Nordine Aït Hamouda et Tarek Mira appellent à mettre fin à l’Etat «unitaire centralisé héritage du colonialisme»

Nordine Aït Hamouda. New Press

C’est sous le thème de la «Révolution» et du «développement», associé à la fête de l’Indépendance nationale, que l’association Amgud de Draâ El-Mizan a organisé une conférence-débat animée par Nordine Aït Hamouda, fils du valeureux colonel Amirouche, Tarik Mira, fils du tigre de la Soummam, le colonel Abderrahmane Mira, et le Dr Mohand Amokrane Ameur. Des militants des différentes formations politiques – notamment le FFS et le RCD – et de nombreux citoyens ont assisté à cette conférence. La région des cinq colonels de la Révolution – Krim Belkacem, Amar Ouamrane, Ali Melah, Slimane Dehilès et Mohamed Zamoum – a réservé un accueil chaleureux aux fils des deux chefs de la Wilaya III historique.

Tarik Mira a exposé un historique sur le cheminement de la lutte pour la libération nationale, qui avait abouti à la glorieuse Révolution de novembre 1954. Il est revenu sur le mode organisationnel de la Révolution, notamment le découpage régional des Wilayas, un modèle «en rupture avec le jacobinisme français». Il a enchaîné en évoquant la nécessité de «nous ressourcer de notre glorieuse épopée pour la liberté en ces moments de crise». Tarek Mira a conclu son intervention par un appel à l’avènement d’une «IIe République qui mettra fin à l’Etat unitaire centralisé, héritage du colonialisme français».

De son côté, Nordine Aït Hamouda a fait l’éloge de cette région révolutionnaire où les combattants rejoignirent le maquis dès 1948. Il a rendu un vibrant hommage aux cinq colonels issus de cette localité qui a porté haut le combat libérateur, notant avec regret que «malgré tous les sacrifices consentis par cette région, Draâ El-Mizan demeure abandonnée par les pouvoirs publics, sans aucun plan de développement ni autre projet structurant». Il a exhorté, à cet effet, les autorités à rendre justice à «cette terre qui a tant donné à l’Algérie».

Nordine Aït Hamouda a abordé deux chapitres sur lesquels insistaient les présents. Il est, ainsi, revenu sa réconciliation avec la famille du chanteur rebelle Matoub Lounès. «Le chemin de la fraternité nous interpelle à dépasser certaines passions et pressions héritées de longues années de désinformation et de tiraillements. La famille de Matoub Lounès fait partie de la famille qui avance», a déclaré Nordine Aït Hamouda. Et d’ajouter : «Moi, j’ai toujours été de cette famille-là !» Au sujet du conflit qui l’oppose au RCD, le fils du colonel Amirouche a affirmé qu’il n’a «aucun problème avec le parti». Il en veut pour preuve le fait que «beaucoup de cadres et de militants (du RCD, ndlr) sont parmi nous dans cette salle». «A présent, a-t-il expliqué, les choses tendent à se normaliser et, pour ma part, je considère que l’urgence est ailleurs. Nous sommes appelés à finaliser la création de la Fondation Amirouche dans les prochains jours. Cependant, mes adversaires et mes détracteurs doivent comprendre, encore une fois, que je ne suis pas celui qui va rentrer tranquillement chez lui et abandonner le terrain de la lutte. Je continuerai à apporter ma contribution à l’émergence d’une jeune élite politique dans notre région. La jeunesse doit s’impliquer et je serai toujours disposé à la soutenir», a affirmé Nordine Aït Hamouda.

Le Dr Mohand Amokrane Ameur a axé son intervention sur la Fondation du colonel Amirouche dont il dirige la cellule de communication. Il a dévoilé les grands axes sur lesquels la fondation aura à intervenir : «Le volet historique, le volet social, la bonne gouvernance et le volet pédagogique», a noté le Dr Ameur qui a, par ailleurs, exposé la démarche que compte suivre la fondation «pour toucher les couches les plus larges de la société en s’inspirant de la proximité du colonel Amirouche avec la population et de son contact permanent avec le citoyen».

De Draâ El-Mizan, Ameziane Amraoui

Comment (58)

    amal
    10 août 2016 - 17 h 57 min

    l’état unitaire centralisé n
    l’état unitaire centralisé n’est pas un héritage du colonialisme, mais de la lutte pour l’indépendance. C’est une chance pour notre pays, car celà a évité de le balkaniser. Souvenons-nous que l’allemagne a été un pays uni pendant plusieurs siècles avant de devenir une fédération. Et une fédératon ne fonctionne qu’avec les esprits trés évolués. Les états unis sont aussi liés par un lien fédéral et leurs textes de loi les autorisent à user la force pour dissuader un état qui voudrait son indépendance. L’algérie a t-elle vraiment la garantie d’appliquer un texte de loi pareil? aucune!!! Nous sommes un pays faible, nous ne pouvons pas prendre les mêmes riques que les pays qui dictent les règles du jeu. Alors restons comme nous sommes et lorsque les algériens sont bien mélangés comme les allemands – de manière à étouffer le régionaalisme et les vox séparatistes – entre eux, nous pourrons nous payer ce luxe de devenir une fédération.




    0



    0
      Azerzur
      10 août 2016 - 19 h 49 min

      Je suis entièrement d’accord
      Je suis entièrement d’accord avec Tarek Mira, oui à une II république mais une république de Kabylie autonome ou indépendante selon les aspirations des kabyles.Trêves de balivernes, en réalité certains politiciens kabyles n’osent pas soutenir le projet du MAK qui a une très grande longueur d’avance sur ces apparatchiks qui ont lamentablement échoué après 26 ans de lutte ouverte à arracher ne serait-ce qu’une autonomie culturelle et linguistique pour la Kabyle.Messieurs vous êtes en retard …d’une guerre !
      Le débat aujourd’hui en Kabylie est entre:l’autonomie ou l’indépendance et ceci grâce au MAK.




      0



      0
    Mouloud
    10 août 2016 - 10 h 44 min

    Arretez de regarder dans le
    Arretez de regarder dans le rétroviseur et avançons. Nous les jeune avons marre de ces HAS BEEN qui nous tirent vers le bas et nous empêchent d’avancer.
    A ces régionalistes parfois fachisant qui se regardent le nombril, je leurs dis l’Algérie est une République, Une et Indivisible et les Algériens sont fatigués que leurs servent toujours la même soupe.

    Nous avons besoins d’un projet ambitieux qui nous fassent rêver et nous emmène vers la démocratie, la création de valeurs et la modernité.

    Alors Messieurs prenez votre retraite et passez le flambeau aux Algériens patriotes. Ras le bol !!!!

    AlgérieDebout




    0



    0
    Akli
    10 août 2016 - 9 h 08 min

    TOUTE LA POPULATION
    TOUTE LA POPULATION ALGERIENNE A LIBERER L,ALGERIE SAUF QUE LES ALGERIENS D,ORIGINES TUNISIENNES OU MAROCAINES QUI ONT EU L,INDEPENDANCE PAS NOUS ARABO-AMZIGH .




    0



    0
    luxun
    25 juillet 2016 - 14 h 59 min

    BOUZORANE, il y a quelque
    BOUZORANE, il y a quelque chose de contradictoire dans ton raisonnement concernant le cosmopolitisme… cherche la faille!
    Et pourtant le découpage en wilayas historiques est beaucoup plus proche du fédéralisme.
    Et le sentiment national algérien n’a jamais été aussi fort qu’en cette période coloniale.




    0



    0
    luxun
    25 juillet 2016 - 14 h 59 min

    BOUZORANE, il y a quelque
    BOUZORANE, il y a quelque chose de contradictoire dans ton raisonnement concernant le cosmopolitisme… cherche la faille!
    Et pourtant le découpage en wilayas historiques est beaucoup plus proche du fédéralisme.
    Et le sentiment national algérien n’a jamais été aussi fort qu’en cette période coloniale.




    0



    0
    rahli noureddine
    17 juillet 2016 - 13 h 20 min

    parler de la véritable
    parler de la véritable histoire de nos jours est un crime passible de prison. car cette histoire introuvable dans les anales et les livre scolaire rattache tous les dirigeants algériens, et depuis les années quarante, à des pages sanglantes et obscures d’un pays meurtri. C’est cela, la colonisation idéologique : on colonise le peuple avec une idée, qui veut changer la mentalité ou la structure. On prend le besoin d’un pauvre comme opportunité de se refaire la façade. la nouvelle forme de colonialisme est plus que la domination d’un individu par un autre, d’un peuple par un autre ; c’est la domination d’une civilisation par une autre ; la destruction des valeurs originales par des valeurs étrangères. comme très souvent les deux valeurs sont incompatibles le divorce se fait ressentir très vite donnant naissance à des mouvements séparatistes extrémistes, mais qui restent légitimes.




    0



    0
    homme libre
    11 juillet 2016 - 20 h 27 min

    Ce n’est pas une affaire de
    Ce n’est pas une affaire de race ce serait plutôt une question de sociologie… Beaucoup, je dirait la plupart des gens de l’est sont des kabylo, la religion et la vie de cité en a transformé plus d’un au point d’oublier et les origines et la langue,seules subsistent encore quelques similitudes culinaires… Quant à la décentralisation, le fédéralisme et autres conception politiques.. Je dirais aux racistes qui s’agitent dès qu’ils entendent le mot kabyle qu’il s’agit d’une région dont le corps social est juste sûr de faire mieux que ceux qui nous gouvernent et ce au profit de toute cette Algérie et à défaut pour juste cette région à qui vous devez l’indépendance ….vous connaissez la Prusse..et ce qu’elle a été pour toute l’Allemagne… Faites confiance à cette région vous aurez tous votre salut.même les racistes… USA Allemagne Russie Brésil Afrique du sud c’est juste des pays fédéraux bande de c….




    0



    0
    Abdelaziz
    11 juillet 2016 - 19 h 37 min

    Nous sommes avec vous pour l
    Nous sommes avec vous pour l’avénement d’une deuxiéme république basée sur le concept des autonomies régionales.




    0



    0
    patriote
    11 juillet 2016 - 19 h 35 min

    qui mieux que les valeureux
    qui mieux que les valeureux patriotes, fils de valeureux patriotes et chefs de la wilaya 3 pourra défendre l’Algérie et la Kabylie. Merci à Tarik Mira et à Nordine AIt Hamouda. Nous sommes de tout coeur avec vous.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.