La rentrée déjà en vue

Par Kamel Moulfi – Pour la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, c’est, certainement, une semaine cruciale qui commence, décisive dans la préparation de la prochaine rentrée scolaire. L’épine posée par le problème des enseignants contractuels n’a toujours pas été enlevée. La revendication de leur intégration dans la Fonction publique n’a pas disparu après le concours organisé pour le recrutement d’enseignants pour les trois cycles (primaire-moyen-secondaire). En effet, les enseignants contractuels contestataires ne veulent se suffire ni de la déclaration de Nouria Benghebrit qui assure que la prise en compte de l’expérience professionnelle, présentée comme un geste d’apaisement et de compromis consenti par la Fonction publique, a été effective, ni de l’annonce que cette catégorie représente un taux de 45% des reçus à l’épreuve écrite du concours. L’accusation d’instrumentalisation politique de leur mouvement ne les décourage pas également. Les enseignants contractuels ont repris leur action là où ils l’ont laissée en juin avant les examens de fin d’année, avec, cette fois, le rejet des résultats du concours. Ils contestent l’affirmation de Benghebrit qui affirme que l’examen s’est passé dans la «transparence». Le rassemblement national prévu des jours-ci à Alger sera un indicateur de l’état de mobilisation des enseignants contractuels et donnera également un aperçu des conditions dans lesquelles se fera la rentrée en septembre prochain. C’est dans ce contexte d’agitation syndicale que seront connus les résultats de l’examen du baccalauréat très attendus après les affaires de fuites massives de sujets qu’a connue la session initiale, qui ont contraint à la tenue d’une session de rattrapage durant le Ramadhan, dans de meilleures conditions de prévention et de protection des fuites de sujets. Rien n’a filtré sur les opérations de correction et aucun pronostic n’a été avancé sur les taux de réussite. Mais il est sûr que Nouria Benghebrit devra procéder à un montage intelligent de communication pour faire face aux frondes qui se préparent.

K. M.

Commentaires

    New kid
    11 juillet 2016 - 11 h 54 min

    Le mektoub des pauvres !
    Avec une justice dormante pour faire avancer la cause populaire, le pays est en attente des résultats pour ses enfants. Les examens ont été avancé à cause du ramadan, mais vola que le mektoub ou la fatalité chez les musulmans que nous sommes, les ont remis au carême et au pas des corrompus qui voulaient pour quelques dollars de plus rendre nos enfants intelligents extraordinaires !
    La gouvernance et sa clique, n’ont que faire de cette éducation à deus dinars, car leurs rejetons sont en Europe et dans le privé !
    La hogra continue dans ce cauchemar que nous vivons au gré des fausses promesses qui nous sont servies au quotidien !




    0



    0

Les commentaires sont fermés.