Ghaleb Bencheikh à Algeriepatriotique : «L’islam doit en finir avec les représentations superstitieuses»

Ghaleb Bencheikh. D. R.

Le penseur et physicien Ghaleb Bencheikh appelle, dans cette interview à Algeriepatriotique, à abandonner la «raison religieuse dévote» pour «laisser place à la raison critique autonome». Pour lui, les sociétés musulmanes «doivent sortir de leur profonde léthargie», car, dit-il, c’est la bataille des idées qu’il faut gagner pour s’éloigner d’une «religiosité aliénante» et d’une «normativité religieuse asphyxiante».

Algeriepatriotique : Des théologiens appellent à une refondation de la pensée de l’islam. Le monde musulman est-il prêt pour un tel projet ? Qui est habilité à décider de cette réforme ?

Ghaleb Bencheikh : La question est, tout simplement, être ou ne pas être… musulman. Et, on ne peut pas vivre au XXIe siècle avec une mentalité cryogénisée et figée au VIIe. Aussi est-il vital de se résoudre à dégeler toutes les glaciations idéologiques. Il y va de la survie d’une tradition religieuse multiséculaire qui a sous-tendu une civilisation impériale. On ne peut pas continuer à croire que ce qui a précédé l’Hégire fut l’ère de l’ignorance et de l’obscurantisme et que depuis 622 ce sont les lumières de la foi qui nous dispensent de rattraper, par exemple, la séquence historique «moment Descartes/moment Freud». Non seulement cette séquence avec tout ce qu’elle comporte a été totalement ratée – auquel cas il faut la retrouver, l’étudier, l’ingérer, la critiquer et la dépasser –, mais elle relève pour certains pseudo-théologiens musulmans d’un impensé. Alors, quand bien même le monde musulman ne serait pas prêt à ce projet, il faudrait l’y préparer et l’y amener avec beaucoup de pédagogie.

C’est par une véritable propédeutique qu’il faut passer, c’est le rôle en principe de l’école. Sortir de la raison religieuse dévote pour laisser place à la raison critique autonome. Ce sont les penseurs, les philosophes, les intellectuels et les théologiens qui doivent entreprendre ce chantier par les canaux académiques dans un cadre universitaire, puis avec une explication pédagogique via les réseaux sociaux et les canaux satellitaires. La blogosphère doit servir à cette entreprise de refondation de la pensée théologique islamique afin de se soustraire à l’argument d’autorité et en finir avec la pensée magique et les représentations superstitieuses.

En dépit des effets désastreux de l’idéologie wahhabite, les théologiens prônant cette idéologie continuent d’être écoutés dans le monde musulman. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

Parce que le discours alternatif – à supposer qu’il puisse être tenu sous des climats autoritaires – peine à se faire entendre, voire il est totalement inaudible. Ce discours «intelligent» n’arrive pas à faire contrepoids à celui, obscurantiste, soutenu par une propagande agressive aliénant les esprits et culpabilisant des consciences. D’autant plus que beaucoup de fidèles croyants pensent de bonne foi que c’est la seule version standard ne varietur qui leur est enseignée depuis toujours. C’est la Vérité dans toute sa rectitude qui se déploie, garantie par le divin. L’interroger relève de l’impensable.

On ne veut pas toucher au sacré qui est devenu de plus en plus «obèse». Or, il est urgent de lui imposer une véritable cure d’amaigrissement, dussions-nous pour cela transgresser des tabous. Il faut savoir donner le coup de bambou sur l’épaule qui fasse sortir le bonze de sa longue méditation. Il en est de même pour les sociétés musulmanes ; elles doivent sortir de leur profonde léthargie. Encore faut-il qu’il y ait plus de liberté et de démocratie et un niveau de conscience et de développement humain élevé.

Le gouvernement français veut instaurer un «nouvel islam de France». Qu’est-ce que ce «nouvel islam» ?

Les pouvoirs publics en France sont légitimement fondés à chercher un interlocuteur privilégié parlant sinon au nom de l’ensemble des musulmans de France, au moins au nom d’une instance chargée de l’organisation du culte islamique. Sauf qu’il ne s’agit nullement de fonder un nouvel islam de France. Cela n’a pas de sens. En revanche, il est clair qu’en France on ne vit pas son islamité comme au Yémen ou en Arabie Saoudite. Les musulmans français, comme citoyens, ont à cœur de conjuguer harmonieusement et intelligemment les préceptes coraniques et les valeurs républicaines. La triade liberté, égalité, fraternité, va de pair avec une éthique islamique laissant place à l’amour, à la fraternité et à la solidarité sous la voûte commune de la laïcité. Alors, évoquer plusieurs «islams» affublés chacun d’une épithète, n’aide pas à la lisibilité ni à l’intelligibilité du fait islamique en France.

En réalité, c’est la bataille des idées qu’il faut gagner pour sortir d’une religiosité aliénante et d’une normativité religieuse asphyxiante. Il y a certaines pratiques qui sous couvert d’observance – le plus souvent abusive et sans aucun fondement théologique – minent la vie commune dans la société et sont même attentatoires à la dignité humaine. C’est d’une tradition islamique assainie de ses scories et de ses germes d’intolérance dont il s’agit. Et la France finira par avoir un islam de spiritualité, de beauté et d’intelligence.

Le choix porté par le président Hollande sur Chevènement pour diriger la Fondation pour l’islam de France signifie-t-il que les organisations musulmanes de France ont failli ?

C’est vrai, ce choix illustre à lui seul l’état de désorganisation et de désunion des musulmans de France. Certes, il y plus qu’un (ou une) musulman(e) habilité(e) à présider la fondation des œuvres de l’islam, mais, eu égard à la situation d’éparpillement des musulmans français et le fait qu’ils n’arrivent pas à se mettre d’accord, il vaudrait mieux – dans un premier temps et pour quelque temps – une solution à la «Chevènement». L’homme est sage et il inspire le respect. Il agirait – en empruntant la métaphore à la physique – comme le champ électromagnétique qu’on applique au mouvement brownien afin d’aligner toutes les particules d’un gaz qui auparavant étaient dans un mouvement désordonné. 

La France, qui a du mal à lutter contre l’extrémisme auquel elle a permis de proliférer sur son sol, veut maintenant procéder à la reconfiguration des instances islamiques. Est-ce encore possible ?

Dans un Etat laïque où la politique doit-être clairement désintriquée de la religion, ce n’est pas aux pouvoirs publics de s’immiscer dans l’organisation interne d’un culte. Aussi, faut-il arrêter l’interventionnisme de l’administration. Donc, ce n’est pas à la France officielle de procéder à la reconfiguration des instances islamiques de France. Toutefois, dès lors que nous pâtissons tous de cette inertie, voire de cette incapacité à élaborer une organisation réfléchie et durable, force est de constater qu’il faut un catalyseur et l’Etat pourrait jouer cette catalyse afin de favoriser, notamment par des moyens logistiques, la mise sur pied d’instances islamiques indépendantes dirigées par des personnes compétentes, sérieuses et intègres.

Interview réalisée par Mohamed El-Ghazi

Comment (68)

    Alhamdoulillah
    8 septembre 2016 - 8 h 34 min

    La recherche de la vérité
    La recherche de la vérité spirituelle c’est exactement comme une partie de jeu d’échecs.
    Qu’importe de se défendre à la russe ou d’attaquer à la sicilienne puisque Mat est la fin




    0



    0
    Thidhet
    31 août 2016 - 12 h 27 min

    Je ne comprends vraiment ce
    Je ne comprends vraiment ce que monsieur Bencheikh entend par « raison religieuse ». S’agit-il plutôt de « raisonnement religieux » dans lequel cas il serait plus correcte de parler de « déraisonnent religieux »? Du reste, Algérie Patriotique aurait peut-être mieux éclairé la lanterne de certains lecteurs qui ne connaissent pas Ghalib Bencheikh en précisant qu’il est aussi un penseur musulman respecté et qu’il intervient sur la télévision française au même titre que des rabbins et des prêtres catholiques. J’ignore pourquoi, mais intellectuellement, cette interview me laisse un peu perplexe, pour ne pas dire mal à l’aise. Vraiment.




    0



    0
    HÉLÈNE LECOURS
    20 août 2016 - 13 h 52 min

    Je découvre cette personne
    Je découvre cette personne pensant dans des termes très importants, pas seulement pour les musulmans, mais aussi pour les chrétiens, et même les « judéo-chrétiens » et les Judéos tout court. Nous sommes tous pris dans les filets de croyances absurdes et avons tous, = les « croyants » en la Vie – un grand ménage à faire.




    0



    0
    algerbahia
    17 août 2016 - 10 h 24 min

    A cigale,

    A cigale,
    Est ce que vous savez que le coran n a été écrit qu un siècle après la mort du prophète Mohamed??
    La transmission orale n a peut être pas été fidèle aux paroles du prophete et a ses revelations.
    Lui même n a pas voulu laisser d écrits.
    Alors oui on peut discuter de certains versets et les mettre en adequation avec notre époque.




    0



    0
      Chrif
      20 août 2016 - 17 h 16 min

      Faux.

      Faux.
      Le Coran était mis par écrit par des scribes du temps du Prophete qui le faisait aussi apprendre par cœur à ses disciples. Son premier successeur Abou Bakr le rassembla sous forme de corpus vérifié et confié à la fille de Omar et femme du Prophete Hafsa. Ce n’est que le 3ème Calif Othmane qui le duplicat et le diffusa. C’est celui qui existe encore aujourd’hui.




      0



      0
        algerbahia
        8 septembre 2016 - 10 h 38 min

        Tous les historiens disent le
        Tous les historiens disent le contraire, sauf si vous. vous avez d autres sources et pour cadrer aux besoins de certains califes,il a été modifié maintes fois d Où ,.toutes ses branches de l islam.




        0



        0
    Abdelkrim
    12 août 2016 - 11 h 53 min

    On appelle l’ère aVant l
    On appelle l’ère aVant l’islam « aljahiliya » non par opposition au savoir mais tout simplement pour dire avant la venue de l’islam.
    Toute la splendeur de la littérature arabe on la trouve dans la poésie d’avant l’islam.
    Merci




    0



    0
    Schurmans
    10 août 2016 - 18 h 58 min

    Je tram ta ce message
    Je tram ta ce message réflexif et sensé. J’y ajoute -imperativement- que l’obscurantisme de toutes religions est concerné par ce propos, notamment les mouvements hyper religieux en Israël ou les fondamentalismes chrétiens.




    0



    0
    La Cigale
    9 août 2016 - 19 h 16 min

    Le noble CORAN et ces 114
    Le noble CORAN et ces 114 sourates avec chacun des tout ces versets qui si trouve , ainsi que les points et les virgules ne doivent en aucun cas être modifié minimes soit il.
    Ce serait une erreur incommensurable gravissime inouï qui dépasseraient l’entendement.
    Idem pour les HADITHS de la SUNNA de nos prophètes paix et salut en leurs âmes.
    Même en discuter comme nous le faisons n’aurait JAMAIS dû avoir lieu.
    Les sionistes sint derrière ce camouflet cette propagande puante.
    Nous devons tout simplement dire NON NON NON ET JAMAIS ET DÉNONCER LE COMPLOT SIONISTES.




    0



    0
      Bombadil
      10 août 2016 - 7 h 11 min

      La sunna n’est pas un recueil
      La sunna n’est pas un recueil sacré, elle a été ecrite 170 ans à 200 ans après la mort du Prophète saws. Sur 6000 ahadith, 90% sont de grossières inventions. En fait la sunna des sahih muslim et bukhari est la cause de tous les maux du monde musulman.




      0



      0
        nani
        31 août 2016 - 20 h 16 min

        Je partage votre point de vue
        Je partage votre point de vue




        0



        0
      La Fourmi
      10 août 2016 - 16 h 25 min

      Et voila encore une belle
      Et voila encore une belle illustration de ce que dénonce justement M.Bencheikh; la Cigale ne fait que claironner pendant que la Fourmi s’active !




      0



      0
      nani
      31 août 2016 - 20 h 11 min

      Le coran certes dogmatique
      Le coran certes dogmatique .maais pas la sunna. Ecrite 3 siecles après la mort du prophète ssl. Lui même refusé car savait que les dissensions viendrait de la sunna. Ghaleb et soheib Ben cheikh allié islam er sciences




      0



      0
    kamel
    8 août 2016 - 23 h 00 min

    Laissons l’islam dans la
    Laissons l’islam dans la sphère personnel, et occupons nous à trouver une dynamique sociale loin de l’islam.
    Dans le temps on disait que le qoran était notre miracle, mais aujourd’hui on constate que la liberté est aussi un miracle du 20 ème siècle, saisissons cette occasion pour avancer et créer un mode de vie homogène.si non pourquoi même les riches refusent de rester dans les sociétés musulmanes, ce n’est pas que matériel




    0



    0
    Anonymous
    8 août 2016 - 20 h 38 min

    Utiliser bien toutes les
    Utiliser bien toutes les parties de vos cerveaux ô algériens, pour vous adaptez au futur monde qui approche.




    0



    0
    Toby-le-robot
    8 août 2016 - 20 h 35 min

    L’Islam nous rappelle de l
    L’Islam nous rappelle de l’unicité de Dieu depuis Adam jusqu’à nos jours. Les musulmans de ce temps doivent s’adapter à ce monde surmonter leur différence et sortir de leur clivage. Le monde est ce qu’il est, nous ne vivons plus figer au temps du 7ème siècle. Nous devons nous dépasser, surpasser, les pays dit musulman doivent et pour la énième fois se débarrasser de la corruption et le mensonge et se concentrer sur la recherche et le développement technologique essentiel et utile au progrès et bien entendu développer l’éducation des enfants musulmans le fer de lance de l’avenir et du futur.




    0



    0
    Mayka
    8 août 2016 - 17 h 39 min

    Toute monde parle et rien n
    Toute monde parle et rien n’est dit!!!!!




    0



    0
    Bison
    8 août 2016 - 13 h 38 min

    Merci de me permettre de
    Merci de me permettre de compléter mon précédent commentaire juste de deux mots !
    Je disais que l’imam doit maîtriser la langue arabe oui mais pas seulement! Il doit aussi maîtriser la langue de ses prêches ou si vous voulez des gens a qui il d’adresse !! Car souvent des imam viennent diverse leurs prêche en vrac et parfois baragouiner quelques mots dans la langue de son auditoire en se souciant guère des conséquence !! Pour lui c’est juste une corvée a accomplir comprend qui veut et ce qu’il veut!! La formation est un vaste chantier !! Un enseignant comme un imam c’est pas un métier, comme certains s autres, mais ces deux lâ a fortiori ne sont pas des métiers de  » faute de mieux » ou pour d’autres considérations mesquines, mais doivent repondre à des vocations profondes de gens passionnés qui sont prêts à faires des efforts, à se mettre a jour tout le temps, prêts a des sacrifices et qui mesurent les conséquences de chaque mot et chaque cours qu’ils prononcent sur leurs élèves ou leurs auditoires et sur l’avenir de tous comme individus et comme sociétés!!
    Merci encore d’avoir publié mon commentaire!




    0



    0
    Bison
    8 août 2016 - 12 h 22 min

    Le problème de l’islam
    Le problème de l’islam aujourd’hui c’est l’étendue de l’ignorance dans les sociétés musulmane!! En consequence, L’islam est accaparé par des tarés et des charlatans et des aventuriés qui s’en servent comme moyen de subsistance facile, comme moyen de pouvoir, comme exutoire à des frustrations sociales, personnelles de tous genres ou encore comme couverture a de basses besognes…Et dans cette epaisse fange vient barboter des crocodiles et des pêcheurs en eaux troubles de toutes espèces et de circonstances!! Tellement les proies abondent, aveugles, engluées et donc faciles a manger a toutes les sauces…
    Une seule solution! Si on est sincère !! Des imam de qualité et payé, BIEN payés (pas un salaire de misères qui n’attirent que les « pas-de-choix, salariés de cadres) par l’État et bien encadré de main de fer!! En échange, ca doit etre stricte !!! Aujourd’hui n’importe qui peut s’auto proclamer imam, pour peu qu’il, pour le plus sincère, entend des voix et croit que c’est dieu qui lui parle, ou juste comme moyen de subsistance, payé-logé même pour pas grand chose ce qui ouvre la porte a toutes les dérivés du financement etranger!! comme pour l’enseignement on connait tous des « diplômes » quand ils ne trouvent pas de travail tu les entends dire je vais enseigner en attendant de trouver quelque chose!! Il va va bousillé l’avenir de dizaines de gamins en attendant de trouver le sien…!!!
    Le jours où mettra comme conditions pour devenir imam et a fortiori un fakih avoir au moins un bon diplome scientifique, une bonne culture scientifique et generale en plus de maitraiser l’arabe et le coran ce jour là on commencera a voir le bout du tunnel!!
    Tant qu’on verra des « universitaires former des cercles, des halakat, autours des belhajj, abassi, des nahnah, des ignards qui savent a peine faire leurs ablutions…et crier aalayha nahya wa aalayha namout… sans rien y comprendre à cette chose, charia, sur la quelle ils sont prêts a mourir autrement ils ne se comporteraient pas de la sorte, ce jours là on se portera mieux!!
    Quand un imam ou même un savant en littérature vous explique ou interprète le coran que pensez vous qu’il vous apporte a part, au mieux, sur des considération littéraire du texte lui même ou sur sa forme et sa beauté que ce qu’il comprend au fond!? Rien!! Quand un imam qui n’a jamais entendu parler ni de biologie ni d’ embryologie, ni de géologie, ni astronomie, ni en mathématiques,archéologie,…ni, ni…etc comment il va appréhender toute la richesse, la complexité, et la beauté d’un texte aussi profond!!! C’est pour ca que a chaque question que l’imam ne comprond pas il vous repond que la question est mauvaise…bidaa!! Autrement, seule une approche multidisciplinaire et des plus pointue et qui se remettait et en cause à la lumière de chaque nouvelle découverte pour prentendre en saisir les sens des verser!! Je dis multidisciplinaire et collégiale mais le mieux c’est des érudits qui comprennent tous les domaines pour éviter des problèmes de langages mais fautes de mieux des savants spécialisés et reconnus qui travaillent de concert ferait l’affaire en attendant mieux!!! Et c’est pour ça, par ignorance, que les imam dans leurs prêches et leurs conférence font toujours appel a la poésie…ils disent tous : » kama Kala al chaaïr », comme si la parole de dieu et de son prophete ne suffisent pas ou pas assez explicites et il faut faire appelle a des poètes et pour imager des aneries!? or le coran lui même interdit de le comparer a la poésie et dit que les poètes c’est des égarés dans leurs élucubrations!!! Et dans la situation d’aujourd’hui nos imam sont encore plus égarés et les poètes son leurs guides dans leurs ténèbres!! Pour devenir un imam il suffit d’apprendre deux sourates, trois hadiths dans deux dhaiif, et quelques poèmes vrais (car les adeptes ne toléreraient pas un poèmes faux!!)… et le tours est joué !!




    0



    0
      realiste
      11 août 2016 - 19 h 24 min

      totalement d’accord avec
      totalement d’accord avec cette analyse




      0



      0
      nani
      31 août 2016 - 20 h 39 min

      Du temps de l islam de
      Du temps de l islam de courdoue c est ce qui était au imam. La maîtrise de l arabe. Les langue s de l epoque. Et lez sciences. De ce fait entièrement d accord avec vous




      0



      0
    mouh
    8 août 2016 - 10 h 26 min

    Mr Bencheikh, les déicides
    Mr Bencheikh, les déicides qui dirigent la France n’accepteront jamais un Islam des lumières. Ils font et feront tout pour développer l’Islam des ténèbres afin de le faire détester de plus en plus par leurs citoyens.




    0



    0
      Erdt
      8 août 2016 - 21 h 58 min

      Et alors,c la faute a qui? C
      Et alors,c la faute a qui? C aux musulmans eux mêmes,ceux a qui s’adresse benchikh de se défendre. Faut pas toujours imputer la faute à l’adversaire,




      0



      0
    issam
    8 août 2016 - 9 h 20 min

    Ne comptez pas le nombre de
    Ne comptez pas le nombre de musulmans de france et dire ,nous sommes incapable de nous féderer.C’est normal que les musulmans de france soit dans cette état et ceci n’a rien avoir avec le financement des lieux de cultes avec l’argent saoudiens.Vous pouvez pas fédérer des gens issues de plusieurs nationalité différentes(maroc,algérie,comorres,turquie,balquant,asie)sans toucher à la politiques étrangères de la france.
    Voilà comment le crif se frotte les mains




    0



    0
    Andalousia
    8 août 2016 - 9 h 06 min

    La France complice avec les
    La France complice avec les autres pays occidentaux, se retrouve face à l’arme qu’elle a munis pour asservir les pays qu’elle a colonisé jadis pour spolier leurs richesses, cette arme qui n’est autre que l’intégrisme islamique nourris par l’ignorance dont elle a plongé ces peuples pendants les siècles de colonisation, aujourd’hui l’arme s’est retourné contre elle, oui des attentas en France au nom de l’intégrisme islamique il faut maintenant le contrer et pour ce faire, créer un islam nouveau sur mesure pour les Français afin de canaliser les millions de musulmans français, un chiffre en augmentation constante, vu que même des François et Françoise de souche se convertissent à l’islam!! Oui vos solutions sur mesures n’aideront en rien les musulmans du monde qui sont plongés dans les horreurs ! Me Bencheikh autant qu’intellectuel vous avez quand même une image un exemple a donné, leurs solutions ne sont pas les notre, la première chose à combattre c’est l’ignorance et l’intégrisme ce n’est pas de créer un nouveau islam sur mesure pour les Français, de toute façon il ne marchera jamais, et il sera mal vu il y a plus d’ignorant que de musulman! Le temps est là pour nous le prouver.




    0



    0
    Elmokh
    8 août 2016 - 8 h 24 min

    Je ne l’ai pas entendu s
    Je ne l’ai pas entendu s’élever contre les insultes répétées des musulmans par ce petit morveux de Donald Trump,ni par les politicards français ce ghalleb…




    0



    0
      Chrif
      20 août 2016 - 20 h 44 min

      Notre ami n’est tout de même
      Notre ami n’est tout de même pas « suicidaire »…




      0



      0
    souk-ahras
    8 août 2016 - 8 h 11 min

    Lorsqu’on institutionnalise l
    Lorsqu’on institutionnalise l’Islam en religion d’État et qu’on l’érige en mode de pensée unique, on donne à la religion un caractère autoritaire abusif renforcé des mécanismes pervers de la dictature et du despotisme. Spirale de la dévotion par procuration stricto sensu qui recouvre d’une chape de plomb l’activité neuronale du musulman. Le cerveau est entraîné en hibernage forcé, il ne respire plus, ne vois plus, ne ressent plus ; il ne réagit qu’aux  »transports divins », Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar ! Oui Mr Bencheikh, vous entrez de plain-pied dans l’entropie islamique, vous notez et cernez parfaitement bien ce désordre planétaire qui caractérise le système  »Islam à la carte » fonctionnant au desiderata des obscurantistes, des charlatans, des mensongers de Dieu qui Lui font dire tout et n’importe quoi pourvu qu’ils en tirent un bénéfice. Or, vous le savez, l’entropie en question ne fera qu’augmenter au cours d’une transformation nécessaire autant qu’irréversible (si elle se décide!!!), et la radicalisation qui s’ensuivra augmentera parallèlement et n’en sera que plus extrême. Depuis le VIIème siècle, les peuples musulmans globalement incultes et ignorants sont contraints à un islam rigide  »haramisé » à outrance ; ils errent depuis, coincés dans le prédicativisme des dogmes, rites et traditions séculaires devenus obsolètes face à la marche du progrès. Réseaux sociaux, blogosphère, satellite et tout autre système d’information existant ne sauront suffire à amener le musulman à la réflexion rationnelle autonome, à l’esprit critique, à la raison tout simplement. «… il faudrait l’y préparer et l’y amener avec beaucoup de pédagogie» dites-vous ; D’accord. Mais à quel prix ? Là est le bât qui blesse ! De longues années de conflits éducationnels violents sont à craindre au vu de l’irrationalité islamique prépondérante. L’Ijtihad est en deuil.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.