Première sortie de Milovan Rajevac : «Je contacterai Halilhodzic pour avoir une idée»

Milovan Rajevac, lors de la conférence de presse qu'il a animée ce jeudi, à Alger. New Press

Le nouvel entraîneur de la sélection algérienne de football, le Serbe Milovan Rajevac, a fait connaissance avec les médias algériens, aujourd’hui jeudi, à l’occasion d’une conférence de presse qu’il a animée au Centre des médias du complexe Mohamed-Boudiaf. D’emblée, on remarquera que cette nouvelle «recrue» croise une autre, celle du nouvel attaché de presse de la Fédération algérienne de football, Mohamed Saâd, en remplacement de Adel Hadji. Le nouveau patron des Verts a tenu à préciser que son contrat va jusqu’à la Coupe d’Afrique des nations de 2019 prévue au Cameroun.

«J’espère réussir ma mission et contribuer à la réussite de la sélection algérienne. Sauf que pour réussir, j’ai besoin de l’aide de tous, à savoir les membres des différents staffs, joueurs, supporters, médias…» De cette première sortie du Serbe, nous retenons un problème de communication puisqu’il ne maîtrise pas très bien la langue anglaise, alors que pour le français, il faudra qu’il retourne en classe. C’est le membre de la direction technique nationale Christian qui fait office d’interprète. Milovan Rajevac a indiqué que cela ne devrait pas poser de problème avec les joueurs, dont la plupart maîtrisent la langue anglaise, en plus du fait que le football est un langage universel. Cependant, nous avons eu à remarquer que l’«interprète du jour» se contentait de résumer les réponses du coach qui étaient courtes. A la question de savoir s’il connaissait les joueurs algériens, il a avoué les avoir découverts à l’occasion du Mondial-2014.

«C’est un bon groupe qui a du potentiel pour s’imposer lors des compétitions qui arrivent. J’ai personnellement une grande expérience avec le Ghana sur le continent africain, tout cela pour dire que nous pouvons réussir quelque chose de bon», avoue-t-il, avant d’enchaîner : «La mission sera difficile d’autant plus que nous figurons dans le groupe dit de la mort lors des éliminatoires du Mondial-2018. Il faudra que je fasse connaissance des joueurs, voir de plus près comment ils réagissent, améliorer ce qui doit l’être. Il y a beaucoup de travail à faire, je verrai mieux après le match contre le Lesotho qu’il ne faudra pas sous-estimer.»

Pour la question de la domiciliation, elle n’est pas à l’ordre du jour pour le moment ; pour le sélectionneur, «le plus important, c’est de marquer des buts et de ne pas en encaisser, la fête, le supporter peut la faire partout». Il s’est dit aussi heureux de découvrir le centre de préparation de Sidi Moussa ainsi que toutes ses commodités. Le fait d’avoir mis entre parenthèses sa carrière d’entraîneur ne serait pas un handicap pour lui, il rétorque : «Je n’ai pas complètement quitté le monde du football, j’étais à la Fédération serbe, je suivais les matchs. Je me suis préparé mentalement pour retrouver les terrains.» Concernant le staff technique, il maintiendra tout le monde, l’adjoint sera Nabil Neghiz qui connaît bien l’équipe. A la question de savoir s’il a déjà discuté avec l’ancien sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, il répond qu’«il le contactera plus tard pour discuter avec lui concernant le groupe Algérie».

Le volet objectif a été lui aussi abordé de la manière la plus simple : il faut réussir. Dans le registre des joueurs, il a affirmé qu’il suivra les joueurs locaux, mais aussi ceux évoluant à l’étranger, même s’il avoue que la tâche sera difficile dans la mesure où en même il faut faire des résultats. Il comptera bien entendu sur les joueurs qui évoluent régulièrement, car il a besoin de faire des résultats. Il a soutenu la défense algérienne, remise en cause depuis un moment déjà, pour dire que «si la défense encaisse, c’est toute l’équipe qui est remise en cause, pas que ce compartiment. C’est pour cela que je dis qu’il faut beaucoup de travail». Côté discipline, il dit vouloir «travailler dans une bonne atmosphère, les problèmes qui peuvent surgir en cours de route, il faudra les régler, le cas échéant, intelligemment». Il termine en disant qu’il a déjà un plan en tête pour sa nouvelle mission, mais qu’il doit d’abord rencontrer les joueurs…

Réda B.

Comment (2)

    anonyme
    16 juillet 2016 - 11 h 00 min

    vive l’amitié algéro serbe!
    vive l’amitié algéro serbe!




    0



    0
    Nation-Libre
    15 juillet 2016 - 21 h 04 min

    enfin! un remplaçant du grand
    enfin! un remplaçant du grand lion WAHID;a mon avis Mr rajevac va réussir sa mission et faire de notre équipe nationale;une grande équipe capable de gagner des rencontres trés importantes;si Mr raouraoua ne se mèle pas dans les décisions du nouvel entraineur;




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.