Prisonniers politiques sahraouis de Gdeim Izik : Amnesty international plaide pour un procès civil équitable

L’organisation des droits de l’Homme, Amnesty International (AI) a plaidé, mercredi, pour un procès équitable, conforme aux normes internationales, pour les prisonniers politiques sahraouis du groupe de Gdeim Izik, détenus arbitrairement par les autorités d’occupation marocaines. Après un premier procès en 2013, entaché d’irrégularités, devant un tribunal militaire, le nouveau procès devant un civil devrait être «équitable, conforme aux normes internationales, basé sur une enquête impartiale», a souligné l’ONG. Amnesty International a indiqué qu’un nouveau procès devant un tribunal civil des 25 accusés, dont 21 purgeant de longues peines dans le cadre des manifestations de 2010 au Sahara occidental, «était attendu depuis longtemps». La directrice adjoint d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Magdalena Mughrabi, a déclaré qu’un nouveau procès pour ces détenus sahraouis, «emprisonnés il y a plus de cinq ans et injustement condamnés à des peines de prison lourdes en 2013, offre une lueur d’espoir que justice va peut-être, enfin, être rétablie».

Elle a rappelé que ces citoyens sahraouis avaient été jugés et condamné dans un procès militaire injuste «fondé sur des preuves insuffisantes et douteuses, entachées par des allégations et des révélations soutirées sous la torture», ajoutant que c’était «une erreur choquante de justice» qui devrait être rattrapée. Pour rappel l’ONG avait demandé aux autorités marocaines, à maintes reprises, de libérer les prisonniers sahraouis et de leur accorder un nouveau procès civil équitable. «Les autorités marocaines doivent maintenant veiller à ce qu’ils bénéficient d’un nouveau procès équitable conforme aux normes internationales et exclu de toutes les révélations faites sous la torture et autres mauvais traitements, et après une enquête impartiale», a soutenu Magdalena Mughrabi. Elle a jugé essentiel que le tribunal civil respecte la présomption d’innocence, et qu’il accorde aux prisonniers sahraouis dans cette affaire, la libération, «à moins qu’un juge détermine qu’il existe des motifs valables de les détenir». En Novembre 2010, des affrontements ont éclaté au Sahara occidental, lorsque les forces de sécurité marocaines ont démantelé un camp sahraoui à Gdeim Izik où des milliers de Sahraouis manifestaient pour des revendications sociales et économiques. Des centaines de sahraouis ont été arrêtés et 25 d’entre eux ont été condamnés par un tribunal militaire, dont 21 sont encore en prison. Ils purgent de lourdes peines d’emprisonnement allant de 20 ans à la perpétuité. Les prisonniers politiques sahraouis avaient mené plusieurs fois, des grèves de la faim pour protester contre leur incarcération arbitraire et leur jugement inéquitable.

Des organisations internationales, ainsi que les familles des prisonniers avaient, à plusieurs occasions, demandé un autre procès, appelant à l’application du droit international dans ce dossier, puisqu’il s’agit de détenus politiques liés à la question sahraouie qui est gérée par l’Organisation des Nations unies (ONU). Même le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme avait exprimé son inquiétude face aux rapports attestant que les accusés sahraouis avaient été torturés et maltraités pendant leur détention provisoire. «Le recours aux tribunaux militaires ou d’exception pour juger des civils soulève de sérieux problèmes quant à l’équité, l’impartialité et l’indépendance de l’appareil de justice» avait déclaré le porte-parole du Haut-Commissariat onusien. Trois ans après le verdict du procès, la cour de cassation marocaine, a ordonné la tenue d’un nouveau procès devant une juridiction civile, selon le représentant du Front Polisario à Londres, Mohamed Limam.

Comment (4)

    Ziad Alami
    28 juillet 2016 - 23 h 22 min

    Il n’ya que la reprise de la
    Il n’ya que la reprise de la lutte armée qui peut mettre un terme au massacre du peuple du Sahara occidental par la soldatesque du roitelet M6




    0



    0
    Ziad Alami
    28 juillet 2016 - 23 h 22 min

    Il n’ya que la reprise de la
    Il n’ya que la reprise de la lutte armée qui peut mettre un terme au massacre du peuple du Sahara occidental par la soldatesque du roitelet M6




    0



    0
    Dr. justice
    28 juillet 2016 - 20 h 34 min

    Ce qui est révoltant c’est
    Ce qui est révoltant c’est quand des responsables politiques marocains dénoncent des soit disant séquestrés des camps de Tindouf (pure invention du makhzen) mais jamais ils ne denoncent la vraie et avérée séquestration depuis 06 années des militants sahraouis de Gdim ezzik dans une prison de haute sécurité.
    La lourde condamnation de pacifiques militants sahraouis des droits de l’homme par un tribunal militaire est la preuve tangible que le makhzen opère par des violentes représailles pour étouffer dans l’œuf toute velléité de revolte.
    Ces même marocains qui trouve que la fermeture de la frontière terrestre par l’Algérie est une décision inhumaine alors qu’eux ils ont érigés des murs de sables le long du territoire saharaoui pour affamer et isoler les populations du Sahara occidental.
    Cela prouve que le Maroc s’est embourbé dans une aventure dangereuse qu’est l’occupation du Sahara et se met a la recherche d’arguments fallacieux pour légitimer son occupation d’un territoire qui n’est pas le sien puisque déclaré territoire non autonome par l’ONU et debouté par la CIJ de la Haye qui a démontré que le Maroc n’avait aucune souveraineté même historique sur ces territoires.
    Devant cette situation le Maroc multiplie ses manigances en achetant à coup de milliards des soutiens des pays occidentants à leur tête la France qui en échange s’est apparé des secteurs économiques les plus prometteurs du Maroc tels que le tourisme les télécom et les transports.




    0



    0
    Dr. justice
    28 juillet 2016 - 20 h 34 min

    Ce qui est révoltant c’est
    Ce qui est révoltant c’est quand des responsables politiques marocains dénoncent des soit disant séquestrés des camps de Tindouf (pure invention du makhzen) mais jamais ils ne denoncent la vraie et avérée séquestration depuis 06 années des militants sahraouis de Gdim ezzik dans une prison de haute sécurité.
    La lourde condamnation de pacifiques militants sahraouis des droits de l’homme par un tribunal militaire est la preuve tangible que le makhzen opère par des violentes représailles pour étouffer dans l’œuf toute velléité de revolte.
    Ces même marocains qui trouve que la fermeture de la frontière terrestre par l’Algérie est une décision inhumaine alors qu’eux ils ont érigés des murs de sables le long du territoire saharaoui pour affamer et isoler les populations du Sahara occidental.
    Cela prouve que le Maroc s’est embourbé dans une aventure dangereuse qu’est l’occupation du Sahara et se met a la recherche d’arguments fallacieux pour légitimer son occupation d’un territoire qui n’est pas le sien puisque déclaré territoire non autonome par l’ONU et debouté par la CIJ de la Haye qui a démontré que le Maroc n’avait aucune souveraineté même historique sur ces territoires.
    Devant cette situation le Maroc multiplie ses manigances en achetant à coup de milliards des soutiens des pays occidentants à leur tête la France qui en échange s’est apparé des secteurs économiques les plus prometteurs du Maroc tels que le tourisme les télécom et les transports.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.