains. Une loi a été promulguée condamnant toute personne qui porterait atteinte á la dignité de ses enfants et enfin rupture totale de toute relation avec les USA durant 30 ans. Grace aux deux premiéres décisions l’intégration de cette frange de la population dans une nouvelle société viétnamienne a été une réussite totale.
    40 ans aprés la guerre et aprés de dures négociations, les autorités Viétnamiénnes accéptérent de réstituer les corps des soldats américains tombés au Viétnam á condition que le Gouvernement Américain reconnaisse ses crimes, demande pardon au peuple Viétnamien, et procéde avec la plus haute technologie au nettoyage de toutes les zones sur lesquelles ont été larguées les différents gaz mortels. Effectivement les démarches ont été faites des deux cotés et l’opération réussi avait ouvert une nouvelle page de relations entre les deux pays. Vous allez me dire pourquoi je vous raconte cette histoire Et bien tout simplement pour faire le paralléle entre les actions des deux Pays á savoir: le Viétnam et l’Algérie. Notre pays contrairement au Viétnam, accépta dans les accords d’Evian á ce que la France continu ses essais nucléaires dans le Sud du pays jusqu’á 1967. Laissa les fils de kaids et bachagas gouverner le pays, créa par Decrét (Premier ministre Ahmed Benahmed Abdelghani) le poste de femme de ménage uniquement pour les femmes de Chahid, méprisa les enfants nés de viols commis par les parachutistes qui 30 ans aprés devinrent les bourreaux du peuple dans les rangs du GIA. Ne demanda jamais la réstitution des archives entreposées á Toulon laissant place á la confusion qui fait qu’aujourd’hui le véritable moudjahed se fait tout petit et l’ancien traitre étale ses faits d’armes. L’Algérie officielle ne demanda jamais á la France de lui indiquer les lieux ou ont été ensevelit les corps des héros de la révolution.
    Sous Chadli le parlement vota une loi supprimant de l’hymne national le couplet « OH FRANCE LE TEMPS DE L’ESCLAVAGE ET TERMINÉ ET L’HEURE DES COMPTES EST ARRIVÉE » pour faire plaisir au criminel de guerre Francois Mitterand qui allait efféctuer une visite officielle en Algérie en 1981. Ce dernier fut recu avec les honneurs alors qu’il avait en 1956 refusé la grace aux 45 Algériens condamnés á la guillotiine. Alors les cranes de nos valeureux chouhada morts avant 1954 peuvent encore restés dans le musée car leur cas et le dernier souci de nos valeureux dirigeants..




    0



    0
    Bekaddour Mohammed
    11 juillet 2016 - 18 h 22 min

    Comment un état et un peuple
    Comment un état et un peuple qualifiés par de Gaulle lui même de veaux peut-il conserver les restes des nôtres ? Réponse : Parce qu’il y a chez nous des restes de traitres, de vendus… Les veaux de l’autre côté, et la vache de ce côté… Donc, Adieu veau, vache, cochon, couvée… Avant que les veaux ne nous rendent quoi que ce soit, il faut que cesse chez nous la vacherie faite à notre histoire, par tout le monde ou presque, du planton au président, ô combien nous sommes éloignés de la fraternité originelle du Combat imposé par le destin collectif, que de ventrus lâches, poules mouillées parmi nous !




    0



    0
    S.E B
    11 juillet 2016 - 7 h 13 min

    Un groupe de parlementaires
    Un groupe de parlementaires considerent ces HEROS de la resistance populaire contre la barbarie coloniale pseudo-civilisatrice et apres 124 annees de repression immonde ,sauvage ,barbare….. comme les VERITABLES PRECURSEURS des HOMMES et FEMMES a l origine de l appel du 1° Novembre 1954 pour le recouvrement de notre souvereinete nationale apres huit annees d une terrible et atroce guerre marquee par la resurgence de l instinct primitif et prehistorique d une frange de la france. Une Petition de collecte de signatures de citoyens est en circulation.
    LE PEUPLE ALGERIEN DIGNE ET SOUVERAIN DOIT SE CONSIDERER COMME LE DESCENDANT DIRECT ET L HERITIER DE TOUS CEUX QUI ONT CONSENTI A CES SACRIFICES SUPREMES . NOUS INSISTONS ET RECLAMONS DE NOS AUTORITES LE RAPATRIMENT DE CES RESTES MORTUAIRES POUR LEUR DONNER DES SEPULTURES DIGNES DE LEURS DIMENSIONS ET SACRIFICES , L ORGANISATION DE FUNERAILLES NATIONALES AVEC ORGANISATIONS DE CONFERENCES A TRAVERS TOUTE L ALGERIE POUR LES INSCRIRE DANS L HISTOIRE ET SURTOUT lDONNER LA PAIX A LEUR AME SACREE SELON NOS TRADITIONS DIVINES. LA SOLIDARITE DE TOUS EST NECESSAIRE
    ALLAH YARHAM ECHOUDA AL ABRARS OUAL AMJAD.TAHYA AL DJAZAIR




    0



    0
    Mohamed l'Algérien
    11 juillet 2016 - 1 h 57 min

    Mr Senouci, s’agissant de l
    Mr Senouci, s’agissant de l’affaire des crânes des résistants Algériens de 1849 séquestrés et détenus inhumainement en france, vous vous êtes approprié des travaux et des publications, que vous avez pris à un autre historien anthropologue Algérien, digne et très compétent, Mr Ali Farid BELKADI. On appelle votre acte Mr Senouci, un PLAGIAT.
    Mr Ali Farid BELKADI, en personne vous a dénoncé dans un commentaire édifiant et poignant, publié le 18 juin 2016 sur Algeriepatriote ( voir lien ci-contre http://algeriepatriotique.com/fr/comment/reply/16614/10284),
    Le commentaire en question est le suivant :
    « Ce crâne portant le N° 5940 qui illustre votre article est celui du Cherif Boubaghla, la photo a été prise par moi, au Muséum de Paris où j’ai retrouvé au cours du mois de mars 2011, les restes mortuaires de dizaines de résistants Algériens à la colonisation, de l’époque 1840/1860. Vous citez un simple pétitionnaire Brahim Senouci, un simple signataire de ma pétition de 2011, qui sincères de l’historien et anthropologue a concocté « sa » pétition à partir de mon livre, paru aux Editons Thala à Alger, de mes textes, de mes travaux au Muséum de Paris. Personne n’avait jamais entendu parler de Moussa El-Derkaoui, deSi Mokhtar Ben Kouider Al-Titraoui, d’Aïssa El-Hamadi. Vous ne me citez nulle part dans votre article . Est-ce un oubli de votre part ou bien une pratique courante de nier ou mépriser les efforts sincères de l’historien et anthropologue que je suis, au service de son pays voué ? »
    Ceci étant rappelé, pour remettre les choses dans leur véritable contexte.

    On sait très bien que ceux qui sont au pouvoir, travaillent pour la France, qui leur a ordonné de ne pas demander la restitution des crânes des résistants Algériens de 1849 séquestrés et détenus honteusement et inhumainement en france, par nos pires ennemis de toujours, pour empêcher le peuple Algérien de retrouver sa mémoire et d’écrire son histoire.
    Ce qui a fait très mal aux Algériens dignes de ce nom, c’est que le ministre des anciens moudjahidines, Mr Zitouni a déclaré publiquement, que l’état Algérien allait prendre en charge cette affaire de crânes des résistants Algériens de 1849.
    Alors qu’en réalité il n’en ai rien. Et ce sont les universitaires et chercheurs Algériens eux-mêmes, qui ont fait la demande officielle de restitution des crânes en question, à la France le 9 juillet 2016.
    Un député PATRIOTE , Mr MISSOUME les a dénoncés publiquement, il y a à peine 3 mois de cela.




    0



    0
    Anonymous
    10 juillet 2016 - 22 h 43 min

    C’est signe ! Je l’ai envoye
    C’est signe ! Je l’ai envoye a des proches qui ne l’ont toujours pas signe …




    0



    0
    aziz Mouats
    10 juillet 2016 - 22 h 23 min

    Personne ne s’attendait à ce
    Personne ne s’attendait à ce que ce système fasse le moindre geste…notre mémoire ne les concerne en RIEN…pas plus que notre HISTOIRE…ils n’y sont et n’y seront JAMAIS…alors armons de nos bras et faisons pression…NOUS IRONS JUSQU’AU BOUT…et JAMAIS nous n’abdiquerons…




    0



    0
      selecto
      11 juillet 2016 - 8 h 03 min

      En effet même les
      En effet même les célébrations des dates historiques comme le premier novembre et le cinq juillet son marginalisées par cette bande d’escrocs parce qu’il ne sont pas concernés par ces dates.




      0



      0
        Anonymous
        11 juillet 2016 - 17 h 59 min

        EXACT !!!

        EXACT !!!

        Il ne s’agit pas de cranes de harkis, c’est pour cette raison que ça ne les dérange pas qu’ils soient exposés dans un musée.




        0



        0
    FLN Canal Historique
    10 juillet 2016 - 19 h 57 min

    Monsieur Senouci, je vous ai
    Monsieur Senouci, je vous ai fais parvenir par courrière les infos sur les deux héros martyrs Fendi Abdellah ould sidi Slimane Bousmaha héro de la bataille d’Al Mactaa où la France a perdue plus de 800 soldats envahisseurs en 48 heures bléssés avec son lieutenant AMAR LE KABYLE arrêtés et transférés au bagne de Toulon, FENDI fut exécuté en 1872 et son adjoint Amar le Kabyle se donna la mort en apprenant l’exécution de son chef. Les deux héros martyrs reposent dans une cimetière de Toulon…
    Vous n’aviez pas fait suite ?????




    0



    0
      Brahim
      10 juillet 2016 - 21 h 59 min

      Suite à quoi? Je n’ai pas
      Suite à quoi? Je n’ai pas reçu ces courriers (mail ou poste?




      0



      0
    amal
    10 juillet 2016 - 19 h 21 min

    quels que soient les
    quels que soient les résultats des tests adn, ces crâne devraient reposer en paix dans un cimetière. Ce sont des musulmans. Il faut récupérer ces crânne, faire une prière des morts et les enterrer point c’est tout.




    0



    0
    Anonymous
    10 juillet 2016 - 18 h 21 min

    Qui va demander la

    Qui va demander la restitution de ces cranes ? Les Tunisiens DREBKI -TLIBA ,ou, les autres d’oujda ……Peut-être , le FILS du HARKI Bouchouareb
    Foutaise




    0



    0
    Yaz.dz
    10 juillet 2016 - 17 h 24 min

    Il se trouve que j ai le meme
    Il se trouve que j ai le meme nom patronyme avec un des martyres DZ exposė ,..Cheik Bouziane , ( paix à son âme ). le crane seullement comme ils disent a se musé de l homme fi Paris..
    A tous mes compatriotes DZ , je vous tiendrait au courant de toutes mes demarches et esperant que vous me soutiendraient..!
    BIENS A VOUS TOUS..!




    0



    0
      aziz Mouats
      10 juillet 2016 - 22 h 27 min

      Nous sommes TOUS des Zaatacha
      Nous sommes TOUS des Zaatacha, nous sommes Tous des Bouziane, nous sommes tous Derqaoua




      0



      0
    selecto
    10 juillet 2016 - 17 h 15 min

    Certains responsable
    Certains responsable Algériens n’ont aucune attache effective avec l’Algérie ni à sa glorieuse histoire pour demander la restitution de ces cranes en plus aucun responsable Algérien n’osera mécontenter la France car elle les tient bien.

    Oui des fœtus ont été prélevés sur des des femmes surtout de l’ouest algérien lors des premières années de la colonisation, des femmes qu’on éventraient vivantes pour les besoins des « recherches scientifiques », durant la révolution de novembre 1954 cette pratique c’était rependue sur les femmes de Kabylie et tout l’est algérien pour se venger de leurs maris au maquis.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.