Sellal : «L’Etat n’a pas de problèmes avec la presse »

Abdelmalek Sellal, durant sa visite dans la wilaya d'Oum El-Bouaghi, ce jeudi. New Press

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a affirmé ce jeudi, que l’Etat n’avait «aucun problème» avec la presse, soulignant qu’il «n’y a aucun journaliste emprisonné à cause de ses opinions», rapporte l’agence officielle APS. «Nous n’avons aucun problème avec la presse. Les journalistes sont libres, mais ils sont tenus de respecter l’éthique et les institutions de l’Etat», a déclaré Abdelmalek Sellal, qui a ajouté que «nous n’emprisonnons aucun journaliste en raison de ses opinions, mais la diffamation, l’injure, l’insulte et l’atteinte à la dignité des personnes et des familles ne fait pas partie de nos traditions». Le Premier ministre a appelé l’élite algérienne à contribuer à «la promotion des valeurs de la société et à corriger la situation par le recours aux bonnes méthodes», estimant que le problème «est d’ordre moral et civilisationnel en premier lieu».

R. N.

Comment (10)

    les damnes de la terre
    16 juillet 2016 - 14 h 02 min

    Desole Mr sellal personne n a
    Desole Mr sellal personne n a dit ke l Etat a un probleme avec la presse par contre elle a un tres gros probleme avec le pouvoir en place.vous ne voulez pas d une presse ki vous oriente mais vous etes partisan d une presse ki vous desoriente a entendre par la la presse chitta.




    0



    0
      Amnagh
      16 juillet 2016 - 16 h 53 min

      Bien sûr l’Etat n’a pas de
      Bien sûr l’Etat n’a pas de problème avec la presse docile,service et débile.La presse grassement maintenue en vie avec l’argent du contribuable via l’ANEP et qui ne paie ni imprimeries ni impôts!
      Y a t-il un Etat en Algérie ? Oui un Etat despotique envers le peuple et toutou envers les puissances occidentales.
      Arfaâ sawt-k ya bba !




      0



      0
    la vérité si je mens
    16 juillet 2016 - 1 h 01 min

    Mr sellal a bien raison que l
    Mr sellal a bien raison que l’état confisqué par les chefs de ce derniers n’a aucun problème avec la presse dirigée par nos nouveaux colonisateurs et leurs soumis lècheurs de bottes;par contre les chefs de Mr sellal mènent une lutte sans merci contre la presse dirigée par les vrais algériens pur sang;




    0



    0
    MELLO
    15 juillet 2016 - 17 h 45 min

    Feu Hocine AIT AHMED:

    Feu Hocine AIT AHMED:
    Cher(e)s compatriotes !
    « Il est un temps pour écrire, un temps pour parler, et un temps pour se taire », nous apprend le sens commun. Que l’on me pardonne de les y avoir mêlés et non pas confondus.
    Je vous livre des bouts de réflexions pragmatiques de terrain — sans égard à la chronologie — ; de préférence traitant du présent, bien sûr, mais aussi du passé, l’un devant éclairer l’autre et vice versa. Pour aider à mieux anticiper et préparer l’avenir ensemble.
    Que puis-je vous dire de si loin et heureusement, malgré tout, de si près, de si chaleureusement convivial ? Je ne sais pourquoi, l’envie m’a pris, sans crier gare, de partager avec vous, la terrible émotion de cette « mauvaise nouvelle »
    Il nous faut sortir des improvisions et des approximations. Il est inconcevable, à titre d’exemple, de ne pas conclure réunions et débats, à tous les niveaux par des procès verbaux clairs et sans verbiage. Se garder, bien entendu, de tomber dans les tares inverses d’une bureaucratie d’apparat. Il nous faut des mécanismes d’efficience. Par ailleurs, tenir un minimum d’archives est indispensable pour sortir des thaktchoukas habituelles, des bilans fictifs voire bidons,




    0



    0
    MELLO
    15 juillet 2016 - 17 h 24 min

    Triste, c’est triste, oh mon
    Triste, c’est triste, oh mon pays bien aimé, ton avenir est entre les mains d’un problème gouvernants-médias.
    Lorsqu’un premier ministre se prononce sur ce sujet c’est tout l’avenir de l’Algérie qui est en jeu. Pendant que des pays avancent sur un développement durable, nous autres restons scotcher sur un débat stérile: faut il laisser les médias libres ? . La liberté de la presse passe inévitablement sur la liberté d’expression, sur toute la liberté de disposer ou d’avoir des droits. Or, à ce niveau, beaucoup reste à faire, au point où la société reste éloigner des décisions majeures concernant son avenir. Cela fait des lustres que le peuple n’a pas été sollicité par référendum sur un sujet majeur . La presse ou les journalistes , en Algérie, doivent évoluer , selon notre premier , sur le terrain qui lui est favorable, sans jugement, ni analyse, encore avancer une critique aussi positive soit -elle. Nous avons cinq chaînes de TV et 48 radios régionales , qui diffusent toutes un même programme, le choix est assez large qu’on soit à RADIO SAOURA ou RADIO TIZI OUZOU. Le premier ministre nous annonce indirectement, que les journalistes ont un grand choix et peuvent évoluer en toute tranquillité dans l’une ou l’autre des chaînes. L’autoroute des médias , autant que pour l’autoroute EST- OUEST, est toute tracée.




    0



    0
    TRIOTE
    15 juillet 2016 - 10 h 04 min

    Effectivement l’Etat n’a pas
    Effectivement l’Etat n’a pas de problème avec les journalistes, mais ce sont les journalistes qui ont des problèmes avec les tenants du pouvoir ou vis versa..




    0



    0
    Anonymous
    15 juillet 2016 - 7 h 34 min

    Honnêtement ils ont une sale
    Honnêtement ils ont une sale gueule en ce moment




    0



    0
    Anonymous
    14 juillet 2016 - 22 h 06 min

    Sellal : «L’Etat n’a pas de
    Sellal : «L’Etat n’a pas de problèmes avec la presse »

    Sous entendre que l’état a de sérieux problèmes, et …..de sérieuses inquiétudes, à l’avenir,…..

    L’opposition, la société civile, et d’autres forces démocratiques, et pacifiques pour le changement, et la transition vers une société de droits, de justice, de transparence, de respects des autres, et de démocratie




    0



    0
    CHAOUIdeBARBES
    14 juillet 2016 - 19 h 00 min

    ILS N’ONT PAS HONTE D’EXPOSER
    ILS N’ONT PAS HONTE D’EXPOSER LEUR TÊTES et LEURS VISAGES DE LA HONTE AU NOM DU FLN ORPHELIN, DEPUIS LE PREMIER MANDAT DE LA MOMIE !!!

    Rien que de les regarder avant de lire l’article d’Algérie Patriotique, sur leurs visages, en peux lire la traitrise et la Corruption, « AHLES CHKRA », ils parlent au nom de nos martyrs et de nos valeureux Moudjahidines et pour le peu qui restent !

    C’est un blasphème, à ceux qui nous ont quittés et une insulte pour le très, très, très peut qui restent et vivent dans le silence et la pauvreté absolue !!!
    Ce qui précède fait clairement ressortir les nombreux méfaits dus au fait de mentir. Sans aucun doute, le menteur est le pire ennemi de la société puisque, par ses mensonges, il peut corrompre l’ensemble de la société.
    Le mensonge est comme une drogue, qui paralyse l’intelligence et la sagesse de la société en voilant la Vérité, ou comme une boisson alcoolique qui intoxique les gens et les prive de leur capacité de distinguer le bien du mal. Ainsi, l’Islam considère-t-il le mensonge comme un péché majeur, et n’admet-il pas qu’un menteur se qualifie d’homme religieux. En effet, le Prophète (Ç) dit : «Trois catégories de gens sont des hypocrites, même s’ils prient et font le Jeûne : ceux qui mentent, ceux qui n’honorent pas leur promesse, et ceux qui s’approprient le dépôt de tout un peuple et de son pays, qu’on leur confie.» Et l’Imam ‘Ali (S) dit : «L’homme ne connaîtra le plaisir de la Foi que lorsqu’il s’abstiendra de mentir même en en plaisantant.», mais le Clan fait du mensonge des promesses et recrute des mercenaires, pour le blanchir, pour voler et toujours voler !

    Le mensonge est considéré comme un péché ou un acte condamnable, non seulement par la Religion, mais aussi par le bon sens ; « et comme le CLAN est dépourvu ». C’est une mauvaise habitude, qui détruit la confiance, laquelle est un lien social entre les gens et, si elle disparaît, cela conduit à une situation catastrophique, où les gens finissent par mener une vie solitaire même en vivant ensemble, qu’ALLAH le tout puissant nous éloigne de cette espèce humaine sans orientation, ni le bienêtre pour pays et son peupler !.

    Dans sa vie, l’homme rencontre de nombreuses choses et de nombreux moyens qu’il utilise pour survivre et satisfaire ses désirs. Cet être, l’homme, qui accomplit ses activités volontairement et en toute conscience, fonde sa vie sur la connaissance. Il travaille avec son cerveau, et la nature de son travail dépend de l’information qu’il reçoit. Il rassemble et met en ordre les faits dans sa tête, et agit en conséquence. C’est pourquoi, il est absolument nécessaire pour l’homme d’acquérir des informations correctes, et non pas d’être formaté par le CLAN des Marocains. S’il commence à voir ce qui est loin de plus en plus proche, et ce qui est proche de plus en plus loin, et à recevoir des informations fausses, sa vie sera condamnée à la déception. Il est donc évident que le mensonge constitue un danger potentiel pour la vie sociale de l’homme, et que le menteur est un individu sans personnalité et un ennemi de la société. Il est indigne, et demeure toujours sous la Malédiction d’Allah.
    Cordialement : Un Algérie issu du peuple et Fier !




    0



    0
    lhadi
    14 juillet 2016 - 18 h 46 min

    Cet obséquieux serviteur du
    Cet obséquieux serviteur du pouvoir surfe entre le déni et le mensonge.

    Fraternellement lhadi
    (lahdi24yahoo;fr)




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.