Un drame national

Par Meriem Sassi – Lors de son audition par le tribunal criminel de Blida, le liquidateur judiciaire, Moncef Badsi, constitué partie civile, a souligné qu’il a «œuvré à limiter l’ampleur du désastre qui aurait pu se transformer en "drame national" si le groupe Sonatrach avait procédé à des placements». M. Badsi n’a certes pas tort en estimant que les dégâts ont été circonscrits pour ce qui est de l’affaire Khalifa, mais le fait de dire qu’il n’y a pas eu drame national est très discutable. Le mal fait à l’économie nationale est tellement profond que les répercussions risquent de porter préjudice au pays sur plusieurs générations, tant les malversations et la corruption, qu’elles soient représentées par les affaires Khalifa, Sonatrach 1 et Sonatrach 2, ou l’affaire de l’autoroute Est-Ouest, ont ébranlé l’image des entreprises algériennes et saigné l’économie. Les scandales liés à l’argent du pétrole dilapidé pendant des années par des responsables corrompus sont sans conteste «un drame national» et ce ne sont pas quelques procès-fleuves qui permettront de tourner la page et d’oublier les préjudices subis par les Algériens dans leur ensemble. C’est un drame national vécu par les millions d’Algériens honnêtes qui tiennent, malgré leur situation sociale parfois difficile, à leur patriotisme et à l’abnégation au travail, et qui se cramponnent malgré tout à l’héritage laissé par les martyrs qui ont donné leur vie pour l’indépendance et la dignité de leur peuple. Une dignité aujourd’hui foulée aux pieds par des corrompus en tous genres, qui s’enrichissent illicitement sans état d’âme au détriment de l’économie du pays et des intérêts de ses enfants. M. Badsi affirme avoir constaté des «actions de pillage» qui se sont poursuivies jusqu’à la liquidation de Khalifa Bank, enclenchée en 2003, visant à limiter l’ampleur du «désastre». Force est de constater malheureusement que ce n’était que la partie visible de l’iceberg, car les dégâts engendrés par la gestion mafieuse de certaines entreprises, accompagnée de transactions et marchés douteux , à l’ombre des plans quinquennaux généreusement dotés depuis plus de dix ans, se révèlent incommensurables. C’est d’autant plus difficile à admettre que la crise due à la baisse des recettes du pays est aujourd’hui à nos portes, et que ceux qui n’ont pas su prévenir la corruption pour préserver les deniers du peuple se tournent aujourd’hui vers lui pour lui demander de croire aux vertus de l’austérité.
M. S.
 

Comment (18)

    majid
    6 juin 2015 - 17 h 18 min

    ce monsieur badsi c’est lui
    ce monsieur badsi c’est lui qui a rendu le scandale khalifa comme une affire de ticket de tala et des billet d’avion en occultant totalement l’essentiel




    0



    0
    Anonyme
    6 juin 2015 - 11 h 39 min

    Badsi est ;iquidateur de la
    Badsi est ;iquidateur de la Banque Khalifa.Son role etait et est de mettre de l`ordre dans la comptabilite d`El Khalifa,de recenser les clients crediteurs et les montants qu`ils possedent et aussi de recenser les clients debiteurs et les montants qu`ils doivent restituer a la banque.Il se devait ensuite de faire un rapport qui contraindrait toutes les anomalies constatees par rapport d`abord a la bonne regle comptable et ensuite par rapport a la loi.
    Le tout doit servir de dossier sur lequel doivent se constituer les parties civiles.
    Par exemple dans les comptes rendus que publient la pre presse,sauf erreur de ma part,les pertes du Fisc,aux titres des differentes taxes,n`ont pas fait l`objet d`evaluation et personne n`en parle,pourquoi?
    Ce qu`il a retenir de ce proces fleuve,c`est que l`on ne cherche pas a etablir les responsabilites des uns et des autres,mais tout simplement a constater les degats a peu pres.
    Il n`est pas concevable,pour l`equite de condanmer les uns pour des fautes de gestion et de laisser libre ceux qui sont a l`origine des erreurs de cette gestion,notamment ceux qui ont commis des faux pour en tirer des avantages personnels.




    0



    0
    abdelkader
    6 juin 2015 - 8 h 09 min

    PS
    S’il s’agissait

    PS
    S’il s’agissait d’entreprises commerciales privées ayant été arnaquées, on pourrait admettre cela et mettre le tout dans le compte des pertes et profits, mais s’agissant de fonds publics pompés sciemment et dilapidés, ces fonds publics dont la responsabilité incombait aux politiques, le politique en est entièrement responsable, nul ne peux se dérober et dire qu’il n’était pas au courant, il y en a marre de lampistes. A eux d’assumer, ce qui est désolant et surtout inquiétant c’est qu’ils sont toujours aux affaires.




    0



    0
    Abdelhak
    6 juin 2015 - 7 h 33 min

    Par khenchela (non vérifié) |
    Par khenchela (non vérifié) | 5. juin 2015 – 22:19

    Ce sont les six milliards déposés dans la banque Suisse par l’Algérie combattante, au nom de Mohamed Khider, qui a rejoint l’opposition à Boumediene, cet argent retiré par Khider qui a remis une partie à Ait Ahmed, à Boudiaf, à B.Boumaza et d’autres anciens ministres de




    0



    0

    selecto
    5 juin 2015 - 21 h 35 min

    Une photos des authentiques
    Une photos des authentiques fils et filles d’Algérie qui aimaient l’Algérie jusqu’au sacrifice suprême.

    http://www.elkhabar.com/media/uploads/naamaoui_large.jpg




    0



    0
    Anonyme
    5 juin 2015 - 21 h 27 min

    on est habitué à ce genre de
    on est habitué à ce genre de langage boiteux, même si ‘algerie serait envahit encore une deuxième ses types diront ce n’est rien ,ils prennent tous les événements à la légère !




    0



    0
    khenchela
    5 juin 2015 - 21 h 19 min

    Boumediene avait dit
    Boumediene avait dit « personne ne peut rester inactif devant le pot de miel, à défaut d’y mettre le bras c’est le doigt qui y est plongé » JAMAIS la corruption n’avait atteint les degrés d’aujourd’hui!
    Quant à Zeroual c’est la presse au service du capitalisme international qui s’est attaqué à lui à travers Betchine puisqu’il était PROPRE et même TROP PROPRE pour un peuple qui a les dirigeants qu’il mérite!
    Mais qui se souvient de 2 scandales de corruption dès l’indépendance :
    – les millions du Trésor de la W7 (émigration) qui furent partagés entre certaines politiques algériens.
    – les millions de bijoux en or et en argent de nos mères collectés pour que l’Algérie puisse remplir les coffres de la Banque Nationale d’Algérie. Ces bijoux ne se sont pas tous retrouvés dans les coffres prévus par contre nos mères n’ont plus que les yeux pour pleurer leur héritage et le nôtre.




    0



    0
    abdelkader
    5 juin 2015 - 20 h 38 min

    es hommes responsables de ce
    es hommes responsables de ce drame national( pourquoi s’en cacher avec ces euphémismes réducteurs) sont un composé de faiblesse, d’aveuglement, et de petitesse , ce n’est pas leur faire un procès, c’est de les définir; comme pour paraphraser Diderot. Il est quand même bien curieux qu’un premier ministre ose parler d’austérité, et oublie ceux qui se sont sucrés allégrement et se la coulent douce ailleurs et ici. Ce n’est plus Nietzsche ( comme c’était le cas pour la décennie rouge) qu’il faut invoquer pour justifier cette mascarade, il faut que les gens qui ont failli payent, et pas seulement les lampistes. Sinon adieu l’état de droit, et pour longtemps. L’histoire retiendra certainement que des hommes ont sauvé le pays, mais l’histoire retiendra également que des hommes ( nominativement) ont failli.




    0



    0
    Moh62
    5 juin 2015 - 20 h 16 min

    Qui c ammi salah y’a si
    Qui c ammi salah y’a si aboustrof?




    0



    0
    MACIZEL
    5 juin 2015 - 19 h 32 min

    les gens qui ont mis à la
    les gens qui ont mis à la tête de l’Etat un président avec des antécédents judicaires graves sont les fossoyeurs de l’Algérie, et certains qui ont cru que gérer un Etat est un jeu, ont tort. Et avec 1000 Milliards de $, on a crée la plus grande misère au monde pour 40 Millions d’Algériens, et je ne vous cache ce n’est que le début d’une descente aux enfers, la solution, réagir de suite pour mettre fin à cette grande braderie politique.




    0



    0
    Mouloudeen
    5 juin 2015 - 16 h 25 min

    Vivement cette 2eme
    Vivement cette 2eme Republique Algerienne geree par ses AUTHENTIQUES enfants propres et patriotes.




    0



    0
    Abou Stroff
    5 juin 2015 - 15 h 49 min

    le seul drame qui mérite le
    le seul drame qui mérite le qualificatif de « drame national » est le fait que les vrais prédateurs qui ont réellement volé et l’Algérie et les algériens ne sont nullement inquiétés.
    en effet, quelqu’un a t il des nouvelles de c. khellil, de f. bejaoui, des scandales de sonatrach 1, 2, 3, …. de l’otorote est-ouest et de ghoul, du PNDA de saadani et barkat, des contrats de gré à gré de haddad, des villas des ambassades de l’ex-yougoslavie et de l’ex-rda qui sont devenues des propriétés privées de pontes ou d’ex-pontes du régime, de la villa du ministère de la justice qui s’est métamorphosée en propriété privée d’un ex-ministre de la……… justice, des appartements des boutef, de saadani, de bouchouareb, de c. rahmani à paris, de abbès à lyon, de la boulangerie,des pressings, du parking à étages et des promotions immobilières de ammi salah, des 5000 bus du futur fakhamatouhou national qui va remplacer l’actuel fakhamatouhou national, etc.?
    voilà les questions pertinentes que les algériens lambda se posent et auxquelles ils n’attendent pas de réponse.




    0



    0
    Anonyme
    5 juin 2015 - 15 h 07 min

    Il y a lieu d’ajouter aux
    Il y a lieu d’ajouter aux affaires dramatiques de pillage de l’Économie nationale, les révélations faites par le ministre du commerce sur la fuite de capitaux et les manques à gagner par le fait du non paiement par les importateurs de l’impôt sur leurs bénéfices faramineux.




    0



    0
    RAIS
    5 juin 2015 - 14 h 41 min

    Ce monsieur BADSI Moncef se
    Ce monsieur BADSI Moncef se réveille que maintenant alors que la corruption existait depuis plus de 50 ans , vous nous n’apprenez rien de nouveau il fallait parler depuis les années 70 « ere boumédiène, chadli, zeroual(betchine)etc. et vos gradés.dans tous ça avec leur code à 4 chiffres à la banque centrale d’algérie.tewfik est bien au courant de ça mais c’est des intouchables.




    0



    0
    Anonyme
    5 juin 2015 - 14 h 38 min

    Badsi lui mème escroc, il se
    Badsi lui mème escroc, il se faisait payé 250 millions par moi en tant que liquidateur!!! il a effacé et brulé toute la paperasse qui incriminait directement la racaille d´en haut, comment un avocat -aussi mediocre soit-il- de khalifa ait tiré son epingle du jeu sans être même pas appelé à la barre en tant que temoin, ben oui car c´est l´un des rrrboub edzair me direz-vous!!!
    les sinistres au col blanc, minables, vereux, voraces, vilains, veulent et voyoux n´ont jamais été inquiétés!!! alors qu´ils étaient en plein dedans,´l´affaire khalifa devant celle de l´auto ghoul, de chakib le maudit n´est que du pipi de chat!!! il a eu au moins le mérite d´avoir fait travaillé 22 000 familles, alors que le pays sombrait dans la misère de la vermine verte, pendant que les autres faisaient sortir leurs chkarates vers d´autres cieux, lui avait la fibre patriote!!! ils l´avaient démont♪0 par pure jalousie, c´est tout!! je maintien qu´un VOLEUR qui fait vivre des familles algériennes dans la dignité en leur octroyant des postes de travail, vaut 1 milliard de fois un drebki et autres minables parisiens par la rapine à la cervelle d´oiseaux. Encore une foi, badsi le maudit savait très bien ce qu´il faisait. mais le temps est patient, même Blater l´a appris à ses dépents!!




    0



    0
    salim
    5 juin 2015 - 14 h 22 min

    Ceux qui sont derrière ce
    Ceux qui sont derrière ce désastre, MEDELCI, TEMMAR, BEN ACHENHOU, KHELIL




    0



    0
    selecto
    5 juin 2015 - 14 h 20 min

    Les cinq comptes de Chakib
    Les cinq comptes de Chakib Khelil en Suisse continues à fonctionner normalement et lors du dernier festival de Djemila un cachet de 250.000 € a été à Mohamed Khelifati dit Cheb Mami, donc les détournement sous plusieurs formes continuent, ce n’est qu’un exemple.




    0



    0
    Anonyme
    5 juin 2015 - 14 h 15 min

    le liquidateur lui même a
    le liquidateur lui même a agit seul ?
    en brulant des « papiers » n’a t il pas soutenu la liquidation du groupe ?
    combien représente ses honoraires depuis 12 ans ? et il prévoit encore 3 ans de liquidation suplémentaire ;
    peut il rendre publics les dépenses et transactions opérées sans commissaires aux comptes acceptés par khalifa ?
    pourquoi le choix de badsi et non un ou plusieurs autres ?
    quel deal a été conclu avec khalifa par son intermédiaire ?
    l’avenir le dira même à titre posthume et les fossoyeurs du groupe khalifa qui était « sauvable » (dixit benachnhou)




    0



    0

Les commentaires sont fermés.